Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Chargeur sans fil – Samsung – Intérieur Noir (ODR 20€)
4.99 €
Voir le deal

 

 Dietrich Fischer-Dieskau

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Invité
Invité



Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyDim 20 Mai 2012 - 23:41

Pour ton premier point, fb, il me semble quand même qu'il faut nuancer de manière très forte quelques-unes au moins de ces affirmations. Même en négligeant ceux qui se seraient peut-être consacrés surtout aux « tubes » du répertoire, comme tu le dis (Gretchen am Spinnrade, un tube, si l'on veut, mais c'est d'abord et surtout le point de départ essentiel du lied allemand et ce n'est quand même pas devenu une tare, j'espère, de le chanter et de le jouer), il reste de nombreux musiciens fabuleux comme Lotte Lehmann, Elisabeth Schumann, Lotte Schöne, Marian Anderson, Maria Müller, Thérèse Behr-Schnabel, Alexander Kipnis, Hans Hotter, Peter Anders, Heinrich Schlusnus, Gerhard Hüsch, Karl Erb, Julius Patzak et plusieurs autres qui s'y sont consacrés de toutes leurs forces, dans leurs récitals de musique de chambre et à partir de l'aube de la période enregistrée (les années 1920 au strict minimum, pour certains d'entre eux), et qui n'abordaient pas du tout le répertoire du lied par le petit bout de la lorgnette, tu peux le croire ! (Lire le petit livre d'Elisabeth Schumann consacré au lied allemand, disponible au format DjVu sur le site de cette artiste incomparable et ineffable, pour s'en convaincre immédiatement.)

L'appétit « intégraliste » n'est venu que bien plus tard, à notre époque férue d'encyclopédisme, c'est vrai, mais il ne faudrait pas pour autant que la surexposition discographique de certains fasse oublier que « la tradition » existait déjà bel et bien, largement avant leur arrivée, qu'il n'y avait rien à inventer ni à établir (sinon quelques territoires à défricher et qui étaient encore terra incognita). Le disque 78 tours était très riche (bien entendu moins qu'à notre époque), au contraire de ce que tu affirmes, et les grands musiciens lyriques ne négligeaient en rien, ni dans leurs récitals ni au disque, la « forme brève » du lied. Dietrich Fischer-Dieskau lui-même en était d'ailleurs mieux conscient que qui que ce soit d'autre, lui qui aimait tant les voix « du passé » aussi.


Dernière édition par Scherzian le Dim 20 Mai 2012 - 23:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
fb
Mélomane averti
fb

Nombre de messages : 464
Age : 60
Localisation : Pau
Date d'inscription : 28/02/2011

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyDim 20 Mai 2012 - 23:48

Tu as raison j'ai écrit une connerie, je l'ai effacée
merci de cette remarque
Revenir en haut Aller en bas
http://souzix.daportfolio.com/
Invité
Invité



Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyDim 20 Mai 2012 - 23:50

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 31571
Age : 39
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyLun 21 Mai 2012 - 9:14

Un hommage :

http://www.forumopera.com/index.php?mact=News,cntnt01,detail,0&cntnt01articleid=3764&cntnt01origid=57&cntnt01detailtemplate=gabarit_detail_breves&cntnt01lang=fr_FR&cntnt01returnid=29

Un autre :

http://www.altamusica.com/chroniques/index.php?action=MoreDocument&DocRef=4916&DossierRef=4496

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 39
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyLun 21 Mai 2012 - 10:02

Cololi a écrit:
Un hommage :

http://www.forumopera.com/index.php?mact=News,cntnt01,detail,0&cntnt01articleid=3764&cntnt01origid=57&cntnt01detailtemplate=gabarit_detail_breves&cntnt01lang=fr_FR&cntnt01returnid=29

Un autre :

http://www.altamusica.com/chroniques/index.php?action=MoreDocument&DocRef=4916&DossierRef=4496

Mais oui, Thomas Courbonne a raison de rappeler toute l'ombre qu'un malentendu durable a fait peser sur DFD/chanteur d'opéra. Un Barak natif, un Jochanahan fou de Dieu, cet Amfortas surpuissant de presque-plaisir morbide, ce Falstaff shakespearien, ce Germont à la musicalité étouffante redoublant le carcan social qu'il représente, ce Macbeth poisseux, etc. ; tout cela doit être redit ! Pour s'en persuader, se reporter au deux très beaux albums "Opernszenen" chez Orfeo ; au très beau disque italien/français chez DGG, aussi (Escamillo, Zurga, Valentin, Germont, etc.). Un mozartien évident, qui est aussi un verdien convaincant ; un wagnérien à l'amplitude rare (le Holländer) mais qui sait toute la filiation qui existe avec Beethoven (son Pizzaro), avec Weber aussi ; un straussien aussi immédiat sur le plateau (Mandryka parfait) qu'à la baguette (le sextuor de Cappriccio), etc. Et que dire de sa place dans la création (Lear, évidemment).

La précision littéraire est à la hauteur de l'enjeu, comme souvent, chez Sylvain Fort ; la mise en perspective reste discrète mais suffit à camper le personnage. Les jalons sont puissants, puissamment dressés et l'artiste émerge comme un brise-lames, face à l'Histoire, au regard de la facilité, etc. J'aime l'idée d'une "qualité matérielle de la voix" (à objecter à Barthes et à son "manque de grain" ; voir le soleil sombre, pénétrant et pénétré qu'il savait mettre jusque dans ses emplois italiens en allemand, cf. Enrico de Lucia) ; cette vibration particulière qui rend l'instrument immédiatement présent, qui l'anime (au sens de l'anima latine).

Alors, docte sans doute, oui ; mais pas froid, bien au contraire. Professoral, mais dans la meilleure acception du terme ; pour transmettre. Intelligent, sans doute ; intellectuel, certes. Diseur jusque dans les moindres anfractuosités de sa discipline (là aussi, au sens propre du terme) ; le poids des mots qu'il soit chanté ou, "simplement", dit (il faut l'entendre expliquer, raconter, avec simplicité ; ce qui est tout le contraire de l'intellectuel maniéré/maniériste). J'aime l'idée d'une exigence accrue pour un but supérieur !

Oui, Sylvain fort a raison : "il y a un frisson Fischer-Dieskau".
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume
lapineau huguenot
Guillaume

Nombre de messages : 17530
Age : 27
Localisation : Paris
Date d'inscription : 27/06/2006

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyLun 21 Mai 2012 - 20:43

L'hommage sur forum opera est tout simplement magnifique Shocked rien à ajouter, rien à retirer, il saisit parfaitement Di Fi-Di. On est à des années lumières de ce que les Merlin et autres Machard ont pu produire ! thumleft

Je ne suis pas un grand amateur de forum opera ni de M. Fort d'habitude, mais là il faut reconnaître que c'est le plus bel hommage que depuis vendredi j'ai lu. Je vous encourage à le lire. drunken
Revenir en haut Aller en bas
Ah
Mélomane averti
Ah

Nombre de messages : 120
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 11/02/2012

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyLun 21 Mai 2012 - 21:01

Bel hommage également dans le Libération d'aujourd'hui, qui lui consacre une demi page : La fin des années Dieskau

à propos du Winterreise :

Les grands interprètes de ce cyle, de Hans hotter hier à Matthias Goerne aujourd'hui, ne manquent pas. Pourtant, on en revient toujours à Fischer-Dieskau, pour cette capacité à lancer les mots comme des gifles, à dire les errements du coeur et de l'âme avec une clarté aveuglante.

Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 39
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyMar 22 Mai 2012 - 10:02

"Une limpidité humbement élégante" : beau témoignage sur l'art du chef, ici, http://www.liberation.fr/culture/0101451769-fischer-dieskau-l-elegance-a-salzbourg.
Revenir en haut Aller en bas
elisabeth
Mélomane averti


Nombre de messages : 136
Date d'inscription : 06/04/2011

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: fischer dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyMer 23 Mai 2012 - 11:35

Et la 3 n'en a rien dit. Comme d'habitude on parle de Donna Summer ou du Bee Gees, mais quand une légende du chant nous quitte, s'il n'est pas médiatisé, rien.....

Ils sont coutumiers du fait, les médias. Quand Christoff est mort, et c'était pareil pour Marian Anderson, rien. Même Sutherland n'a rien eu pour son décès. Ou alors il faut qu'il soit médiatisé. Par contre on nous ressasse les éternels Dalida, Clclo... Marre de cette manière de voir les choses. En plus, DFD était un baryton. Ce qui "aggrave" son cas. Je ne doit donc pas m'attendre à une grande couverture médiatique quand Alain Fondary disparaîtra;
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 39
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyMer 23 Mai 2012 - 11:39

elisabeth a écrit:
Je ne doit donc pas m'attendre à une grande couverture médiatique quand Alain Fondary disparaîtra;

Ce qu'on lui souhaite le plus tard possible, évidemment Wink !
Revenir en haut Aller en bas
aurele
Mélomane chevronné
aurele

Nombre de messages : 23394
Age : 29
Date d'inscription : 12/10/2008

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyMer 11 Juil 2012 - 21:53

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Fischer3

Désolé pour la taille, je n'ai pas trouvé plus petit. Le LP comportait les airs suivants (j'espère ne pas en oublier) qui ont été reportés dans "Great Moments of... Dietrich-Fischer Dieskau" et "The very best of Dietrich-Fischer Dieskau" notamment.

Rigoletto : Pari siamo
Rigoletto : Cortigiani, vil razza dannata
Il Trovatore : Il Balen del suo sorriso
Don Carlo : Per me giunto ... O Carlo ascolta
Un Ballo in maschera : Alla vita che t'arride
Un Ballo in maschera : Alzati! ... Eri tu
I Vespri siciliani : Si m'aborriva ed a ragion! .... In braccio alle dovizie
Falstaff : Ehi! paggio! .... L'onore! Ladri!

L'enregistrement date de juin 1959 d'après ce que j'ai trouvé comme infos. Fischer-Dieskau avait donc 34 ans, était jeune, en pleine possession de ses superbes moyens. On retrouve ses qualités en terme de phrasé, de mordant, de diction, d'accents, etc... Dans Rigoletto, il est extrêmement touchant, comme dans le studio de Kubelik mais en meilleure voix. L'air du Comte est très intéressant, je ne sais pas s'il a chanté le rôle, j'en doute. En Rodrigo, c'est confondant de musicalité, de sensibilité, plus jeune qu'avec Solti. Les airs de Renato sont une merveille, notamment "Eri tu", c'est chanté avec un legato suprême et une sensibilité incroyable, à moins que ce soit le timbre sublime qui me touche par lui-même mais je ne pense pas. Cela donne envie de l'entendre (même en allemand) dans la version radiophonique de Busch (avec Mödl qui doit être fascinante en Ulrica) ou encore dans les extraits de studio sous la direction de Patanè. L'air de Monforte est interprété de manière magistrale. Cela donne envie d'entendre la version radiophonique de Mario Rossi en allemand, avec Frick d'ailleurs en Procida. En Falstaff, quelle verve! Le rôle ne sera abordé qu'en 1966 me semble-t-il sous la direction de Bernstein dont j'avais adoré la version de studio lorsque je l'avais entendu. Pour les rôles verdiens, en dehors de Renato, de Don Carlo (extraits studio sous la direction d'Hans Löwlein notamment et duos avec Bergonzi en italien assez tardifs) et Guido di Monforte en allemand, il me reste à entendre son Iago. Amonasro en live avec Barenboim m'intéresse moins, ce rôle me laisse assez indifférent. Chez Verdi, son Rigoletto, son Rodrigo, son Macbeth (entendu dans la version Gardelli), son Germont dans la version coupée de Maazel et son Falstaff avec Bernstein pour ce que je connais pour le moment sont à connaître. Il avait à dire dans ce répertoire, comme il avait à dire chez Mozart, chez Strauss, chez Wagner, dans le lied en particulier.
Revenir en haut Aller en bas
jpwol
Mélomane averti
jpwol

Nombre de messages : 380
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 14/02/2009

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyDim 19 Mai 2013 - 17:04

Dietrich Fischer-Dieskau vient de nous quitter le 18 mai 2012 à l'âge de 87 ans...
Revenir en haut Aller en bas
Mariefran
Mélomane nécrophile
Mariefran

Nombre de messages : 14257
Age : 59
Localisation : Lille
Date d'inscription : 25/02/2008

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyDim 19 Mai 2013 - 17:17

Ah merde alors… Sad
Revenir en haut Aller en bas
Otello
Mélomane chevronné
Otello

Nombre de messages : 7144
Age : 54
Date d'inscription : 20/05/2010

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyDim 19 Mai 2013 - 18:42

jpwol a écrit:
Dietrich Fischer-Dieskau vient de nous quitter le 18 mai 2012 à l'âge de 87 ans...
tu as juste un an de retard ... ça fait un an qu'il nous a quittés.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 90093
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyDim 19 Mai 2013 - 18:44

Ah, merci Otello, ça fait une heure que je me demande qui j'avais pris pour DFD il y a quelques mois, quelle gloire immortelle du chant avait disparu récemment et que j'avais mise à sa place dans ma représentation du monde. Surprised
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Mariefran
Mélomane nécrophile
Mariefran

Nombre de messages : 14257
Age : 59
Localisation : Lille
Date d'inscription : 25/02/2008

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyDim 19 Mai 2013 - 18:46

Super, je me suis ridiculisée moi aussi… ça m'étonnait de ne pas l'avoir lu dans le Monde pété de rire
Revenir en haut Aller en bas
jpwol
Mélomane averti
jpwol

Nombre de messages : 380
Age : 30
Localisation : Paris
Date d'inscription : 14/02/2009

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyLun 20 Mai 2013 - 0:45

oh oh à la ramasse totale désolé... Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 90093
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyMer 8 Jan 2014 - 1:42

Si vous n'avez pas essayé l'album Mahler accompagné au piano par Bernstein, c'est vraiment à découvrir : la voix est dans toute sa gloire et le partenariat plein de finesse. Un des plus beaux disques de DFD, je crois.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 28509
Date d'inscription : 21/09/2012

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyMer 8 Jan 2014 - 1:47

Mouais ; sauf que la voix me semble bien ingrate, et captée de suffisamment près pour agresser l'oreille. Piano épais ; on s'attendrait de Bernstein qu'il visite ces cycles mahlériens avec davantage d'imagination.

 Mr. Green On te laisse à tes plaisirs coupables...







Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 90093
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyMer 8 Jan 2014 - 1:57

Mélomaniac a écrit:
Mouais ; sauf que la voix me semble bien ingrate, et captée de suffisamment près pour agresser l'oreille.
Autant on peut trouver la captation un peu « placard » et la voix un peu blanche sur certains enregistrements (Winterreise avec Billing ou avec Klust, par exemple), autant ici, ça rayonne quand même sévère.

Citation :
Piano épais ; on s'attendrait de Bernstein qu'il visite ces cycles mahlériens avec davantage d'imagination.
Ce n'est pas un accompagnement de soliste, c'est certain, mais j'y entends beaucoup de justesse (et beaucoup plus de matière que dans la plupart des versions pour piano, la plupart du temps décevantes).


La surprise pour moi est justement que l'affiche tienne ses promesses à ce point.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 39
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyMer 8 Jan 2014 - 8:32

DavidLeMarrec a écrit:
Si vous n'avez pas essayé l'album Mahler accompagné au piano par Bernstein, c'est vraiment à découvrir : la voix est dans toute sa gloire et le partenariat plein de finesse. Un des plus beaux disques de DFD, je crois.

David, si tu ne connais pas encore ce disque BBC Legends, je te conseille vivement d'essayer de mettre la main dessus : http://www.amazon.co.uk/Mahler-Lieder-Gustav/dp/B00004TJUY .
La prise de son, proche voire sèche, rend bien l'équilibre voix/piano sans effacer "l'air" de la salle (oh ! le tousseur sur le début de "Ich bin der Welt abhanden gekommen" !) ; il en résulte une présence assez phénoménale qui va bien dans le sens de l'interprétation, dénuée de séduction, sans apprêt et subordonnée à une espèce de sens poétique supérieur. C'est un topos de parler de l'intégration du "dire" dans l'art de DFD mais, ici, pour des cycles dont on connaît déjà plusieurs interprétations tout au long de la carrière (depuis la version de jeunesse avec Fürtwängler pour les "Fahrenden Gesellen"), la décantation ne me paraît pas être allée aussi loin dans le sens d'une telle géométrisation de la forme, alors même que la voix était au maximum de ses capacités expressives.
Avec, en prime, des "Lieder aus der Jugendzeit", moins fréquentés par le chanteur, faussement badins et vraiment acides.


Dernière édition par bAlexb le Mer 8 Jan 2014 - 9:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 31571
Age : 39
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyMer 8 Jan 2014 - 9:35

Mélomaniac a écrit:
Mouais ; sauf que la voix me semble bien ingrate, et captée de suffisamment près pour agresser l'oreille. Piano épais ; on s'attendrait de Bernstein qu'il visite ces cycles mahlériens avec davantage d'imagination.

 Mr. Green On te laisse à tes plaisirs coupables...



La voix de DFD ingrate ? Alors n'écoute plus de chant  Laughing 

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 28509
Date d'inscription : 21/09/2012

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyMer 8 Jan 2014 - 9:48

Je parlais de la voix dans CET enregistrement, qu'on dirait réalisé dans une salle de bains, et non de l'art lyrique de DFD que j'écoute depuis longtemps, notamment dans les lieder...







Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 28509
Date d'inscription : 21/09/2012

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyMer 8 Jan 2014 - 10:00


Certes de mon point de vue, les Fahrenden Gesellen ne s'épanouissent vraiment que dans la salle de concert, et dans un écrin orchestral et non pianistique.







Revenir en haut Aller en bas
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 31571
Age : 39
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyMer 8 Jan 2014 - 10:05

Mélomaniac a écrit:
Je parlais de la voix dans CET enregistrement, qu'on dirait réalisé dans une salle de bains, et non de l'art lyrique de DFD que j'écoute depuis longtemps, notamment dans les lieder...

Tu m'en vois rassuré  Wink 

Mais si j'ai interprété ainsi tes propos c'est que j'ai du mal à concevoir que la seule prise de son puisse rendre ingrate une si belle voix.

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 39
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyLun 31 Mar 2014 - 13:25

On a eu l'occasion de parler, dans les sujets concernés, de Fischer-Dieskau chef d'orchestre (symphonies de Schubert, 4e de Brahms) ; je signale à la réécoute cette émission de France Musique qui permet d'entendre sa 3e de Schumann (et l'ouverture de Manfred) ainsi que Harold en Italie de Berlioz : http://www.francemusique.fr/emission/chefs-d-oeuvre-et-decouvertes/2013-2014/portrait-de-dietrich-fischer-dieskau-chef-d-orchestre-1925-2012-03-29-2014-09 . Je ne suis pas sûr que ces enregistrements soient encore (facilement) trouvables, à la différence de ses Brahms (Orfeo) et Schubert (EMI) voire Haydn (Orfeo encore) ; sans parler des enregistrements réalisés avec/pour Varady (Verdi, Wagner, Strauss).
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 39
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyVen 2 Mai 2014 - 16:01

Au rayon "baguette" toujours : vous connaissez ce disque Orfeo tutto Mozart dans lequel DFD dirige, en 2006 le Mozarteum de Salzburg & Lifschitz dans l'Adagio & Fugue K.546, le concerto 18 et les symphonies 30 & 32, http://www.amazon.fr/Adagio-Fugue-K-546-Concerto-Symphonies/dp/B008GKZLAK/ref=sr_1_3?s=music&ie=UTF8&qid=1399039003&sr=1-3&keywords=dieskau ?
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 39
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyMar 29 Nov 2016 - 10:27

Un nouvel opus dans la discographie de Fischer-Dieskau chef d'orchestre, un double album consacré à Hindemith :

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 71wDBSXKeXL._SX522_PJautoripRedesignedBadge,TopRight,0,-35_OU11__
Revenir en haut Aller en bas
Musica Enchiriadis
Mélomane du dimanche
Musica Enchiriadis

Nombre de messages : 90
Localisation : Genève
Date d'inscription : 22/02/2017

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyJeu 18 Mai 2017 - 9:42

Petit souvenir pour les 5 ans jour pour jour de la mort du grand maître :

Lien retiré (non libre de droits)


ME
Revenir en haut Aller en bas
https://musicaenchiriadis.wordpress.com/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 11641
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyMar 27 Oct 2020 - 1:13

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Wolf_l11
WOLF: Lieder avec orchestre
Dietrich Fischer-Dieskau (baryton), Stefan Soltesz / Münchner Rundfunkorchester
Munich, III & VI.1990
Orfeo


Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Schoec25
SCHOECK: Das stille Leuchten, op. 60
Dietrich Fischer-Dieskau (baryton), Hartmut Höll (piano)
Berlin, II.1988
Claves


Hier, je voulais parler des lieder avec orchestre de Wolf, et je me suis finalement retrouvé aujourd’hui’hui à réécouter trois fois le disque Orfeo, et deux fois le disque Schoeck tant ce que donne à entendre ici le dernier Fischer-Dieskau m’a pris à la gorge. Voilà peut-être qui, plus encore que ses grands enregistrements de ses meilleures années, permet de prendre au mieux la mesure de cet artiste - immense.

On est ici à la toute fin de sa carrière de chanteur (au disque il y aura encore l’ultime Winterreise avec Perahia, les lieder avec orchestre de Reger et Das Holde Bescheiden de Schoeck avec Mitsuko Shirai, et ce sera tout.) Au début des prises, on entend une voix sensiblement amoindrie: les prises de souffle sont rapprochées; l’émission, raidie, semble peiner à déployer des lignes vraiment ductiles comme à trouver son plein impact; l’aigu est manifestement difficile, étroit et blanchi, et on entend les efforts pour y remédier (je ne suis pas spécialiste, mais on a l’impression que Fischer-Dieskau positionne son émission à la limite du passage en falsetto.) C’est presque douloureux à écouter, et en même temps très émouvant - et puis…

Et puis, DFD va montrer à quel point il est un immense artiste: un artiste conscient de ses moyens comme il y en eut peu, et doté d’une prodigieuse intelligence de la musique et du texte poétique. Certes, la voix s’échauffe, s’élargit et s’assouplit assez vite, le chant regagne en aisance - et pourtant DFD ne va pas chercher à «faire comme si»: il va au contraire tout reprendre à partir de ses faiblesses pour construire autre chose. Et, contre toute attente, ce art du chant retrouvé s'appuie sur une sorte de contrepied par rapport aux défaut de sa période immédiatement antérieure (dont j’avais parlé ici.) Et c’est tout simplement miraculeux.

Renonçant à multiplier les postures vocales et les exagérations phonétiques pour masquer une difficulté à maintenir le legato, Fischer-Dieskau va au contraire ici déployer sobrement le texte, semblant puiser une ligne de chant très phrasée et très épurée dans les élans, les respirations et les inflexions du texte, tendant par là à un art qui serait moins celui du chanteur que du conteur: il faut entendre, à certains moments, aussi bien chez Wolf que chez Schoeck, comment le parlé semble prendre la relais du chanté. C’est d’une éloquence qui confond par sa sobriété et sa liberté, son invention.

Mais cette façon de transmuer ses faiblesses vocales en hautes vertus poétiques se retrouve en fait sur tous les paramètres. Assumant l’érosion de sa puissance au lieu de tenter d’y remédier par une émission durcie, heurtée et nasale, le chant de DFD retrouve ainsi une mezza-voce persuasive et, dans le médium, des couleurs qu’on ne lui avait peut-être pas entendues depuis les enregistrements avec Demus des années 60. Au lieu de chercher à faire claquer artificiellement ses aigus, de façon métallique, il les laisse entendre ici dans une fragilité à nu qui leur confère une vertu expressive - selon le contexte poétique douleur, humilité ou confidence. Ménageant ses plus fréquentes reprises de souffle en fonction de l’économie du texte, il parvient à les métamorphoser en des détachés suspendus d’une grande beauté.

Cette espèce d’ultime métamorphose du chanteur, la hauteur de vue dont elle procède (cette claire conscience de ses moyens, de son art, de la poésie, de la musique), la beauté singulière, à la fois détachée des normes technique, souveraine et quintessenciée à laquelle elle permet d’accéder… c’est vraiment quelque chose d’immense et de bouleversant - une leçon qui serait un peu comme l’équivalent, pour l’art vocal, de la manière tardive des dernières toiles de Titien ou de Poussin, ou de la Vie de Rancé...
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 90093
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyMar 27 Oct 2020 - 11:09

Benedictus a écrit:
Mais cette façon de transmuer ses faiblesses vocales en hautes vertus poétiques se retrouve en fait sur tous les paramètres. Assumant l’érosion de sa puissance au lieu de tenter d’y remédier par une émission durcie, heurtée et nasale, le chant de DFD retrouve ainsi une mezza-voce persuasive et, dans le médium, des couleurs qu’on ne lui avait peut-être pas entendues depuis les enregistrements avec Demus des années 60. Au lieu de chercher à faire claquer artificiellement ses aigus, de façon métallique, il les laisse entendre ici dans une fragilité à nu qui leur confère une vertu expressive - selon le contexte poétique douleur, humilité ou confidence. Ménageant ses plus fréquentes reprises de souffle en fonction de l’économie du texte, il parvient à les métamorphoser en des détachés suspendus d’une grande beauté.

C'est vraiment cela ! Après la période à vide des années 70, où il essaie de nasaliser et grimacer de plus en plus pour maintenir sa projection, il ose ici un lâcher prise assez remarquable. J'adore l'album Wolf, moi aussi – en revanche, en salle, on ne devait rien entendre, vu comme c'est émis et la masse de l'orchestre… L'artiste poète est impressionnant, comme tu dis il exploite ses limites (notamment en termes de legato) pour renforcer la finesse de ses interprétations.

C'est rare à ce degré, et particulièrement à ce stade de la carrière où trouver des solutions devient de plus en plus délicat…
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 11641
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyMer 28 Oct 2020 - 3:18

DavidLeMarrec a écrit:
il ose ici un lâcher prise assez remarquable.
hehe Oui, la gageure, pour moi, ça a été de décrire ce que fait ici DFD en s'interdisant deux des scies langagières les plus massives du moment: «lâcher prise» et «se réinventer» (parce que c'est vraiment tout à fait ça.)
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 90093
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyMer 28 Oct 2020 - 12:09

Donc, je te donne l'arrière-cuisine : j'ai hésité à l'écrire à la deuxième personne et en italique, lâchez prise, parce que cette expression me fait toujours penser à Gracq (présente plusieurs fois, au moins dans Un Balcon en forêt, dans mon souvenir). Mais je me suis dit « non, quand même, ça fait inutilement cuistre et emprunté ».

Si j'avais réalisé que c'était pour me faire agilement labelliser comme spin doctor d'un ethos adaptable et mémorablement itinérant. Neutral
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 90093
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyMer 28 Oct 2020 - 12:10

(Par ailleurs, c'est une expression que j'aime beaucoup, je trouve qu'elle signifie très efficacement une démarche pour laquelle on manque de mots autrement. On l'utilise beaucoup en chant, d'ailleurs, tonicité + lâcher prise, c'est capital.)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 31571
Age : 39
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyMer 28 Oct 2020 - 12:25

DavidLeMarrec a écrit:
Donc, je te donne l'arrière-cuisine : j'ai hésité à l'écrire à la deuxième personne et en italique, lâchez prise, parce que cette expression me fait toujours penser à Gracq (présente plusieurs fois, au moins dans Un Balcon en forêt, dans mon souvenir). Mais je me suis dit « non, quand même, ça fait inutilement cuistre et emprunté ».

Si j'avais réalisé que c'était pour me faire agilement labelliser comme spin doctor d'un ethos adaptable et mémorablement itinérant. Neutral

C'est vrai que l'inutilement cuistre et emprunté ... c'est ta crainte première Laughing

Pour le reste oui c'est capital en chant (avec la contradiction qu'il faut être hyper tonique dans la même temps).

_________________
Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination - Proust (Albertine disparue)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 11641
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 EmptyMer 28 Oct 2020 - 13:15

DavidLeMarrec a écrit:
Si j'avais réalisé que c'était pour me faire agilement labelliser comme spin doctor d'un ethos adaptable et mémorablement itinérant. Neutral
Meuh non, rhôlàlà! kiss
(En revanche, ce qui est vrai, c'est que j'ai failli écrire les deux expressions...)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Dietrich Fischer-Dieskau   Dietrich Fischer-Dieskau - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Dietrich Fischer-Dieskau
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Interprètes (discographie)-
Sauter vers: