Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 A la découverte du LIED - discographie

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 9346
Date d'inscription : 21/01/2007

A la découverte du LIED - discographie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: A la découverte du LIED - discographie   A la découverte du LIED - discographie - Page 6 EmptyMer 27 Mar 2019 - 8:39

Hanns Eisler: les Lieder
Holger Falk: baryton
Steffen Schleiermacher: piano

A la découverte du LIED - discographie - Page 6 07606210 A la découverte du LIED - discographie - Page 6 07606211 A la découverte du LIED - discographie - Page 6 07606212

Hanns Eisler a composé quelque 500 Lieder, si l'on inclus les musiques de films et les musiques de scènes.

Il a beaucoup composé pour les pièces de Bertolt Brecht dans lesquelles, la plupart du temps, des Lieder étaient chantés.
Eisler en a "détaché" un grand nombre du contexte théâtral pour les inclure à son répertoire de Lieder.

Pour Eisler, ces Lieder n'étaient pas destinés à des récitals classiques, mais plutôt faits pour être chantés dans les rassemblements, les manifestations, cabarets, au théâtre...
Et je pense que c'est dans cet état d'esprit qu'il faut aborder leur écoute.
C'est la plupart du temps "engagé", politisé, et souvent composés sous forme de marche et de ballades.

Pour ces volumes (4 prévus), un choix a été fait afin de donner un éventail le plus représentatif possible de ce corpus volumineux.

Vol.1: 1929-1937
Spoiler:
 

Collaboration importante avec Brecht. Sur les 27 Lieder de ce volume, 25 sont de cet auteur.

Eisler "retouche" régulièrement les textes de Brecht (ce sera le cas pour les autres auteurs aussi).
De son côté, Brecht n'hésite pas non plus à intervenir sur les compositions de Eisler: leur collaboration était très flexible.

Les compositions sont majoritairement tonales; deux sont composées en écriture dodécaphonique (Zwei Elegien), mais restent pour autant faciles d'écoutes, voire mélodiques.
C'est très varié et on ne s'ennuie jamais. Smile

Vol.3: American exil 1938-1948
Spoiler:
 

La palette d'auteurs s'élargie avec: toujours Brecht mais aussi Hölderlin, Pascal, Goethe, Eichendorff et Anacréon.
Les compositions sont plus complexes et aussi plus brèves; elles sont moins faciles d'accès que celles du volume 1.

On y trouve l'important cycle Hollywood Liederbuch

Vol.2: 1948-1962
Spoiler:
 

Retour d'exil.
Deux cycles importants: Neue deutsche Volkslieder sur des textes de Becher et un cycle sur des textes de Tucholsky.

Nouvel élargissement pour le choix des auteurs.
Des compositions faciles:
"Toutes les mélodies sont faciles, chacun peut les apprendre sans peine, c'est pourquoi je les ai intitulées chansons populaires..." Hanns Eisler.

Facile, mais toujours imaginatif, c'est varié, et pourtant considérés "bas de gamme" par certains. Quoiqu'il en soit ils ont été beaucoup chantés (en RDA).
La plus grande partie des Lieder donnent l'impression d'avoir été écrits pour le cabaret. Ils ont été créés pour la plupart pour Ernst Busch, interprète préféré et proche de Eisler

L'interprétation est vraiment excellente.
Non seulement Holger Falk en est le chanteur, mais j'ai envie de dire qu'il en est aussi l'acteur tant on le sent impliqué.
Le piano de Steffen Schleiermacher est tout aussi expressif.

Pour moi ces volumes sont une vraie réussite.


Dernière édition par Rubato le Dim 14 Avr 2019 - 13:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 88240
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

A la découverte du LIED - discographie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: A la découverte du LIED - discographie   A la découverte du LIED - discographie - Page 6 EmptyMer 27 Mar 2019 - 19:01

Je n'aime pas particulièrement Eisler, mais il est un fait que son corpus est très varié et original. Pas écouté cette collection, tu fais très envie, merci !
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 9346
Date d'inscription : 21/01/2007

A la découverte du LIED - discographie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: A la découverte du LIED - discographie   A la découverte du LIED - discographie - Page 6 EmptyMer 10 Avr 2019 - 7:09

Hermann ZILCHER

A la découverte du LIED - discographie - Page 6 40117911
Spoiler:
 

J'avais déjà bien aimé  cet autre volume.
et je peux dire la même chose de celui-ci.
C'est du beau Lied, dans une esthétique très post-romantique.
La majorité des Lieder de Zilcher parle de l'amour; "Toute ma vie j'ai chanté l'amour".
Il aimait adapter des poèmes rarement voire jamais mis en musique.

Rien de sophistiqué dans cette musique, mais c'est du "travail" bien fait et son écoute est toujours très plaisante.

On retrouve Konrad Jarnot, mais cette fois avec la mezzo Christa Mayer, dans un partage équitable de ces Lieder.
Au piano, Carl-Heiz März.
Belle interprétation.


J'ai aussi fait la découverte de Lieder de Karl Martin Reinthaler, mais j'en parlerai après de nouvelles écoutes.
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 9346
Date d'inscription : 21/01/2007

A la découverte du LIED - discographie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: A la découverte du LIED - discographie   A la découverte du LIED - discographie - Page 6 EmptyMer 10 Avr 2019 - 17:46

Karl Martin Reinthaler

Peter Schöne: baryton
Günther Albers : piano

A la découverte du LIED - discographie - Page 6 07612012
Spoiler:
 
Spoiler:
 

Avec la première écoute, j'étais curieusement passé à côté. Cette nouvelle écoute a remis les pendules à l'heure.

On est un plein romantisme, et on baigne tout au long de cet album, dans une ambiance musicale qui va de Schubert à Brahms, en passant par Schumann.
Du beau Lied, à écouter pour celui qui aime cette période.

Peter Schöne a une belle voix, claire, et sait se montrer convainquant dans les Lieder plus "énergiques" comme l'intense Bei Dir, entre autres.

Rien de particulier à dire pour l'accompagnement de Günther Albers.
Finalement un bel album. Smile
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 88240
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

A la découverte du LIED - discographie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: A la découverte du LIED - discographie   A la découverte du LIED - discographie - Page 6 EmptyMer 10 Avr 2019 - 18:55

Rubato a écrit:
Hermann ZILCHER

A la découverte du LIED - discographie - Page 6 40117911
Spoiler:
 

J'avais déjà bien aimé  cet autre volume.
et je peux dire la même chose de celui-ci.
C'est du beau Lied, dans une esthétique très post-romantique.
La majorité des Lieder de Zilcher parle de l'amour; "Toute ma vie j'ai chanté l'amour".
Il aimait adapter des poèmes rarement voire jamais mis en musique.

Rien de sophistiqué dans cette musique, mais c'est du "travail" bien fait et son écoute est toujours très plaisante.

On retrouve Konrad Jarnot, mais cette fois avec la mezzo Christa Mayer, dans un partage équitable de ces Lieder.
Au piano, Carl-Heiz März.
Belle interprétation.


J'ai aussi fait la découverte de Lieder de Karl Martin Reinthaler, mais j'en parlerai après de nouvelles écoutes.

Rien de sohistiqué, encore que… c'est tout de même du romantisme assez raffiné. J'aime beaucoup moi aussi (très beau volume CPO également).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 9346
Date d'inscription : 21/01/2007

A la découverte du LIED - discographie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: A la découverte du LIED - discographie   A la découverte du LIED - discographie - Page 6 EmptySam 13 Avr 2019 - 6:54

Paul Hindemith
Lieder

Juliane Banse : soprano
Axel Bauni: piano


A la découverte du LIED - discographie - Page 6 40117913
Spoiler:
 

Pas vraiment "facile" cette musique; on évolue dans une sorte de tonalité élargie quasi constante. Difficile donc de mémoriser un semblant de mélodie.
Ceci est surtout valable pour les œuvres les plus anciennes, L'op. 18 et les 4 Lieder d'après Angelus Silesius.

Par la suite, j'aurais envie de dire que cette "tonalité élargie"...se rétrécie! hehe ; oui je trouve les Lieder des années 40 plus accessibles.

Mais ces Lieder ne feront pas partie de mes préférés.  A la découverte du LIED - discographie - Page 6 2661413304

L'interprétation:
J'ai un petit problème ici avec Juliane Banse; je trouve que son chant manque de clarté, c'est opaque et la diction n'est pas vraiment au mieux.
C'est d'autant plus évident dans les poèmes en français...on n'y comprend rien et heureusement qu'il y a les textes dans le livret.

Sinon, bon piano de Axel Bauni.

Petite déception donc.
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 9346
Date d'inscription : 21/01/2007

A la découverte du LIED - discographie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: A la découverte du LIED - discographie   A la découverte du LIED - discographie - Page 6 EmptyDim 5 Jan 2020 - 8:28

Après hésitation, je poste ici...Lied, mélodies..

Spoiler:
 


Dernière édition par Rubato le Dim 12 Jan 2020 - 16:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 9450
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

A la découverte du LIED - discographie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: A la découverte du LIED - discographie   A la découverte du LIED - discographie - Page 6 EmptySam 11 Jan 2020 - 8:29

J'en avais moi-même dit un mot ici, dans le fil de la rubrique «Interprètes» consacré à Ian Bostridge.
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 9346
Date d'inscription : 21/01/2007

A la découverte du LIED - discographie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: A la découverte du LIED - discographie   A la découverte du LIED - discographie - Page 6 EmptySam 11 Jan 2020 - 10:07

Benedictus a écrit:
J'en avais moi-même dit un mot ici, dans le fil de la rubrique «Interprètes» consacré à Ian Bostridge.

Je n'avais pas vu ton commentaire très détaillé.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 9450
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

A la découverte du LIED - discographie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: A la découverte du LIED - discographie   A la découverte du LIED - discographie - Page 6 EmptyJeu 16 Jan 2020 - 21:41

A la découverte du LIED - discographie - Page 6 03_fis10
Lieder d’après des textes de Richard Dehmel
SZYMANOWSKI: Stimme im Dunkeln, op. 13 nº1 / REGER: Waldseligkeit, op. 62 nº2 / ZEMLINSKY: Entbietung, op. 7 nº2. Meeraugen, op. 7 nº3 / ANSORGE: Immer wieder, op. 11 nº4 / PFITZNER: Die stille Stadt, op. 29 nº4 / SCHNABEL: Notturno, op. 16 / WEBERN: Tief von fern. Aufblick. Ideale Landschaft. Am Ufer. Himmelfahrt. Nächtliche Scheu. Helle Nacht / STRAUSS: Notturno, op. 44 nº1. Stiller Gesang, op. 31 nº4 (arrangements pour piano, violon et baryton)
Dietrich Fischer-Dieskau (baryton), Aribert Reimann (piano), Kolja Blacher (violon)
Berlin, II.1985
Orfeo


Évidemment, le programme est génial, avec d’absolues raretés (certes, pas d’Alma Schindler - mais en 1985, rien que les Zemlinsky et les Webern sans numéro d’opus n’étaient quasiment pas documentés!) L’idée de d’un récital centré sur la poésie de Dehmel présente en effet l’intérêt d’offrir une sorte de panorama du lied postromantico-décadent - certes sur versant expressif le moins avenant (toujours cette atmosphère poisseuse de mauvais rêve chez Dehmel.)

Pour autant, attention: c’est vraiment le Fischer-Dieskau des mauvaises années qu’on entend là. D’abord, il y a cet aigu asséché et blanchi, systématiquement nasalisé, franchement inconfortable l’écoute. Dans les lieder qui sollicitent le plus l’aigu, Meeraugene et Stiller Gesang, c’est vraiment problématique; en revanche, j’ai trouvé que ce côté exsangue de la voix donnait à Die stille Stadt de Pfitzner un côté fantomatique assez saisissant.

Par ailleurs, il y a l’autre problème de DFD entre les années 70 et la fin des années 80, à savoir cette façon de surarticuler le texte en le segmentant par syllabes et en dotant chacune d’entre elle d’un effet vocal spécifique. Cependant, autant cette approche me semble fastidieuse dans le lied romantique, autant je trouve qu’ici, ça fonctionne plutôt bien. On peut déjà dire que, globalement, cette manière rend finalement assez bien compte des arrière-plans passablement névrotiques de la poésie de Dehmel. Et, dans le détail, ça se révèle même parfois musicalement très opérant: dans Stimme in Dunkeln, tout à fait fascinant, ça colle en fait exactement à l’écriture sinueuse et hallucinée de Szymanowski; dans Notturno de Schnabel, cette façon d’accidenter le grain permet d’animer d’effets de textures le flux de ce très long lied (plus de 20 minutes) dont l’écriture vocale pourrait sinon sembler sur la durée un peu filandreuse et homogène; dans les Webern (on a ici le cycle de 5 lieder d’après Dehmel de 1906-08 et les deux Dehmel des 8 lieder de jeunesse de 1901-04), cet art du détaché permet de rendre sensibles les intuitions de l’écriture pointilliste à venir; enfin, les Strauss donnés ici dans des arrangements avec violon et piano (l’original de Notturno est avec orchestre, celui de Stiller Gesang avec alto et piano) prennent ici un côté singulièrement moderne et rugueux (quoique d’une séduction assez discutable.)

Il faut aussi dire un mot de l’accompagnement, comme toujours admirable d’Aribert Reimann, qui exalte la richesse souvent assez extraordinaires des partie d’accompagnement, donnant vraiment à entendre quelque chose de très plastique dans l’agencement des textures et des couleurs - et rendant fort bien les spécificités de chaque univers musical: les longues lignes instables et les moirures de Szymanowski, l’espèce de densité compacte de Reger, l’austérité coloriste de Webern... et, surtout, l’écriture assez fascinante de la partie de piano du Schnabel (ce qui n’est guère étonnant) qui semble parcourir un peu tous les styles des premières années du XXᵉ siècle, jusque dans d’étonnants interludes où on croirait entendre les échos chopiniens du jeune Scriabine.

Bref, un disque qui n’est pas à recommander sans réserves, mais qui me paraît absolument essentiel pour tout amateur de lied décadent.
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 9346
Date d'inscription : 21/01/2007

A la découverte du LIED - discographie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: A la découverte du LIED - discographie   A la découverte du LIED - discographie - Page 6 EmptyVen 17 Jan 2020 - 7:40

Déjà que je n'ai jamais été un grand "fan" de DFD, alors si en plus c'est celui des mauvaises années. Confused

Peut-être pour les raretés alors, SZYMANOWSKI, ANSORGE, SCHNABEL dont je ne connais pas les Lieder.

Mais bon, l'interprétation est quand même importante et il n'est pas certain que je franchisse le pas!  A la découverte du LIED - discographie - Page 6 2661413304
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




A la découverte du LIED - discographie - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: A la découverte du LIED - discographie   A la découverte du LIED - discographie - Page 6 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
A la découverte du LIED - discographie
Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: