Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-79%
Le deal à ne pas rater :
Batterie externe 26800 mAh à charge rapide
22.95 € 110.00 €
Voir le deal

 

 Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel

Aller en bas 
AuteurMessage
gluckhand
Mélomaniaque
gluckhand

Nombre de messages : 1779
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyJeu 12 Déc 2019 - 6:00

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Killm110



J'ai depuis longtemps une grande admiration pour la musique de Killmayer ( mort il y a 2 ans ) admiration qui vient du fait qu'il était  un personnage très singulier dans la musique contemporaine et que ses oeuvres me remplissent de joie et de bien-être.Mort à 90 ans , né en 1927, il a étudié avec Carl Orff et passé une grande partie de sa carrière à Munich, il s'est intèressé à tous les genres avec succès , le chant, la mélodie, la symphonie et l'oratorio, comme ce curieux et délicieux Yolimba qui détonne par son originalité et son côté rétro.Bref un ton original ,sans être novateur ,même parfois archaïque , qui me fait penser à la célèbre réflexion de Schoenberg , qu'on pouvait encore composer de la belle musique tonale et c'est vraiment ce que j'ai toujours ressenti à l'écoute de ce très beau disque."Fin al punto",créé pour le 20ème anniversaire de l'orchestre de chambre de Munich en 1971, pour cette oeuvre,Killmayer  écrivit le texte suivant: "Le calme contient déjà la catastrophe. C'est du mouvement que se développe le mouvement à l'extrême extrême de ses pouvoirs, où il s'effondre. C'est le point auquel on abandonne, au-delà de laquelle on peut s'échapper à l'air libre" . C'est vrai que c'est une oeuvre très prenante écrite pour les cordes , mystérieuse et assez envoûtante, comme tout ce disque d'ailleurs, que je me suis passé en boucle des dizaines de fois pour essayer d'en saisir la magie et toute la beauté.Dans les 4 poèmes symphoniques qui suivent et qui ne durent pas la plupart, plus de 12 minutes, on sent toujours une tension et toujours une certaine magie des extrêmes,nul  je pense,ne peut rester insensible à la puissance évocatrice ,de cette musique à la fois incantatoire et solennelle, à la fois statique et tendue qui se dénoue lentement en s'évanouissant ,comme un retour à ses origines.  Il faut absolument citer en français les titres de ces poèmes, pour en saisir toute l'intention et la dramaturgie, Jugendzeit / jeunesse.....Verschüttete Zeichen/ Les bois reversés ou si sauvages .....Überstehenund Hoffen  /Survivre et espérer......Im Freien /A l'extérieur .Voilà pour les traductions dont je ne suis pas sûr, mais il est important pour moi de les citer pour mieux saisir toute la signification et la  beauté touchante de ces oeuvres magnifiquement interprètées par différents chefs .Bref un disque génial à écouter d'urgence selon moi .
Revenir en haut Aller en bas
lulu
Mélomane chevronné
lulu

Nombre de messages : 17746
Date d'inscription : 25/11/2012

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyJeu 12 Déc 2019 - 20:36

J’adore ses symphonies nº2 et nº3 (et pas grand-chose d’autre).
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomaniaque
gluckhand

Nombre de messages : 1779
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyVen 13 Déc 2019 - 5:56

En effet Lulu , pour ses symphonies,mais je comprends aussi très bien ,que son coté romantique ne puisse pas te plaire, killmayer qui lui-même disait "Le silence nous libère; il nous aide à nous écouter. La musique a souvent pour effet de nous faire oublier, mais peut aussi nous faire prendre conscience de notre propre être." .Il poursuit sa propre voie personnelle ,dans la grande lignée des cycles de lieders passés, avec ses superbes Hölderlin lieders et Sommersneige - Summer's End,je comprends que ça peut ressembler à un retour en arrière.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 10529
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyDim 12 Jan 2020 - 2:33

J’ai donc fini par céder aux instances de lulu qui me recommande depuis longtemps d’écouter Killmayer (ce qui est assez cohérent avec mes propres tropismes hartmanno-henzo-rihmiens.)

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Killma10
Sinfonia 1 (Foglie) (1968) pour orchestre
Erich Schmid / Radio-Sinfonie-Orchester Frankfurt
Francfort, IV.1972
Sinfonia 2 (Ricordanze) (1968-69) pour 14 instruments
Viktor-Lucas-Consort
Berlin, V.1969
Symphonie 3 (Menschen-Los) (1972-73) pour grand orchestre
Wilhelm Killmayer / Münchner Philharmoniker
Munich, III.1976
Nachtgedanken (1973) pour orchestre
Hanns-Martin Schneidt / SWR Radio-Sinfonieorchester Stuttgart
Schwetzinger, V.1974
La joie de vivre (1996), concerto de chambre pour petit orchestre avec hautbois obbligato
Hansjörg Schellenberger (hautbois) / Haydn-Ensemble Berlin
Berlin, III.1996
Wergo


Cette monographie est d’abord passionnante en tant qu’elle permet de retracer un véritable itinéraire esthétique (un «parcours très personnel» pour reprendre le titre de gluckhand.) C’est en effet que Killmayer est, si j’ose dire, d’emblée, un «vrai néo»: c’est-à-dire que l’on n’a pas ici, comme chez un Penderecki, ce mouvement typique qui voit un compositeur donner des gages à une écriture «avant-gardiste» pour effectuer ensuite un retour à un langage de plus en plus tonal; pour autant, le langage et l’esthétique évoluent assez considérablement, avec, me semble-t-il, trois moments aisément discernables.


Le premier moment est celui des deux premières Sinfonie, 1968-69. J’ai l’impression qu’on a ici à faire à une forme de musique «néotonale expérimentale» - en fait, à l’oreille, on a clairement à faire à une musique harmoniquement très stable mais suspendue, sans grands sauts d’intervalles, sans fracas ni «proliférations», avec même assez peu de modulations et à l’inverse des éléments nettement itératifs - et pourtant il est extrêmement difficile de s’y repérer, tant la musique (très belle, calme, non dépourvue d’une certaine gravité nébuleuse, déployant des textures au grain très fouillé qui ne cessent de se dissoudre et de se recomposer) semble radicalement élusive.

À lire la notice du disque, il semblerait en fait que le compositeur se soit attaché au réemploi cryptique de cadres structurels pré-classiques, comme en témoigne le choix du terme italien de Sinfonia (et les durées très brèves des deux œuvres: 10:57 et 7:44) - les cadres formels de la Sinfonia 1 seraient ainsi à chercher du côté du premier baroque (structuration des entrées selon le schéma de la canzona da sonar du XVIIᵉ, polarisation entre stylus gravis polyphonique et stile concitato récitatif comme chez Monteverdi...) tandis qu’à l’inverse l’emploi d’un instrumentarium baroque dans la Sinfonia 2 se doublerait d’une sorte de travail de «cinétique» extrêmement subtil aboutissant à une sorte de distrorsion imperceptible des repères rythmiques et dynamique.

En fait, on a l’impression qu’il y a dans ces deux œuvres une sorte de travail très délicat de dissolution des repères perceptifs de l’auditeur. Alors même que le langage en semble clair et d’une douceur ou d’un détachement à la limite de l’inexpressif, ce que l’on entend semble toujours héler l’attention auditive mais échapper à la saisie consciente, ne renvoyant qu’à des pressentiments (toujours déçus) ou à des souvenir (jamais formulés), pour aboutir à une impression de disparition ou de perte (grande importance du fading.) Certes, après quelques réécoutes, on parvient à «accrocher» des choses - notamment ce qui semble être la signature de Killmayer à cette époque: des crescendos dont le développement s’interrompt de manière abrupte pour ensuite s’effilocher dans une sorte de plainte en sourdine. On voit aussi comment fonctionne la Sinfonie 1, avec sa succession de trois brefs fragments (le premier «feuillet» avec ses lignes mélodiques aux cordes, le second avec ses sonorité imitatives et notamment le solo de flûte lancinant, le troisième avec son écriture purement rythmique confiée aux percussions); on sent dans la Sinfonie 2 comment les tonalités se construisent peu à peu, se consolident puis se dissolvent (grâce aussi à des points de repères comme le son du clavecin) - et c’est probablement une œuvre qui gagnera encore à la réécoute. Mais l’écoute de cette musique constitue vraiment une «expérience de conscience» énigmatique et à ce titre fascinante.

(Pour risquer une comparaison hasardeuse, voire provocatrice, je dirais que ça fait un peu penser à du Kantcheli en incomparablement moins moche et plus raffiné.)



Le second moment, c’est 1973: la Symphonie 3 (on notera l’orthographe par opposition aux deux premières, ainsi que l’usage du grand orchestre et la durée: près de 20 minute) et de Nachtgedanken. C’est probablement là que Killmayer devient une sorte d’initiateur de la Neue Enfachheit - c’est-à-dire ce moment «néo» de la musique contemporaine allemande, qui se cristallise dans la seconde moitié des années 70 (il faut absolument lire le texte de lulu sur le sujet, ici.) Il n’est cependant pas certain que ce qui se met en place ici corresponde si étroitement que cela à l’esthétique de ce courant (il faudrait que j’écoute les œuvres de Bose, Müller-Siemens, Trojahn et Schweinitz pour m’en rendre compte.)

En tout état de cause, la Symphonie 3 déploie une écriture beaucoup plus ample, et beaucoup plus nettement ancrée dans la tradition romantique: grand flux continu, langage paradoxalement moins tonal (disons: d’une tonalité très élargie, avec davantage de modulations, de chromatisme, ponctuellement de brefs éclats atonaux) mais plus polarisé, contrastes expressifs frontaux (le sous-titre en est «destinée humaine»), rôle obsédant des ostinati, des boucles répétitives du piano et des violons et des récitatifs par successions de grands accords de cuivres, de cordes graves ou d’orgue, grands crescendos éruptifs et passages monodiques suspendus, développement et retour des thèmes... Il n’en demeure pas moins que la structuration globale s’inscrit aussi dans la continuité des deux premières Sinfonie: impression de voir des éléments se construire, se cristalliser puis se dissoudre, l’arrêt abrupt de grands crescendos suivis d’un long fading plaintif... Mais, à la différence des deux premières, l’impression est au contraire celle d’une œuvre qui empoigne émotionnellement son auditeur et ne le lâche pas - pour ma part, j’ai été saisi d’un bout à l’autre au cours de mes deux écoutes.

Toutefois, j’ai peut-être encore plus aimé Nachtgedanken - qui s’inscrit encore plus directement dans une esthétique qu’on pourrait qualifier de «néo-postromantique.» Ici, on assiste, dans un climat de grand adagio nocturne et inquiet, sur fond de battements obsessionnels, à l’émergence progressive de longues lignes aux sinuosités généreuses, avec des tuilages instrumentaux très riches (notamment les traits de la petite harmonie), relancées par d’impressionnants appels de cuivres en une grande poussée qui fait alterner là aussi les crescendos et les moments de suspension pour finalement se dissoudre dans un silence inapaisé... Vraiment immense.


Le troisième et dernier moment, c’est celui de La Joie de vivre, composé en 1996 pour un ensemble de format haydnien. Là, on est clairement dans quelque chose de carrément néoclassique, totalement lisible, hyper-consonnant mais très patchwork - après un début assez postromantisant, on assiste à une succession de boucles répétitives, de pastiches euphoriques tantôt de musique folklorisante (assez chouettes), tantôt de musique XVIIIᵉ (un peu pénibles) dont un simili-concerto pour hautbois, mais avec de temps à autres des sorties de routes harmoniques ou «cinétiques» pour s’achever de nouveau dans des climats un peu raréfiés plus typiquement «killmayériens.» C’est probablement l’œuvre la plus accessible de cette monographie, mais aussi celle qui m’aura trouvé le plus réticent.


Mais à l’exception de cette dernière pièce, une découverte passionnante - je compte d’ailleurs explorer prochainement la musique de chambre (il existe un disque CPO avec Siegfried Mauser), peut-être les Poèmes symphoniques dont parlait gluckhand (c’est la même veine que Nachtgedanken?) avant de me lancer dans ses lieder.
Revenir en haut Aller en bas
lulu
Mélomane chevronné
lulu

Nombre de messages : 17746
Date d'inscription : 25/11/2012

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyMer 15 Jan 2020 - 23:29

J’écoute le Quatuor à cordes... J’ai pu deviner la date rien qu’en l’écoutant : 1969, c’est-à-dire l’époque des deux premières symphonies (pour rappel j’admire intensément la deuxième). C’est très frappant je trouve comme cette musique n’a en fait rien de néotonale. Bien au contraire le langage tonal (et en fait tout langage musical) y est mis en échec. Une musique d’après la mort de la musique (Lachenmann), qui tait sa catastrophe, et qui s’enlise dans des unissons dont elle ne peut s’échapper que par de brefs élans qui tournent à vide et ne mènent nulle part. Il me semble que c’est une œuvre sans équivalent, surtout à cette époque, et je dois dire que je trouve ça assez bouleversant (et plus accessible que Nono).
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 10529
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyMer 15 Jan 2020 - 23:59

lulu a écrit:
C’est très frappant je trouve comme cette musique n’a en fait rien de néotonale. Bien au contraire le langage tonal (et en fait tout langage musical) y est mis en échec. Une musique d’après la mort de la musique (Lachenmann), qui tait sa catastrophe, et qui s’enlise dans des unissons dont elle ne peut s’échapper que par de brefs élans qui tournent à vide et ne mènent nulle part.
Je n'ai pas encore écouté le Quatuor (programmé pour demain!) mais la façon dont tu formules ça me semble finalement moins contredire mes impressions (formulées non sans grandes difficultés) au sujet des deux premières symphonies qu'en tirer avec fermeté les ultimes conclusions logiques.

D'ailleurs, en repensant hier au côté radicalement élusif de cette musique (sentiment d'une saisie toujours-déjà refusée, d'une perte dont on ne sait pas vraiment si on a le souvenir informulé ou le pressentiment vague...), j'ai pensé à l'idée de tragedia dell'ascolto de Nono.

(J'ai aussi pensé à ces récits de Blanchot, L'Arrêt de mort, Au moment voulu... - au sentiment de perte face à ces textes au sens radicalement indécidable malgré la limpidité d'un langage classique. C'est dire si, par-delà la séduction immédiate et très forte sur moi de la Symphonie 3 et de Nachtgedanken, ces deux premières symphonies me hantent finalement davantage.)
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 10529
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyJeu 16 Jan 2020 - 16:48

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel 04_kil10
Quatuor à cordes (1968)
Christian Altenburger (violon I), Gabriele Weinmeister (violon II), Barbara Westphal (alto), Julius Berger (violoncelle)
Munich, V.1988
CPO


lulu a écrit:
J’écoute le Quatuor à cordes... J’ai pu deviner la date rien qu’en l’écoutant : 1969, c’est-à-dire l’époque des deux premières symphonies (pour rappel j’admire intensément la deuxième). C’est très frappant je trouve comme cette musique n’a en fait rien de néotonale. Bien au contraire le langage tonal (et en fait tout langage musical) y est mis en échec. Une musique d’après la mort de la musique (Lachenmann), qui tait sa catastrophe, et qui s’enlise dans des unissons dont elle ne peut s’échapper que par de brefs élans qui tournent à vide et ne mènent nulle part. Il me semble que c’est une œuvre sans équivalent, surtout à cette époque, et je dois dire que je trouve ça assez bouleversant (et plus accessible que Nono).
Rien à ajouter ni à retrancher à ce qu’a écrit lulu, sauf pour souligner qu’en effet, c’est bouleversant.

(Juste peut-être préciser qu’à l’écoute - trois fois en boucle ce matin - , j’ai eu le sentiment, je ne dirais évidemment pas d’une prégnance, mais d’une présence très forte de cette musique: je me suis senti plus directement et constamment hélé par ce quatuor que par les deux premières Sinfonie - peut-être tout simplement parce que c’est un quatuor à cordes.)
Revenir en haut Aller en bas
Mefistofele
Mélomane averti
Mefistofele

Nombre de messages : 295
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyMer 22 Jan 2020 - 0:56

Ce n'est pas éminemment instructif, mais j'ai écouté à plusieurs reprises le disque des symphonies, et je rejoins Benedictus : les symphonies 2 et 3 sont au moins enthousiasmantes, Nachtgedanken peut-être même plus ! Superbe et totalement inattendu, et qui ne ressemble à rien que je n'ai déjà entendu ailleurs. Les boucles qui se dissolvent, les martèlements obstinés mais discrets, le son qui se cherche et le "jeu" (?) sur les attentes de l'auditeur, je suis conquis et ai hâte d'essayer le reste !
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 10529
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyMer 22 Jan 2020 - 19:04

Pour ma part, je prévois le reste du disque de musique de chambre CPO et j'ai commandé le disque d'œuvres symphoniques chez Wergo dont gluckhand a parlé dans son premier post. Ensuite, il reste deux corpus apparemment assez considérables - le piano seul et le lied.
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 10281
Date d'inscription : 21/01/2007

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyMer 22 Jan 2020 - 19:13

Benedictus a écrit:
Pour ma part, je prévois le reste du disque de musique de chambre CPO et j'ai commandé le disque d'œuvres symphoniques chez Wergo dont gluckhand a parlé dans son premier post. Ensuite, il reste deux corpus apparemment assez considérables - le piano seul et le lied.

Ah, ça pourrait m'intéresser ! Basketball
Revenir en haut Aller en bas
Mefistofele
Mélomane averti
Mefistofele

Nombre de messages : 295
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyMer 22 Jan 2020 - 20:21

Benedictus a écrit:
Pour ma part, je prévois le reste du disque de musique de chambre CPO et j'ai commandé le disque d'œuvres symphoniques chez Wergo dont gluckhand a parlé dans son premier post. Ensuite, il reste deux corpus apparemment assez considérables - le piano seul et le lied.

J'ai le même programme (les poèmes arrivent bientôt), passant sûrement mon tour pour le piano seul à moins d'entendre des avis dythirambiques. Quant au lied, c'est dès que j'ai le temps. Rolling Eyes

Tout le disque de musique de chambre est intéressant. Les 5 Romanzen pour violon et piano sont d'une extreme variété entre elles et parfois au sein du même movement, comme le premier qui m'a vraiment marqué (Im Romanzeton). Violon et piano tantôt ultra-lyriques, tantôt qui font de brèves embardées, voire qui partent dans le décor (déluge de notes, dissonances, citations dévoyées car j'ai l'impression d'entendre Frère Jacques à partir de 4:36 !). Locker est un délicieux scherzo frais et printannier, je n'y perçois pas le moindre nuage, difficile de croire que c'est une composition de la seconde moitié du XXe siècle. Le second et le quatrième mouvements ont au contraire des passages plus "tendus", avec une atmosphère raréfiée (ça ressemble plus à l'univers des symphonies), alors que le cinquième est un Presto irrésistible, mené à un train d'enfer, extrêmement souriant, avec des clins d'œil au... jazz (? Je ne sais pas comment qualifier proprement cet accompagnement au piano.)

Les autres œuvres m'ont bien plu également, mais ça ne sourit certainement pas autant ! Le trio à cordes oscille entre élégie et abattement, le quatuor pour piano m'évoque Weinberg (de la sinistrose, des martèlements obstinés) et j'y ai complètement adhéré, il n'y a guère que le trio pour piano Brahms-Bildnis qui me laisse de glace. Je ne reviens pas sur le quatuor, c'est expliqué parfaitement quelques messages au-dessus.


Dernière édition par Mefistofele le Sam 25 Jan 2020 - 11:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 10281
Date d'inscription : 21/01/2007

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyJeu 23 Jan 2020 - 11:17

Je pense que je vais me laisser tenter par cet album de Lieder ! Basketball

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel 61qibw10
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 10529
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyJeu 23 Jan 2020 - 11:24

Mefistofele a écrit:
Les autres œuvres m'ont bien plu également, mais ça ne sourit certainement pas autant ! Le trio à cordes oscille entre élégie et abattement, le quatuor pour piano m'évoque Weinberg (de la sinistrose, des martèlements obstinés) et j'y ai complètement adhéré, il n'y a guère que le trio pour piano Brahms-Bildnis qui me laisse de glace.
Exactement pareil (sauf que j'aurais dit Oustvolskaïa à la place de Weinberg...)
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 88985
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyJeu 23 Jan 2020 - 13:44

On donne en ce moment même son opéra Yolimba à Münster, s'il y a des amateurs…

(C'est la seule œuvre que je connaisse de lui, et elle est bien plus lumineuse et primesautière que tout ce que vous avez décrit jusqu'ici… De la bonne grosse tonalité bondissante tout à fait charmante comme un opéra bouffe de 1890.)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 10529
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyJeu 23 Jan 2020 - 17:41

DavidLeMarrec a écrit:
(C'est la seule œuvre que je connaisse de lui, et elle est bien plus lumineuse et primesautière que tout ce que vous avez décrit jusqu'ici… De la bonne grosse tonalité bondissante tout à fait charmante comme un opéra bouffe de 1890.)
Si, si, il y a aussi beaucoup de cela dans La Joie de vivre ou les Cinq Romances pour violon et piano (ces dernières s'intituleraient-elles Vanitas Vanitatum) dont Mefistofele et moi-même avons parlé un peu plus haut - mais effectivement, il n'y a pas que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Mefistofele
Mélomane averti
Mefistofele

Nombre de messages : 295
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyJeu 23 Jan 2020 - 19:45

Benedictus a écrit:
Mefistofele a écrit:
Les autres œuvres m'ont bien plu également, mais ça ne sourit certainement pas autant ! Le trio à cordes oscille entre élégie et abattement, le quatuor pour piano m'évoque Weinberg (de la sinistrose, des martèlements obstinés) et j'y ai complètement adhéré, il n'y a guère que le trio pour piano Brahms-Bildnis qui me laisse de glace.
Exactement pareil (sauf que j'aurais dit Oustvolskaïa à la place de Weinberg...)

Le rapprochement me semble en effet plus pertinent. J'ai écrit Mieczyslaw car je le connais depuis plus longtemps, mais Galina, c'est vraiment ça.

Benedictus a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
(C'est la seule œuvre que je connaisse de lui, et elle est bien plus lumineuse et primesautière que tout ce que vous avez décrit jusqu'ici… De la bonne grosse tonalité bondissante tout à fait charmante comme un opéra bouffe de 1890.)
Si, si, il y a aussi beaucoup de cela dans La Joie de vivre ou les Cinq Romances pour violon et piano (ces dernières s'intituleraient-elles Vanitas Vanitatum) dont Mefistofele et moi-même avons parlé un peu plus haut - mais effectivement, il n'y a pas que ça.

Le sous-titre des romances me surprend tant c'est joyeux dans l'ensemble. La pièce mérite le coup d'oreille. De là à dire que c'est représentatif de l'art de ce compositeur...
En scannant rapidement la musique vocale, j'ai eu l'impression que c'était globalement plus lumineux que la musique instrumentale. Du moins, il me reste à écouter le disque de poèmes symphoniques avant de me prononcer "définitivement".
Quoi qu'il en soit, je mets Killmayer au rang de mes excellentes surprises pour 2020. Merci à gluckhand pour le coup de projecteur initial.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 10529
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyJeu 23 Jan 2020 - 20:48

Mefistofele a écrit:
Le sous-titre des romances me surprend tant c'est joyeux dans l'ensemble.
En lisant ça, tout à l'heure, j'avais commencé à réfléchir à ce que pouvait vouloir dire de l'œuvre ce titre de Vanitas Vanitatum (d'autant que le livret ne l'explique pas), en pensant d'abord à Qohelet bien sûr - et sans voir trop où ça menait. Et puis j'ai pensé aux peintures qu'on appelle vanités, et ça m'a paru faire davantage sens: il y a en effet souvent dans ce sous-genre de la nature morte un caractère à la fois ludique et virtuose assez affirmé (remplois, renvois citationnels à la tradition, trompe-l'œil, anamorphoses, quasi-rébus...) qui entre en tension avec le sentiment de la mort inéluctable, au point parfois d'aboutir à un sens proprement indécidable: on se demande bien souvent si c'est la présence grimaçante du crâne dans un coin de la toile qui révoque en doute l'hédonisme baroque de la nature morte ou si ce n'est pas plutôt l'inverse, une célébration épicurienne et joueuse qui ironise le topos du memento mori... Ce n'est bien sûr qu'une hypothèse, mais j'ai l'impression que tout ça fait écho à ce qu'on entend dans ces Cinq Romances pour violon et piano.
Revenir en haut Aller en bas
Mefistofele
Mélomane averti
Mefistofele

Nombre de messages : 295
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyJeu 23 Jan 2020 - 22:14

Je ne suis donc pas seul à m'interroger sur ce nom !
Ma foi, ce n'est pas exclu... Deux mouvements graves qui encadrent le mouvement central si positif, et le dernier si allègre, du genre "profitons de la vie" tant que nous pouvons ?
Revenir en haut Aller en bas
Mefistofele
Mélomane averti
Mefistofele

Nombre de messages : 295
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptySam 25 Jan 2020 - 12:58

J'ai donc reçu le disque de poèmes symphoniques en exergue de ce fil, et je suis assez partagé sur les retours à faire. Car il y a à mon sens trois groupes de pièces : fin al punto, les deux premiers poèmes et les deux derniers.

Après le choc des symphonies et de la musique de chambre, les poèmes apparaissent dans l'ensemble bien "lisses". Pas une seule pièce souriante comme les romances ou le pastiche classique que constituait La Joie de vivre pour une fois, tout n'est que réserve et pudeur. Seul Jugendzeit serait plutôt (et passagèrement) "positif". C'est aussi la pièce la moins allusive du lot, avec de vraies bribes mélodiques, l'orchestration la plus chamarrée, les contrastes les plus marqués et une atmosphère globalement douce-amère. La jeunesse n'existe qu'une fois qu'elle est passée, dit la notice, il s'agit donc d'un catalogue de souvenirs et de regrets ? Musicalement, c'est effectivement une succession de micro-épisodes orchestraux, logique poussée à l'extrême dans Verschüttete Zeichen, où le sentiment de collage disjoint est particulièrement prégnant (et peut-être irritant en ce qui me concerne).

Les deux autres poèmes sont tout aussi allusifs mais sans le caractère fragmentaire extrême des deux premiers. Pas de rythme au premier plan, des atmosphères étales, l'absence de sentiment marqué, fut-ce de désespoir franc (le ton reste globalement pessimiste ?), de la demi-teinte et de l'esquisse, de la retenue avec quelques explosions parfois (Überstehen und Hoffen) sans le côté allusif ou le jeu des délitements qui font le charme des symphonies. Im Freien, dans le genre suspendu, avec soli de vents pianissimo, discrètes notes des cordes, pointes de célesta, bribes d'inquiétude et ombres passagères (de menace ou de joie) est assez réussi pour le coup.
Avec ce disque, je lis vraiment l'étiquette de nouvelle simplicité comme celle d'une extrême économie de moyens, presque de superfluité d'un fil conducteur, sans tomber toutefois dans le minimalisme. Une alternative intéressante, mais pas toujours nourrissante en ce qui me concerne. C'est toutefois très beau et je compte y revenir, étant peut-être passé à côté de quelque chose.

Mais c'est surtout qu'il y a fin al punto, pour orchestre à cordes. La nomenclature est surprenante, tant on a l'impression d'entendre un cor appelant le destin au loin pendant une grande partie du morceau. Et là, c'est une catastrophe au ralenti, c'est terriblement angoissant, on a des ostinati, un orchestre menaçant, des cordes en sourdine qui égrènent les minutes de l'effroi et se retirent discrètement dans une sorte de malaise bourdonnant. Je crois me souvenir d'un fil sur les musiques de l'angoisse, elle y a complètement sa place, cette pièce m'a pris à la gorge, elle fait pour moi tout le prix de cette collection. Et les "bonus" sont loin d'être vilains. I love you
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomaniaque
gluckhand

Nombre de messages : 1779
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptySam 25 Jan 2020 - 13:40

https://de.schott-music.com/wilhelm-killmayer-1927-2017
Revenir en haut Aller en bas
lulu
Mélomane chevronné
lulu

Nombre de messages : 17746
Date d'inscription : 25/11/2012

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptySam 25 Jan 2020 - 13:52

Mefistofele a écrit:
Mais c'est surtout qu'il y a fin al punto, pour orchestre à cordes. La nomenclature est surprenante, tant on a l'impression d'entendre un cor appelant le destin au loin pendant une grande partie du morceau. Et là, c'est une catastrophe au ralenti, c'est terriblement angoissant, on a des ostinati, un orchestre menaçant, des cordes en sourdine qui égrènent les minutes de l'effroi et se retirent discrètement dans une sorte de malaise bourdonnant. Je crois me souvenir d'un fil sur les musiques de l'angoisse, elle y a complètement sa place, cette pièce m'a pris à la gorge, elle fait pour moi tout le prix de cette collection. Et les "bonus" sont loin d'être vilains. I love you

Moi aussi il n’y a que fin al punto qui m’ait laissé un bon souvenir (en fait j’ai totalement oublié les autres – je me souviens seulement que Cololi s’était moqué de la pochette, pourtant intéressante, des études de couleurs de Goethe.
C’est une pièce de 1970, qui est donc encore en partie dans l’esprit des symphonies. Et le commentaire de Killmayer est parlant aussi :

Die Ruhe enthält bereits die Katastrophe in sich. Aus der Ruhe wächst die Bewegung, die sich selbst bis an den äußersten Punkt ihrer Kraft treibt, an dem sie dann zusammenfällt. Es ist der Punkt, an dem man aufgibt, hinter dem man ins Freie gelangen kann.
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 10281
Date d'inscription : 21/01/2007

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyLun 27 Jan 2020 - 15:46

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel 61qibw11
Sommersneige

Markus Schäfer: ténor
Siegfried Mauser: piano

Programme:
Spoiler:
 

Découverte de Killmayer et de ses Lieder.

Des poèmes d'Eichendorff (9), de Hölderlin (4) et de Trakl (14).

Dans l'ensemble, c'est assez épuré, avec un accompagnement au piano d'une certaine sobriété. Je pense que l'on a ici plusieurs techniques de composition...mais je ne m'aventurerai pas sur ce "terrain".
J'ai trouvé que les "Eichendorff" étaient les plus accessibles avec des compositions "classiques", mélodieuses pour certaines.

J'ai trouvé aussi que c'était très "aéré", avec parfois de longs silences, ou un chant qui se retrouvait a capella pendant plusieurs mesures; des "breaks" au piano aussi.

L'interprétation est vraiment excellente et j'ai beaucoup apprécié le chant du ténor, voix claire, avec une certaine douceur parfois.

Belle découverte pour moi. Smile

EDIT:
Malheureusement, aucun texte dans le livret ! Confused...mais on peut les trouver !! Very Happy


Dernière édition par Rubato le Mer 29 Jan 2020 - 17:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 10281
Date d'inscription : 21/01/2007

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyMar 28 Jan 2020 - 17:48

[Playlist]

J'en reviens à cet album de Lieder dont j'ai parlé juste au-dessus.

je l'ai réécouté (au casque pour une meilleure immersion), et je le trouve superbe.

Comme je l'ai dit, c'est très épuré, mais il s'y dégage quelque chose de très fort, une gravité du début à la fin du cycle.
Je pense que ça tient aussi beaucoup au chant de Markus Schäfer, très beau, délicat, nuancé qui me plaît beaucoup.

Je peux pratiquement parler d'un "coup de cœur" ! I love you

Je me demandais si tout son corpus de Lieder avait été enregistré ? bounce

EDIT:
Finalement j'ai trouvé les textes avec presque toutes les traductions françaises cheers
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 10281
Date d'inscription : 21/01/2007

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyDim 2 Fév 2020 - 10:03

[Playlist]

Nouvelle écoute des Lieder, et avec les textes et leur traduction cette fois ! Smile
C'est mieux quand on sait "de quoi ça cause" Very Happy

J'adore cet album !
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 10281
Date d'inscription : 21/01/2007

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyDim 29 Mar 2020 - 9:30

[Playlist]

Sommersneige

Markus Schäfer: ténor
Siegfried Mauser: piano


Voir ci-dessus.

Je ne m'en lasse pas! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 10281
Date d'inscription : 21/01/2007

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyJeu 21 Mai 2020 - 15:55

Dans Quizz \"Paroles et Musique" Benedictus a écrit:
Rubato a écrit:
Oui, très bonne idée, j'étais justement en train de chercher quels compositeurs l'avaient mis en musique...je sais que j'ai du Hölderlin "en stock"!
En gros cycle intégral, j'ai les Hölderlin-Lieder de Killmayer
.

Et ça se trouve où? Tu as une référence? bounce

Ça m'intéresse fortement!
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 10529
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyJeu 21 Mai 2020 - 16:22

La version que j'ai sous la main, c'est la version orchestrale du cycle par Peter Schreier avec la Radio-Philharmonie Hannover des NDR dirigée par Bernhard Klee, chez Wergo.

La version piano me tente beaucoup - ne serait-ce que c'est avec Christoph Prégardien (et Siegfried Mauser au piano) - mais c'est un double CD EMI qui est épuisé, ou assez cher en occase.
Revenir en haut Aller en bas
Rubato
Mélomane chevronné
Rubato

Nombre de messages : 10281
Date d'inscription : 21/01/2007

Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel EmptyJeu 21 Mai 2020 - 16:33

Benedictus a écrit:
La version que j'ai sous la main, c'est la version orchestrale du cycle par Peter Schreier avec la Radio-Philharmonie Hannover des NDR dirigée par Bernhard Klee, chez Wergo.

La version piano me tente beaucoup - ne serait-ce que c'est avec Christoph Prégardien (et Siegfried Mauser au piano) - mais c'est un double CD EMI qui est épuisé, ou assez cher en occase.

Bon, Peter Schreier ça ne me tente pas trop.

Sinon, oui, j'avais fait quelques recherches mais n'avais rien trouvé. Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel 2661413304

Dommage car ses Lieder sont vraiment excellents!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty
MessageSujet: Re: Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel   Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Wilhelm Killmayer ( 1927-2017 )un parcours très personnel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: