Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-24%
Le deal à ne pas rater :
Purificateur d’air & Ventilateur Dyson TP02 (Programmable – ...
399 € 527 €
Voir le deal

 

 Stockhausen

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 12611
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Stockhausen - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Stockhausen   Stockhausen - Page 4 EmptyDim 23 Mai 2021 - 21:05

Mandryka a écrit:
2. Cornelius Cardew a critiqué Refrain d’un point de vue Marxiste dans son livre Stockhausen Serves Imperialism.
hehe C'est même devenu une sorte de running gag avec lulu.

Mandryka a écrit:
3. Ce matin j’ai écouté Klavierstück XIII sur YouTube - c’est extraordinaire. Le pianiste chant, il se lève et il marche autour du piano, il cogne l’instrument . . . je ne comprend pas ce que Stockhausen essayait d’atteindre exactement. De tout façon c’est amusant!
Il faut voir surtout ça dans le contexte de SAMSTAG aus LICHT, je ne sais pas si ça se trouve sur le tube - à la Philharmonie de Paris, la saison dernière, avec Alphonse Cemin (son costume à plumes et son maquillage étaient magnifiques), ça devenait une espèce de numéro de mime chorégraphique, une fantasmagorie à la fois belle et absurde - avec les interventions de la basse luciférienne.

Mais à quoi ça sert que Ducros il se décarcasse...
Revenir en haut Aller en bas
Mandryka
Mélomaniaque
Mandryka

Nombre de messages : 796
Date d'inscription : 03/04/2010

Stockhausen - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Stockhausen   Stockhausen - Page 4 EmptyDim 23 Mai 2021 - 21:29

C’est pas sur le tube autant que je sache, mais c’est trouvable quand même - video et programme. Merci pour le tuyau.
Revenir en haut Aller en bas
xoph
Mélomane chevronné
xoph

Nombre de messages : 3631
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

Stockhausen - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Stockhausen   Stockhausen - Page 4 EmptySam 29 Mai 2021 - 10:25

xoph à propos de Stimmung par Electric Phoenix a écrit:
Je me demande ce que Stockhausen pensait de la polyphonie franco-flamande…
Benedictus a écrit:
Beaucoup de bien, il me semble...
Ce n'était effectivement pas qu'une boutade (après mon écoute de Simone de Bonefont / Paul van Nevel / Huelgas ensemble, qui précedait Stimmung) : la composante sacrée de Stimmung, le tressage polyphonique et strictement vocal (retravaillé* chez Stockhausen), les vibrations ténues, les voix de basse ; autant d'éléments qui peuvent y faire penser. Tout autant qu'à la musique répétitive ou au sprechgesang qui sont souvent évoqués (à juste titre, il me semble aussi).
Du coup j'ai un peu cherché, sans trop de résultat
> Sur Nono, Maderna
"Cette question [Le traitement webernien de la série comme générateur d’ambiguïté ] prendra pour Luigi Nono toujours plus d’importance, pour devenir le thème de Prometeo (1985) ; mais c’est dès ses années d’apprentissage qu’il l’a rencontrée. L’enseignement qu’il avait reçu de Bruno Maderna sur la musique franco-flamande de la Renaissance, sur ses canons énigmatiques, a marqué profondément sa compréhension de la musique." in https://www.cairn.info/revue-le-philosophoire-2003-1-page-195.htm
> Sur la spatialisation chez Stockhausen
"La spatialisation est attestée pour la première fois dans la basilique St Marc de Venise lorsque la polychoralité apportée par les compositeurs flamands a investi les deux tribunes d'orgue qui se faisaient face." in http://archive.olats.org/pionniers/pp/stockhausen/penseeStockhausen.php
Un peu maigrelet tout ça.

sinon
Benedictus à propos de [i]Stimmung[/i] par Electric Phoenix a écrit:

[…]
Par rapport aux autres versions que je connais (Fromme / Collegium Vocale Köln, Rose / Singcircle et Hillier / Theatre of Voices), j’ai eu l’impression (mais juste l’impression: je ne les ai pas réécoutées depuis longtemps) que cette version d’Electric Phoenix - tout en maîtrisant parfaitement le chant diphonique, les effets de circulation, de production d’harmoniques et de déphasages, les effets de textures - met peut-être davantage l’accent sur le versant phonatoire-déclamatoire, d’une manière qui souligne aussi le côté nonsensical et/ou grandiloquent (les poèmes érotico-mégalo de Sto!) non sans un certain humour, à la fois distancié et affectueux.

Dans cette optique, l’œuvre reste donc tout à fait hypnotique et fascinante, mais me semble y gagner un caractère plus ludique.
Ludique, voire parfois franchement comique (on entend d'ailleurs certains rires), plus en raison des irruptions vocales incongrues, que de l'aspect voix-guimbarde ou daté  bedo. À mes oreilles frivoles : c'est de ce point de vue très réussi. La dimension sacrée du propos m'ayant un peu échappé, à première écoute superficielle.

*Œuvre pour voix et microphones. D'ailleurs si vous savez comment ceux-ci sont "activés/programmés" par Stockhausen, je suis curieux.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 12611
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Stockhausen - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Stockhausen   Stockhausen - Page 4 EmptySam 29 Mai 2021 - 16:01

xoph a écrit:
La dimension sacrée du propos m'ayant un peu échappé, à première écoute superficielle.
Elle est probablement plus évidente dans la plupart des versions antérieures (Fromme / Collegium Vocale Köln chez DG réédité par Stockhausen-Verlag, Rose / Singcircle chez Hyperion et Hillier / Theatre of Voices chez Harmonia Mundi.) Peut-être simplement parce que la composante d’humour incongru et lunaire (que je crois être une dimension très prégnante de la poétique de Stockhausen) y est moins soulignée que chez Electric Phoenix; du coup, l’aspect d’hybridation entre polyphonies renaissantes et chant diphonique tibétain y apparaît de manière plus exclusive, ce qui correspond sans doute plus étroitement à l’idée qu’on se fait communément du «sacré.»

(Au demeurant, je crois que ça fait partie des impensés que Stockhausen questionne de façon intéressante: cette espèce d’équivalence que nos sociétés sécularisées tendent spontanément à établir entre «sacré» ou «spiritualité» et gravité / sérieux / austérité. Alors que ça n’a, en soi, rien d’évident - y compris dans la tradition chrétienne: les Évangiles eux-mêmes ne s’interdisent pas les calembours ou les images insolites et, de la sculpture romane à Claudel, bien des exemples montrent qu’une certaine bouffonnerie n’est pas proscrites des productions «spirituelles.»)


Aujourd’hui:

Stockhausen - Page 4 Stockh32
HARMONIEN, N°85 (2006) 5. Stunde aus KLANG: versions pour clarinette basse, pour flûte¹ et pour trompette². SCHÖNHEIT, N°86 (2006) 6. Stunde aus KLANG, pour clarinette basse, flûte et trompette³
Suzanne Stephens (clarinette basse), Kathinka Pasveer (flûte), Marco Blaauw (trompette)
Cologne, VIII.2007¹, XII.2008², V.2010³
Stockhausen-Verlag


Quelle musique adorable!

Peu de choses à ajouter à l’explication que lulu a donné du fonctionnement de ces œuvres ici (ni à tout le bien que David en a dit ): ces belles lignes mélodiques d’un lyrisme à la fois intense et suspendu, ces trilles pépiantes, ces petites cellules répétitives - c’est d’une simplicité absolue, d’une beauté très étrange (ça sonne très tonal alors que ça ne l’est pas) mais empreinte d’une douceur, d’une sérénité incomparables et puis de cette espèce de spiritualité naïve (la brève invocation «Lob sei Gott» par les musiciens.)

Et pourtant, cette simplicité absolue est aussi complètement singulière et personnelle dans son langage (ça ne ressemble pas du tout à du minimalisme américain, alors que le fonctionnement en est très proche - plutôt, comme disait lulu, à du Anthony Braxton, ou encore au Jimmy Giuffre millésime 61 avec Paul Bley et Steve Swallow.)

Peut-être un des sommets de Stockhausen poète. (Il me reste encore à écouter les permutations formelles et instrumentales de ce dispositif que déploient les autres trios de cette série - Balance, Glück, Hoffnung, Glanz, Treue et Erwachen.)


Dernière édition par Benedictus le Dim 30 Mai 2021 - 0:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
xoph
Mélomane chevronné
xoph

Nombre de messages : 3631
Localisation :
Date d'inscription : 12/10/2011

Stockhausen - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Stockhausen   Stockhausen - Page 4 EmptySam 29 Mai 2021 - 17:46

Benedictus a écrit:
(Au demeurant, je crois que ça fait partie des impensés que Stockhausen questionne de façon intéressante: cette espèce d’équivalence que nos sociétés sécularisées tendent spontanément à établir entre «sacré» ou «spiritualité» et gravité / sérieux / austérité. Alors que ça n’a, en soi, rien d’évident - y compris dans la tradition chrétienne: les Évangiles eux-mêmes ne s’interdisent pas les calembours ou les images insolites et, de la sculpture romane à Claudel, bien des exemples montrent qu’une certaine bouffonnerie n’est pas proscrites des productions «spirituelles.»)

Tu as sans doute raison et je ne m'avancerai pas sur ces sujet que je connais fort peu. Mais pour ce qui me parle (la sculpture romane par exemple ; ou Bosch dont Van Nevel a choisi une illustration pour son disque Bonefont tirée des Visions de l’au-delà), j'aurais plutôt vu l'aspect bouffonnerie à la façon des "marges" (scabreuses ou érotiques) des manuscrits d'enluminure : échappatoire ironique, plus que revers d'une même médaille (ce rôle en revenant à des couples antagonistes, eux largement développés et presque indissociables : souillure/élévation, etc.).
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 12611
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Stockhausen - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Stockhausen   Stockhausen - Page 4 EmptySam 29 Mai 2021 - 23:12

Réponse HS:
 


Pour revenir à Sto:

Stockhausen - Page 4 Stockh33
BALANCE, N°87 (2007) 7. Stunde aus KLANG, pour clarinette basse, cor anglais et flûte¹. GLÜCK, N°88 (2007) 8. Stunde aus KLANG, pour basson, cor anglais et hautbois²
ensemble recherche: Shizuyo Oka (clarinette basse), Jaime González (cor anglais), Martin Fahlenbock (flûte). musikFabrik: Edurne Santos (basson), Piet van Bockstal (cor anglais), Peter Veale (hautbois)²
Cologne, XII.2008¹, VII.2010²
Stockhausen-Verlag


C’est toujours aussi délicieux - un peu hypnotique, aussi. Pour autant, il est passionnant aussi d’écouter attentivement ces pièces «en continuité» (sinon en les enchaînant directement, du moins sans trop espacer les écoutes): leur matériau est d’une telle simplicité qu’on peut alors aisément suivre, de manière très directement intuitive, les logiques du jeu combinatoire qui préside à leur réarrangement incessant. Et puis, chaque trio permet de développer de nouveaux alliages où le grain de chaque instrument est merveilleusement mis en valeur, mais qui développe des couleurs et des textures très individualisées - Balance plus cristalline et pépiante; Glück plus sombre et boisé et un peu nasillard…

(Et puis, même si c’est plus anecdotique, j’aime bien ces invocations, avec leur façon un peu incongrue de phraser des paroles liturgiques: «Gloria in excelsis Deo et in terra pax hominibus bonae voluntatis» dans Balance; «Noten zu Klängen zu Kreislauf zu Glück» au milieu de Glück et «Gott ist Glück» en guise de coda.)
Revenir en haut Aller en bas
Mandryka
Mélomaniaque
Mandryka

Nombre de messages : 796
Date d'inscription : 03/04/2010

Stockhausen - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Stockhausen   Stockhausen - Page 4 EmptyDim 30 Mai 2021 - 18:45

Benedictus a écrit:
Réponse HS:
 


Pour revenir à Sto:

Stockhausen - Page 4 Stockh33
BALANCE, N°87 (2007) 7. Stunde aus KLANG, pour clarinette basse, cor anglais et flûte¹. GLÜCK, N°88 (2007) 8. Stunde aus KLANG, pour basson, cor anglais et hautbois²
ensemble recherche: Shizuyo Oka (clarinette basse), Jaime González (cor anglais), Martin Fahlenbock (flûte). musikFabrik: Edurne Santos (basson), Piet van Bockstal (cor anglais), Peter Veale (hautbois)²
Cologne, XII.2008¹, VII.2010²
Stockhausen-Verlag


C’est toujours aussi délicieux - un peu hypnotique, aussi. Pour autant, il est passionnant aussi d’écouter attentivement ces pièces «en continuité» (sinon en les enchaînant directement, du moins sans trop espacer les écoutes): leur matériau est d’une telle simplicité qu’on peut alors aisément suivre, de manière très directement intuitive, les logiques du jeu combinatoire qui préside à leur réarrangement incessant. Et puis, chaque trio permet de développer de nouveaux alliages où le grain de chaque instrument est merveilleusement mis en valeur, mais qui développe des couleurs et des textures très individualisées - Balance plus cristalline et pépiante; Glück plus sombre et boisé et un peu nasillard…

(Et puis, même si c’est plus anecdotique, j’aime bien ces invocations, avec leur façon un peu incongrue de phraser des paroles liturgiques: «Gloria in excelsis Deo et in terra pax hominibus bonae voluntatis» dans Balance; «Noten zu Klängen zu Kreislauf zu Glück» au milieu de Glück et «Gott ist Glück» en guise de coda.)

Par hazard j’ai écouté et Glück et Balance hier, j’aime bien ce chant du cygne de Stockhausen - les premières dix pièces de Klang. Ce soir j’écouterai Hoffnung et Glanz. Ces musiques sont parfaites pour un jour lumineux et doux d’été.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 12611
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Stockhausen - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Stockhausen   Stockhausen - Page 4 EmptyDim 30 Mai 2021 - 19:03

Mandryka a écrit:
Ce soir j’écouterai Hoffnung et Glanz.
Very Happy Moi aussi!
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 12611
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Stockhausen - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Stockhausen   Stockhausen - Page 4 EmptyMar 1 Juin 2021 - 0:45

Donc:

Stockhausen - Page 4 Stockh34
HOFFNUNG, N°89 (2007) 9. Stunde aus KLANG, pour violoncelle, alto et violon¹. GLANZ, N°90 (2007) 10. Stunde aus KLANG, pour basson, alto, clarinette, hautbois, trompette, trombone et tuba²
musikFabrik: Dirk Wietheger (violoncelle), Axel Porath (alto), Juditha Haeberlin (violon)¹; Heidi Mockert (basson), Axel Porath (alto), Richard Haynes (clarinette), Peter Veale (hautbois), Marco Blaauw (trompette), Bruce Collings (trombone), Melvyn Poore (tuba)²
Cologne, XII.2009¹, XII.2010²
Stockhausen-Verlag


Encore deux œuvres magnifiques - et aussi un petit peu à part dans le corpus des heures 5 à 12 de Klang.

Hoffnung, tout d’abord. Si le fonctionnement est le même que dans Schönheit, Balance et Glück, le fait qu’il s’agisse d’un trio à cordes modifie très sensiblement la perception qu’on peut en avoir: d’une certaine manière, on pourrait dire que ça sonne davantage «musique classique» et moins «free jazz»; mais, surtout, les particularités des cordes modifient sensiblement la perception qu’on peut avoir des composantes du discours. Ainsi, les longues mélodies y prennent quelque chose d’à la fois plus lié et plus sinueux, l’effet du vibrato semble produire comme un surcroît de tension - dans ce contexte, l’articulation de la tonalité et de la dissonance dans les plages mélodiques sonne ici de façon beaucoup moins sereine et «objective» que dans les trios précédents, et la musique évoque alors de manière très insistante la musique de chambre pour cordes «décadento-moderniste» mitteleuropéenne (on pense aux quatuors et trios à cordes des des trois Viennois, de Zemlinsky, de Hauer, voire de Janáček); par ailleurs, les contraintes techniques des cordes tendent à fondre trilles et figures rapides répétés en une seule composante, dont le caractère répétitif devient plus épuré, jusqu’à une certaine nudité. Cette articulation du sinueux-décadent et du minimaliste-dénudé m’a fait au total beaucoup penser aux quatuors de… Langgaard (et pour moi, c’est un compliment!)

Quant à Glanz, sa spécificité tient d’abord à son dispositif: comme l’a expliqué lulu, c’est  «un septuor, un peu à part donc, mais avec trois instruments principaux» - ce qui fait qu’on a un peu l’impression de réentendre le matériau et le fonctionnement des trios précédents, cette fois partagé entre basson-alto-clarinette, tandis que le hautbois et, surtout, les trois cuivres (trompette, trombone, tuba) viennent tantôt y répondre en miroir, tantôt l’amplifier, tantôt y ajouter sorte de strate «enveloppante.» Paradoxalement, cet effet de dédoublement et d’amplification semble permettre aussi à Stockhausen de revenir à des expérimentations d’écriture «pointilliste» (il y a ainsi dans l’Abschnitt III un passage radicalement wébernien où l’on a une succession de notes détachées jouées chacune par un instrument.) Donc une fois encore la «même» œuvre, mais qui semble ici ouvrir de multiples perspectives sonores.

Derrière son apparente simplicité, ce mini-cycle est décidément d’un incroyable richesse!


Dernière édition par Benedictus le Mer 9 Juin 2021 - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 91676
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Stockhausen - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Stockhausen   Stockhausen - Page 4 EmptyMar 1 Juin 2021 - 12:55

Benedictus a écrit:
Derrière son apparente simplicité, ce mini-cycle est décidément d’un incroyable richesse!

Sans doute l'une des oeuvres qui me séduisent le plus directement chez Sto, oui ! (La sobriété lui sied bien.)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Mandryka
Mélomaniaque
Mandryka

Nombre de messages : 796
Date d'inscription : 03/04/2010

Stockhausen - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Stockhausen   Stockhausen - Page 4 EmptyMar 1 Juin 2021 - 23:22

Je ne sais pas si Benedictus m‘a hypnotisé, mais moi aussi je peux entendre le lien entre Hoffnung et le deuxième quatuor de Janacek.

Ce soir c’est le tour de Treue. Très jazzy.

Rihm était influencé par Janacek, dans le troisième quatuor.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 12611
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Stockhausen - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Stockhausen   Stockhausen - Page 4 EmptyMer 9 Juin 2021 - 22:22

Stockhausen - Page 4 Stockh35
Der Jahreslauf, N°47½ (1977) pour orchestre moderne, bande et projection du son
Wilhelm Neuhaus, Günter Hempel, Harald Hoeren (harmoniums), David Gray (enclume), Kurt Nitschke, Hans-Martin Müller, Josef Heck (piccolos), Martin Schulz (bongo), Hugo Read, Gerhard Week, Norbert Stein (saxophones soprano), Christoph Caskel (grande caisse), Annemarie Bohne (clavecin), Theodor Ross (guitare), Karlheinz Stockhausen (mixage, projection)
Cologne, II.1979
Stockhausen-Verlag


lulu en avait proposé ici une description à la fois très fouillée, très claire et très évocatrice, à laquelle je ne vois vraiment rien à rajouter. Si ce n’est pour dire que j’ai adoré l’œuvre - très accessible à la fois dans sa structure (succession de tutti et de solos et duos) et dans son langage (très largement modal, inspiré des modes traditionnels japonais, et souvent itératif), très typé «années 70» dans ses textures sonores (et même «jazz années 70» dans son usage des harmoniums et du clavecin comme des saxophones et des percussions), et avec ce mélange si stockhausénien de stases «rituelles», de poésie ténue et d’humour incongru (certaines des interruptions de musique concrète intitulées «tentations», Versuchungen, ou «incitations», Anfeurungen: hehe)
Revenir en haut Aller en bas
Mandryka
Mélomaniaque
Mandryka

Nombre de messages : 796
Date d'inscription : 03/04/2010

Stockhausen - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Stockhausen   Stockhausen - Page 4 EmptyJeu 10 Juin 2021 - 20:10

lulu a écrit:
Der Jahreslauf (Nr. 47½, 1977)

Le tout produit des sonorités très particulières, largement modales, et une atmosphère rituelle. Pour la structure de l’œuvre, on a un type de schéma très fréquent chez Stockhausen, à savoir une alternance de tutti, duos, solos, etc. En plus de ça, il y a une entrée cérémonielle avec des cloches, et durant l’œuvre, divers ajouts concrets appelés Versuchung et Anfeuerung (certains sont très rigolos) censés inviter les musiciens à continuer à jouer.

/watch?v=aAqXlOiVf5g
(je ne suis pour rien dans le choix des images. hehe)

En fait pour moi l’ambiance rituelle est un bémol - j’aime bien la musique mais à mon avis l’enregistrement n’envole guère, c’est souvent statique. Peut-être un autre enregistrement  me plairait plus.

Le premier acte de Dienstag aus Licht s’appelle Jahreslauf , mais c’est pas la même musique - je pense que c’est vraiment génial. Bizarroïde et génial!

En ce qui concerne Stockhausen et le Japon, son sixième discours en Anglais où il parle de  Telemusik, c’est sur YouTube, est très divertissant - et touchant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Stockhausen - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Stockhausen   Stockhausen - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Stockhausen
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: