Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Mendelssohn les symphonies

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1005
Date d'inscription : 07/08/2012

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptyLun 18 Mar 2019 - 16:09

Kristian Bezuidenhout est le soliste.
Revenir en haut Aller en bas
LeKap
Mélomaniaque
LeKap

Nombre de messages : 1482
Age : 62
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptyLun 18 Mar 2019 - 16:10

Merci Cherlock Holmes

J'ai beau chercher je ne le trouve nulle part

Revenir en haut Aller en bas
david83
Néophyte


Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 25/06/2017

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptyMar 23 Juil 2019 - 19:48

Toujours dans mon recensement des intégrales du répertoire symphonique Very Happy ,que pensez de Manacorda chez Sony ? Et aussi de De Vriend, qui a fait l'intégrale chez Challenge si je ne m'abuse?
Revenir en haut Aller en bas
Eusèbe
Mélomaniaque
Eusèbe

Nombre de messages : 1241
Age : 43
Localisation : Paris/ Lille
Date d'inscription : 23/09/2014

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptyJeu 25 Juil 2019 - 23:30

david83 a écrit:
Toujours dans mon recensement des intégrales du répertoire symphonique Very Happy ,que pensez de Manacorda chez Sony ? Et aussi de De Vriend, qui a fait l'intégrale chez Challenge si je ne m'abuse?

Je n'ai pas écouté les enregistrements de De Vrendt (avec quel orchestre?), mais je l'ai entendu plusieurs fois diriger l'Orchestre National de Lille, dans un répertoire classique/ premier romantisme, et c'était toujours très très bien
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
LeKap
Mélomaniaque
LeKap

Nombre de messages : 1482
Age : 62
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptyMer 28 Aoû 2019 - 16:20

Je termine l'intégrale des symphonies par Manacorda ( inconnu) et le Kammerakademie Potsdam ( tout aussi inconnu)
Grosse claque
J'avais déjà été mis au parfum avec les intégrales Fey et Casados et voici que la 3ème place du podium ( pas nécessairement dans le bon ordre) est prise
Ces 3 intégrales tiennent le haut du pavé
Faut pas chercher ailleurs - maintenant en avoir une des 3 est déjà parfait, peut-être Fey car il contient des symphonies de jeunesse inapprochables
Ces 3 chefs m'ont vraiment fait découvrir le monde merveilleux de Mendelssohn
Incapable de choisir entre les 3 - peut être qu'un des pape du forum entendra les subtiles différences

Du coups j'ai acheté également l'intégrale Schubert par Manacorda

PS pour David : du coups le contrechant aux altos dans le 1er mvt de l'Ecossaise saute aux oreilles  Wink

Ecoutez la mélodie magique aux bois à la fin du mvt4 de l'Ecossaise ( 6-7 minutes) - sublime
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptySam 31 Aoû 2019 - 12:45

Merci pour ta recension ! Very Happy

Je n'ai pas trouvé ce cycle. C'est chez quel label ?  Hyperion ou MDG, je suppose, un label qui ne fait pas de dématérialisé ?
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Iskender
Mélomaniaque
Iskender

Nombre de messages : 1201
Age : 52
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptySam 31 Aoû 2019 - 14:35

C’est chez Sony classical, facilement trouvable  Wink
Merci Lekap pour la découverte, j’ai beaucoup aimé. C’est beaucoup moins radical que Fey, surtout dans le phrasé, et Postdam est sur instruments modernes avec cors et trompettes naturels (J’ai fait des recherches de concert sur YouTube, quel bel orchestre et quel chef !) donc très différent d’Heras-Casado.
Les partis pris au goût du jour (peu de vibrato) mais avec des timbres d’orchestre assez tradi offrent un compromis proche de l’idéal, et dans cette optique c’est moins artificiel et plus abouti que Nezet-Seguin. Malgré la belle lisibilité on pourrait souhaiter des lignes de basse parfois plus distinctes.
Le développement du 1er mouvement est très réussi, dans son épilogue les croisements de crescendi et decrescendi entre les violons et l’harmonie sont assez saisissants.

LeKap a écrit:
Ecoutez la mélodie magique aux bois à la fin du mvt4 de l'Ecossaise ( 6-7 minutes) - sublime
Tu as raison je ne l’ai jamais entendu comme ça et c’est sublime.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/etiennetabourier
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27439
Date d'inscription : 21/09/2012

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptySam 31 Aoû 2019 - 14:55

Iskender a écrit:

C’est chez Sony classical, facilement trouvable


hehe Peut-être pour ça que David ne connaissait pas.
Ça fait envie vos descriptions de Manacorda/Potsdam... Surprised
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptySam 31 Aoû 2019 - 15:06

Iskender a écrit:
C’est chez Sony classical, facilement trouvable  Wink

Rien trouvé en flux, étrangement. (Or je ne vais pas acheter des symphonies de Mendelssohn, j'ai ma fierté.)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27439
Date d'inscription : 21/09/2012

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptyMar 24 Sep 2019 - 0:18

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Mzolom10
Catégorie orchestrale -rang 052°/250



Mendelssohn les symphonies - Page 7 Maag_p10
Peter Maag (1919-2001)


Felix Mendelssohn (1809-1847) :

Symphonie n°3 en la mineur, Op. 56
Les Hébrides, ouverture Op. 26

= Peter Maag, Orchestre symphonique de Londres

(Decca, avril 1960)

Smile Mon premier contact avec Mendelssohn remonte à L'Italienne, découverte en vinyle avec Claudio Abbado et le Symphonique de Londres (Decca). Délaissant les quatre autres symphonies, je m'en tins là pendant quelques années, avant de racheter cette version en CD, couplée avec L'Écossaise, toujours par les mêmes interprètes.
Ma première intégrale du corpus orchestral fut celle du chef italien chez DG, somptueux mais où je ne retrouvai pas la légèreté de sa première mouture de 1968.
Parmi les enregistrements renommés et que je vous recommande figurent Dimitri Mitropoulos, Wolfgang Sawallisch (Philips), Otto Klemperer (Columbia) et Kurt Masur (Eurodisc).
Ainsi que Peter Maag dont le microsillon fut salué comme un « grand disque » par le musicographe Robert Layton en 1967.
Le Guide Fayard de Kaminski et Hoffelé (éd. 1996) décernait un Indispensable : « la meilleure version jamais gravée en studio, venteuse, tourmentée, incroyablement dramatique. Les Hébrides atteignent au même degré de puissance naturaliste. »
Voici un guide d'écoute que Kegue et moi avions concocté et que j'ai ici adapté et transposé avec les minutages de l'interprétation du maestro helvète :

Bien que structuré selon une conventionnelle forme-sonate, le premier mouvement ne confronte pas deux thèmes distincts mais organise une logique descriptive relancée par des procédés narratifs.
Surnageant de A, B introduira une brèche diégétique qui éveille la conscience du tableau. Tandis que C nous sensibilise à une dolente réminiscence.
Le pont entre les thèmes A et B activera une véhémence qui va croître dans chaque section, jusqu'à l'orageuse Coda : un tel processus avait déjà été utilisé dans l'Ouverture Les Hébrides.
Dans une lande brumeuse, un ANDANTE à 3/4 en la mineur plante un décor vaguement maussade, peut-être celui de cette « église en ruine où poussent l'herbe et le lierre », à côté du Palais d'Holyrood, là où Mendelssohn puisa l'inspiration de sa symphonie, comme il l'écrit dans une lettre du 30 juillet 1829.
Altos, clarinettes, hautbois, bassons immiscent une phrase arquée (motif 1), de profil ouvert/clos, répétée (0'28) avec l'appoint de flûtes & cordes graves.
À découvert, les violons font leur entrée par un émouvant récitatif (motif 2, 0'57), prolongé par un lugubre maquis qu'entrecoupent les soupirs des bois et des archets (1'29).
Majorisée, la tête du motif 1 s'enfle par deux élans successifs (1'48, 2'01), en marche d'harmonie : aux violoncelles suivis d'une imitation aux hautbois, puis flûtes & clarinettes, pendant que broderies de violons et roulements de timbales excitent la tension. Cet incipit pérore fortissimo aux violons & bois (2'24) jusqu'à un fa aigu tenu aux violons 1, qui s'effiloche ensuite solennellement sur presque trois octaves, en berne vers un plancher de tonique (2'45).
Le motif introductif revient soliloquer aux mêmes instruments qu'au début, se mêle gravement au récitatif des violons qui mènent leur chant vers une série de quatre arpèges ascendants (3'26) lardés par des appels de flûte.
Un silence précède l'EXPOSITION : dans la plaine pénombragée, violons et clarinettes entraînent le thème principal [-A-] (motif 3, 3'43) sur un lancinant rythme ternaire.
Pétrie de nostalgie, cette mélodie se répète (4'13) amplifiée par flûtes, altos & violoncelles tandis que bassons, cors et contrebasses se relaient pour en propulser l'élan anapestique, qu'un crescendo généralisé transforme en galop Assaï animato (motif 4, 4'31) affirmant un caractère pugnace.
Au grave du registre, les violons 1 ruminent [-A-] pendant que la clarinette contrepointe un sujet [-B-] (motif 5, 5'01) détaché par son mètre trochaïque comme une voix en surplomb du tableau, tel un personnage métadiégétique qui en fait partie tout en le commentant. Contrairement à un plan-sonate conventionnel, on n'observe pas une ferme opposition de caractère entre [-A-] et [-B-], à tel point que le second apparaîtra toujours lié au premier.
Le fil descriptif de [-A-] persévère au basson, où se superpose la narration de [-B-] aux flûtes & clarinettes (5'20) puis prend le dessus, amorcé par un trémolo qui gonfle avec véhémence.
Caressée par violons, flûtes et clarinettes, une dolente formule lyrique ([-C-], motif 6, 6'05) fait office de dernier thème principal et résilie les velléités conflictuelles de l'Exposition en la menant à terme, figée aux bois sur un accord de septième de dominante qui vient colorer la ligne des cordes.
La partition prévoit une reprise intégrale de l'Exposition, toutefois éludée par cet enregistrement.
Une pédale endolorie par un lugubre ut# mineur des bois annonce le DÉVELOPPEMENT (6'40). À la tierce inférieure, [-A-] sombre dans l'incapacité à se réaffirmer et frise l'écume d'un étiage chargé de menace, canalisée par des vagues de double-croches qui achoppent sur un tutti sforzando (7'14).
[-B-] s'inquiète de cette humeur dépressionnaire, entendu aux flûtes & hautbois, à la clarinette puis aux cordes graves quand les bois viendront de citer [-A-]. Le belliqueux Assaï animato caracole et précipite les événements (8'02), réfrénés par l'irénique mélopée [-C-] aux violons (9'15). Émerge une cantilène aux violoncelles (8'40), qui transige sans se taire vers la RÉEXPOSITION où elle se joint à la réapparition de [-A-] (9'05), puis de [-B-] aux clarinettes & bassons (9'32) et aux violons.
Les trémolos régénèrent le turbulent Assaï animato, galvanisé par l'éclat des cuivres, puis cette fois encore rasséréné par le baume pacificateur qu'oint [-C-] (10'21).
Une pédale de tonique installe la CODA (10'49) qui constitue le cœur dramatique, pôle d'attraction de tout le premier mouvement : des paliers modulants réitèrent les grondements d'orage dont présageait le Développement.
Ponctué par les bois, un roulis de double-croches à l'ensemble des archets (11'28) active de terrifiantes ondes chromatiques, répliquées par les cordes graves (11'46). La tempête s'exaspère par le retour de l'Assaï animato (12'00) malmené de bourrasques.
Au-delà d'un scolaire plan-sonate, on s'aperçoit rétrospectivement que se fomentait un processus organique tendant vers ce tardif acmé : scène d'intempéries qui barycentre l'architecture formelle et donne un sens descriptif presque réaliste à ce qui n'aurait représenté qu'une statique « peinture sans histoire ».
Dégagés du tumulte, les bois éclaircissent un ciel de traîne (12'16) sous lequel réapparaît intact le paysage mélancolique (12'33-13'13) que Mendelssohn avait esquissé au tout début de ce mouvement.

VIVACE NON TROPPO à 2/4 : après le paysagisme du vaste premier mouvement, voilà maintenant une tranche de vie, une scène concise, dense et frétillante. En quatre minutes se condense un plan-sonate en bonne et due forme !
Une de ces pages virevoltantes dont Mendelssohn avait le secret, déjà employé dans le fantasmagorique Scherzo du Songe d'une Nuit d'Été, et qui évoque selon ses mots un concours de musiciens : « avec leurs longues barbes rousses, leur plaid de tartan, leur bonnet, leurs plumes, genoux nus, cornemuse à la main, ils défilent sagement sur la prairie devant le pâle château délabré. »
Dans la douce nuance pianissimo, une frénétique batterie de double-croches aux violons polarise la tonalité de fa majeur. D'espiègles accords exclamés aux bois se mobilisent vers l'assurante cadence de dominante ut sur un vif trémolo d'archets, d'où s’échappe une prompte envolée [-A1-] de clarinette (0'06) qui exploite une échelle pentatonique typique du folklore des Highlands. Ce « pìobaireachd » est formé de deux motifs en arche, apparentés à ceux de l'introduction de l'Andante : le motif 1 en double-croches, le trochaïque motif 2 en rythme pointé.
L'air « pibroch » se répète, piqué par les pizzicati de violoncelles, puis pérore par deux autres gammes ascendantes [-A2-] (motif 3, 0'21) qui s'élèvent sur les véloces broderies des cordes, et se figent à l'aigu, perchées sur la tonique.
[-A1-] se réplique mezzo-forte aux flûtes & hautbois (0'28), bientôt rejoints par la clarinette, puis voilà [-A2-] (0'35) dont l'accord final tuile encore le retour de [-A1-] : cette fois aux violons 1 épaulés par les cors (0'42), tandis que violoncelles, contrebasses et bassons inversent concomitamment le motif.
Cette polyphonie se poursuit jusqu'à des gammes qui descendent par paliers échangés aux cordes (0'59).
Survient le discret [-B-] (1'03, motif 4), saccadé aux cordes staccato, que viennent éclaircir quelques guirlandes aux bois entremêlés (1'14), rythmées par des impulsions iambiques aux cordes (1'22) en guise de procédé conclusif de l'Exposition.
Dans le DÉVELOPPEMENT, le compositeur va surtout traiter les motifs 1, 2 et 4. Altos, violoncelles et bassons abordent [-A1-] en crescendo (1'33), repris par les bois au milieu du tumulte, puis fortissimo par les violons à l'unisson, puis minorisé piano par le hautbois (1'50), avant que ce thème ne s'érode par vagues (2'01) qui se relaient des cordes graves à l'aigu, sous le pépiement des bois.
Les trépidations de B reviennent en staccato d'archet (2'16), entraînant encore une polyphonie touffue où s'immisce [-A1-] en rivalité à divers pupitres.
Pour la RÉEXPOSITION, [-A1-] s'instille par la douce voix de la flûte (2'38) puis des violons qui achoppent ensuite furtivement sur les secousses trochaïques de [-A2-] réduit à un tracé rythmique dépourvu de sa courbe mélodique initiale.
L'impétueux [-B-] (2'53) enrôle tout l'orchestre en de complexes circonvolutions qui activent cette danse jusqu'au vertige.
La CODA aussi semble étourdie jusqu'à en avoir perdu la tête !
Car elle se fonde directement sur le motif 2 de [-A1-] (3'28) aux hautbois & basson puis à l'ensemble des bois, tandis que les cordes zézaient. Le liminaire motif 1 s'élime en lambeaux à divers pupitres (3'39) puis se concatène en s'évanouissant diminuendo aux violons 1 (3'47). Quelques fugaces traits d'archets (3'53) éteignent ce kaléidoscope, conclu sur trois frêles pizzicati.

L'introduction de l'ADAGIO expose deux motifs principaux qui fertiliseront tout le mouvement. Sur un tapis de cordes en pizzicato, une plainte des violons s'entretoise à un pâle écho des cors qui semblent vouloir engendrer une marche funèbre. La musique s'étoffe, et la dominante s'instaure.
Après une majestueuse levée de violons (0'22) qui inaugure l'EXPOSITION, le très tranquille thème A fait son entrée. Sa première incise (0'37) rappelle la plainte de l'introduction. Une belle arche des violons, que commentent violons 2 et altos (1'55) conclut sereinement ce passage en la majeur.
C'est un changement d'éclairage que propose soudain le thème B (2'19), avec son rythme pointé qui fait monter la tension. Le hautbois rejoint ce triste cortège (2'34) et tout l'orchestre s'empare du rythme obsédant, dans une phrase pleine de force et de tension (2'52). La section s'achève malgré tout dans le calme, sur une dernière évocation des motifs désinentiels de [-A-] (3'29).
Sur un grondement grave des cordes et le rythme pointé des cors (4'15), le DÉVELOPPEMENT nous replonge dans le deuil initial (4'20). Mais c'est le début de [-B-], sa procession lugubre, qui s'installe dans une douloureuse plainte de l'orchestre (4'45), progressivement rassérénée par clarinette et bassons (5'02).
Pour la RÉEXPOSITION, une ample levée (cor et violoncelles) ramène [-A-] pétri de lyrisme (5'34), logiquement conclu par l'arche des cordes (6'33). [-B-] revient lanciner (7'01), en la mineur. Son orchestration épaissie lui offre plus d'intensité. Après une sonnerie de trompette sur le rythme pointé (8'08), [-A-] prend la parole et se fond à l'arche des cordes (9'37) dans un climat apaisé. Clarinettes et timbale rappellent une dernière fois les motifs principaux (10'12).

Après une abrupte levée qui nous réveille de la torpeur de l'Adagio et élance l'ALLEGRO VIVACISSIMO en la mineur, un haletant ostinato propulse le thème A. De tournure heurtée, sa première incise (motif 1) possède un profil globalement descendant d'influx trochaïque (0'02). Son conséquent ascendant (motif 2), tressaute avec un caractère plus volontaire (0'14).
Un premier commentaire tiré du motif 1 (0'22) suscite un crescendo. Le passage de transition (motif 3) arrive en pleine puissance et se déploie dans un fébrile entremêlement de courts motifs (0'35).
Le thème B possède deux éclairages qui vont alterner pendant l'EXPOSITION. D'abord cette ritournelle (motif 4) en mi mineur, enjointe par le hautbois (1'05), qui redonne un peu de souffle à l'orchestre. Vient ensuite une variante, plutôt héroïque sur une pédale de dominante d'ut majeur (1'21). Un jeu d'échos et de modulations diffracte alors le motif 1 (1'49), dont la levée (2'14) retentit convulsivement.
Le DÉVELOPPEMENT reprend chaque évènement dans l'ordre chronologique, contrefaisant ainsi la conventionnelle reprise : une fausse relance de l'exposition et des échos du motif 1, émergeant de l’ostinato (2'29), puis ce dernier s'affaiblit sur des figurations du fringant motif 2 (2'44).
Un passage contrapuntique s'ébauche alors timidement sur le motif 3 (3'01) avant que [-B-] ne fasse une nouvelle apparition sur des roulements de timbales (3'46) et se disperse au registre grave. Mais le motif 1 reprend le contrôle du tempo pour clore cette section (4'06). Les deux thèmes font l'objet d'une succincte RÉEXPOSITION, s'enchaînant sans transition. D'abord les motifs de [-A-], ensuite [-B-], frémissant (4'31). Un dernier soubresaut du motif 1 (4'53) replonge l'orchestre dans ses angoisses (5'15). Puis sur une quinte à vide (6'06), comme pourrait l'exhaler un bourdon de cornemuse, clarinette et bassons dialoguent plaintivement autour de [-B-] qui semble prendre congés à regret.
Cette symphonie pouvait-elle se conclure sur une résignation reconduite à la morne lande qui l'initiait ? Mendelssohn choisit plutôt de parachever son œuvre avec un hymne en l'honneur de la reine Victoria : un souvenir heureux de son voyage en Grande Bretagne et de l'accueil qui lui fut réservé (rappelons que le compositeur commença à s'atteler à L'Écossaise pendant ce voyage, ainsi qu'aux esquisses de l'Ouverture Les Hébrides). Échauffé dans le duvet des contrebasses, cet hymne aux bassons et cors (6'57) s'affilie au chant de l'introduction. Sa mesure est aussi à 6/8, mais ce dernier utilise le motif de quarte et tricorde ascendant présent déjà dans deux thèmes du premier mouvement en mineur, puis dans le début du Scherzo en majeur. L'acclamation se répète en enflant chaque fois, se hissant pompeusement vers l'éclat (7'17, 7'38). Les cornistes mugissent triomphalement (8'17), puis l'hymne reprend (8'50) pour conclure dans une solennité empreinte de grandeur.


LES HÉBRIDES brossent un autre tableau de l'Écosse, et s'inspirent d'un site bien réel : la Grotte de Fingal, dont Mendelssohn tira une fresque marine partagée entre ondoiements et fulgurances. La discographie comparée (écoute en aveugle) menée à l'été 2019 sur ce Forum a distingué haut la main le témoignage de Fritz Reiner (RCA) qui effectivement s'avère d'une autorité, d'une virtuosité insurpassables.
Pour autant, Maag propose une superbe alternative, qui comme dans la Symphonie équilibre le romantisme du tempérament et la lisibilité des strates, dans une facture idéalement dosée.
Saegel s'enthousiasmait : « il y a de l'ampleur, du drive, une attention aux phrasés, une gestion du tempo qui me captive de bout en bout. Du grand art ».
Benedictus aussi : « l'orchestre est assez superbe : des couleurs, un grain formidable (ces coups d'archets percutants!), de l'amplitude sonore (l'introduction!) et des soli vraiment magnifiques (et la captation est superbe, ample mais très détaillée). [...]  entre la beauté de l'orchestre et la vie foisonnante qu'elle insuffle à la partition, c'est décidément une des versions que j'ai préférées ». Pohjola, qui comme Benedictus avait auditionné les 18 versions en lice, confirmait : « ce chef a réalisé la version parfaite. »


Mendelssohn les symphonies - Page 7 Mendel41


Dernière édition par Mélomaniac le Mar 1 Oct 2019 - 22:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptyMar 24 Sep 2019 - 9:23

J'étais sûr que tu choisirais cette (très belle) version classique, pas du tout représentative de ce qu'a fait Maag le reste de sa vie d'artiste, d'ailleurs !
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
fomalhaut
Mélomaniaque
fomalhaut

Nombre de messages : 1011
Age : 75
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptyMar 24 Sep 2019 - 9:36

Je me permets de rappeler ce que j'ai écrit à propos du final de cette symphonie, il y a déjà quelques temps, dans un autre fil (Mendelssohn Symphonie No 3 Ecossaise), initié par Mélomaniac :

http://classik.forumactif.com/t6457-mendelssohn-symphonie-n3-ecossaise?highlight=klemperer+mendelssohn

et ce que j'ai écrit à propos de Peter Maag dans ce même fil :

http://classik.forumactif.com/t1437p250-mendelssohn-les-symphonies

Eut-il choisi le final tel que révisé par Klemperer, Peter Maag nous eut donné à Londres la plus belle version de cette symphonie !

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptyMar 24 Sep 2019 - 9:44

Grand Dieu, le final de Klemperer. affraid

(Certes, c'est joué par Klemperer pour ne rien arranger, mais tout de même, poser ses mains sur ce chef-d'œuvre ultime de l'art humain, quand on est un vague compositeur de marseillaises dégingandées…)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
fomalhaut
Mélomaniaque
fomalhaut

Nombre de messages : 1011
Age : 75
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptyMar 24 Sep 2019 - 12:04

DavidLeMarrec a écrit:
Grand Dieu, le final de Klemperer. affraid

(Certes, c'est joué par Klemperer pour ne rien arranger, mais tout de même, poser ses mains sur ce chef-d'œuvre ultime de l'art humain, quand on est un vague compositeur de marseillaises dégingandées…)

Quelle méchanceté ! carton rouge
L'as-tu, au moins, écouté ? Question

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptyMar 24 Sep 2019 - 12:31

Oui, bien sûr, plusieurs fois (si tu remontes dans les sujets Mendelssohn, tu verras qu'on en a déjà parlé). C'est rigolo, mais gadget pas franchement nécessaire sur un tel chef-d'œuvre.

Nulle méchanceté dans mon propos : tous les compositeurs ne sont pas de bons chefs d'orchestre, ce n'est pas une honte.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1005
Date d'inscription : 07/08/2012

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptyJeu 26 Sep 2019 - 14:20

J'ai écouté le finale de la version Live de la 3e par Klemperer (Orchestre Bavaroise), ce qui me frappe c'est le poids qu'il a réussi à imprégner dans ce mouvement. C'est vraiment oppressant.

Ensuite lorsque je reviens à la version de Heras-Casado le contraste est saisissant, ça semble être tout gentil jouet à côté de Klemperer.
Revenir en haut Aller en bas
LeKap
Mélomaniaque
LeKap

Nombre de messages : 1482
Age : 62
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 23/04/2010

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptyJeu 26 Sep 2019 - 14:25

Bruno Luong a écrit:
J'ai écouté le finale de la version Live de la 3e par Klemperer (Orchestre Bavaroise), ce qui me frappe c'est le poids qu'il a réussi à imprégner dans ce mouvement. C'est vraiment oppressant.

Ensuite lorsque je reviens à la version de Heras-Casado le contraste est saisissant, ça semble être tout gentil jouet à côté de Klemperer.

Plus léger ce n'est pas difficile
Plus dans l'esprit de cette musique assurément
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptyJeu 26 Sep 2019 - 16:20

LeKap a écrit:
Plus léger ce n'est pas difficile

En effet. hehe
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
fomalhaut
Mélomaniaque
fomalhaut

Nombre de messages : 1011
Age : 75
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptyVen 27 Sep 2019 - 12:33

Bruno Luong a écrit:
J'ai écouté le finale de la version Live de la 3e par Klemperer (Orchestre Bavaroise), ce qui me frappe c'est le poids qu'il a réussi à imprégner dans ce mouvement. C'est vraiment oppressant.

Je ne suis pas un "Fan" de Klemperer, et, tout comme d'aucuns, je trouve que sa baguette est souvent beaucoup plus lourde qu'il ne le faudrait.

Ceci écrit, je persiste à penser qu'il est intervenu avec beaucoup de pertinence et d'habilité en modifiant le final de cette fameuse symphonie écossaise.

En effet, à mes oreilles, ce final souffre d'une péroraison des plus grossières, des plus vulgaires et des plus déplacées qui ait jamais été écrite. Oser terminer ce "chef d'oeuvre", ce "chef-d'œuvre ultime de l'art humain" comme l'écrit DLM, par cet hymne barbare et criard est une maladresse qui entache, hélas à jamais, l'art de Mendelssohn, compositeur et chef d'orchestre. Klemperer a fait la preuve de beaucoup de goût et de discernement en remplaçant cette effroyable monstruosité par quelques mesures retenues, douces et mélancoliques qui restituent à la symphonie écossaise l'expression de "chef-d'œuvre ultime de l'art humain" qu'y entend DLM. Il est bien regrettable que l'initiative de Klemperer n'ait pas été reprise par quelques uns de ses collègues.

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1005
Date d'inscription : 07/08/2012

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptyVen 27 Sep 2019 - 14:29

Klemperer a utilisé avec le coda de Mendelssohn (qu'il destesta) dans son enregistrement officiel chez EMI.

Il diriga avec son coda recomposé dans l'enregistrement Live Bavaroise.

Je ne connais pas l'enregistrement VoX.
Revenir en haut Aller en bas
fomalhaut
Mélomaniaque
fomalhaut

Nombre de messages : 1011
Age : 75
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptyVen 27 Sep 2019 - 22:01

Bruno Luong a écrit:
Klemperer a utilisé avec le coda de Mendelssohn (qu'il destesta) dans son enregistrement officiel chez EMI.

Il diriga avec son coda recomposé dans l'enregistrement Live Bavaroise.

Je ne connais pas l'enregistrement VoX.

L'enregistrement VOX (Orchestre symphonique de Vienne) fut réalisé en mai-juin 1951 dans la Grande Salle du Musikverein. Il n'est pas intégralement dirigé par Otto Klemperer.

Klemperer enregistra les 2 premiers mouvements et quitta Vienne le 16 juin 1951 pour donner quelques concerts en Grèce. C'est le Professeur Herbert Häffner qui enregistra les 2 derniers mouvements (sans retenir la modification apportée au final par Klemperer). VOX publia l'enregistrement en novembre 1951 sans l'accord de Klemperer ce qui provoqua la rupture entre Otto Klemperer et George Mendelssohn, le président de VOX.

Pour info, cet enregistrement fut publié sur CD en 2002 dans la série VOX Legends (VOX 7813).

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptySam 28 Sep 2019 - 9:44

fomalhaut a écrit:
cet hymne barbare et criard

Prenez ça dans vos faces, Écossais ! hehe

(Je suis un garçon aux goûts simples, ce gros choral entraînant me ravit – et surtout, l'ajout de Klempie me paraît très peu conforme au plan et à l'esprit de la symphonie – les symphonies de Mendelssohn ne se terminent jamais avec une retombée douce, son art est trop brillant, ce n'est pas sa tournure mentale, j'ai l'impression. Arrive donc ce collage qui fait retomber le soufflé… je ne vois vraiment pas à quoi ça sert.)

Et surtout, si on autorise ça, qu'est-ce qui retient les gens qui n'aiment pas le final de Mahler 7 d'y insérer à la place un des adagios (transposés) de la Dixième ? De couper des bouts dans les opéras (ah, zut, c'est déjà fait) ? De refaire l'orchestration de Moussorgski parce qu'il est un gros maladroit ?

Après, si je suis tout à fait honnête et laisse de côté mon goût pour la taquinerie : 1) j'ai dit du mal de Klemperer compositeur, mais j'aime bien ce qu'il fait en réalité ; à défaut d'être grand, ça soutient plutôt bien l'intérêt dans son genre (étonnamment, vu son tempérament de chef) rhapsodique ; 2) je suis très content qu'il existe des bidouillages, j'adore ça. Celui-ci ne me convainc pas, mais c'est à tout prendre plus intéressant que sur 1000 versions il y en ait au moins une qui tente autre chose, fût-ce n'importe quoi. (Ce serait une première mondiale, je serais grognon, mais là…)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1005
Date d'inscription : 07/08/2012

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptySam 28 Sep 2019 - 10:41

Retombée douce ? Je n'entends pas du tout, il ne reprend que le thème de Mendelssohn, en mineur pour remplacer le coda en majeur du compositeur. Certes ça change complètement la conclusion, il a gommé complètement le caractère victorieuse (a priori lui gêne) mais loin de le fait faire retomber douce.

Ca la termine par une série de note ascendante suivit par l'accord joué trois fois en forte. Je suis quand même que ce qui précède avec le ralentissement de tempo n'est pas courant avant que Mahler fait l'usage de manière systématique.

Je suis en fait pas trop fan du bidouillage, surtout lorsque le compositeur a permi la publication. Je préfère malgré tout le coda de Mendelssohn.

Je ne suis pas certain que Klemperer a personnellement autorisé la publication de l'enregistrement, mais vu son caractère je pense qu'il s'est pas gêné.

Il se base aussi sur le fait historique de Mendelssohn lui même a des doutes sur ce coda et demanda l'avis de son ami Ferdinand David. Klemperer se justifie sa démarche que son altération de Mendelssohn n'est pas pire que l'altération Mendelssohn lorsque ce dernier diriga Bach !
Revenir en haut Aller en bas
fomalhaut
Mélomaniaque
fomalhaut

Nombre de messages : 1011
Age : 75
Localisation : Levallois-Perret
Date d'inscription : 23/04/2006

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptyDim 29 Sep 2019 - 18:35

DavidLeMarrec a écrit:
fomalhaut a écrit:
cet hymne barbare et criard

Prenez ça dans vos faces, Écossais ! hehe

(Je suis un garçon aux goûts simples, ce gros choral entraînant me ravit – et surtout, l'ajout de Klempie me paraît très peu conforme au plan et à l'esprit de la symphonie – les symphonies de Mendelssohn ne se terminent jamais avec une retombée douce, son art est trop brillant, ce n'est pas sa tournure mentale, j'ai l'impression. Arrive donc ce collage qui fait retomber le soufflé… je ne vois vraiment pas à quoi ça sert.)

Et surtout, si on autorise ça, qu'est-ce qui retient les gens qui n'aiment pas le final de Mahler 7 d'y insérer à la place un des adagios (transposés) de la Dixième ?  De couper des bouts dans les opéras (ah, zut, c'est déjà fait) ?  De refaire l'orchestration de Moussorgski parce qu'il est un gros maladroit ?

Après, si je suis tout à fait honnête et laisse de côté mon goût pour la taquinerie : 1) j'ai dit du mal de Klemperer compositeur, mais j'aime bien ce qu'il fait en réalité ; à défaut d'être grand, ça soutient plutôt bien l'intérêt dans son genre (étonnamment, vu son tempérament de chef) rhapsodique ; 2) je suis très content qu'il existe des bidouillages, j'adore ça. Celui-ci ne me convainc pas, mais c'est à tout prendre plus intéressant que sur 1000 versions il y en ait au moins une qui tente autre chose, fût-ce n'importe quoi. (Ce serait une première mondiale, je serais grognon, mais là…)

Deux (petites) remarques :

Mendelssohn achève, certes, de façon brillante ses symphonies mais pourquoi diable l'une d'entre elles ne dérogerait-elle pas à cette règle ?
"L'Ecossaise" et "La Réforme" ont une introduction, "L'Italienne" n'en a pas.

Klemperer a enregistré la 7ème de Mahler et n'a pas jugé pertinent d'en modifier le contenu.
Enfin, je ne me souviens pas avoir lu ou entendu crier au pendu à ce sujet.

fomalhaut
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87709
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 EmptyLun 30 Sep 2019 - 21:20

fomalhaut a écrit:
Mendelssohn achève, certes, de façon brillante ses symphonies mais pourquoi diable l'une d'entre elles ne dérogerait-elle pas à cette règle ?

Parce que ça n'est pas le cas, tout simplement…

Ou alors on peut se dire que Wagner aurait pu ajouter une cabalette à la fin de la mort d'Isolde, qu'est-ce qui l'empêchait de faire différemment après tout ?

Je peine à comprendre l'argument. Klemperer invente une fin parce que l'officielle ne lui plaît pas, c'est arbitraire ; on peut trouver ça bien si on veut, mais essayer de justifier par une forme de cohérence musicologique une recomposition XXe alors qu'on a l'original publié et approuvé par l'auteur, la logique m'échappe.

Je suis partisan de l'idée qu'on puisse tout essayer (c'est rarement mieux que l'original, mais ça change) ; de là à le présenter comme un choix respectueux du texte, je n'irais pas jusque là.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Contenu sponsorisé




Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Mendelssohn les symphonies   Mendelssohn les symphonies - Page 7 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Mendelssohn les symphonies
Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Sujets similaires
-
» Coffret Symphonies chez Brilliant
» Rachmaninov : les symphonies
» Mendelssohn, Symphonie n°3 "Ecossaise"
» Mendelssohn
» Mendelssohn: Musique de chambre (excluant les quatuors)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: