Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Arnold Bax (1883-1953)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87571
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyDim 21 Aoû 2016 - 23:14

Il faut absolument explorer la musique de chambre aussi (valable aussi pour Bliss, Ireland, et plus loin Alwyn…).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Cello
Chtchello
Cello

Nombre de messages : 5712
Date d'inscription : 03/01/2007

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyLun 22 Aoû 2016 - 10:16

André a écrit:
Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 51VCXdCVZWL

Bax est probablement LE compositeur post-romantique/post straussien le plus important de GB. Il existe des intégrales de ses symphonies (j'ai celles de Bryden Thomson et de David Lloyd-Jones), ainsi qu'un certain nombre d'enregistrements isolés. Celui-ci fait partie d'un coffret dédié à la musique symphonique britannique. Cette sixième, l'avant-dernière du compositeur, n'est pas sa plus imposante ou dramatique. Mais elle représente bien son habitude de mêler un ton fougueux à des épisodes rêveurs et langoureux.

Pourtant, le premier mouvement, ça en jette sérieusement et dès le tout début, non ?

André a écrit:
J'ai au fil du temps acquis deux intégrales des symphonies. Et c'est en bonne partie à cause des compléments de programme (les poème symphoniques). Une fois la chose faite, j'ai acquis les oeuvres pour piano et orchestre, les concertos, etc. Avec Bax on n'en a jamais fini. Ce n'est ni assez défini pour qu'on en fasse vite le tour façon touriste pressé, ni assez spectaculaire pour que tout  s'arrête, toutes affaires cessantes. Il faut y revenir, patiemment, souvent. Je ne suis jamais déçu.

Oui, franchement d'accord avec ça.

Je n'ai jamais trouvé de séduction facile ou immédiate chez lui et malgré cela, je ne peux m'empêcher de revenir vers sa musique régulièrement. A bien y réfléchir, c'est peut-être même le compositeur anglais que j'écoute le plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 951
Date d'inscription : 13/08/2013

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyLun 22 Aoû 2016 - 11:54


Bax est, sans aucun doute, le plus grand symphoniste de l'Angleterre de l'époque post-victorienne. Je me suis rarement ennuyé" avec lui. Ce que j'aime dans sa musique, c'est qu'il arrive à être original et même très "british" en puisant son inspiration chez Sibelius, Debussy et Strauss. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parsifal
Mélomane chevronné
Parsifal

Nombre de messages : 6312
Age : 27
Date d'inscription : 06/01/2011

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyLun 22 Aoû 2016 - 12:36

starluc a écrit:

Bax est, sans aucun doute, le plus grand symphoniste de l'Angleterre de l'époque post-victorienne. Je me suis rarement ennuyé" avec lui. Ce que j'aime dans sa musique, c'est qu'il arrive à être original et même très "british" en puisant son inspiration chez Sibelius, Debussy et Strauss. Very Happy

J'avoue que Bax me laisse perplexe...
je réécoute souvent il y a indéniablement quelque chose qui m'attire mais le fait que je m'y ennuis aussi parfois pas mal, j'ai du mal a voir ou il veut en venir (c'est sans doute ce pas assez défini dont parle André qui fait la richesse du corpus mais qui peut aussi paraitre un peu frustrant parfois), c'est tout de même très bien les symphonies de Bax je ne réécouterais pas sinon, mieux que ses poémes symphonique qui sont sympathique mais qui ne m'ont jamais donné envie d'y revenir.

Cela dit pour les symphonies je pense que je préfère d'assez loin Vaughan Williams même si pas pour toute ses symphonies (pour la 3, la 6, la 9 sont indispensable, les autres me laisse le même sentiment de perplexité que Bax) et de toute façon son corpus symphonique n'est pas ce qui m’intéresse le plus chez lui (la musique chorale, les partitions dramatique comme Job ou The Wasps, Tallis ou le concerto pour piano)

Il faudra que je tente la musique de chambre de Bax
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 951
Date d'inscription : 13/08/2013

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyLun 22 Aoû 2016 - 12:51


Il faudra que je réécoute Vaughan-Williams car ce que j'ai écouté de ses symphonies m'a laisse perplexe, pour ne pas dire plus...

Il y a de jolies choses dans la musique de chambre de Bax. Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parsifal
Mélomane chevronné
Parsifal

Nombre de messages : 6312
Age : 27
Date d'inscription : 06/01/2011

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyLun 22 Aoû 2016 - 12:59

starluc a écrit:

Il faudra que je réécoute Vaughan-Williams car ce que j'ai écouté de ses symphonies m'a laisse perplexe, pour ne pas dire plus...

Réécoute au moins les 3, 6 et 9 pour moi ce sont vraiment de grand chef d’œuvre (la 3 surtout) le reste j'aime bien mais il y a toujours un moment ou je finis par décrocher (un peu comme chez Bax) ou alors ça me semble un peu trop bordélique comme la deuxième ou trop démonstratif comme la quatrième
mais n'hésite pas aller voir hors symphonie j'ai l'impression que le leg symphonique de Ralphy éclipse tout le reste qui est pourtant d'un intérêt égal voir parfois supérieur.

Je me trompe peut être mais j'ai l'impression que pour Bax c'est un peu la même chose on parle toujours des symphonies ou des poèmes symphoniques mais assez peu de la musique vocale ou de la musique de chambre (mais c'est peut être moi aussi qui ne m’intéresse pas assez a Bax) d'ailleurs Bax a t'il composer des opéras?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 951
Date d'inscription : 13/08/2013

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyLun 22 Aoû 2016 - 13:55


Non, Bax n'a pas composé d'opéra. Il avait en projet, quand il était jeune, un opéra dont le titre était "Déirdre". Il ne l'a jamais achevé...

Dans la musique vocale, je connais deux chefs-d'oeuvre pour choeur a cappella : le motet "Mater Ora Filium" et les cinq chansons populaires grecques. Le motet est d'un étonnant raffinement et les chansons pleines de verve : la première, notamment, le "Miracle de Saint-Basile"...Je recommande.

Il faudra que je réécoute V-W. La symphonie n°2 m'avait insupporté et je n'y ai plus touché qu'au hasard de mes auditions de France-Mu coucou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parsifal
Mélomane chevronné
Parsifal

Nombre de messages : 6312
Age : 27
Date d'inscription : 06/01/2011

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyLun 22 Aoû 2016 - 14:07

Je note tout ça Smile

starluc a écrit:

Il faudra que je réécoute V-W. La symphonie n°2 m'avait insupporté et je n'y ai plus touché qu'au hasard de mes auditions de France-Mu coucou

Si c'est la seule que tu as écouté, alors vraiment jette une oreille aux autres, c'est probablement la moins intéressante de toute, personnellement j'y entend plus une collection de thème qu'autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87571
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyMar 23 Aoû 2016 - 1:52

starluc a écrit:
Il faudra que je réécoute V-W. La symphonie n°2 m'avait insupporté et je n'y ai plus touché qu'au hasard de mes auditions de France-Mu

La 2 est vraiment sa moins bonne, d'assez loin, même les fans l'admettent. Il m'est arrivé la même chose : j'ai commencé par là (et quelques poèmes symphoniques sirupeux), ce qui m'a injustement détourné de ses œuvres par ailleurs dignes d'interêt, l'épopée de la Première, les symphonies de guerre plus sombres, les atmosphères étales de la 7. Honnêtement, il faut essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 951
Date d'inscription : 13/08/2013

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyMar 23 Aoû 2016 - 10:01

C'est noté!!! Merci!!! coucou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8552
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptySam 9 Sep 2017 - 22:44

Cette semaine, j’ai réécouté:

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Bax_4_10    Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Bax_5_10    Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Bax_6_10    Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Bax_7_10
Symphonie nº4. Nympholept. (1) Symphonie nº5. The Tale the Pine-Trees Knew. (2) Symphonie nº6. Into the Twilight. (3) Symphonie nº7. Tintagel (4)
David Lloyd-Jones / Royal Scottish National Orchestra
Glasgow, VII.2000 (1), V & VI.1996 (2), VIII.2002 (3, 4)
Naxos


Au sujet des symphonies, peu de choses à ajouter à ce qui a été dit ici. Je suis très sensible à la singularité de ce corpus - même si, effectivement, à l’opposé de RVW qui semble essayer une nouvelle esthétique à chaque symphonie, Bax donne l’impression de remettre inlassablement sur le métier la même symphonie: même structure tripartite, même orchestration qui oscille entre irisations des cordes et récitatifs cuivrés, même harmonie à la fois tendue et fuyante, même sentiment (sibélien) de dissolution de l’élément mélodique. Mais comme dit Cololi, «il va falloir pas mal d’écoutes», car c’est une musique paradoxalement assez insaisissable (peut-être pour les deux dernières raisons): même après plusieurs écoutes, j’ai toujours un peu de mal à me repérer dans le détail du discours.

En revanche, autant j’aurais moins de réserves que David au sujet des symphonies, autant je serais peut-être encore plus dur que lui avec les poèmes symphoniques... On a l’impression que les défauts de Bax y sont comme surexposés: son faible sens mélodique se traduit ici non plus par des thèmes qui se dissolvent comme dans les symphonies, mais juste par des mélodies banales; la tension entre les irisations des cordes et les récitatifs cuivrés devient ici souvent une juxtaposition de fanfares pompières et de tapis de cordes d’un goût un peu limite - le pire de ce point de vue étant peut-être Tintagel (bien sûr.)

Pour l’interprétation, voir ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83850
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptySam 7 Oct 2017 - 23:47

Passée l'excellente surprise de la 1ère symphonie, la 6è est celle qui m'intéresse le plus jusqu'ici, même si j'ai apprécié les précédentes, à des degrés assez proches. (c'est-à-dire un peu moins que la 1ère et la 6è)

Etonnamment, le deuxième mouvement commence par l'accord de Prométhée. (Scriabine)
Je vois sur la partition que l'accord est disposé un peu différemment, mais ce sont exactement les mêmes notes, et même du point de vue de la couleur orchestrale, c'est très proche.
Faites le test d'écouter les 30 premières secondes de ce mouvement puis les 30 premières secondes de Prométhée, c'est assez saisissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 951
Date d'inscription : 13/08/2013

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyLun 9 Oct 2017 - 13:40


La 6ème est la symphonie avec laquelle j'ai abordé le cycle d'Arnold Bax (le 12 février 1984, je m'en souviens encore!) dans la très belle version de Norman del Mar. J'ai trouvé cela superbe, original et convaincant (ah, ce final énigmatique...)

Pour l'accord de "Prométhée", je n'y avais pas pensé. je vais vérifier chez moi...

Avec le temps, ce sont les dernières symphonies que je préfère, à partir de la 4ème qui est, pour moi, un peu la "pastorale" de Bax. J'aime aussi le côté sibélien-malherien de la 5ème et la 7ème, avec son mvt lent comme une passion frappée de stupeur, quelque chose comme du feu sous la glace...Et son "épilogue" désincarné...Ce cher Arnold m'a apporté beaucoup de bonheur... fleurs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5234
Age : 44
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyMar 24 Oct 2017 - 23:19

Parsifal a écrit:

Réécoute au moins les 3, 6 et 9 pour moi ce sont vraiment de grand chef d’œuvre (la 3 surtout) le reste j'aime bien mais il y a toujours un moment ou je finis par décrocher

Tout à  fait d'accord, les multiples de 3 sont pour moi les seuls chefs-d'œuvre parmi les symphonies de Vaughan Williams... et d'ailleurs c'est un peu la même chose pour Bax, à cela près qu'il faudrait inventer la 9 (et je crois que les 5 et 7 sont très bien aussi).

Sinon, je réécoute l'unique symphonie de Moeran, et il y a des moments vraiment magiques (par exemple la fin du 2e mouvement, on se croirait dans la grotte de Pelléas...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parsifal
Mélomane chevronné
Parsifal

Nombre de messages : 6312
Age : 27
Date d'inscription : 06/01/2011

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyMar 24 Oct 2017 - 23:36

Golisande a écrit:


Tout à  fait d'accord, les multiples de 3 sont pour moi les seuls chefs-d'œuvre parmi les symphonies de Vaughan Williams...

Mon avis a quelques peu évolué, si la 3 et ses multiples restent effectivement les meilleurs a mon avis, les 7, 8 et même la 1 sont vraiment pas loin et je suis en train d’apprivoiser vraiment la cinquième. Il n'y a que la 4 et la 2 qui ne me convainquent pas vraiment.

mais on est hors sujet non? Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5234
Age : 44
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyMar 24 Oct 2017 - 23:43

[HS Vaughan Williams]
1: choucroute anglaise
5: confiture
7: Hollywood
8: toujours pas écouté
Mr.Red
(mais je vais profiter de ces vacances pour (ré)écouter tout ça !)
[/HS Vaughan Williams]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5234
Age : 44
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyMer 25 Oct 2017 - 0:05

[Post utile]
La 5e de Bax, c'est chouette.
[/Post utile]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parsifal
Mélomane chevronné
Parsifal

Nombre de messages : 6312
Age : 27
Date d'inscription : 06/01/2011

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyMer 25 Oct 2017 - 0:40

je répond dans le fil Vaughan Williams
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87571
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptySam 9 Déc 2017 - 18:47

Cololi a écrit:
Bax : Symphonie n°2 (Lloyd-Jones)
Bax : November Woods (Lloyd-Jones)

DavidLeMarrec a écrit:
Cololi a écrit:
Bax : Symphonie n°2 (Lloyd-Jones)

Bon ! Very Happy

Citation :
Bax : November Woods (Lloyd-Jones)

Pas bon. pig

Cololi a écrit:
@David : il faut écouter quelle autre symphonie ?

Szymanowski : Mélodies avec orchestre (Stryja)


Benedictus a écrit:
Cololi a écrit:
@David : il faut écouter quelle autre symphonie ?
Même si la question ne m'est pas posée: comme Bax a composé sept fois la même symphonie:
- si ça t'a plu tu n'as qu'a les écouter toutes;
- si tu n'as pas aimé, pas la peine d'essayer les autres.
(J'exagère, mais c'est quand même un des corpus symphoniques les plus homogènes du XXᵉ.)

La 2 est peut-être bien la meilleure, ou du moins la plus généreuse… Mais elles sont toutes dans un style homogène un peu interchangeable. Si tu veux faire dans le creuset postromantique comme la 2, la 1 va très bien (un peu moins personnelle et encore plus spectaculaire). Sinon, à partir de la 3 jusqu'à la 7, on va vers de plus en plus d'épure.

Essaie peut-être la 5.

(J'aime particulièrement les 2-3-4-5, mais c'est un peu arbitraire, tant elles se ressemblent, sauf la 1 et la 2, un peu moins sibélio-debussysées.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 83850
Age : 38
Date d'inscription : 08/06/2005

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptySam 9 Déc 2017 - 19:06

C'est vrai que c'est un ensemble homogène, j'en suis presque déçu, car j'ai vraiment bien aimé la 2, mais j'espèrais une évolution tôt ou tard en écoutant les autres, et finalement je trouve que ça ne s'améliore pas forcément, aucune ne m'enthousiasmant complètement d'ailleurs.
Je ne sais même plus où j'en suis... je crois qu'il me reste les deux dernières.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
starluc
Mélomaniaque


Nombre de messages : 951
Date d'inscription : 13/08/2013

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyLun 11 Déc 2017 - 11:09


Elles sont très belles! Voir, notamment, l'étonnant finale de la 6ème (épilogue) et le mouvement central de la 7ème, musique tristanesque comme frappée de stupeur névrotique...Feu sous la glace... sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5234
Age : 44
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyVen 27 Avr 2018 - 1:09

Quintette avec harpe (Mobius/Naxos).

Je suis toujours sensible à cette esthétique (même s'il est assez difficile d'établir un lien avec le Bax symphonique).
En général, tout ce qui est lent - y compris au sein des sections extrêmes - me parle davantage que le reste, mais l'ambiance générale me plaît sans que j'aie besoin de faire d'effort...

Cela étant, je n'ai pas l'impression d'avoir découvert une œuvre substantielle (n'est pas Webern qui veut...).
Je suis relativement dubitatif sur le Bax chambriste, mais je veux bien insister un peu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
hommepiano
Mélomaniaque


Nombre de messages : 818
Date d'inscription : 23/01/2014

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyJeu 20 Déc 2018 - 12:14

bonjour je découvre ce compositeur anglais avec son oeuvre peut etre la plus connue, Tintagel sur youtube, watch?v=ixF5f2cqIKo, jouee par le Royal Scottish National Orchestra dirigé par David Lloyd-Jones....forte présence des cuivres......je suis séduit !
je continue avec son november woods.....toujours bien.....
et ce 2eme mouvement de la symphonie n°6, le lento, quelle beauté....est ce que je me trompe si j'y entends un peu de jazz, du Gershwin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87571
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptySam 22 Déc 2018 - 15:53

Le jazz, je ne le perçois vraiment pas (difficile de faire moins pulsé qu'un mouvement lent de Bax !), mais il n'est pas impossible qu'il y ait des harmonies ou des mouvements mélodiques communs, suivant le Gershwin auquel tu pensais.

Chez Bax, le meilleur se trouve dans la musique de chambre à mon sens, mais puisque tu as aimé les passages épiques des poèmes symphoniques (que je n'aime pas trop), essaie les deux premières symphonies, elles sont plus complexes mais ont des éclats assez saisissants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
greg skywalker
Mélomaniaque
greg skywalker

Nombre de messages : 801
Date d'inscription : 06/08/2010

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptySam 9 Fév 2019 - 8:26

greg skywalker a écrit:




Bax Tintagel   (1919)   Bryden Thomson/orchestre d'Ulster     (199/250)
J'adore l'intro : Romantique et épique , un planté de décor réussi . Vrai poème symphonique ( comme ceux de Liszt) . Bax écrit toujours
une musique  génereuse ,ample  , il hésite pas  et il n'est jamais chichiteux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87571
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptySam 9 Fév 2019 - 12:53

… dans les poèmes symphoniques. (Que je trouve pour ma part un peu univoques et pétaradants. Effectivement, tu as raison, ça ressemble à Liszt par pas mal d'aspects, je ne m'étais jamais fait la remarque !)

Dans les symphonies, c'est tout le contraire, tout en évitements, rien de marquant mélodiquement, rien de spectaculaire, tout réside dans une discrète évolution organique, sorte de Sibelius britannique. (C'est moins vrai pour les premières, en particulier la 2, qui ont un côté plus franchement lumineux-épique, quoique déjà assez insaisissables formellement.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Roupoil
Mélomaniaque
Roupoil

Nombre de messages : 524
Age : 38
Localisation : Pessac
Date d'inscription : 22/04/2017

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyMer 15 Mai 2019 - 20:40

Je n'ai pas posté de compte-rendu de mes découvertes depuis un moment sur le forum, j'ai passé ces dernières semaines pas mal de temps sur les compositeurs anglais "mineurs" (je mets entre guillemets car ça ne se veut pas du tout péjoratif, simplement un constat du fait qu'ils sont sûrement un peu eclipsé par les grandes figures que sont Elgar et, dans une moindre mesure, Vaughan Williams) de la première moitié du 20ème siècle. Parmi ceux-ci, ms plus gros coups de coeur vont sans hésiter aux symphonies de Bax, un corpus de très haute tenue que j'avais jusqu'ici à peine effleuré mais qui mérite vraiment un sérieux approfondissement. Sans grande surprise, je préfère les premières, peut-être un peu moins formellement maitrisées que les suivantes, mais qui débordent d'enthousiasme et qui ont un côté martial et angoissé qui me convient parfaitement. D'ailleurs, entre les sept, celle que je mettrai en haut de mon classement personnel serait probablement la toute première, avec ce premier mouvement à la cellule mélodique si simple mais efficace qui emporte tout, ce début de mouvement lent hyper mystérieux qui débouche sur des fanfares de cuivres "peplumesques", ça n'est pas toujours subtil mais qu'importe ! Le dernier mouvement est peut-être celui des trois qui me convainc le moins, ça tourne un peu au fourre-tout par moments, mais dans l'ensemble c'est une oeuvre que je trouve terriblement attachante, et qui me donne tout simplement envie d'y retourner dès que le dernier accord s'est éteint, un signe qui ne trompe pas. D'ailleurs, je suis en train de devenir addict aux symphonies 2 et 3 également (je laisse reposer les suivantes, qui m'ont fait moins forte impression à la première écoute, pour l'instant).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.normalesup.org/~glafon/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8552
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyDim 9 Juin 2019 - 22:54

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Bax_sy10
Symphonie n°2 en mi mineur / ut majeur (1924-26)
Myer Fredman / London Philharmonic Orchestra
Londres, IX.1970
Lyrita


Une redécouverte et une réévaluation de cette symphonie grâce à cette interprétation. Jouée ainsi, cette symphonie se révèle à la fois ample et complexe, épique et lumineuse - vraiment une grande réussite.

D’abord, la prise de son est très proche et très détaillée (malgré quelques scories ponctuelles), et l’orchestre d’une belle plénitude: on gagne des couleurs et des textures beaucoup très typés et variés (notamment des cuivres aux timbres bien différenciés, une petite harmonie et des percussions très présentes - et surtout, on entend bien tous les instruments «scintillants»: xylophone, glockenspiel, célesta, piano, harpes.) Par rapport aux versions des intégrales Lloyd-Jones (orchestre un peu aigre, captation sèche et trop maigre) et Handley (orchestre très «global», captation trop lointaine et réverbérée), on perçoit beaucoup mieux la complexité mais aussi les logiques des strates de l’orchestration, et on y gagne une atmosphère beaucoup plus franche et lumineuse.

La direction est par ailleurs excellente (je ne connaissais pas du tout Myer Fredman): très vivante et très contrastée dans l’accentuation des phrasés, la différenciation des climats et la gestion des dynamique, elle maintient pourtant une poussée continue dans la progression du flux; elle réalise ainsi une sorte de quadrature du cercle, exaltant à la fois ce qu’il peut y avoir d’insaisissable et de sinueux dans le langage de Bax et l’espèce de grand arc épique qui sous-tend l’œuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87571
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyLun 10 Juin 2019 - 12:21

Outre que la 2 est une de ses meilleures symphonies (plus intelligible structurellement, moins vaporeuse que les trois dernières), sache que toutes les publications Lyrita (même avec le Philharmonia ou Handley) ont cette qualité de grain. Tout à coup on est vraiment proche de l'orchestre, et il a de la personnalité !

Ça change tout pour ce répertoire (Bax comme les autres) lorsqu'on est habitué aux redoutables captations Chandos dans les baignoires-cathédrales. Plusieurs versions de référence absolues pour les RVW aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 8552
Age : 44
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyLun 10 Juin 2019 - 12:44

scratch Je n'ai pas vu de symphonies de RVW chez eux...

En revanche, oui, l'autre Bax Leppard / Myers est prévu pour bientôt, ainsi que le Hadley / Finzi par Handley, Allen et Partridge et peut-être le Still / Searle (et William Wordsworth, quelqu'un connaît?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 87571
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyLun 10 Juin 2019 - 13:45

De Bax, tu as notamment la 6 chez eux (avec Del Mar et Gandley).

Très bons volumes A. Butterworth, Alwyn (même si les symphonies valent ce qu'elles valent), Still, Rubbra ( I love you ), Moeran ( 3 CDs I love you I love you ).

Et je ne parle que ce que j'ai écouté, ils ont plein d'Ireland ( I love you ) de Lloyd, même du Joubert !


Benedictus a écrit:
scratch Je n'ai pas vu de symphonies de RVW chez eux...

Non, je croyais, j'ai dû mélanger avec Bax et Rubbra. Ils ont juste fait Sir John in Love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 27314
Date d'inscription : 21/09/2012

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyJeu 13 Juin 2019 - 0:42

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Mzolom10
Catégorie orchestrale -rang 238°/250



Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Fredma10
Myer Fredman (1932-2014)


Arnold Bax (1883-1953) :

Symphonie n°1 en mi bémol

= Myer Fredman, London Philharmonic Orchestra

(Lyrita, octobre 1970)

Smile Ma dilection pour la musique d'Outre-Manche ne pouvait passer sous silence l'important legs baxien, dont le discours, le langage sont parmi les plus à-mêmes
de conquérir les oreilles rétives à la pompe elgarienne et aux tentations cinématographiques du répertoire anglais.
J'ai sondé les sept symphonies, et même si la n°6 passe pour la plus emblématique, c'est la n°1 où l'inspiration me semble la plus authentique,
ou du moins qui me parle le plus spontanément, par son format intégrateur et son propos épique.
« Je me réécoute sa 1ère symphonie (ma préférée). Je suis notamment subjugué par le 1er mouvement (Allegro moderato e feroce). Le thème initial est noir, grinçant,
sauvage. Après deux minutes de développement chaotique, on atteint un climax d'une grande brutalité. Malgré les incessants changements de mesure et de pulsation,
on a l'impression d'un discours figé, profondément déprimé, mais aussi sacrément mystérieux. Quand le thème lent débarque, le soulagement est grand et on se laisse
embarquer irrémédiablement pour le reste du mouvement » écrivait notre camarade Draffin, le 24 novembre 2015.
Les critiques de l'époque observèrent sa noirceur, sa hargne, son caractère sardonique. C'est certainement ici qu'on trouve le Bax le moins impersonnel et le plus engagé,
à travers les circonstances autobiographiques : une symphonie où se fait écho la Première Guerre mondiale ?
Pourtant Bax s'en défendait et invoquait plutôt de la musique pure pour cet opus de 1921-1922 forgé à partir de sa Sonate pour piano n°3 dont il avait orchestré
les deux mouvements extrêmes. Leur pugnacité, leur zèle offensif et martial ne fait toutefois aucun doute, et nous éloigne des tableaux paysagistes, de l'impressionnisme
brossés dans The Garden of fand, Tintagel et November woods, préalablement écrits entre 1905-1919.
En guise de pivot affectif, le compositeur adjoignit un Lento solenne, dont l'humeur est « à la fois mystique et élégiaque », et manifestement funèbre
avec ses roulements de tambour et ses sombres cuivres en sourdine. Le langage s'y fait « limpide dans la structure, limpide dans la forme, mais très complexe
quant à l'accent [...] La tonalité de Bax est chargée d'une quantité effrayante d'émotions extraordinaires » confiait Vernon Handley en juillet 2003.

Après sa mort, hormis Tintagel, le corpus baxien subit au concert un certain purgatoire, comme celui des compositeurs britanniques de l'entre-deux guerres, jusqu'à un
regain d'intérêt depuis les années 1980 : trois intégrales virent le jour : chez Chandos, Bryden Thomson puis Vernon Handley, et entretemps David Lloyd-Jones (Naxos).
Mais c'est d'abord le label Lyrita qui offrit aux mélomanes un large panorama, par l'enregistrement des symphonies 1, 2, 5, 6 et 7 entre 1966-1971 (dirigées par
Norman Del Mar, Myer Fredman puis Raymond Leppard). Même si ce cycle reste incomplet, on trouvait là des interprétations non seulement pionnières
mais de première force, qui s'imposent toujours dans la discographie.

Sous la baguette de Fredman, le fracas liminaire de l'Allegro moderato martèle son incantation avec un poids fatidique voire maléfique. Le pulpeux London Philharmonic
endosse toute la chaleur souhaitable dans le second bloc d'exposition (3'02), avant le développement du premier thème (5'56) renforcé par la percussion (caisse claire,
xylophone, tambour de basque), cultivant des ambiances troubles, tumultueuses et splendidement instrumentées.
Une adroite transition (9'30) amène une réexposition (9'50) cuivrée sur trille des violons, vertigineuse et concise, préludant à un tableau pastoral qui rappelle
le second thème, avant une conclusion dont les heurts (12'40) signalisent les tensions belliqueuses.
Le Lento s'éveille dans un brouillard diffus, comme exhalé de la fatigue du champ de bataille : une scène glauque dont la prise de son amplement spatialisée restitue
toute l'ampleur et la désolation. Pour autant, Fredman veille à ne pas laisser trainer l'allure, et intensifie les moments où s'entrevoit une lumière salvatrice. L'orchestre
londonien assène le climax (6'00) avec toute la rudesse requise, là encore sans s'appesantir mais en privilégiant l'impact émotionnel.
Ce Lento semble avoir exorcisé les deuils et joué un rôle cathartique puisque le finale débute allegro maestoso en citant le thème introductif du premier mouvement,
bientôt illuminé par le glockenspiel, et dont les motifs musicaux sont retravaillés à la faveur d'un élan positif et victorieux, mais non sans amertume,
jusqu'à une péroraison marquée par un accord (un peu trop) consensuel. Ce qui n'entache ni la profondeur ni la puissance déclamatoire d'une œuvre très personnelle,
où Bax livra beaucoup de lui-même et se montre un communicateur aussi dense que singulier.


Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Bax_1_10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alcyon
Néophyte


Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 28/08/2019

Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 EmptyMer 28 Aoû 2019 - 11:05

Découvert le mois dernier un CD où se trouve gravée la sonate pour piano qui a donnée naissance à la 1ère symphonie plus des pièces d'inspiration russe d'Harriet Cohen.

Document très intéressant pour tous les "baxiens". C'est là qu'on s'aperçoit que Bax a littéralement changé le mvt lent... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Arnold Bax (1883-1953)
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Arnold Schönberg (Schoenberg) (1874-1951)
» Arnold - Escroc
» Te Deum de MA Charpentier (H 146)
» Manolis Kalomiris (1883-1962)
» Le Mélodrame

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: