Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
warren 60
Mélomane averti


Nombre de messages : 217
Age : 44
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 28/01/2014

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Jeu 18 Sep 2014 - 0:26

H4 me semble surtout victime d'un orchestre selon moi loin d'être horrible, mais, c'est vrai, beaucoup moins "Rolls Royce" que la majorité des autres finalistes.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gilles78
Mélomane averti


Nombre de messages : 262
Age : 50
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 15/06/2009

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Jeu 18 Sep 2014 - 10:05

Je vous mets les résulats des places 6 à 4, et en fin de semaine je mettrais le classement finale Very Happy. Merci à tous d'être venu à bout de cette écoute de 6 mois thumright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gilles78
Mélomane averti


Nombre de messages : 262
Age : 50
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 15/06/2009

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Jeu 18 Sep 2014 - 10:07

Finale Place 6 à 4
Classement
H4 : 6ème de cette écoute
F3 : 5ème
G1 : 4ème

http://www.condorcet-vote.org/Vote/25DE91DFF9/
Classement réalisé par le logiciel mis au point par Siegmund thumleft

6ème-> Version H4
Bruno WALTER, Philharmonique New York 1958/02 Sony
Maureen FORRESTER (mezzo-soprano) et Emilia CUNDARI(soprano)
Version mal enregistrée, malgrès cela vous lui avez trouvé de nombreuses qualités. Dommage que les timbres de l’orchestre soient ingrat (prise de son).
Vos avis
Pipus a écrit:

Je n'aime guère le final ; une grande puissance sonore (l'orgue !), mais un duo de chanteuses qui ne marche pas pour moi. Et il y a des sonorités affreuses (les flûtes à 6'24, le violon solo à 26'51)... l'orchestre n'est pas au mieux.
draffin a écrit:

Mouvements 1 à 4 : Le son est franchement mauvais (très medium, avec une spatialisation outrancière). Les tempi sont souvent vifs et l'ambiance est très sèche, presque sévère. La sévérité est toujours présente dans le 2ème mouvement, traité de façon très sobre (ce qui n'empêche pas les pupitres de chanter quand il le faut). Sécheresse et gravité conviennent particulièrement bien au Scherzo, nerveux et inquiet. On ne peut pas s'empêcher de regretter un peu plus d'ampleur dans les passages fortissimos. L'Urlicht est décidément magnifique...
5ème mouvement : Évidemment, un tel son, ça gâche un peu le plaisir, surtout dans les passages qui sonnent comme de la musique de chambre pour grand orchestre. Mais il faut reconnaître que cette version a un certain abattage : une grande probité, une absence de recherche d'effets et une belle fluidité. Et toujours cette noirceur, ce climat violent et froid. Le chœur (malheureusement trop en retrait), et surtout les deux solistes, amènent finalement un peu de chaleur et le final explose comme il se doit.
eleanore-clo a écrit:

01. un peu nerveux, les cordes claquent comme des fouets, 2ème
02. très dansant, viennois, 3ème
03. sec, un peu artificiel, 6ème
04. Interprétation très funèbre, très triste, un peu blanche 4ème
05. un peu « en dedans », 4ème
Resigned a écrit:

Je suis toujours impressionné par l'entame, majestueuse à souhait, avec un tempo relativement lent mais bien tenu. Qui ne cherche pas l'agressivité a tout prix (notamment dans les cordes) mais l'émotion... la beauté tout simplement. Le tout est tenu d'une main de maître.
Idem pour les seconds et troisièmes mouvements, pas besoin d'en faire des caisses pour émouvoir. Rarement j'ai eu l'impression d'un tel naturel après tant d'écoutes... Malgré le son pas superlatif, je trouve que l'orchestre sonne vraiment bien.
Dans l'Urlicht, l'orchestre n'est pas toujours superlatif, mais cette superbe voix lie le tout avec un naturel confondant. J'ai bien tout ce qu'il faut: la mélancolie, la désolation et l'intensité.
Le final me laisse une impression plus mitigée, on commence à trop sentir les limites de l'orchestre et puis on perd quelque chose de la magie... mais cela reste de très bonne facture.
warren 60 a écrit:

In Tempo des Scherzos :
geste plus global que dans d'autres versions, bois nostalgiques (à 2'20), phrases mélodiques nuancées, voire estompées par endroits, mais grand relief des pizzicati et des motifs de transition, 2ème section allante, plus insouciante que volontariste, cuivres qui sont parfois peu homogènes, sans que cela nuise à un réel sens du mystère, choeur à la très belle diction, chaleureux plus qu'immatériel, soprano trop au 1er plan (mixage ?), mais contralto MAGNIFIQUE, raté regrettable du violon solo à 26'52, mais final néanmoins transcendant, sans excès, organique.
Conclusion :
Fourmillant d'idées, de détails mais jamais au détriment de l'ensemble, alto sublime, chef très mahlerien, simple et raffiné à la fois
Asinius Pollion a écrit:

Bon le son assez spécial et défavorise cette lecture par rapport aux autres.
Mais le chef nous fais rentrer dans le dernier mouvement par la grande porte d'entrée.
Il développe un climat personnel et brumeux.
Bien évidemment, le son très étroit des divers pupitres (prise de son) et spatialisés à mort artificiellement n'aide pas pour dépeindre la grandeur...
On se souviendra de l'économie des moyens qui nous propose une version d'une grande humilité.
Même dans la grande section centrale guerrière, le chef donne à cette musique une dimension humaine et fragile.
Ensuite, viennent tous les défauts, les cuivres ont un son très moche d'autant plus que les trompettes se trouvent à deux centimètres de votre oreille gauche...
Ont a du mal à entendre tout l'orchestre, le résultat est un peu opaque au niveau des plan sonores.
Dès que le chœur rentre, les masses sonores sont unifiées et on finalement marche vers une très belle fin.
(note : on entend deux contraltos à moment donné et à la fin les trompettes sont dans votre oreille... DROITE!! c'est beau la technologie)
Conclusion:
version qui aurait mérité un traitement sonore digne ce nom (et possède de très grandes qualités), et qui au final n'aurait pas du atteindre la dernière poule.
Schmürz a écrit:

De manière générale, je ne trouve pas cet orchestre très bon, il est très inégal ; dans les cuivres, il y a parfois des trompettes trop acides, ça m'a beaucoup dérangée. C'est peut-être une version ancienne.
Le premier mouvement me paraît intéressant quoique trop rapide. La montée jusqu'à l'acmé rend bien.
Le deuxième mouvement ne me plaît pas ; je le trouve plan plan, sans caractère.
Le scherzo pourrait être bien, en tout cas, il commence vraiment de manière intéressante mais j'ai été déçue dès 8:00, les cuivres gâchent la fin du mouvement, ils nes ont vraiment pas beaux, trop secs.
Le Urlicht n'est pas très beau, vite expédié et par l'orchestre et par la chanteuse, c'est dommage. Encore une fois des cuivres trop secs, trop présents quand ils doivent jouer, ce qui endommagent le tout. Esthétique de chant passée mais intéressante, une belle voix de mezzo, tout de même.
Dans le dernier mouvement, de nouveau des cuivres trop grinçants, trop acides qui rendent ce début pas  aussi efficace qu'il aurait pu l'être. Cela reste mon mouvement préféré de cette version avec un carton rouge pour les cuivres.
On a l'impression assez souvent que le chef veut expédier l’œuvre. Je ne retiens pas cet enregistrement.

5ème-> Version F3
Gilbert KAPLAN, Philharmonique de Vienne 2002/12 DGG
Nadja MICHAEL (mezzo-soprano) et Latonia MOORE(soprano) /
Vos avis
Pipus a écrit:

Un démarrage qui manque de puissance, du moins sur l'aspect des sonorités. Mais l'instrumentation me paraît plus colorée, et l'ensemble assez homogène. La seconde partie me semble très belle. La prise de son me semble de qualité, large et bien définie. Le timbre de la chanteuse n'est pas très beau en revanche.
draffin a écrit:

Mouvements 1 à 4 : Dans la catégorie «version récente avec une prise de son magnifique et un orchestre superlatif», on a là, l'antithèse de B2 : une version plus ouvertement dramatique, qui n'a pas peur de jouer «lourd» si ça sert le propos du chef. Le 1er mouvement est particulièrement impressionnant, à la fois dépressif et méditatif. On note de petits défauts de mise en place ici et là (concert ?) et le pupitre des trompettes n'est pas très bien intégré à la masse orchestrale. Le 2ème mouvement est un poil en dessous (mais reste très bon) et le 3ème est excellent. L'Urlicht est desservi par une soliste un peu ingrate.
5ème mouvement : Là où B2 obtenait une clarté et une précision insensée, cette version peine à prendre son élan en ce début de final. On a l'impression que l'orchestre fatigue un peu.
Magnifique chœur et honorable soprane (mais je préfère celle de B2). La deuxième partie du mouvement est finalement la plus convaincante. Calme mais incarnée, avec des couleurs orchestrales sublimes. Par contre, l'alto a toujours ce vibrato détestable qui m'a empêché d'apprécier l'Urlicht. Autre regret : les nuances les plus pianos pourraient être … plus piano (notamment le passage avant la première entrée du chœur).
Et là aussi, à la fin, je suis surpris … de ne pas entendre d'applaudissements ! Vu les petits défauts de mise en place, je pensais que c'était une version en live...
eleanore-clo a écrit:

01. superbement léché mais du coup, peut être un peu artificiel, très romantique, superbes contrebasses 1er
02. superbes couleurs, les violoncelles, 3ème ex-æquo
03. beaucoup de dynamique, manque un peu de liant et au final peut être de punch. Les clarinettes sont un peu tristes. 4ème
04. elle supplique, de la douceur, 2ème
05. une explosion, une sérénité lumineuse, 2ème
Resigned a écrit:

Une version très maniérée et pourtant quelque chose se dégage, un soin absolu du détail comme si chaque instant avait son importance, c'est vraiment une expérience... On se demande à plusieurs moment si le chef n'en fait pas trop. Et l'orchestre est parfois à la traîne, il y a des imprécisions dans les climaxes. Les parties calmes sont très belles. J'aime beaucoup le scherzo.
L'Urlicht est encore très interprété, trop?... ça en devient presque maniéré. Le tout manque de simplicité, mais une belle intensité à partir du drangend, malgré cette voix au vibrato à vau l'eau...
Étrange final qui démarre moins fort que d'autres, mais alors c'est petit à petit un rouleau compresseur qui se met en marche, et la fin est de toute beauté.
warren 60 a écrit:

In Tempo des Scherzos :
grande mise en relief des parties orchestrales d'arrière-plan, toujours expressives (retenue des cuivres, ici très colorés), bois ici et là légèrement criards (gênant à 13'35), ensemble qui a cependant beaucoup de vie interne et même quelques réminiscences viennoises, très belle diction du choeur, alto agréable, un peu austère, final enthousiasmant (quelle ultime minute !).
Conclusion:
Orchestre magnifique, coloré et puissant, lyrisme assumé jusqu'au bout
Asinius Pollion a écrit:

Encore une version placé par mes propres soin en première place du classement du tour précédant...
Rien à redire sinon que la comparaison à B2 ne va pas faire du bien à cette version.
Pourtant, il y a tout ce qu'il faut : un orchestre de tout premier plan, un chef inspiré, une époustouflante prise de son...
Alors que les cinq premières minutes sont plus calmes que l'on entends d'habitude, les 5 suivantes avant le cataclysme sont hyper tendues et hyper expressives!
Cataclysme un peu lourd et un peu gras. Quitte à proposer un son pareil, il vaut mieux lever le tempo... ce qui n'est pas le cas ici.
Au lieux de proposer une tension exacerbée après celle hyper tendue mise en place juste avant par le chef,
le sentiment de débordement de sensations et de point culminant de charges émotionnelles auquel on s'attendait n'a pas lieux Sad
C'est peut-être lié au choix des ingénieurs du son de favoriser la prise de son proche pour les cuivres au détriment de la prise plus générale qui les placent plus au fond.
Ce qui suis est d'une bien meilleure tenue, et nous propose une apothéose magistrale. Un sentiment religieux et humain transparaît dans l'entrée du chœur.
Encore une version remarquable et incroyable.
Conclusion:
Pour une grande version récente mais qui n'est pas exempte de défauts
Schmürz a écrit:

orchestre magnifique, puissant, en place et quel souffle ! Orchestre magique, avec une main de fer à la direction. Le chef sait ce que l'orchestre doit rendre et il le mène là où il faut.
Dans le premier mouvement, la montée du climax est détonante et m'a laissée interrogative cependant : pourquoi cette légère retenue qui donne l'impression que le chef veut aussi contrôler les émotions de l'auditeur.  Après, ce passage c'est reparti, sans fausse note, ni baisse de tension dans le rendu, dans l'interprétation.  
Le deuxième mouvement est bien équilibré et comme le premier c'est une exercice de style très bon ; le chef sait ce qu'il veut.
Pour le scherzo, rythme bien enlevé et tonique, on se laisse prendre au jeu de la danse endiablée et naturellement évocatrice de la mort annoncée !
Quant au « Urlicht », la chanteuse a une voix magnifique même si elle ne m'a pas transportée ! Elle fait le boulot, et même très bien mais... L'interprétation prend son temps. Quelquefois, un vibrato un peu trop ample selon moi. Côté chant, ce n'est pas une version qui m'a fait effet.
Le dernier mouvement envoie du lourd. Les cordes tiennent un rythme de fou dès le début. Ce mouvement nous raconte une vraie histoire, beaucoup d'émotion dans l'orchestre que les voix (chœur et solistes) subliment. C'est un grand moment, ce mouvement dans cette version !
Étonnamment version très longue, donc à priori plus lente que les autres ; ce qui n'est pas forcément ma tasse de thé mais elle marche à fond. Une version à avoir chez soi, impérativement !!!

4ème-> Version G1
Rafael KUBELIK, Radio Bavaroise 1969/03 DGG
Norma PROCTER (mezzo-soprano) et Edith MATHIS(soprano) /
Vos avis
Une intégrale à laquelle je reviens souvent. Warren 60 a bien résumé ma pensée, Clarté, vivacité, finesse, et enthousiasme, font de cette intégrale et bien sur cette deuxième l'une de mes préférées.
Pipus a écrit:

C'est une très belle version, en particulier le deuxième mouvement et cette très belle voix. Un petit bémol sur certains passages des cuivres.
draffin a écrit:

Mouvements 1 à 4 : Que ce soit du point de vue sonore et instrumental ou du point de vue de l'ambiance, le 1er mouvement se situe un cran en dessous des versions B2 et F3. Orchestre et chef semblent avoir besoin d'un temps de chauffe avant de se lancer dans l'aventure. Mais une fois que la dynamique est enclenchée, on découvre une version engagée et rapide, sans lourdeur et finalement assez simple d'expression. Évidemment, on a pas la séduction sonore des versions récentes pour le 2ème mouvement mais le discours y est passionnant, à la fois simple et bien articulé. Mais c'est surtout les 3ème (d'une limpidité étourdissante) et 4ème mouvements (simple et ample, avec une soliste prodigieuse !) qui remportent l'adhésion.
5ème mouvement : Début de mouvement impressionnant, où on retrouve les qualités du scherzo (dont la fluidité). Ensuite, les différents épisodes sont menés dans des tempi rapides. On est loin de l'aspect chaotique et méditatif de la version F3 ; ici le drame est toujours présent. Il y a un mélange troublant de solennité et de violence. C'est très réussi !
Le passage précédent l'entrée du chœur, avec ses fanfares dans le lointain et ses flûtes imitant les oiseaux, n'a jamais été aussi inquiétant. Le chœur est excellent et les deux solistes sont exceptionnelles. Toute la fin est absolument hallucinante ! L'une des meilleures que j'ai entendues à ce jour ! Mais qui dirige ça ???
eleanore-clo a écrit:

01. là aussi, beaucoup de tension, on se croirait dans un thriller hollywoodien, 4ème
02. magnifique harmonie, bel ensemble, 1er
03. très martial, superbe pâte orchestrale, de l’allant 2ème
04. une voix bien éloignée, des cuivres un peu acides, 4ème ex-æquo
05. un feu d’artifice, de l’hollywoodien 1er
Resigned a écrit:

Je n'ai toujours pas grand chose à dire de cette version de belle tenue, bien équilibrée, même si l'orchestre pas toujours superlatif. Il s'en dégage une certaine fraîcheur par exemple dans le second mouvement, et le Urlicht est à l'avenant.
C'est le final qui m'a fait la moins forte impression, j'ai eu l'impression d'y entendre réguliérement les limites de l'orchestre même si c'est très entrainant. Enfin selon moi, on est en dessous des autres finalistes.
warren 60 a écrit:

In Tempo des Scherzos :
grande finesse des timbres dès le début, phrases des bois très détaillées (regret : sonorité parfois pincée des hautbois ou métallique des cuivres), mouvement très allant dans la 2ème section, presque conquérant, avant le passage où le second orchestre joue de manière presque irréelle, encore un très beau choeur, un duo de solistes vivifiant (on entendrait bien la soprano dans le final de la 4ème symphonie), final "à réveiller les morts", à la limite de la saturation physique.
Conclusion:
Clarté, vivacité, finesse, un enthousiasme qui ne faiblit presque jamais
Asinius Pollion a écrit:

Encore une très grande version que nous propose cette écoute.
(encore une fois, j'avais placé cette version en tête de poule au tour précédant...
ça commence à faire beaucoup non? le combat va être très rude!!!)
Les cuivres ont tendance à un peu sur-articuler c'est un peu gênant.
Vision alerte, apeurée. Il y a une menace sous-jacente dès le début.
Je préfère les versions plus apaisées mais je ne peux qu'admirer la tension et l'atmosphère apocalyptique de ce début de mouvement.
Le passage plus guerrier est remarquable de tension, le chef ne détend quasiment pas le tempo!!!
La fin est aussi admirable. Vraiment très très beau!
Mais j'ai l'horrible sensation que le chef a déjà utilisé tous ses atouts qu'il avait en main : je trouve ça moins fin et moins inspiré.
Ce qui n’empêche pas à cette version de monter bien haut dans le classement.
Conclusion:
malgré un final qui s’essouffle un peu, c'est une lecture admirable et extraordinaire du début à la fin.
Schmürz a écrit:

Orchestre inégal. Pas de puissance. Les cuivres sont acides ou alors c'est une ancienne version, donc vieil orchestre. Les cordes sont très belles. Je me suis ennuyée pendant les 10 premières minutes, je n'ai pas été transportée. De temps en temps, les instruments se mettent à raconter quelque chose puis ça retombe comme un soufflé. Dans le premier mouvement, montée en tension vers le climax intéressante mais pas très efficace.
Je trouve le rythme trop rapide. De manière générale, j'apprécie les versions rapides de cette symphonie mais celle-ci est trop rapide et cela n'amène pas à la tension attendue dans ce premier mouvement.
Le deuxième mouvement est joué de manière étrange. Le chef d'orchestre choisit de piquer les notes, cela permet de ralentir le rythme certes mais cela donne une impression étrange. Je ne suis pas certaine du rendu esthétique de l'ensemble, de fait, ce mouvement contrastant étrangement avec les autres.
Le scherzo est assez rapide comme toute la symphonie mais ici, c'est moins grave !
Pas ma version préférée, hélas, trois fois hélas, car dans le Urlicht, l'alto est ma préférée. Une esthétique vieillissante mais… Quelle émotion ! Mais qui est cette voix ?
Le dernier mouvement est étonnant ; à 7:00, grande montée en puissance de l'orchestre attendue et assez efficace. Mais les cuivres me gênent encore. Quoiqu'il en soit, bon choix des voix solistes. Si on part sur une vieille version, sans doute des grandes voix de l'époque.
Je ne retiens pas même si les voix sont superbes et le dernier mouvement enlevé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical


Nombre de messages : 6534
Age : 28
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Jeu 18 Sep 2014 - 19:32

gilles78 a écrit:
Je vous mets les résulats des places 6 à 4, et en fin de semaine je mettrais le classement finale Very Happy. Merci à tous d'être venu à bout de cette écoute de 6 mois thumright

Gilles fait durer le plaisir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.julien-boudry.net
warren 60
Mélomane averti


Nombre de messages : 217
Age : 44
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 28/01/2014

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Jeu 18 Sep 2014 - 21:06

C'est vrai qu'on en serait presque fébrile dans l'attente du mystérieux podium... bounce

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5266
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Ven 19 Sep 2014 - 4:02

J'ai une remarque à faire concernant les commentaires sur l'orchestre de la version Walter (pas ma préférée, mais pas loin). Il s'agit du New York Philharmonic, pas du Columbia Symphony Orchestra. Quiconque a entendu cet orchestre sur disque sous Mitropoulos ou Bernstein reconnaîtra des caractéristiques de ce qu'on entend ici. Il faut se rappeler qu'à l'époque (1957?) pratiquement aucun orchestre européen n'arrivait à la cheville de celui-ci au plan des timbres et de l'ensemble (reconstruction d'après-guerre oblige). Avec l'émergence ou la résurgence des conservatoires européens dans les années cinquante et soixante, le niveau de qualité des orchestres a pratiquement explosé. On entend donc depuis les années 70 un niveau d'excellence que n'atteignaient pas les meilleurs orchestres américains ou européens dans les années cinquante.

Ce qui me rappelle une vidéo de Charles Munch dirigeant l'orchestre de Paris, nouvellement formé (Youtube, facilement trouvable). Le chef interrompt la répet et mentionne au premier violon "Que voulez-vous... à Boston on avait 10 Stradivarius...Ça fait une différence. Allez, on fait ce qu'on peut".

Bref il me semble que beaucoup d'attention (négative?) est portée au fait que l'orchestre ne sonne pas comme il devrait. Malheureusement au détriment de la vision du chef. Je me demande ce qu'il serait advenu de l'interprétation de Scherchen avec le WP de la même époque s'il avait été inclus dans la proposition de départ? Perso c'est une version que j'admire énormément, mais elle n'aurait sans doute pas passé les qualifs avec ses défauts d'exécution !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gilles78
Mélomane averti


Nombre de messages : 262
Age : 50
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 15/06/2009

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Ven 19 Sep 2014 - 10:22

André a écrit:

Bref il me semble que beaucoup d'attention (négative?) est portée au fait que l'orchestre ne sonne pas comme il devrait. Malheureusement au détriment de la vision du chef. Je me demande ce qu'il serait advenu de l'interprétation de Scherchen avec le WP de la même époque s'il avait été inclus dans la proposition de départ? Perso c'est une version que j'admire énormément, mais elle n'aurait sans doute pas passé les qualifs avec ses défauts d'exécution !
Merci André pour ton commentaire, j'ai inclus la version de Scherchen ( ) dans un groupe de rattrapage, quand Siegmund et moi avons repris le projet de Cosi. Cette version de Scherchen est aussi une de mes préférées pour la vision du Chef très particulière. Son engagement dans des tempos large donne l'impression d'une recréation de l’œuvre en permanence, incroyable même pour une prise en studio. Le défaut principale est l'orchestre avec des cordes trop en retrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
warren 60
Mélomane averti


Nombre de messages : 217
Age : 44
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 28/01/2014

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Ven 19 Sep 2014 - 12:30

A propos de la version Walter, j'applaudis André des deux mains ! thumright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gilles78
Mélomane averti


Nombre de messages : 262
Age : 50
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 15/06/2009

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Ven 19 Sep 2014 - 19:13

Finale Place 3 à 1
Classement
B2 et H1 : 2ème exæquo
G3 : 1ème

Le classement du podium de la finale
http://www.condorcet-vote.org/Vote/25DE91DFF9/

2ème-> Version B2
Seiji OZAWA, Orchestre Saito Kinen 2000/01 Sony
Nathalie STUTZMANN (mezzo-soprano) et Emiko SUGA (soprano)
Une surprise de retrouver Ozawa à Saito à ce niveau, il va falloir que je l’écoute très attentivement!
Vos avis
Pipus a écrit:

Le timbre des instruments n'est pas toujours beau, par exemple les vents et les violons vers 6'. Les cuivres me semblent plus beaux. L'ensemble me parait quelque peu artificiel et assez décousu. Et je n'aime guère le timbre de la mezzo.
draffin a écrit:

Mouvements 1 à 4 : Mise en place impeccable, son superbe, beaucoup de naturel et de simplicité. On admire l'élégance du geste dans le 2ème mouvement et la virtuosité de l'orchestre dans le 3ème mouvement. Urlicht de très grande classe !
5ème mouvement : Voilà une lecture au plus près du texte ! Le chef respecte la moindre indication de nuance, le moindre phrasé et les timbres sont magnifiques. C'est assez idéal dans le genre mais ça manque un peu de mystère, notamment au début. Les tutti fortissimos sont de toute beauté, carrément grandioses ! Les tempi sont vifs, acérés ! Tout est d'une précision redoutable !
Deuxième partie du mouvement : Le chœur est à l'image du reste : précis et clair. Les deux solistes sont magnifiques ! L'ambiance est carrément extatique ! C'est difficile de ne pas trouver ça divinement beau ! Et à la fin, surprise : on découvre que c'est un concert ! Bigre, rien ne le laissait préfigurer, tellement c'est précis.
eleanore-clo a écrit:

01 : des claquements de fouets, secs, étouffés, mais une énergie permanente, affirmée ou sous-tendue, 3ème
02 : recherche hédonique du beau son, ample, mais peut être un peu moins de poésie, 2ème
03 : tous les instruments sont magnifiquement mis en valeur. 1er
04 : très ample, d’un autre monde, 1er
05 : la version de l’honnête homme, sans risque mais sans génie, 3ème ex aequo
Resigned a écrit:

Un premier mouvement bien mené, sans défauts évidents. Ca manque tout de même un peu de magie dans la partie calme à la fin du premier mouvement, un passage que j'adore d'habitude, c'est dommage avec un si bon son! Au fil des écoutes, je trouve que c'est peut-être parfois un peu lourdaud. Le 3e mouvement est vraiment bien mené. Le "Urlicht" est trop fade à mon goût, vidé de toute émotion. Il y a toujours un côté un peu empesé dans le final mais cela me gêne moins, c'est très puissant.
warren 60 a écrit:

ton à la fois interrogatif et partiellement apaisé, très beaux bois, parfois un peu trop dans le lointain, nuances très douces (pizzicati), ce qui n'empêche pas une puissance saisissante dans certains tutti, solistes bien en osmose (alto assez maternelle, soprano plutôt délicate), final avant tout lyrique.
Conclusion:
version très équilibrée, toujours sous contrôle, qui manque par moments de couleurs plus marquées
Asinius Pollion a écrit:

Une de mes futures version de chevet!
D'un lyrisme et d'une précision à tomber!
Il y a une puissance, un son ample mais jamais saturé,
on sent une inertie impressionnante donnant l'impression que le chef soulève l'Himalaya tel un Graal à bout de bras :
un mélange de souffrance et de sublime, comme s'il façonnait le monde, les montagnes, les forêts et les étoiles.
Conclusion:
assurément l'une des version les plus équilibré, et des plus parfaite sur tous les points. Je la place finalement devant H1 (j'avais envisagé un ex æquo) car je suis épuisé après l'écoute de B2, là où je suis béat d'admiration chez H1
Schmürz a écrit:

belle version. Très bon orchestre, puissant et juste, et une prise de son équilibrée.
Premier mouvement un peu rapide à mon goût, clairement à 6:00. Le climax est efficace en matière de tension même s'il aurait pu être ralenti d'un pouième de seconde pour donner une tension maximale.
Le deuxième mouvement est musclé quand il doit l'être comme en 5:00 et pourrait cependant être un peu ralenti à certains moments comme en 8:40 et suivantes, jusqu'à la fin.
Le scherzo très  énergique, des cordes graves frappées trop fortement ce qui enlève la légèreté au mouvement, parfois. À 7:00, cela aurait pu être plus ample si tempo un peu ralenti.
Urlicht : belle voix mais trop de vibrato parfois. Elle semble prendre les notes pas en dessous. Enregistrement très efficace. Bel orchestre et hautbois ne couvre pas la chanteuse. Très beau piano à la fin , sur « Leben » mais il tranche trop avec ce qui précède. Pas d'harmonie.
Dernier mouvement très étonnant ; une section de percussions très tonique ! Génial ! Une réelle tension vers 10:00. Et à la fin, percussions efficaces ! Entrée du chœur très délicate et montée de la soprano en douceur, c'est assez exceptionnel ! La fin est très enveloppante ! Belle version en public.
Mérite sans doute d'être dans les mieux classées mais pas mon truc, sans caractère, impersonnelle.

2ème-> Version H1
Claudio ABBADO, Orchestre du festival de lucerne 2003/08 DGG
Anna LARSSON (mezzo-soprano) et Eteri GVAZAVA(soprano)
Une des références incontestable de cette œuvre, que l'on retrouve ici, au plus haut niveau.
Vos avis
Pipus a écrit:

Im Tempo des Scherzos:
Les timbres des intruments me paraissent assez secs, celui de la mezzo également. Mais il y a de belles couleurs, et un bel équilibre général.
draffin a écrit:

Mouvements 1 à 4 : On tient là un des meilleurs 1er mouvement de la discographie : tour à tour passionné, contemplatif, poétique, dépressif, halluciné ! Une lecture tout simplement énooorme. D'accord, le son date un peu mais les qualités instrumentales de cet orchestre font rapidement oublier la technique. Partition en main, on constate que l'échelle des dynamiques n'est pas non plus maximale... Le deuxième mouvement fonctionne admirablement bien (et quels violoncelles !!). Le 3ème est exemplaire, tant du point de vue instrumental que du point de vue du caractère. Les tutti à la fin du mouvement sont terrassants ! Urlicht très honorable mais avec une soliste un peu trop encombrante.
5ème mouvement : Surprenant début ! Après un premier geste prodigieux, une ambiance légèrement déprimée s'installe avec des tempi plus lents que ce qu'on a l'habitude d'entendre. La patience de l'auditeur est mise à l'épreuve et on entend des toussotements dans le public. Bien sûr, on continue à écouter cet orchestre à la sonorité solaire et finalement, on se laisse prendre au jeu, au détour d'un passage fortissimo, mené de façon éperdue.
Passée l'entrée du chœur, les tempi restent lents et l'ambiance se fait plus méditative, plus ouvertement hédoniste. Les deux solistes sont un poil décevantes (avec des vibratos un peu datés) mais je chipote. La fin du mouvement est colossale, comme il se doit.
eleanore-clo a écrit:

01 : un peu nerveux, des cordes très dynamiques. 5ème
02 : un peu rapide, 5ème
03 : un peu froid et « en dedans », 5ème
04 : de la noblesse, voix forte, puissante, convaincante, 3ème
05 : au final assez paisible, 3ème ex aequo
Resigned a écrit:

L'immersion sonore n'est pas idéale mais l'orchestre est d'un excellent niveau; ca n'est pas follement original mais d'une grande finesse. C'était un peu ma version étalon.
J'aime bien l'Andante pris à cette vitesse, cela ajoute un peu de piment à ce mouvement qui en manque. Le sherzo jouit également d'une grande élégance dans l'execution. L'Urlicht est bien équilibré entre solennité et intensité.) Le finale me laisse sur une très bonne impression. Je l'avais mise ex-aequo avec H4 mais je vais la mettre devant pour laisser leur chance aux petits jeunes...
warren 60 a écrit:

début assez mesuré, détails que l'on entend pas ailleurs (harpes, violoncelles), phrases des bois très nuancées, presque en apesanteur dans la 1ère section, orchestre qui ne surjoue jamais dans la puissance sans toutefois en manquer, choeur EXTRAORDINAIRE (legato, pupitres de basses), alto très impliquée, soprano correcte, mais beau duo des 2, final qui est le seul à donner une impression de vraie foi.
Conclusion:
vision très sensible, parfois impressionniste, grande vie interne, choeur superlatif, grand "live"
Asinius Pollion a écrit:

Après G3, on ne peut que s'extasier devant la superbe entré en matière de H1.
Dès ce moment, on est happé par une gravité insondable qui nous attire malgré nous.
D'une grande douceur, d'une profondeur très obscure, cette première partie est très élégiaque jusqu'à l'entrée du choral de cuivres.
Toute cette partie, toute en finesse, en demi teintes émerveille. (j'en ai des frissons partout!).
Les cinq minutes qui suivent sont empreintes d'un irrésistible élan.
Puis, commencent les hostilités! Et quelles hostilités!
Le chef prends le temps. En résulte une emphase des articulations, des soufflets, une jouissance sonore.
Puis de nouveau, un énorme tour de force et commence un nouveau climat apaisé qui personnellement me comble!
Mention spéciale pour l'orgue que l'on entend parfaitement, et qui se mêle parfaitement au son de l'orchestre!
La fin touche le sublime et nous ouvre la voie sur un paysage galactique...
Au tour précédant, j'avais placé cette version à égalité avec B2, à la première place. C'est ce qui semble bien être de nouveau le cas!
Conclusion:
H1 est un tout autant sublime témoignage, une vision plus apaisée du final, qui complète le souffle épique d'un premier et troisième mouvement. Extraordinaire et parfaite sur tous les points, la différence de classement est d'un poil!!!
Schmürz a écrit:

Orchestre très puissant dès le début (1er mouvement). Version enregistrée en public. Climax sensationnel ! Le rythme choisi joue en faveur d'une montée en tension efficace ! La fin de ce 1er mouvement pas assez grinçante.
Le deuxième mouvement, on passe à côté de la légèreté car rythme un peu trop rapide. Le ralenti à 6:00 n'est pas aussi efficace que si le rythme était moins rapide. Cordes pas assez piquées pour montrer de la légèreté et impression de virevolter (aspect trop lourd du rythme ternaire).
Dans le scherzo, les archers sur les cordes sont trop marqués à mon goût. Par contre, le rythme est idéal pour donner une impression pastorale, de légèreté. À 8:50 tension de l'orchestre, bon rendu.
Urlicht trop rapide et des « r » trop roulés, impression de manières de la part de la chanteuse. Chanteuse qui n'envoie pas d'émotion ; on a l'impression que tout se fait dans l'urgence. Bon orchestre cependant.
Le dernier mouvement montre un orchestre puissant, encore une fois. Le rythme rapide après le Urlicht nous remet dans l'ambiance voulue par le chef dès le début. Le chœur est intéressant avec des voix graves marquées, chez les hommes au début ; ça change.

Vainqueur-> Version G3
Herbert BLOMSTEDT, Orchestre Symphonique de San Francisco 1992/09 DECCA
Charlotte HELLEKANT (mezzo-soprano) et Ruth ZIESAK(soprano)  
Une version qui rallie pratiquement tous les suffrages. J'avais écouté cette version par hasard peu de temps avant cette écoute. Cela avait été un choc, élégance, engagement, finesse, une très grande version méconnu. Quel dommage que Blomstedt n'ai pas enregistré d'autres symphonies de Mahler.
Vos avis
Pipus a écrit:

La prise de son est moins ample, plus lointaine. C'est une version plus ancienne ? Il reste de très belles sonorités et on sent une belle maîtrise de l'ensemble. Par contre les violoncelles du début, bof bof. Et l'on n'entend guère la fanfare. Mais ça me parait très bien chanté.
draffin a écrit:

Mouvements 1 à 4 : Cette version a quelques points en commun avec B2 : elle sonne très bien et semble aussi rechercher une certaine clarté. On semble que le chef soigne son articulation (début du 1er mouvement étonnant!) et qu'il n'hésite pas à choisir des tempi très contrastés. Mais, à la défaveur de G3, l'orchestre est un peu moins beau et les passages lents du 1er mouvement sont franchement prosaïques ! Heureusement les 3 mouvements suivants sont de très haut niveau (et quel Urlicht sublime!).
5ème mouvement : On retrouve dans le début du mouvement les qualités et … les défauts du 1er. On a là une lecture claire, soignée, contrastée, mais qui manque de mystère et de profondeur. Dans le genre analytique, B2 est infiniment mieux réussie.
Très belle ambiance avant l'entrée du chœur, traitée de façon très cristalline (mais là encore, ça manque de mystère).
Les entrées du chœur et de la soprane sont à l'image de ce qui précède : léger et … désincarné. Bien sûr, il y a une vraie poésie des timbres et un soin tout à fait perceptible dans la mise en place, dans le respect des nuances. Mais la concurrence est rude et il n'y a pas de place pour une version simplement honorable sur le podium !
À noter, tous les passages avec la mezzo sont bouleversants ! Mais qui est cette chanteuse ??
eleanore-clo a écrit:

01 : très vif, très anguleux, 6ème
02 : un peu timide, 4ème
03 : rapide, du coup les accords ne sont pas toujours mis en valeur 3ème
04 : un démarrage un peu trop céleste, le mariage entre la voix et les instruments n’est pas toujours équilibrée, 4ème ex-æquo
05 : manquant d’engagement, 4ème ex aequo
Resigned a écrit:

Cela reste l'une des versions les plus engagées, de parti-pris, où les passages lents sont joués très lentement comme dans une nappe de brume... et les parties rapides de manière presque sautillante, on frôle le hors-sujet parfois. Les climaxes sont impressionnants, l'orchestre assure méchamment. Je me laisse volontiers emporter par cette lecture très dramatique (plutot que tragique), pas très cérébrale mais hédoniste, et probablement plus sincère dans ses intentions que certaines versions qui jouent la noirceur à outrance...
J'aime la manière de rentrer dans les mouvements avec une grande douceur mais il y a peut-être parfois un peu trop de retenue dans les passages un peu grinçant... (perd-on qq chose?)
Un Urlicht très fin et équilibré.
Le final me laisse impression dantesque, surtout les climaxes, d'une précision redoutable. On ressent une telle une solennité à l'arrivée du choeur, incroyable...
warren 60 a écrit:

orchestre lumineux, presque superlatif, hautbois très fin (on dirait un piano !), tension / combat entre terre et ciel très sensible ici (à 15'20 !), relents de musique russe dans certains arrière-plans (!), choeur superbe, soprano plus discutable (attaques parfois indécises), mais bel accord des deux solistes, final qui ouvre vraiment les portes du Paradis !
Conclusion:
incroyable performance orchestrale, sens des contrastes aiguisé, vision de chef très affirmée et magnifiquement travaillée
Asinius Pollion a écrit:

Les qualités de l'orchestre sont vraiment à louer.
Néanmoins, je n'ai ressenti d'élan mystique, ni beaucoup de profondeur.
Une approche plus analytique que spirituelle mais assez vide.
Au final, j'ai l'impression que l'on a pas touché réellement le fond du sujet.
Je ressent même un léger sentiment d'artificialité :
Ce sont surtout les transitions qui laissent à désirer,
comme si un changeait de disque à chaque changement d'atmosphère (disques qui seraient superbes mais décousus)
En conclusion, un dernier mouvement bien décevant par rapport aux attentes pour une finale.
Schmürz a écrit:

Orchestre très bon et excellente prise de son. Version récente.
Premier mouvement assez irréprochable. Montée vers le climax superbe . Whoua ! Les cuivres sont très beaux, brillants.
Deuxième mouvement entraînant mais je trouve le tout début un peu mou, comme une valse molle, qui ne voudrait pas y aller. Cela reste superbe car l'orchestre est en place et l'émotion y est. Tout cela est « rondement » mené.
Le scherzo est assez vivifiant au début et nous emmène tout doucement vers la mort. Rien à dire sauf que je le trouve pas assez grinçant étant donné la situation.
Le Urlicht est très doux, la soprano fait le travail, pas fausse note ni de l'orchestre ni de la chanteuse, un vibrato bien dosé mais je n'ai pas eu autant d'émotion que dans la version G1. Y a pas à dire, la voix est l'instrument de musique le plus compliqué à maîtriser. C'est pas tout d'être très bon technicien…
Le dernier mouvement me plaît beaucoup, tout comme le premier. A 7:40 et suivantes, c'est tout bonnement jouissif ; dans ce mouvement, ce passage me fait souvent monter les larmes aux yeux. Ici c'est une interprétation d'une finesse irréprochable. Bravo au chef !
Les chœurs et les chanteuses sont justes et l'orchestre suit. Une interprétation magnifique qui nous emmène vers les cieux éthérés. Je veux bien mourir en écoutant ce mouvement ainsi interprété !


Dernière édition par gilles78 le Ven 19 Sep 2014 - 21:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asinius Pollion
Mélomaniaque


Nombre de messages : 953
Age : 21
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 03/01/2013

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Ven 19 Sep 2014 - 21:38

attention gilles!
tu a mis pour G3 le commentaire de G1! Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gilles78
Mélomane averti


Nombre de messages : 262
Age : 50
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 15/06/2009

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Ven 19 Sep 2014 - 22:01

Asinius Pollion a écrit:
attention gilles!
tu a mis pour G3 le commentaire de G1!Mad
Bien vue Embarassed Correction faite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pipus
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 2776
Age : 43
Localisation : En bas des Hauts de Seine
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Ven 19 Sep 2014 - 22:42

Bravo et merci Gilles et Siegmund (et Cosi quoi qu'il en soit) pour cette écoute et votre boulot énorme. Ecoute certes longue, mais O combien passionnante !

Grâce à vous, j'ai découvert une oeuvre magistrale et un compositeur que depuis je place dans mes préférences musicales.

J'ai aussi appris à mieux analyser une musique et mettre des mots sur ce que je ressentais durant l'écoute, grâce à la lecture de chacun des participants.

Cela reste une des plus belles expériences que j'ai eu sur le forum... combien de dimanches matin, levé à 8h, à écouter les versions des mouvements et noter mes impressions sur mon PC ?

Merci, et vivement la prochaine écoute !

mains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable


Nombre de messages : 80782
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Ven 19 Sep 2014 - 23:55

Ozawa n'est pas une surprise pour moi, vraiment une grande version.

Plus étonné en revanche de la place de Blomstedt, une des meilleures, mais qui ne me paraît pas aussi évidemment supérieures aux autres (à commencer par Abbado / Lucerne).

Sinon, pour le faîte, il n'y avait pas, je crois, quelques autres très grandes références. Ce n'est pas un reproche, il fallait forcément faire un choix dans la mesure où les écoutes étaient intégrales (et vous avez déjà eu bien du courage !), mais j'en mentionne quelques-unes si l'un ou l'autre souhaite essayer : Neuhold (la version avec Brême, une des moins virtuoses, mais aussi une des plus urgentes de toutes), Bernstein 87 (expansion très mystique), Litton-Dallas (niveau orchestral moindre, mais certainement pas la qualité structurelle !), Haitink-Dresde (pour la plastique), Stenz-Gürzenisch (respect scrupuleux des indications et des séquences, avec beaucoup de feu), Suitner-RadioBerlinEst, Challender-Sydney, Zinman, Levi, Zander, P.Järvi, Jansons (en DVD).

Effectivement, j'aime assez Kaplan Vienne moi aussi, que j'ai toujours trouvé très injustement méprisé, comme par principe (il y avait aussi de ça avec Sinopoli qui n'était pas non plus issu d'un cursus standard, même si ses états de service sont bien sûr sans comparaison).


Merci à tous pour ce parcours agréable à lire et bien stimulant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
warren 60
Mélomane averti


Nombre de messages : 217
Age : 44
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 28/01/2014

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Sam 20 Sep 2014 - 0:00

Encore une fois, merci à vous, Gilles et Siegmund, nos deux formidables organisateurs de cette écoute, pour votre disponibilité, votre patience et votre boulot énorme. Merci également à tous les participants dont j'ai lu avec curiosité, intérêt et admiration tous les commentaires. Jusqu'à présent, je préférais à cette 2ème symphonie la 1ère, la 3ème, la 4ème, la 7ème et la 9ème notamment, parce que je connaissais finalement moins bien que je le croyais cette "résurrection". Oeuvre riche de climats, d'une très grande finesse de touche le plus souvent et d'un tellurisme moins univoque que je l'avais supposé : mea culpa ! Et que de versions à (re)découvrir ! Quel étonnement de voir une si belle réussite que celle de Kaplan ! Quelles visions chez Abbado, chez Walter ! Quelle claque avec Blomstedt, dont je ne savais rien des affinités mahleriennes ! Franchement, j'en oublie, mais ce fut réellement passionnant.
Tu as raison, Pipus : à quand la prochaine écoute ?
Si vous me permettez cette familiarité : kiss
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5266
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Sam 20 Sep 2014 - 2:38

Demande spéciale: pourrait-on avoir les minutages des 5 mouvements pour les versions classées 1-6 ? J'aimerais comparer Kaplan WP avec les autres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gilles78
Mélomane averti


Nombre de messages : 262
Age : 50
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 15/06/2009

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Sam 20 Sep 2014 - 8:39

DavidLeMarrec a écrit:
Ozawa n'est pas une surprise pour moi, vraiment une grande version.

Plus étonné en revanche de la place de Blomstedt, une des meilleures, mais qui ne me paraît pas aussi évidemment supérieures aux autres (à commencer par Abbado / Lucerne).

Sinon, pour le faîte, il n'y avait pas, je crois, quelques autres très grandes références. Ce n'est pas un reproche, il fallait forcément faire un choix dans la mesure où les écoutes étaient intégrales (et vous avez déjà eu bien du courage !), mais j'en mentionne quelques-unes si l'un ou l'autre souhaite essayer : Neuhold (la version avec Brême, une des moins virtuoses, mais aussi une des plus urgentes de toutes), Bernstein 87 (expansion très mystique), Litton-Dallas (niveau orchestral moindre, mais certainement pas la qualité structurelle !), Haitink-Dresde (pour la plastique), Stenz-Gürzenisch (respect scrupuleux des indications et des séquences, avec beaucoup de feu), Suitner-RadioBerlinEst, Challender-Sydney, Zinman, Levi, Zander, P.Järvi, Jansons (en DVD).

Effectivement, j'aime assez Kaplan Vienne moi aussi, que j'ai toujours trouvé très injustement méprisé, comme par principe (il y avait aussi de ça avec Sinopoli qui n'était pas non plus issu d'un cursus standard, même si ses états de service sont bien sûr sans comparaison).


Merci à tous pour ce parcours agréable à lire et bien stimulant !
Merci David, pour ces autres références  Very Happy . La version Bernstein 87 a été éliminée après l'écoute de l'Urlicht. Litton, Stenz, Zinman, Levi, P.Jarvi, et Jansons n'ont pas été retenu pas Cosi, il disposait de ces références, le choix n'est pas toujours aisé. Pour Haitink (Dresde), je préfère les deux versions à Berlin (Live et Studio) que j'avais conseillé à Cosi, il a rajouté les deux live au Concertgebouw au détriment de Dresde. Pour Neuhold, je ne l'ai découvert que cette année en lisant tes commentaires sur le fil de la deuxième, et effectivement j'ai adoré l'engagement du chef. Je rajouterais aussi les versions Kegel/Burmeiste à Leipzig (Urgence et engagement),  Rattle/Baker, Haitink/Van Nes/Berlin (Studio).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gilles78
Mélomane averti


Nombre de messages : 262
Age : 50
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 15/06/2009

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Sam 20 Sep 2014 - 9:02

André a écrit:
Demande spéciale: pourrait-on avoir les minutages des 5 mouvements pour les versions classées 1-6 ? J'aimerais comparer Kaplan WP avec les autres...
Voici André:
1) Blomstedt : 21.33 - 10.23 - 10.08 - 5.07 - 33.08
2) Abbado/Lucerne : 20.45 - 9.23 - 11.22 - 5.04 - 34.41
2) Ozawa/Saito : 20.55 - 10.04 - 10.21 - 5.00 - 34.36
4) Kubelik/Radio Bavaroise/Studio: 19.36 - 10.32 - 10.06 - 4.56 - 31.02
5) Kaplan/Vienne : 23.18 - 11.09 - 10.52 - 5.29 - 35.01
6) Walter/NYP : 21.30 - 10.35 - 10.16 - 4.11 - 32.22
Autres versions plus rare
Neuhold/Ziegler (Live) : 21.59 - 10.10 - 11.42 - 4.53 - 33.25
Kegel/Burmeiste (Live) : 21.23 - 10.40 - 9.40 - 5.14 - 32.26
Asahina/Takemoto (Live) : 22.24 - 9.43 - 10.21 - 4.53 - 34.43


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bruno Luong
Mélomane averti


Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 07/08/2012

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Sam 20 Sep 2014 - 10:26

Une vraie surprise de voir Blomstedt en vainqueur. Je viens de l'écouter en streaming et je pense que ce n'est volé. Je suis un peu surpris de voir Ozawa sur le podium. Je trouve la conclusion du Finale est précipitée pas vraiment idéale et je pourrais m'en passer les vibratos de Stutzmann.

J'ai organisé il y a quelques années une petite séance d'écoute en aveugle la Resurrection sur un forum anglophone, et il me semble que le podium est Ozawa Saito, Lenny DG, Haitink Live DVD. A l'époque Abbado Lucernce n'existait pas encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable


Nombre de messages : 80782
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Sam 20 Sep 2014 - 11:43

Serait-il possible d'avoir un récapitulatif des versions données ? Et recopier les avis dans le bon fil serait chouette aussi… parce que je n'ai vu passer qu'un Bernstein au fil de l'écoute, et même en cherchant page à page aujourd'hui, je n'ai pas trouvé sa dernière version. Alors je doute que les mélomanes du futur aient la patience d'épouiller ce fil.

gilles78 a écrit:
Rattle/Baker, Haitink/Van Nes/Berlin (Studio).

Rattle-Birmingham, c'est probablement (hors quelques historiques trop perdus techniquement) la version que j'ai le moins aimé de toutes. Et généralement, les mahleriens ne l'aiment pas beaucoup… puisque tu n'es pas suspect de ne pas en être, tu pourrais préciser l'intérêt que tu lui trouves ? J'ai déjà la nouvelle version avec Berlin à écouter (qui m'avait échappé, et qui me fait beaucoup plus envie), mais je réessaierai la première si ça en vaut la peine.

Pour Haitink / van Nes, le problème dans l'écoute comparée était de passer l'Urlicht avec van Nes (jamais infâme, mais en comparaison avec toutes les grandes de la discographie, c'est sans espoir – d'ailleurs il me semble bien que les versions où elle figure ont été sévèrement tancées dans ce fil).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical


Nombre de messages : 6534
Age : 28
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Sam 20 Sep 2014 - 12:14

Oui, un petit classement final serait chouette !

Mettons les 12 premiers de façon ordonnée, mais soyons réaliste, et ne mettons les suivantes que par ordre d'élimination (de tour).

Pour la finale, d'un point de vue statistiques des votes, H1 (Abbado) a un très léger avantage sur Ozawa.


Dernière édition par Siegmund le Sam 20 Sep 2014 - 12:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.julien-boudry.net
gilles78
Mélomane averti


Nombre de messages : 262
Age : 50
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 15/06/2009

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Sam 20 Sep 2014 - 12:41

DavidLeMarrec a écrit:
Serait-il possible d'avoir un récapitulatif des versions données ?  Et recopier les avis dans le bon fil serait chouette aussi… parce que je n'ai vu passer qu'un Bernstein au fil de l'écoute, et même en cherchant page à page aujourd'hui, je n'ai pas trouvé sa dernière version. Alors je doute que les mélomanes du futur aient la patience d'épouiller ce fil.

gilles78 a écrit:
Rattle/Baker, Haitink/Van Nes/Berlin (Studio).

Rattle-Birmingham, c'est probablement (hors quelques historiques trop perdus techniquement) la version que j'ai le moins aimé de toutes. Et généralement, les mahleriens ne l'aiment pas beaucoup… puisque tu n'es pas suspect de ne pas en être, tu pourrais préciser l'intérêt que tu lui trouves ?  J'ai déjà la nouvelle version avec Berlin à écouter (qui m'avait échappé, et qui me fait beaucoup plus envie), mais je réessaierai la première si ça en vaut la peine.

Pour Haitink / van Nes, le problème dans l'écoute comparée était de passer l'Urlicht avec van Nes (jamais infâme, mais en comparaison avec toutes les grandes de la discographie, c'est sans espoir – d'ailleurs il me semble bien que les versions où elle figure ont été sévèrement tancées dans ce fil).
Je vais faire dans la semaine le classement général des 35 versions écoutées. Pour Rattle/Baker cela fait longtemps que je n'ai pas écouté cette version, mais j'en gardais un bon souvenir, je vais le faire cette semaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
André
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5266
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Dim 21 Sep 2014 - 0:25

Merci beaucoup Gilles, c'est un véritable apostolat auquel tu te livres !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gilles78
Mélomane averti


Nombre de messages : 262
Age : 50
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 15/06/2009

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Dim 21 Sep 2014 - 16:28

DavidLeMarrec a écrit:

Rattle-Birmingham, c'est probablement (hors quelques historiques trop perdus techniquement) la version que j'ai le moins aimé de toutes. Et généralement, les mahleriens ne l'aiment pas beaucoup… puisque tu n'es pas suspect de ne pas en être, tu pourrais préciser l'intérêt que tu lui trouves ?  J'ai déjà la nouvelle version avec Berlin à écouter (qui m'avait échappé, et qui me fait beaucoup plus envie), mais je réessaierai la première si ça en vaut la peine.
Je viens de réécouter cette deuxième par Rattle à Birmingham. J'ai été conquis voir enthousiasmé par la détermination du  chef... sur les 3 premiers mouvements. Very Happy
Le début sombre accentue le coté funèbre, avec une excellente lisibilité de l'orchestre, on ressent bien le drame. Les contrastes et les pianissimo sont très très réussi.
Hélas dans l'Uricht, Janet Baker, ne réédite pas ces versions antérieures avec Bernstein ou Klemperer. J'ai le sentiment désagréable qu'elle cherche plus à masquer des défauts sur le haut du spectre. Cela est fait subtilement et intelligemment, mais m'agace quelque peu. Embarassed
Le finale déçoit par un manque d'allant et de vie ou est la résurrection  zen. C'est bien  dommage, car l'entrée du chœur, et la fin sont très réussi, et la soprano très à son aise . Bref une version qui pouvait être incluse dans la sélection. Je recommande donc pour le début de l’œuvre et le chœur finale.
A noté l'excellente prise de son, ce n'est pas si fréquent avec les enregistrements de Rattle à Birmingham.
Maintenant les gouts et les couleurs sont différents selon les auditeurs, cette version ayant obtenu un Gramphone Arward et la recommandation n°1 du Penguin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable


Nombre de messages : 80782
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Dim 21 Sep 2014 - 21:17

Merci Gilles, je réécouterai donc. Very Happy

Pour ce qui est de la réception critique, elle a été très favorable à sa sortie (quand Rattle était le jeune chef audacieux qui mettait Birmingham sur le devant de la scène et enregistrait des Szymanowski indisponibles), mais, ces dernières années, à peu près tout le monde semble en être revenu. Peut-être pas les Britanniques, il n'est pas impossible que celle lecture molle, terne et opaque évoque des familiarités avec du Elgar dans les concerts de kiosques. siffle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Resigned
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1176
Age : 33
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Lun 22 Sep 2014 - 18:45

Merci aux organisateurs de l'écoute, tout était très bien huilé et les résultats contiennent leur lot de surprises!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
draffin
Mélomaniaque


Nombre de messages : 819
Age : 33
Date d'inscription : 29/01/2013

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Mar 23 Sep 2014 - 18:43

Je me joins aussi aux remerciements pour les organisateurs de cette écoute comparée.
Quelques remarques en passant :
1) Je l'ai déjà dit et redit : le classement final est biaisé par le fait que de grandes versions aient été éliminées simplement sur leur Urlicht (dont Bernstein, NYPO, DG).
2) Cela dit, les 6 versions arrivées en final sont très bonnes. Cela dit, on apprécie d'autant la version Walter quand on voit à quelle date elle a été enregistrée !  Shocked
3) Je suis surpris mais content d'avoir placé la version d'Abbado en tête. Je ne l'avais entendu qu'une seule fois avant (et dans de mauvaises conditions). Ça a été une véritable redécouverte pour moi !
4) Je ne comprends pas vraiment ce déchainement d'enthousiasme pour G3 (Blomstedt) que je trouve très bonne, mais pas excellente. Mais bon ! Les goûts et les couleurs, hein ! Wink
5) Dans les grandes versions récentes, il manque Zinman, qui, honnêtement, place la barre très très haut ! Et puis, je suis déçu qu'on n'ait pas écouté le final de Rattle/BPO, Solti/CSO, Abravanel et d'autres.
Par curiosité, j'ai écouté l'intégralité de la version Boulez : qu'on se rassure, c'est sans intérêt jusqu'à la fin ! J'ai aussi écouté la version Scherchen que beaucoup on vanté ici. Honnêtement, j'ai ... détesté ! Neutral Mais, je reconnais qu'il a une certaine vision de l'œuvre, que je ne partage pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://auberbabel.org
André
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5266
Localisation : Laval, Québec
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Mer 24 Sep 2014 - 1:39

Le problème avec une dissection c'est qu'on voit les organes sans avoir de vue du corps avant l'opération.

Dans l'autre site que je fréquente on y fait une écoute comparée de la 6ème de Bruckner. On écoute, juge, élimine et continue vers le mouvement suivant tout comme ici. Résultat: je prédis que la version gagnante sera celle qui aura offert le "meilleur" finale.

Perso, je crois qu'on devrait simplement retenir un palmarès final des 5 versions qui auront accumulé le plus de points, mais sans publier le décompte (allons-y alphabétiquement). C'est sûr qu'il faut alors se fier aveuglément au Gentil Organisateur mains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pipus
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 2776
Age : 43
Localisation : En bas des Hauts de Seine
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Mer 24 Sep 2014 - 9:14

André a écrit:
mouvement suivant tout comme ici. Résultat: je prédis que la version gagnante sera celle qui aura offert le "meilleur" finale.

Disons que ce sera le meilleur final des versions non éliminées.

André a écrit:
Perso, je crois qu'on devrait simplement retenir un palmarès final des 5 versions qui auront accumulé le plus de points, mais sans publier le décompte (allons-y alphabétiquement). C'est sûr qu'il faut alors se fier aveuglément au Gentil Organisateur mains

Encore une fois je ne crois pas que ces palmarès aient vocation à être universels, mais ils offrent un point d'orgue final à un exercice ludique de comparaison. Je pense que ça permet au minimum de faire ressortir de la masse les versions les plus intéressantes, ensuite chacun aura sa préférence.

Pour autant je pense effectivement qu'il serait intéressant comme je comprends que tu le proposes de conserver toutes les versions jusqu'au bout, et de noter chaque mouvement pour arriver au final à ceux ayant le meilleur score. Ca a l'avantage d'éviter de supprimer trop rapidement des versions, mais ça peut demander un peu plus de temps d'écoute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eleanore-clo
Mélomane averti


Nombre de messages : 143
Date d'inscription : 04/12/2009

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Jeu 25 Sep 2014 - 8:26

Bonjour

Sans vouloir les faire rougir, Gilles78 et Siegmund sont non seulement des organisateurs hors-pair mais ils sont aussi modestes. Ils n'ont jamais fait part de leurs préférences et de leur classement,
J'ai été l'invitée. Puis-je être la maitresse de maison ?
Gilles78 et Siegmund, maintenant que le repas se termine, pourriez-vous nous faire part de votre propre classement ? Je suis certaine qu'il sera passionnant à découvrir.

Très cordialement
Eléanore-clo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gilles78
Mélomane averti


Nombre de messages : 262
Age : 50
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 15/06/2009

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Mar 30 Sep 2014 - 14:54

C'est très difficile de faire un classement, car il y a une tellement de versions, et puis c'est subjectifs, il faudrait prendre le temps de réécouter sur une longue période.
Si je ne devais garder qu'une seule version, j’opterais aujourd’hui, pour Haitink à Berlin. J'hésite entre la version DVD live et la version studio. J'ai toujours admiré ce chef dans Mahler. Avec Berlin c'est d'une beauté plastique inouïe, d'une grande finesse, l'entrée du chœur dans le finale m'émeut particulièrement. Seul point d'ombre l'Uricht de Van Nes souligné par David, j'aurais préféré par exemple Heynis de la version 68. La prise de son est aussi superlative
Mais d'autres versions comme Klemperer/Baker, Blomstetd et Scherchen (Malgrès l'orchestre) font partie aussi de mes préférées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Siegmund
Garde rouge du Domaine Musical


Nombre de messages : 6534
Age : 28
Localisation : Paris, rive gauche
Date d'inscription : 19/05/2010

MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    Dim 12 Oct 2014 - 23:23

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.julien-boudry.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE    

Revenir en haut Aller en bas
 
Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie - LA SUITE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
 Sujets similaires
-
» Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie ÉCOUTE ANNULÉE
» Écoute comparée - Mahler, Symphonie N°9 [Résultats]
» Petite écoute comparée (2è de Mahler)
» Écoute comparée - Mahler, Adagio X [En Préparatifs]
» Mahler- 5ème symphonie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique (Divers)-
Sauter vers: