Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres Radieux EB10
Voir le deal

 

 Debussy - Pelléas et Mélisande (3)

Aller en bas 
+30
malko
Stefano P
fomalhaut
Mohirei
nugava
Adalbéron
hugo75
OYO TOHO
Bruno Luong
Octavian
A
Rafsan
Mike
clemensnonpapa
adriaticoboy
luisa miller
Rubato
arnaud bellemontagne
Swarm
Sinbad
Montfort
Cololi
Polyeucte
fgero
Benedictus
bAlexb
aurele
Golisande
DavidLeMarrec
Xavier
34 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12
AuteurMessage
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus


Nombre de messages : 14355
Age : 47
Date d'inscription : 02/03/2014

Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 EmptySam 5 Mar 2022 - 13:23

Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 Debuss32
Actes I & II
Alexandre Duhamel (Golaud), Vannina Santoni (Mélisande), Marie-Ange Todorovitch (Geneviève), Jean Teitgen (Arkel), Julien Behr (Pelléas), François-Xavier Roth / Les Siècles, Chœur de l’Opéra de Lille / Yves Parmentier
Lille & Boulogne-Billancourt, III.2021
Harmonia Mundi


Je viens juste de le recevoir, je n’ai écouté que les deux premiers actes - mais comme je ne sais pas trop quand je trouverai le temps de l’écouter en entier d’ici la semaine prochaine, je poste ici mes premières impressions.

Totalement émerveillé par ce qui se passe à l’orchestre - à la fois par le grain incroyable des instruments (la plus-value m’a semblé plus significative ici que dans les Debussy orchestraux de Roth avec les Siècle), et surtout par la façon qu’a Roth de travailler individuellement les pupitres - en fait, loin d’aboutir à une espèce de désintégration du dessin d’ensemble par l’exaltation des détails, ça recompose autrement, et comme de l’intérieur, la structure du discours: on a l’impression d’entendre ici se construire tout un jeu d’équilibres et de tensions, de continuités et d’échos très neuf, qui ouvre de nouvelles perspectives d’écoute. Et puis, intrinsèquement, ces couleurs, ce tranchant! Fabuleux.

Pas plus emballé que ça, en revanche, par la distribution: je n’aime décidément pas le Golaud de Duhamel (chez Dumousseaux, déjà), tout uniment assombri (aussi bien la voix que la caractérisation); la Mélisande de Vannina Santoni est objectivement très bien mais pas du tout pour moi (très lyrique, plus dans une sorte d'exaltation vocale du rôle que dans son exploration verbale - même si la diction est irréprochable); j’ai été agréablement surpris par Behr (l’émission semble moins contrainte que d’habitude, du coup la diction gagne en souplesse et en naturel, donc en éloquence - même si la caractérisation reste très littérale); un peu déçu par Marie-Ange Todorovitch (très bien dans la scène des jardins, mais sa lettre fonctionne mal, dans une espèce d’entre-deux déclamatoire peu convaincant entre lyrisme et chanté-parlé), évidemment épaté par Teitgen (presque trop dense et frontal - tant le métal de la voix que l’intensité déclamatoire.)

Mais d’un autre côté, si la distribution ne m’électrise pas outre mesure, ce n’est au fond pas plus mal, parce que son caractère très littéral et vocal, dans la mesure où il n’oblitère pour autant jamais le texte, permet finalement de se concentrer sur l’orchestre - et c’est finalement lui qui, dans cette version, semble explorer les arrières-plans et le sous-texte.

(Et puis je vois que l’excellent Damien Pass chante le Médecin et que c’est un petit braillard qui chante Yniold, donc il y aura encore potentiellement de bons trucs dans les actes suivants.)
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94077
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 EmptySam 5 Mar 2022 - 15:59

Complètement d'accord avec toi sur l'orchestre, qui nous révèle toute une logique interne qu'on sentait de façon plus confuse et globale. Sur les équilibres aussi, très différents de ce qu'on a l'habitude d'entendre, et tellement évidents. Roth ne contourne pas la nudité de la partition, le rapport à l'accompagnement et au silence.


Citation :
Et puis je vois que l’excellent Damien Pass chante le Médecin

Ah oui, c'est capital, un bon Médecin.

(On raconte que dans certains cas, Mélisande peut survivre jusqu'à l'acte VI.)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus


Nombre de messages : 14355
Age : 47
Date d'inscription : 02/03/2014

Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 EmptySam 5 Mar 2022 - 16:40

pété de rire
Revenir en haut Aller en bas
vinteix
Mélomane averti
vinteix


Nombre de messages : 281
Age : 53
Localisation : Japon
Date d'inscription : 27/10/2006

Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 EmptySam 19 Mar 2022 - 11:48

Pour moi aussi, pour l'heure écoute partielle (Actes I - II - III) de la nouvelle version ROTH.
Un enchantement - je suis d'accord avec Benedictus - avant tout orchestral ! et une prise de son somptueuse, au plus près des instruments et des voix.
Mais je trouve aussi le plateau vocal d'un très haut niveau : clarté du discours, très belle Mélisande, très lyrique ; Pelléas plutôt juvénile et solaire ; j'aime bien le Golaud de Duhamel, plutôt sombre, même s'il est, c'est vrai, assez uniforme ; Arkel d'une très grande noblesse.
Mais le grand mérite est bien l'orchestre ! et quel orchestre ! presque l'impression de redécouvrir cet opéra, comme un vieux vin décanté, tant tout est d'une clarté et transparence renouvelées ! les couleurs et le dosage si délicat des pupitres (mention spéciale pour les cordes, en particulier graves, qui frémissent comme jamais ; et le boisé des bois), la finesse des phrasés, une limpidité d'ensemble vraiment inouïe... Dans aucun autre des enregistrements des Siècles, je n'avais ressenti à ce point la plus-value de ses instruments d'époque. A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus


Nombre de messages : 14355
Age : 47
Date d'inscription : 02/03/2014

Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 EmptySam 26 Mar 2022 - 16:11

Entre hier et ce matin, j'ai donc fini d'écouter cette version Roth, et je confirme tout le bien que j'en pensais.

DavidLeMarrec a écrit:
Complètement d'accord avec toi sur l'orchestre, qui nous révèle toute une logique interne qu'on sentait de façon plus confuse et globale. Sur les équilibres aussi, très différents de ce qu'on a l'habitude d'entendre, et tellement évidents. Roth ne contourne pas la nudité de la partition, le rapport à l'accompagnement et au silence.
Ou, c'est exactement ça - plus précisément pointé que dans mon commentaire.

Pour revenir aussi sur la distribution: je ne voudrais pas tant les atténuer qu'en réduire la pertinence ou la portée. Je crois finalement que, par rapport à ce que Roth et son orchestre apportent ici, en particulier sur «la nudité de la partition, le rapport à l'accompagnement et au silence», il fallait que la distribution soit ce qu'elle est - une Mélisande «très lyrique», un Pelléas «plutôt juvénile et solaire», un Golaud «plutôt sombre, même s'il est, c'est vrai, assez uniforme» et un Arkel «d'une très grande noblesse» (pour reprendre cette fois les mots de vinteix) et, ajouterais-je, un Yniold vraiment enfantin: pour que la pensée de l'accompagnement révèle toute sa pertinence, il fallait vraiment que les rôles soit chantés selon cette typologie traditionnelle de l'opéra: ça aurait sans doute paru trop nu si le style vocal avait tiré davantage du côté du parlé que du chanté, et légèrement décalé (et peu évident) si les incarnations avaient été plus atypiques; même chose d'ailleurs pour le rapport au silence (que j'entends ici comme une façon de mettre en suspens l'explicite du discours): avec un jeu dramatique plus ambigu (plus «moderne», si on veut), le statut du silence dans l'interprétation de Roth aurait probablement paru ou redondant ou au contraire moins clair dans son objet.

Et encore une fois: cette façon de faire entendre dans l'orchestre de Pelléas autre chose que ces nappes atmosphériques d'arrière-plan, que cette espèce de décor sonore, et le faire d'une manière qui s'impose avec autant d'évidence, c'est vraiment grand (en plus d'être très beau.)
Revenir en haut Aller en bas
Anaxagore
Mélomane chevronné
Anaxagore


Nombre de messages : 3094
Age : 57
Date d'inscription : 06/01/2012

Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 EmptySam 26 Mar 2022 - 19:12

Je prends quelques minutes (je suis assez débordé pour le moment) pour dire à mon tour tout le bien que je pense du Pelléas de Roth. C’est même l’une de mes plus grosses émotions musicales de ces derniers mois ! Comme déjà souligné — et comme c’était assez prévisible d’ailleurs —, c’est évidemment l’orchestre qui tire son épingle du jeu. Que de détails jamais entendus et soudainement révélés (sous réserve bien sûr des problèmes d’éditions) ! Comme le souligne justement Benedictus, « les nappes atmosphériques d’arrière-plan » sont jetées ici en pleine lumière, au point de renouveler l’approche entière de l’œuvre. Et l’écriture orchestrale y apparaît plus que jamais d’une étourdissante beauté.

N’étant point trop glottophile, mes exigences côté voix ne sont sans doute pas aussi pointues que celles de certains de mes camarades, mais pour ma part je suis comblé. Certes, le Golaud de Duhamel est assez monolithique et, dans l’absolu, je préfère Cachemaille ou Van Dam qui donnent au personnage une épaisseur autrement plus nuancée, mais le contrat est beaucoup mieux que simplement honoré. Il y a certes des Mélisande plus mystérieuses que Santoni, mais j’aime beaucoup son chant. J’ai, par contre, adoré le Pelléas de Behr et l’Arkel très noble de Teitgen. La voix blanche pour Yniold montre les avantages et les inconvénients habituels de ce choix. Tout au plus, ai-je été un peu gêné à la fin de l’Acte III où l’on sent le petit Hadrien — vocalement et dramatiquement — un peu à la peine, mais dans la scène des moutons à l’Acte IV, c’est impeccable. Ma seule déception concerne la Geneviève de Todorovitch, dont j’ai trouvé la voix assez ingrate ; mais bon, ce n’est pas vraiment le rôle central.


Dernière édition par Anaxagore le Dim 27 Mar 2022 - 5:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
vinteix
Mélomane averti
vinteix


Nombre de messages : 281
Age : 53
Localisation : Japon
Date d'inscription : 27/10/2006

Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 EmptyDim 27 Mar 2022 - 5:24

Très rapidement, car je rejoins complètement les commentaires d'Anaxagore et Benedictus ; et deux écoutes complètes n'ont fait que confirmer la  grâce absolue de cette version (mais éouter "Pelléas" est déjà une grâce en soi), comme déjà dit surtout pour l'orchestre. Concernant Golaud, même si je préfère aussi van Dam ou Finley, j'ai trouvé Duhamel un peu moins monolithique par la suite (bouleversant "Mélisande, as-tu pitié de moi ?" - Acte V) ; Geneviève est en effet le point faible de la distribution... mais peu importe. Pour moi aussi, une des plus grandes émotions musicales de ces derniers mois.
Revenir en haut Aller en bas
Iskender
Mélomaniaque
Iskender


Nombre de messages : 1983
Age : 54
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 EmptyDim 27 Mar 2022 - 11:32

Je ne suis pas aussi enthousiaste sur l'orchestre, tout en en pensant beaucoup de bien sur les partis-pris de départ. Oui pour le soin apporté, le travail des timbres, cette façon de faire entendre dans l'orchestre de Pelléas autre chose que ces nappes atmosphériques d'arrière-plan, que cette espèce de décor sonore, pour reprendre les termes de Benedictus. Ces couleurs, ces cordes non vibrées sans que les timbres ne soient verts ni que le son ne manque de chair, c'est remarquable.

Mais après mon écoute intégrale au casque et avec partition, je suis très frustré par le retrait de l'harmonie par rapport aux cordes. Tant de lignes d'accompagnement de cordes qui prennent le dessus sur des solos de bois, de lignes d'accompagnement du chant par les bois absolument pas mises en lumière. Même en me disant que tout cela avait l'honnêteté de la spatialisation sur scène (ou en fosse) et en essayant de baser mon approche sur ce changement de paradigme, je ressens de gros manques de ce point de vue, et aussi un manque d'expression, comme si celle-ci ne passait que par tout ce travail de fond sur les timbres, les couleurs et le climat, et qu'il n'y avait pas besoin de plus en terme d'engagement.

Concernant les chanteurs, j'ai eu ce sentiment d'apprivoiser le couple Pelléas et Mélisande au fil de l'écoute. Peu séduit au début, surpris par le lyrisme de Mélisande, pour ensuite trouver que tout était très réussi, entendant plus les incarnations que les chanteurs en eux-mêmes, trouvant surtout qu'ils fonctionnaient très bien ensemble. À ce titre le duo du IV est magnifique. Le Golaud de Duhamel ne m'a en revanche jamais séduit, en effet toujours sombre et uniforme, pas vraiment saillant ni à fleur de peau dans son désespoir en fait.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/etiennetabourier
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 88713
Age : 40
Date d'inscription : 08/06/2005

Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 EmptyDim 10 Avr 2022 - 16:22

Au Liceu, Pons dirige Fuchs et Barbeyrac:

https://www.radiofrance.fr/francemusique/podcasts/samedi-a-l-opera/stanislas-de-barbeyrac-et-julie-fuchs-incarnent-pelleas-et-melisande-3213353

Barbeyrac me semble aller vers une conception toujours plus lyrique, et en écoutant juste 2 minutes de la fin du IV j'entends déjà des erreurs de texte de Fuchs et de Barbeyrac... j'espère que c'est quand même bien.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 Empty
MessageSujet: Re: Debussy - Pelléas et Mélisande (3)   Debussy - Pelléas et Mélisande (3) - Page 12 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Debussy - Pelléas et Mélisande (3)
Revenir en haut 
Page 12 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12
 Sujets similaires
-
» Debussy - Pelléas et Mélisande
» Debussy - Pelléas et Mélisande (2)
» Debussy - Pelléas et Mélisande
» Faut-il aimer Pelléas et Mélisande de Debussy?
» Fauré: Pelléas et Mélisande

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: