Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-50%
Le deal à ne pas rater :
BODUM Bistro Set : Théière filtre 1 L + 2 gobelets double paroi en ...
19.99 € 39.90 €
Voir le deal

 

 Maurice Ravel (1875-1937)

Aller en bas 
+81
ramikondii
Stanlea
Prosopopus
Un mélomane du dimanche
Prestissimo
Henri
frgirard
Fauvebis
FrancoisYH
Roupoil
Mood Indigo
néthou
Ravélavélo
A
Benedictus
Chris3
Marchoukrev
Democrite
Emeryck
starluc
sebby
TragicSymph
j.p.
Le faiseur de reines
Roderick
/
Mariefran
Nestor
Golisande
Glocktahr
benvenuto
Blestheme
Ben.
Philippe VLB
Fiordiligi
Horatio
kegue
Rav–phaël
Resigned
Boudiou
Pelléas
Ophanin
Cornélius
PrinceIgor
Christophe
Percy Bysshe
Pinch
arnaud bellemontagne
Cololi
Dave
Kyomars
Morloch
Crapio
Passage
adriaticoboy
jerome
Toxic
Romain
Zeno
Tus
mah70
-
Jules Biron
wilmerton
Zeugma
Bezout
Cello
Lauretta
Nils
DavidLeMarrec
Picrotal
PJF
Jaky
Pousskine
felyrops
Rubato
Swarm
antrav
ouannier
Sauron le Dispensateur
Xavier
85 participants
Aller à la page : Précédent  1 ... 6, 7, 8 ... 11 ... 15  Suivant
AuteurMessage
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 97653
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMer 24 Fév 2010 - 11:11

Oui, c'est vrai, mais je l'ai tellement entendue à part que j'en faisais quelque chose d'indépendant. Laughing

Du coup, je suis parti pour le réécouter (son souvenir est indéfectiblement lié aux Nuits dans les jardins d'Espagne, qui n'a rien à voir et que je n'aime pas beaucoup).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe


Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMer 24 Fév 2010 - 11:27

DavidLeMarrec a écrit:
Non, Alborada et Tombeau ne me passionnent pas du tout.

En revanche, oui, Miroirs, c'est assez fantastique, au moins aussi beau que du Debussy. Pour le coup, le langage est varié (et sans vulgarités annexes). Il y a aussi les Jeux d'eau que j'aime bien.

Debussy est quand même beaucoup plus supportable au piano. J'adore les Miroirs, mais écouter cela tout d'un coup, ça me fatigue - je l'avais entendu en concert à la salle Gaveau, en plus précédé de la sonatine, ce fut assez éprouvant. Cela tricote tout le long. Le principe de tension/détente est particulier chez Ravel, parce que la tension ne se relâche jamais...
De ce point de vue, je ressens malgré tout une certaine monotonie à l'écoute de sa musique.
Revenir en haut Aller en bas
Christophe
Mélomaniaque
Christophe


Nombre de messages : 1597
Age : 58
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMer 24 Fév 2010 - 11:28

DavidLeMarrec a écrit:
Christophe a écrit:
Pour Ravel, je n'ai que la confirmation que ce compositeur me laisse insensible, excepté 2 ou 3 oeuvres (cf Gaspard de la nuit, par exemple, cité plus haut). Les Valses n'en font pas partie.
Pour te répondre sur Ravel, pour te rassurer, moi aussi son piano me laisse assez insensible... mais surtout Gaspard en fait. Je trouve ça trop pianistique, avec des procédés qui se reproduisent sans cesse rythmiquement (il n'y a que l'harmonie qui bouge). Personnellement, ça m'ennuie assez.

En fait, Gaspard de la nuit, c'est l'exemple typique de ce que j'ai appelé une écoute à 2 vitesses. Spontanément, lors de la première écoute, je n'ai pas aimé. Je trouvais cela un peu dysharmonieux, certains accords ou enchainements me "choquaient", "heurtaient" mes oreilles.

Mais comme cette oeuvre se trouvait sur le même disque que la sonate de Liszt par Frascone, à chaque écoute, je me suis obligé à écouter Gaspard ... jusqu'à ce que je finisse par l'apprécier ... c'est la deuxième vitesse. Bon, il est vrai aussi que je n'écoute pas ce CD tous les jours.

Ce qui est un peu dommage, c'est que je ne peux pas procéder ainsi pour toutes les oeuvres qui ne me plaisent pas à la première audition. D'abord parce qu'il y a en trop, et ensuite parce que, dans mon cas, cette "deuxième vitesse" me prend énormément de temps.

Je ne le fais donc que pour les oeuvres que je ne trouve qu'un peu dysharmonieuses, un peu dissonantes, un peu atonales ... mais je tiens à le faire de temps en temps car j'ai envie de "progresser" dans ma culture et connaissance de la musique classique, j'ai envie de comprendre les intentions du compositeur, j'ai envie de comprendre le plaisir des auditeurs, j'ai envie de comprendre et partager votre enthousiasme lors de la lecture de certains de vos comptes-rendus.

Enfin, je n'insiste pas trop non plus, faute de temps mais aussi (et surtout) parce qu'il y a déjà tant d'oeuvres qui me procure beaucoup de plaisir et d'émotion.

DavidLeMarrec a écrit:
Dans le reste, il y a des choses chouettes, mais rien qui m'exalte démesurément. Mais enfin, les Valses, c'est quand même pas tout à fait rien. Smile

Oh, je ne me permettrai jamais de dire que les Valses, c'est rien, et j'espère que ce n'est pas ce qu'il en ressort de mon petit commentaire. Non, hier, à leur écoute, il ne s'est rien passé, pas d'émotion particulière, pas de plaisir, mais ce n'est que mon ressenti. Et puis, je l'ai dit, je pense que ce disque fera justement parti de ceux pour lesquels je suis prêt à m'investir dans une écoute plus appronfondie.

Cela dit, Lassus, Haëndel, Lully, Verdi, ..., Schönberg, Shostakovitch, Messian ... et des dizaines d'autres, ce n'est pas "rien" non plus. Et pourtant Confused Embarassed Laughing


DavidLeMarrec a écrit:
Non, Alborada et Tombeau ne me passionnent pas du tout.

En revanche, oui, Miroirs, c'est assez fantastique, au moins aussi beau que du Debussy. Pour le coup, le langage est varié (et sans vulgarités annexes). Il y a aussi les Jeux d'eau que j'aime bien.

J'essayerai d'écouter ces trois oeuvres. On verra bien. Sinon, David, au risque de te décevoir, j'avoue que l'oeuvre de Debussy me laisse également assez insensible ... oeuvre que je connais très mal, cependant. Mais tu devais déjà t'en douter, non ? Désolé Embarassed Mr. Green

Christophe coucou
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 97653
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMer 24 Fév 2010 - 11:31

@ Wolfgang :

Il y a suffisamment de variété rythmique dans les Miroirs pour me faire passer au-dessus de ça, je les sens plus proches des Préludes et des Images.

En revanche, Gaspard, effectivement, ça tricote tout le temps sur le même principe rythmique, et ça me fatigue. C'est un peu du Glass complexe dont l'harmonie bougerait tout le temps. En fait ça n'a rien à voir avec Glass, donc.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 97653
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMer 24 Fév 2010 - 11:37

Christophe a écrit:
Je ne le fais donc que pour les oeuvres que je ne trouve qu'un peu dysharmonieuses, un peu dissonantes, un peu atonales ... mais je tiens à le faire de temps en temps car j'ai envie de "progresser" dans ma culture et connaissance de la musique classique, j'ai envie de comprendre les intentions du compositeur, j'ai envie de comprendre le plaisir des auditeurs, j'ai envie de comprendre et partager votre enthousiasme lors de la lecture de certains de vos comptes-rendus.

Enfin, je n'insiste pas trop non plus, faute de temps mais aussi (et surtout) parce qu'il y a déjà tant d'oeuvres qui me procure beaucoup de plaisir et d'émotion.
Ca me paraît une bonne position pour avancer sans souffrir non plus. Je me rappelle de ma découverte du contemporain, où je m'étais forcé à en écouter deux heures par semaine, jusqu'à ce que je me sente familiarisé (je pars, niveau sensibilité aux dissonances, sensiblement du même point de départ que toi Smile ). Au bout d'un moment, on finit par intégrer des choses.

Mais je vois très bien la gêne que tu veux dire par cette gêne de "fausses" harmonies.


Citation :
Oh, je ne me permettrai jamais de dire que les Valses, c'est rien, et j'espère que ce n'est pas ce qu'il en ressort de mon petit commentaire. Non, hier, à leur écoute, il ne s'est rien passé, pas d'émotion particulière, pas de plaisir, mais ce n'est que mon ressenti.
C'est très exactement ce que tu as dit. J'utilisais juste cette expression courante pour dire qu'alors que le reste ne me passionnait pas forcément, je reconnaissais à ces Valses une forte personnalité. Smile Je ne retranscrivais pas un jugement de valeur de ta part.


Citation :
Cela dit, Lassus, Haëndel, Lully, Verdi, ..., Schönberg, Shostakovitch, Messian ... et des dizaines d'autres, ce n'est pas "rien" non plus. Et pourtant Confused Embarassed Laughing
Ouibon, laissons-là les sujets qui fâchent. hehe Un à la fois s'il te plaît !


Citation :
J'essayerai d'écouter ces trois oeuvres. On verra bien. Sinon, David, au risque de te décevoir, j'avoue que l'oeuvre de Debussy me laisse également assez insensible ... oeuvre que je connais très mal, cependant. Mais tu devais déjà t'en douter, non ? Désolé Embarassed Mr. Green
Oui, je m'en doutais, mais Debussy m'a résisté longtemps aussi, alors je me garderai bien de te jeter la pierre. Ravel est sans doute plus accessible parce son langage est souvent plus 'fonctionnel' (ça avance, moins suspendu si tu veux). Mais rien ne presse.

De toute façon, Czerny, c'est très bien aussi. bounce
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Christophe
Mélomaniaque
Christophe


Nombre de messages : 1597
Age : 58
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMer 24 Fév 2010 - 11:39

Je viens de regarder ce que j'avais dans ma musette sur Debussy. J'y ai entre autres les 3 volumes des oeuvres complètes pour piano par Jean-Pierre Armengaud mais pourtant, ni Alborada, ni Tombeau ni Miroirs n'y figurent. Ce ne sont pas des oeuvres pour piano seul ?

Merci et toutes mes excuses à Ravel pour le HS dans son fil !!!

Christophe Wink
Revenir en haut Aller en bas
Dave
Mélomane chevronné
Dave


Nombre de messages : 2659
Age : 34
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 17/04/2008

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMer 24 Fév 2010 - 11:41

Christophe a écrit:
Je viens de regarder ce que j'avais dans ma musette sur Debussy. J'y ai entre autres les 3 volumes des oeuvres complètes pour piano par Jean-Pierre Armengaud mais pourtant, ni Alborada, ni Tombeau ni Miroirs n'y figurent. Ce ne sont pas des oeuvres pour piano seul ?

Merci et toutes mes excuses à Ravel pour le HS dans son fil !!!

Christophe Wink

Mais ces œuvres sont de Ravel Laughing
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 97653
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMer 24 Fév 2010 - 11:44

Pour Debussy, essaie plutôt les Images, mais tu n'aimeras pas à mon avis, et les pièces plus accessibles (Petite Suite par exemple, très sympa et plus dans ton genre) sont nettement moins intéressantes.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Christophe
Mélomaniaque
Christophe


Nombre de messages : 1597
Age : 58
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMer 24 Fév 2010 - 11:45

Dave a écrit:
Christophe a écrit:
Je viens de regarder ce que j'avais dans ma musette sur Debussy. J'y ai entre autres les 3 volumes des oeuvres complètes pour piano par Jean-Pierre Armengaud mais pourtant, ni Alborada, ni Tombeau ni Miroirs n'y figurent. Ce ne sont pas des oeuvres pour piano seul ?

Merci et toutes mes excuses à Ravel pour le HS dans son fil !!!

Christophe Wink

Mais ces œuvres sont de Ravel Laughing

Oups, mais quelle andouille !!! pété de rire

A parler des 2, j'ai "confusé" bedo drink hehe

Mais là où tu n'es pas sympa, c'est que tu as cité mon message, du coup, même si j'édite et supprime le mien il en restera quand même une trace par ta citation. Evil or Very Mad Mr. Green Mr. Green Mr. Green

Combien pour que tu supprimes ton message ? pété de rire
Revenir en haut Aller en bas
Christophe
Mélomaniaque
Christophe


Nombre de messages : 1597
Age : 58
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMer 24 Fév 2010 - 11:50

DavidLeMarrec a écrit:
Pour Debussy, essaie plutôt les Images, mais tu n'aimeras pas à mon avis, et les pièces plus accessibles (Petite Suite par exemple, très sympa et plus dans ton genre) sont nettement moins intéressantes.

OK, je réessayerai Debussy, qui , comme Ravel je pense, doit pouvoir m'être accessible.

Connaissez-vous les 3 volumes dont je parle plus haut. Personnellement, je ne connaissais pas ce pianiste (Jean-Pierre Armengaud) mais cette intégrale m'avait été chaudement recommandée.

Quitte à "m'investir" pour Debussy, autant le faire avec des versions de référence.

coucou
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne


Nombre de messages : 25577
Date d'inscription : 22/01/2010

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMer 24 Fév 2010 - 11:50

DavidLeMarrec a écrit:
@ Wolfgang :

Il y a suffisamment de variété rythmique dans les Miroirs pour me faire passer au-dessus de ça, je les sens plus proches des Préludes et des Images.

En revanche, Gaspard, effectivement, ça tricote tout le temps sur le même principe rythmique, et ça me fatigue. C'est un peu du Glass complexe dont l'harmonie bougerait tout le temps. En fait ça n'a rien à voir avec Glass, donc.

Et même l'hypnotique pièce de Gaspard, "Le Gibet" ne te fait pas vibrer?
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 97653
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMer 24 Fév 2010 - 11:57

arnaud bellemontagne a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
@ Wolfgang :

Il y a suffisamment de variété rythmique dans les Miroirs pour me faire passer au-dessus de ça, je les sens plus proches des Préludes et des Images.

En revanche, Gaspard, effectivement, ça tricote tout le temps sur le même principe rythmique, et ça me fatigue. C'est un peu du Glass complexe dont l'harmonie bougerait tout le temps. En fait ça n'a rien à voir avec Glass, donc.

Et même l'hypnotique pièce de Gaspard, "Le Gibet" ne te fait pas vibrer?
La première fois, j'ai trouvé ça chouette - surtout content de quitter Ondine, je suppose. Mais je trouve que ça n'avance pas et que ça recycle sans cesse le même propos bien trouvé initialement.

En revanche, ce serait chouette à utiliser en forme mélodrame, parce que ça retranscrit très bien le procédé du texte d'Aloysius Bertrand.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 91189
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMer 24 Fév 2010 - 12:04

DavidLeMarrec a écrit:
Christophe a écrit:
Pour Ravel, je n'ai que la confirmation que ce compositeur me laisse insensible, excepté 2 ou 3 oeuvres (cf Gaspard de la nuit, par exemple, cité plus haut). Les Valses n'en font pas partie.
Pour te répondre sur Ravel, pour te rassurer, moi aussi son piano me laisse assez insensible... mais surtout Gaspard en fait. Je trouve ça trop pianistique, avec des procédés qui se reproduisent sans cesse rythmiquement (il n'y a que l'harmonie qui bouge). Personnellement, ça m'ennuie assez.

Oui le Gibet c'est une pièce sur un ostinato, une cloche de si bémol qui se répète, je ne vois pas en quoi c'est une faiblesse... Oui l'harmonie bouge, mais de façon incroyable. Un jour il faudrait que je regarde ça de près parce que c'est hallucinant.
Quant à Scarbo, si tu me dis que ça ne bouge pas rythmiquement...


Dernière édition par Xavier le Mer 24 Fév 2010 - 12:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Christophe
Mélomaniaque
Christophe


Nombre de messages : 1597
Age : 58
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMer 24 Fév 2010 - 12:04

DavidLeMarrec a écrit:


...

De toute façon, Czerny, c'est très bien aussi. bounce

Figure-toi que ma CDthèque est toujours vierge de ce compositeur, et là, pour le coup, j'ai vraiment honte !!! Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 97653
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMer 24 Fév 2010 - 17:10

[quote="Xavier"]
Citation :
je ne vois pas en quoi c'est une faiblesse...
Ce n'en est pas une.

Citation :
Oui l'harmonie bouge, mais de façon incroyable.
Je trouve ça spectaculaire aussi.

J'explique juste pourquoi ça ne me touche pas, je n'ai jamais osé suggérer que c'était une oeuvre faible. Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 97653
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyVen 26 Fév 2010 - 12:54

Christophe a écrit:
Connaissez-vous les 3 volumes dont je parle plus haut. Personnellement, je ne connaissais pas ce pianiste (Jean-Pierre Armengaud) mais cette intégrale m'avait été chaudement recommandée.
Armengaud est assez réputé pour son intégrale Satie.

C'est effectivement une version splendide, limpide. Peut-être un brin trop de pédale, mais quel toucher !

J'avais déjà entendu de splendides versions de Debussy, mais je me demandais où l'on pouvait trouver une intégrale pleinement réussie. Là, j'ai remarqué des Etudes tendres et des Images vraiment inspirées. Il me faut certes écouter le reste, mais à mon avis, pas besoin d'investir ailleurs Exclamation

Merci Christophe. cheers
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Christophe
Mélomaniaque
Christophe


Nombre de messages : 1597
Age : 58
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyVen 26 Fév 2010 - 13:05

Embarassed Embarassed Embarassed

Pour une fois que ça marche dans ce sens, j'en suis réellement flatté !!!

Christophe ... conseiller debussyste hehe
Revenir en haut Aller en bas
Christophe
Mélomaniaque
Christophe


Nombre de messages : 1597
Age : 58
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMer 13 Oct 2010 - 19:08

Bonsoir,

En ce moment, dans mon lecteur :

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 61%2BPFygoNjL._SS400_
Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 41kmjZn%2BXbL._SS400_


Je démarre tout juste le CD1, "Le tombeau de Couperin". C'est donc prématuré pour donner mes impressions, si ce n'est que ce n'est pas un emballement, mais attendons la suite, les autres oeuvres.

A plus coucou


Dernière édition par Christophe le Lun 29 Nov 2010 - 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMer 13 Oct 2010 - 19:09

Je peux éventuellement te conseiller de changer de pianiste Wink .
Revenir en haut Aller en bas
Christophe
Mélomaniaque
Christophe


Nombre de messages : 1597
Age : 58
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMer 13 Oct 2010 - 21:08

Bien, alors, ce premier CD :

Premier constat, je suis loin de l'idée que je me faisais de la musique de Ravel. J'imaginais quelque chose de très dissonant, plutôt difficile d'accès, or ce que je viens d'entendre est assez différent de ces à-prioris. Exception faites des "Miroirs", la musique est plutôt harmonieuse, sans caractère vraiment marqué, presque lisse, parfois (là, je sens que je ne vais pas me faire que des amis !).

Déception avec "Le tombeau de Couperin", hormis le menuet (5ème "mouvement").

Pour "Pavane pour une infante défunte" et "Menuet antique", c'est mieux, plus original ou personnel, mais je ne suis pas transporté. Cette musique reste cependant très accessible.

Avec "Miroirs", on arrive (enfin) à une musique plus profonde, plus recherchée, plus aboutie. Il y a un lien entre les 5 thèmes, notamment via des attaques aigues, tantôt saccadées (Noctuelles ou Alborada del gracioso), tantôt très fluide (Une barque sur l'océan). Les dissonances sont plus nombreuses et me plaisent, dans l'ensemble. 2 morceaux retiennent tout particulièrement mon attention : "Une barque sur l'océan", où la fluidité des notes colle parfaitement aux mouvements de l'eau, des vagues, et l'on en vient à bien imaginer cette coquille de noix dérivant au gré des courants, eux mêmes parfois calmes, parfois bien plus agités. C'est très beau. Enfin, le morceau de conclusion "La vallée des cloche" qui trouve parfaitement sa place comme dernier mouvement. Les aigus du leitmotiv sont moins présents et laissent souvent leur place à une main gauche inspirée. Des graves puissants, profonds, bien marqués, un rythme lent surtout sur la fin, ce qui parachève de très belle manière cette oeuvre.

Du coup, je suis assez partagé. Ravel m'est finalement assez accessible, me touche davantage que Debussy, mais cette première partie de ses oeuvres me parait inégale.

Le tombeau de Couperin : Neutral
Pavane et Menuet antique : I love you
Miroirs : I love you I love you


A suivre, le second disque dont je connais déjà les Valses ( Shit ) et Gaspard ( I love you I love you). Me restera à découvrir "Jeux d'eau", "Sonatine", "Prélude", "Sérénade grotesque" (quel drôle de titre), "Menuet sur le nom de Haydn", "A la manière de Chabrier " (dont je viens d'acquérir l'intégrale pour piano par Tharaud) et "A la manière de Borodine".


La "main gauche" de Ravel m'ayant impressionnée dans "La vallée des cloches", il est évident que je vais m'intéresser à son concerto pour main gauche. C'est de toute façon une sonorité, le grave, que j'affectionne tout particulièrement. Idem pour son concerto pour piano, une des oeuvres préférées de M. Argerich, dont je souhaite acheter la version interprétée par ... M. Argerich ! Mr. Green


Voilà pour ce soir, soyez indulgents hehe

coucou
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 97653
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMer 13 Oct 2010 - 21:12

Il n'y a pas à être indulgent, je suis d'accord. Couperin et la Pavane, c'est bien plus lisse que les Miroirs qui sont des bijoux. Et je ne t'aurais pas recommandé les Valses, assez dissonantes. Tu devrais essayer la Valse version orchestre ou piano, ça te plaira, en plus c'est festif comme tout. Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 91189
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMer 13 Oct 2010 - 22:21

Christophe a écrit:
Bien, alors, ce premier CD :

Premier constat, je suis loin de l'idée que je me faisais de la musique de Ravel. J'imaginais quelque chose de très dissonant, plutôt difficile d'accès, or ce que je viens d'entendre est assez différent de ces à-prioris. Exception faites des "Miroirs", la musique est plutôt harmonieuse, sans caractère vraiment marqué, presque lisse, parfois (là, je sens que je ne vais pas me faire que des amis !).

Déception avec "Le tombeau de Couperin", hormis le menuet (5ème "mouvement").

Pour "Pavane pour une infante défunte" et "Menuet antique", c'est mieux, plus original ou personnel, mais je ne suis pas transporté. Cette musique reste cependant très accessible.

Réécoute la Forlane et dis-moi si c'est lisse, pas personnel et pas dissonant!

Mais effectivement, le Tombeau n'est pas le meilleur du piano de Ravel, outre les Miroirs, pour moi le meilleur c'est les Jeux d'eau, Gaspard de la nuit bien sûr et les Valses.
Revenir en haut Aller en bas
Christophe
Mélomaniaque
Christophe


Nombre de messages : 1597
Age : 58
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyJeu 14 Oct 2010 - 9:06

Xavier a écrit:
Réécoute la Forlane et dis-moi si c'est lisse, pas personnel et pas dissonant!
CHEF, OUI CHEF !!!Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Militaire-2942

Toujours ces phrases au scalpel ! siffle

Il me semblait avoir écrit : "J'imaginais quelque chose de très dissonant, ...... sans caractère vraiment marqué, presque lisse, parfois

Et aussi :"soyez indulgents"


Xavier a écrit:
Mais effectivement, le Tombeau n'est pas le meilleur du piano de Ravel, outre les Miroirs, pour moi le meilleur c'est les Jeux d'eau, Gaspard de la nuit bien sûr et les Valses.

J'ai beaucoup apprécié "Miroirs", je l'ai dit et j'aime aussi énormément "Gaspard de la nuit", disons plutôt que j'ai appris à l'apprécier. En effet, cette oeuvre est couplée à la sonate de Liszt par Frascone, et à chaque écoute de ce disque, je me forçais (au début) à écouter "Gaspard", jusqu'à ce que je m'y habitue et que j'en vienne à l'aimer.

Les Valses, je n'aime pas, mais c'est peut-être aussi dû au genre musical. Je n'aime guère plus celles de Chopin.

"Jeux d'eau", je vais bientôt découvrir !
Revenir en haut Aller en bas
Christophe
Mélomaniaque
Christophe


Nombre de messages : 1597
Age : 58
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyJeu 14 Oct 2010 - 18:53

Bonsoir,

Ecoute du 2ème CD dont j'ai indiqué le contenu quelques messages plus haut.

Ca commence par "Jeux d'eau", qui, pour le coup, est effectivement très original, plutôt dissonant bien que très acceptable pour moi. J'aime beaucoup l'adéquation entre la musique et le titre, comme ça avait été le cas hier pour "Une barque sur l'océan".

C'est donc une belle surprise.

Là, j'enchaîne avec la "Sonatine". A nouveau quelques dissonances (je crois que je devrais plutôt dire "rupture d'harmonie", ça éviterait peut-être des malentendus dûs à ma mauvaise connaissance du lexique musical), moins que dans "Jeux d'eau". J'aime bien le deuxième mouvement ("Mouvement de menuet"), par sa lenteur. C'est également le "Menuet" que j'avais le plus apprécié dans "Le tombeau de Couperin"

Globalement, je trouve que le piano de Ravel a une sonorité très aigue.


La suite quand j'aurai terminé cett écoute ...

coucou
Revenir en haut Aller en bas
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe


Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyJeu 14 Oct 2010 - 19:03

La douceur mélancolique du Ier mouvement de la Sonatine ne t'a pas touché? Avec cet accompagnement tremblant, cela me fait beaucoup penser à Chasse-neige de Liszt (12ème Etude d'exécution transcendante).
Les Jeux d'eau sont effectivement très beau (une fois encore, dans une esthétique lisztienne)... Very Happy

Effectivement, Ravel, ce n'est pas quelqu'un qui va aller envoyer les mélodies ff dans le fond du clavier; il y a toujours une grande préciosité, un grand raffinement, et ça tricote beaucoup (ce qui le rend assez difficile à jouer d'ailleurs).
Revenir en haut Aller en bas
Christophe
Mélomaniaque
Christophe


Nombre de messages : 1597
Age : 58
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyJeu 14 Oct 2010 - 20:22

Hello Percy,

Quitte à m'évoquer du Liszt, autant écouter ... Liszt siffle pété de rire
Plus sérieusement, je ne trouve pas la parenté si évidente.


Bon, suite et fin de l'écoute de ce disque :

Sérénade grotesque : si j'osais, je dirais que c'est effectivement grotesque, mais ce serait un abus de langage. Disons que je n'ai pas apprécié particulièrement.

Valses : confirmation de ce que j'en avais déjà pensé avec la version de Kovacevich. Cette musique ne me touche pas.

Viennent les dédicaces à Haydn, Chabrier et Borodine : ces 3 petites pièces m'ont beaucoup plues, particulièrement "A la manière de Borodine" et pour le coup, j'en viens à regretter leur durée trop courte.

Enfin, "Gaspard de la nuit" : Là, c'est I love you I love you sans hésiter. J'aime beaucoup cette oeuvre que je connaissais déjà. Je trouve qu'elle dénote un peu du reste de l'oeuvre pianistique de Ravel. Il y a toujours cet aigu prédominant, parfois agressif, souvent dissonant, mais le grave a enfin la part belle et ça donne immédiatement une autre dimension. Beaucoup plus de poids, de profondeur, à mon goût. Mention spéciale à "Ondine".

Personnellement, j'aurais interverti "Le gibet" et "Scarbo", mais je ne suis pas Ravel. Ces deux mouvements contratent par leur rythme, très lent et répétitif pour "Le gibet", beaucoup plus virtuose et dissonant pour "Scarbo".


Voilà, globalement, ce qui me gène un peu, c'est cette omniprésence de l'aigu qui donne certes une signature à l'ensemble de l'oeuvre, mais quand il devient rapide, agressif et dissonant, me dérange quand même pas mal. Dès qu'il y a apparition de grave, ou d'un rythme plus lent, les oeuvres me deviennent tout de suite plus agréables.

Ravel ne fera donc probablement jamais partie de mon tiercé des compositeurs. Je voulais absolument connaitre une partie de son oeuvre et ne regrette pas cette tentative. Le bilan reste cependant plutôt mitigé. Je veux encore essayer ses concertos pour piano.


Enfin, je confirme que je ne trouve pas l'interprétation d'Anne Queffeléc discutable. Pour pouvoir comparer son Gaspard avec une autre version, je n'y vois rien de fondamentalement critiquable ... mais ce n'est que mon avis Wink


Dans les starting-blocks : L'intégrale de l'oeuvre pour piano de Chabrier par Tharaud. Votre pronostic ?


A plus,
Christophe coucou
Revenir en haut Aller en bas
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe


Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyJeu 14 Oct 2010 - 21:40

Christophe a écrit:
Quitte à m'évoquer du Liszt, autant écouter ... Liszt siffle pété de rire
Plus sérieusement, je ne trouve pas la parenté si évidente.

Très certainement, pourtant il y a une très grande parenté au niveau de l'écriture pianistique et c'est ce que je mettais en valeur - ce qui fait que je retrouve personnellement chez Ravel ce que j'aime (entre autre) chez Liszt.
Pour ce qui est des Jeux d'eau, la parenté est très forte avec les Jeux d'eau à la villa d'Este de Liszt, que tu connais très probablement. C'est une sorte de généalogie de l'utilisation du bruit de l'eau en musique pour piano. Very Happy

Citation :
Valses : confirmation de ce que j'en avais déjà pensé avec la version de Kovacevich. Cette musique ne me touche pas.

Dommage, dommage...

Citation :
Enfin, "Gaspard de la nuit" : Là, c'est I love you I love you sans hésiter. J'aime beaucoup cette oeuvre que je connaissais déjà. Je trouve qu'elle dénote un peu du reste de l'oeuvre pianistique de Ravel. Il y a toujours cet aigu prédominant, parfois agressif, souvent dissonant, mais le grave a enfin la part belle et ça donne immédiatement une autre dimension. Beaucoup plus de poids, de profondeur, à mon goût. Mention spéciale à "Ondine".

Personnellement, j'aurais interverti "Le gibet" et "Scarbo", mais je ne suis pas Ravel. Ces deux mouvements contratent par leur rythme, très lent et répétitif pour "Le gibet", beaucoup plus virtuose et dissonant pour "Scarbo".

thumleft Un de recueils poétiques les plus renversants de toute la littérature pianistique. Il faudrait que je finisse mon "analyse poétique" d'ailleurs...

Citation :
Voilà, globalement, ce qui me gène un peu, c'est cette omniprésence de l'aigu qui donne certes une signature à l'ensemble de l'oeuvre, mais quand il devient rapide, agressif et dissonant, me dérange quand même pas mal. Dès qu'il y a apparition de grave, ou d'un rythme plus lent, les oeuvres me deviennent tout de suite plus agréables.

Ravel, c'est surtout cette pureté, cette limpidité, effectivement. Un véritable travail d'orfèvre, de très haute précision.

Citation :
Ravel ne fera donc probablement jamais partie de mon tiercé des compositeurs. Je voulais absolument connaitre une partie de son oeuvre et ne regrette pas cette tentative. Le bilan reste cependant plutôt mitigé. Je veux encore essayer ses concertos pour piano.

Je te conseille aussi Daphnis et Chloé en version pour piano, interprétée par Claire-Marie Le-Guay si mes souvenirs sont bons. Jette aussi une oreille à la version orchestrale! Very Happy


Citation :
Dans les starting-blocks : L'intégrale de l'oeuvre pour piano de Chabrier par Tharaud. Votre pronostic ?

Gros coup de coeur! colors
C'est mon intégrale favorite. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 91189
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyVen 15 Oct 2010 - 12:32

Christophe a écrit:
Hello Percy,

Quitte à m'évoquer du Liszt, autant écouter ... Liszt siffle pété de rire
Plus sérieusement, je ne trouve pas la parenté si évidente.

Comme ça vient d'être dit, la parenté est uniquement valable avec les Jeux d'eau à la Villa d'Este de Liszt, mais pour moi c'est plutôt Liszt qui est déjà dans une sonorité ravélienne que l'inverse!
Revenir en haut Aller en bas
Christophe
Mélomaniaque
Christophe


Nombre de messages : 1597
Age : 58
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyVen 15 Oct 2010 - 12:37

Xavier a écrit:
Christophe a écrit:
Hello Percy,

Quitte à m'évoquer du Liszt, autant écouter ... Liszt siffle pété de rire
Plus sérieusement, je ne trouve pas la parenté si évidente.

Comme ça vient d'être dit, la parenté est uniquement valable avec les Jeux d'eau à la Villa d'Este de Liszt, mais pour moi c'est plutôt Liszt qui est déjà dans une sonorité ravélienne que l'inverse!

Là dessus, je ne discuterai pas, ce sont vous les "pros". Cela-dit, comment peut-on dire que l'oeuvre de Liszt est de sonorité ravélienne, quand on regarde leurs dates de naissance et de mort ?
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 91189
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyVen 15 Oct 2010 - 12:42

Ben c'est-à-dire que quand on écoute la pièce en question et qu'on regarde la date de composition, oui c'est étonnant, on a l'impression d'être 30 ans plus tard!
On est déjà vraiment dans ce qu'on appelle l'impressionnisme en musique.
Revenir en haut Aller en bas
Christophe
Mélomaniaque
Christophe


Nombre de messages : 1597
Age : 58
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyVen 15 Oct 2010 - 14:26

Xavier a écrit:
Ben c'est-à-dire que quand on écoute la pièce en question et qu'on regarde la date de composition, oui c'est étonnant, on a l'impression d'être 30 ans plus tard!
On est déjà vraiment dans ce qu'on appelle l'impressionnisme en musique.

Mais en même temps, il me semble que Liszt est décrit comme l'un des précurseurs de l'impressionnisme, même si ce mouvement ne prendra son essor que 30 ans plus tard. il me parait donc plus légitime de dire que la musique de Ravel est inspirée de celle de Liszt et non pas que la musique de Liszt a 30 ans d'avance, non ?

Je n'arrive pas à être clair, mais ce que je veux dire, c'est que Liszt à écrit ses "Jeux d'eau" en 1870 (je mets n'importe quelle date, on s'en fout un peu), parce qu'il voulait écrire cette pièce à ce moment-là, en quête de modernité qu'il était, de vision différente de la musique pour piano, de recherches de nouvelles tonalités, etc ... Je ne pense pas qu'il l'ait écrite en se disant : "Tiens, je vais créer un nouveau mouvement musical, je veux être un précurseur, avoir 30 ans d'avance !". A ce moment-là, il ne pouvait absolument pas se douter qu'effectivement, il avait 30 ans d'avance parce que 30 ans plus tard, d'autres compositeurs reprendraient son style pour le développer, s'en inspirer et créer alors le véritable mouvement impressionniste, ou du moins son apogée. Mouais, je ne suis toujours pas plus clair !!! Confused

Essayons encore Mr. Green ! Les grands courants musicaux ne se font pas de façon brutale, ni dans le style, ni dans le temps. Il y a souvent des étapes charnières "glissantes" qui permettent de passer de l'un à l'autre (Haydn, Mozart pour le classicisme - Chopin, Liszt pour le romantisme - Liszt, encore lui, pour l'impressionnisme, ..., ..., ..., les Beatles, les Rolling-stones pour la musique pop). Il y a donc forcément des précurseurs qui sont en décalage avec leur époque et qui doivent sûrement essuyer des critiques sévères de leurs détracteurs : "Ce n'est pas de la musique mais du bruit !", ces derniers étant soit rétrogrades, soit conservateurs, soit frileux, en tout cas non visionnaires. Ces précurseurs doivent aussi avoir leurs partisans, leurs défenseurs. Peut-on dire pour autant qu'ils ont X années d'avance sur leur temps, sur le mouvement qui suivra X années plus tard ? A mon avis, non. Il faut plutôt dire qu'ils sont le point de départ, à l'origine de, les initiateurs, d'un mouvement qui se développera réellement X années plus tard.

Tout ça pour dire que Liszt n'a pas forcément 30 ans d'avance sur la musique de son temps, d'ailleurs, d'autres que lui, à la même époque, ont également amorcé ce "virage", mais qu'il est plutôt l'instigateur d'un futur mouvement, sans le savoir vraiment, parce que c'est un musicien avant-gardiste anti-conformiste.

Tout comme il serait réducteur de dire que Ravel ou Debussy n'ont fait que s'inspirer de la musique de Liszt.


Bilan de tout ce bla-bla : je n'en sais rien moi-même !!! scratch pété de rire
Maintenant qu'il est écrit, je vous le poste quand-même !!! Peut-être y verrez-vous 2 ou 3 points qu'il peut être intéressant de développer.

Désolé, j'essayerai de ne plus le faire Embarassed hehe

Christophe coucou
Revenir en haut Aller en bas
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe


Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyVen 15 Oct 2010 - 14:48

Généa-logiquement, oui, c'est Ravel qui est lisztien et non pas l'inverse...
Liszt ne fait pas qu'annoncer ce que va faire Ravel, il le fait déjà lui-même! Ravel a simplement un matériau harmonique évolué.

Malgré cela, il faut bien rappeler que les Jeux d'eau de Ravel sont loin d'être une pâle copie de ceux de Liszt, et qu'il a su se préserver de l'originalité vis-à-vis de l'original, si je puis dire...
Mais il s'agit certainement d'un hommage, Ravel connaissait très certainement l'oeuvre de Liszt en question.

D'ailleurs, d'un point de vue esthétique, Ravel est très proche de Liszt: voici les rapprochements que l'on peut faire:

-les Jeux d'eau, donc
-écrire de la musique à partir de poèmes: Sonnets de Pétrarque (Liszt), Gaspard de la Nuit (Ravel)
-thématique pastorale: La vallée des cloches (Ravel), Vallée d'Obermann, Les cloches de Genève (Liszt)
-mouvement des ailes d'oiseaux: Oiseaux tristes (Ravel), Saint François d'Assise prêchant aux oiseaux (Liszt)

Il ne s'agit nullement de dire que Ravel a tout copié sur Liszt, mais ces rapprochements sont intéressants.
Sinon, je trouve qu'il y a du Bartok dans Alborada del Gracioso (la rythmique), comme quoi. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Christophe
Mélomaniaque
Christophe


Nombre de messages : 1597
Age : 58
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyVen 15 Oct 2010 - 15:37

Percy Bysshe a écrit:

Sinon, je trouve qu'il y a du Bartok dans Alborada del Gracioso (la rythmique), comme quoi. Very Happy

Alborada del Gracioso est probablement le mouvement qui m'a le plus déplu ... ceci explique cela !!! hehe

Pour le reste de tes écrits, je ne connais pas assez Ravel pour faire des analogies avec Liszt. Personnellement, j'aurais bien vu un lien entre Gaspard et la sonate de Liszt, mais je pense qu'il s'agit tout bêtement du fait que ces 2 oeuvres sont sur un même CD d'où mon association, à force de les écouter ensemble. Cela-dit, il y a des attaques main gauche que l'on retrouve dans les 2 oeuvres, mais ça me parait un peu léger pour y voir un lien Mr. Green

Et enfin, comme je l'ai dit dans mon message précédent, loin de moi l'intention de dire que Ravel n'est qu'un plagiaire de Liszt, surtout qu'exception faite des "Jeux d'eau", je n'ai pas entendu de Liszt dans l'oeuvre pour piano de Ravel.

coucou
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 91189
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyVen 15 Oct 2010 - 16:55

Percy Bysshe a écrit:

D'ailleurs, d'un point de vue esthétique, Ravel est très proche de Liszt: voici les rapprochements que l'on peut faire:

-les Jeux d'eau, donc
-écrire de la musique à partir de poèmes: Sonnets de Pétrarque (Liszt), Gaspard de la Nuit (Ravel)
-thématique pastorale: La vallée des cloches (Ravel), Vallée d'Obermann, Les cloches de Genève (Liszt)
-mouvement des ailes d'oiseaux: Oiseaux tristes (Ravel), Saint François d'Assise prêchant aux oiseaux (Liszt)

Il ne s'agit nullement de dire que Ravel a tout copié sur Liszt, mais ces rapprochements sont intéressants.

Oui tout cela est valable mais au fond est-ce que ce ne sont pas des parentés que tu as cherchées après celle des Jeux d'eau?
Parce que pour le reste, il ne s'agit que de thématiques, pas d'un langage précis, et qu'on peut trouver chez d'autres compositeurs. (à ce moment-là on peut dire que Debussy est lisztien parce que des cloches et des poèmes on en trouve aussi chez lui...)
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 91189
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyVen 15 Oct 2010 - 16:58

Christophe a écrit:
Xavier a écrit:
Ben c'est-à-dire que quand on écoute la pièce en question et qu'on regarde la date de composition, oui c'est étonnant, on a l'impression d'être 30 ans plus tard!
On est déjà vraiment dans ce qu'on appelle l'impressionnisme en musique.

Mais en même temps, il me semble que Liszt est décrit comme l'un des précurseurs de l'impressionnisme, même si ce mouvement ne prendra son essor que 30 ans plus tard. il me parait donc plus légitime de dire que la musique de Ravel est inspirée de celle de Liszt et non pas que la musique de Liszt a 30 ans d'avance, non ?

Je n'arrive pas à être clair, mais ce que je veux dire, c'est que Liszt à écrit ses "Jeux d'eau" en 1870 (je mets n'importe quelle date, on s'en fout un peu), parce qu'il voulait écrire cette pièce à ce moment-là, en quête de modernité qu'il était, de vision différente de la musique pour piano, de recherches de nouvelles tonalités, etc ... Je ne pense pas qu'il l'ait écrite en se disant : "Tiens, je vais créer un nouveau mouvement musical, je veux être un précurseur, avoir 30 ans d'avance !". A ce moment-là, il ne pouvait absolument pas se douter qu'effectivement, il avait 30 ans d'avance parce que 30 ans plus tard, d'autres compositeurs reprendraient son style pour le développer, s'en inspirer et créer alors le véritable mouvement impressionniste, ou du moins son apogée. Mouais, je ne suis toujours pas plus clair !!! Confused

Essayons encore Mr. Green ! Les grands courants musicaux ne se font pas de façon brutale, ni dans le style, ni dans le temps. Il y a souvent des étapes charnières "glissantes" qui permettent de passer de l'un à l'autre (Haydn, Mozart pour le classicisme - Chopin, Liszt pour le romantisme - Liszt, encore lui, pour l'impressionnisme, ..., ..., ..., les Beatles, les Rolling-stones pour la musique pop). Il y a donc forcément des précurseurs qui sont en décalage avec leur époque et qui doivent sûrement essuyer des critiques sévères de leurs détracteurs : "Ce n'est pas de la musique mais du bruit !", ces derniers étant soit rétrogrades, soit conservateurs, soit frileux, en tout cas non visionnaires. Ces précurseurs doivent aussi avoir leurs partisans, leurs défenseurs. Peut-on dire pour autant qu'ils ont X années d'avance sur leur temps, sur le mouvement qui suivra X années plus tard ? A mon avis, non. Il faut plutôt dire qu'ils sont le point de départ, à l'origine de, les initiateurs, d'un mouvement qui se développera réellement X années plus tard.

Tout ça pour dire que Liszt n'a pas forcément 30 ans d'avance sur la musique de son temps, d'ailleurs, d'autres que lui, à la même époque, ont également amorcé ce "virage", mais qu'il est plutôt l'instigateur d'un futur mouvement, sans le savoir vraiment, parce que c'est un musicien avant-gardiste anti-conformiste.

Quand je préfère dire que c'est Liszt qui a 30 ans d'avance, c'est qu'on ne retrouve quasiment rien d'autre de ce style à l'époque ni dans les 30 ans à venir jusqu'à Debussy et Ravel... C'est donc la pièce de Liszt qui me semble en avance, alors même que les pièces de Debussy et Ravel (qui vont évidemment plus loin) sont déjà considérées comme modernes et étonnantes à leur époque! (avec le recul ça paraît "normal" mais la normalité est beaucoup plus classique à cette époque-là, Debussy et Ravel sont, en France, avec quelques autres, ceux qui sortent du lot justement)
Revenir en haut Aller en bas
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe


Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyVen 15 Oct 2010 - 18:08

Xavier a écrit:
Percy Bysshe a écrit:

D'ailleurs, d'un point de vue esthétique, Ravel est très proche de Liszt: voici les rapprochements que l'on peut faire:

-les Jeux d'eau, donc
-écrire de la musique à partir de poèmes: Sonnets de Pétrarque (Liszt), Gaspard de la Nuit (Ravel)
-thématique pastorale: La vallée des cloches (Ravel), Vallée d'Obermann, Les cloches de Genève (Liszt)
-mouvement des ailes d'oiseaux: Oiseaux tristes (Ravel), Saint François d'Assise prêchant aux oiseaux (Liszt)

Il ne s'agit nullement de dire que Ravel a tout copié sur Liszt, mais ces rapprochements sont intéressants.

Oui tout cela est valable mais au fond est-ce que ce ne sont pas des parentés que tu as cherchées après celle des Jeux d'eau?
Parce que pour le reste, il ne s'agit que de thématiques, pas d'un langage précis, et qu'on peut trouver chez d'autres compositeurs. (à ce moment-là on peut dire que Debussy est lisztien parce que des cloches et des poèmes on en trouve aussi chez lui...)

Oui, bien sûr, mais au fond, qu'est-ce que cela change? Smile
Evidemment, le langage a évolué, et il ne s'agit pas de la même période historique - c'est ce qui en fait l'intérêt, voir comment une même chose peut être exprimée avec des langages différents. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 91189
Age : 42
Date d'inscription : 08/06/2005

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptySam 16 Oct 2010 - 0:15

Ce que je veux dire, c'est que je ne trouve pas plus de parentés réelles entre Liszt et Ravel qu'entre d'autres compositeurs, en dehors des Jeux d'eau.
Le reste ce sont des thématiques plus ou moins impressionnistes qu'on trouve chez beaucoup d'autres compositeurs de l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe


Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptySam 16 Oct 2010 - 10:56

Xavier a écrit:
Ce que je veux dire, c'est que je ne trouve pas plus de parentés réelles entre Liszt et Ravel qu'entre d'autres compositeurs, en dehors des Jeux d'eau.
Le reste ce sont des thématiques plus ou moins impressionnistes qu'on trouve chez beaucoup d'autres compositeurs de l'époque.

La parenté entre les Sonnets de Pétrarque, les Harmonies poétiques et religieuses et Gaspard de la Nuit, en terme de démarche esthétique, ce n'est quand même pas rien non plus! (créer une idée musicale purement instrumentale à partir d'une idée poétique)
Et pour le coup ce n'est pas si courant.

Après, il n'a jamais été question de définir un rapport exclusif entre Ravel et Liszt: tout cela est bien plus étendu, évidemment. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Christophe
Mélomaniaque
Christophe


Nombre de messages : 1597
Age : 58
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyDim 17 Oct 2010 - 20:54

Bonsoir,

Je termine l'écoute des 2 concertos pour piano. Quelle belle surprise que ce Ravel là, qui change radicalement, à mes oreilles, du Ravel pour piano seul (exceptions faites de "Miroirs" et "Gaspard", peut-être).

Le concerto pour la main gauche est logiquement (?) une oeuvre grave et sombre, profonde. Le lien avec la première guerre mondiale me parait évident, ne serait-ce déjà parce que ce concerto a été écrit pour un pianiste qui y a perdu son bras droit, mais surtout par la tonalité générale.

Les premières minutes sont tout simplement sublimes de noirceur. Ensuite, ça se gâte un peu pour moi : trop de cuivres, une orchestration un peu trop chargée, et une tonalité plus montante. Plus étrange (quoi que), je trouve une petite analogie avec le "Boléro", vers 9 minutes - rytme saccadé et répétitif - en même temps, c'est du Ravel !!!

La fin de ce concerto rentre à nouveau dans des "standards" que j'apprécie.


Puis arrive le concerto en sol majeur. Le premier mouvement tranche aasez radicalement avec le concerto précédent. Pas de doutes, le pianiste a bien ses deux mains ! La tonalité est plus aigue, l'écoute plus gaie avec un rythme plutôt rapide. Personnellement, j'y trouve des accents de jazz à la Gerschwing, avec pas mal d'instruments à bec. Je suis moins charmé, mais ça ne me déplait pas pour autant. Les dissonances sont plus nombreuses mais restent harmonieuses (oxymore ?).

Le 2ème mouvement me fait l'effet d'un coup de poing dans l'estomac. Je ne m'y attendais vraiment pas. Une longue intro au piano seul, sur un rythme lent, sobre et sombre. Superbe ! Puis l'orchestre entre en lice, doucement, instruments par instruments, avec de la harpe, notamment, sauf erreur de ma part. J'ai dû rester quelques minutes avec ma fourchette entre mon assiette et ma bouche, cette dernière grande ouverte !!! Mr. Green Bref, conquis !

Le dernier mouvement (presto) gâche malheureusement un peu l'ensemble, à mon avis. On y retrouve un orchestre déchaîné, à la sonorité un peu agressive. C'est dommage. Heureusement, ce mouvement ne dure que 4'24 !!!


Sur le même disque (Aimard/Boulez/Cleveland Orchestra) vient enfin "Miroirs". J'ai déjà dit ce que j'en pensais. Cette deuxième écoute, d'un autre pianiste, me conforte dans ma première impression. J'aime beaucoup. Je trouve P-L Aimard très inspiré, son toucher très poétique.


Voilà, c'est donc un nouveau, un autre Ravel que je découvre ici, et celui-là me plait, me touche, vient titiller une corde sensible, pleine d'émotion.

Ma note : I love you I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe


Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyDim 17 Oct 2010 - 23:19

Christophe a écrit:
Le 2ème mouvement me fait l'effet d'un coup de poing dans l'estomac. Je ne m'y attendais vraiment pas. Une longue intro au piano seul, sur un rythme lent, sobre et sombre. Superbe ! Puis l'orchestre entre en lice, doucement, instruments par instruments, avec de la harpe, notamment, sauf erreur de ma part. J'ai dû rester quelques minutes avec ma fourchette entre mon assiette et ma bouche, cette dernière grande ouverte !!! Mr. Green Bref, conquis !

Celui-là, j'étais sûr qu'il te plairait! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Dave
Mélomane chevronné
Dave


Nombre de messages : 2659
Age : 34
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 17/04/2008

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyDim 17 Oct 2010 - 23:21

Percy Bysshe a écrit:
Christophe a écrit:
Le 2ème mouvement me fait l'effet d'un coup de poing dans l'estomac. Je ne m'y attendais vraiment pas. Une longue intro au piano seul, sur un rythme lent, sobre et sombre. Superbe ! Puis l'orchestre entre en lice, doucement, instruments par instruments, avec de la harpe, notamment, sauf erreur de ma part. J'ai dû rester quelques minutes avec ma fourchette entre mon assiette et ma bouche, cette dernière grande ouverte !!! Mr. Green Bref, conquis !

Celui-là, j'étais sûr qu'il te plairait! Very Happy
Je crois qu'il plairait à tout le monde Very Happy
C'est tellement beau Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe


Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyDim 17 Oct 2010 - 23:23

J'en connais qui en sont réticents, trouvant que ça dégouline un peu trop... Confused
Folie! colors
Revenir en haut Aller en bas
PrinceIgor
Mélomane du dimanche



Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 07/10/2010

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyLun 18 Oct 2010 - 21:58

Le second mouvement du 1er concerto est un des miracles de la musique : simplicité de la construction, subtilité du rythme (j'ai longtemps qu'il était écrit à 6 temps!), raffinement harmonique et mélodique, pouvoir évocateur extrêmement puissant... Il faut l'écouter dans la version de Marguerite Long... une pure merveille!
Revenir en haut Aller en bas
adriaticoboy
Mélomane chevronné
adriaticoboy


Nombre de messages : 7173
Date d'inscription : 17/08/2005

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMar 19 Oct 2010 - 0:15

Marguerite Long qui disait de cet Adagio assai que c'était "l'une des mélodies les plus émouvantes jaillies du coeur humain".

Quand on songe que derrière ce joyau de poésie limpide et intemporel, qui semble être venu d'un seul tenant, il y a des heures et des heures de travail voire d'acharnement, Ravel ayant dit s'être battu mesure après mesure pour arriver au résultat qu'il souhaitait !
Revenir en haut Aller en bas
antrav
Papa pingouin
antrav


Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMar 19 Oct 2010 - 0:35

Tu es sûr que c'est ce qu'il souhaitait ? J'avais cru comprendre qu'il avait bataillé très longuement mais sans parvenir finalement à ce qu'il souhaitait réellement. Smile
Revenir en haut Aller en bas
adriaticoboy
Mélomane chevronné
adriaticoboy


Nombre de messages : 7173
Date d'inscription : 17/08/2005

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMar 19 Oct 2010 - 0:46

natrav le magnifique a écrit:
Tu es sûr que c'est ce qu'il souhaitait ?
En fait non, je ne sais plus trop ce que j'ai lu à ce sujet. En tout cas, si la perfection est inaccessible, même à Ravel, cela fait partie pour moi des choses qui s'en rapprochent le plus.
Revenir en haut Aller en bas
Jaky
Mélomane chevronné
Jaky


Nombre de messages : 9425
Age : 64
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMar 19 Oct 2010 - 1:01

adriaticoboy a écrit:
natrav le magnifique a écrit:
Tu es sûr que c'est ce qu'il souhaitait ?
En fait non, je ne sais plus trop ce que j'ai lu à ce sujet. En tout cas, si la perfection est inaccessible, même à Ravel, cela fait partie pour moi des choses qui s'en rapprochent le plus.

Ce n'était pas dû à la maladie déjà qui l'empêchait de composer avec tout ses moyens?
Revenir en haut Aller en bas
Cornélius
Mélomaniaque
Cornélius


Nombre de messages : 924
Date d'inscription : 03/08/2010

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMar 19 Oct 2010 - 9:59

Christophe a écrit:
Le 2ème mouvement me fait l'effet d'un coup de poing dans l'estomac. Je ne m'y attendais vraiment pas. Une longue intro au piano seul, sur un rythme lent, sobre et sombre. Superbe ! Puis l'orchestre entre en lice, doucement, instruments par instruments, avec de la harpe, notamment, sauf erreur de ma part. J'ai dû rester quelques minutes avec ma fourchette entre mon assiette et ma bouche, cette dernière grande ouverte !!! Mr. Green Bref, conquis !

Le dernier mouvement (presto) gâche malheureusement un peu l'ensemble, à mon avis. On y retrouve un orchestre déchaîné, à la sonorité un peu agressive. C'est dommage. Heureusement, ce mouvement ne dure que 4'24 !!!

En fait, ce dernier mouvement ne gâche rien du tout, au contraire.
Ces effets de contrastes un peu brutaux sont typiques de l'esthétique de Ravel qui était un grand pudique, qui ne laissait jamais le public sur une émotion trop prenante et trop forte, mais prenait toujours un malin plaisir à "casser" ses inspirations les plus bouleversantes par une subite note discordante ou humoristique.
Dans ce dernier mouvement, on peut trouver un écho de la passion de Ravel pour les jouets mécaniques (il avait une superbe collection de jouets et s'émerveillait : "j'entends battre son coeur" en collant son oreille sur son oiseau mécanique), On peut imaginer un circuit de train avec divers automates qui s'animent les uns après les autres, jusqu'a danser un ballet à la fois joyeux et un peu inquiétant. On peut penser à la scène de "Charlie et la chocolaterie" où les automates chantent une chanson joyeuse puis prennent feu et où Johnny Depp applaudit des deux mains son propre spectacle... il y a un peu de ça!... Ravel est un musicien toujours très proche de l'enfance, de sa magie, de ses jeux ... et de ses cauchemars....

Pour un autre effet de contraste similaire: il faut absolument que tu écoutes les "Trois chansons" pour choeur a capella.
La seconde "Trois beaux oiseaux du paradis" est une des oeuvres les plus bouleversantes jamais inspirés par la guerre de 14. Je ne peux jamais l'acouter sans pleurer.
On dirait un chant de Noêl lumineux et séraphique (on pense à "Trois anges sont venus ce soir" d'Augusta Holmès), mais les paroles décrivent en fait de façon imagée les lettres d'amour (chacune d'une des trois couleurs du drapeau tricolore) reçues du front où le bien aimé est parti combattre.... suggérant, mais sans le dire clairement, que la troisième lettre (la rouge, couleur de sang) annonce une "Bien triste nouvelle"...
Ce chant totalement bouleversant est encadré par deux choeurs humositiques presque grivois, l'un évoquant un dénouement inattendu à l'histoire du pervers petit chaperon rouge, et l'autre la nouvelle "faune" du bois de Boulogne venu remplacer de façon plus prosaïque les fées, lutins et créatures fantastiques d'autrefois.
On retrouve donc dans ces trois choeurs la même structure formelle que dans le Concerto en sol.

Idem pour les "trois chansons Madécasses" où le poignant cri de douleur anti-raciste et anti-colonialiste de la chanson centrale, est encadré par deux chansons plus douces, le tout se terminant par une réplique "macho" un peu inattendue, qui fait sourire et qui, là encore, casse volontairement l'envoûtement de ce qui précédait.

Je pense que le mouvement central du concerto en sol est pour toi la porte d'entrée du "jardin féérique" que constitue l'oeuvre de Ravel.
Un jardin qui a aussi ses monstres et ses cauchemars. Mais qui a sa logique architecturale (Si Ravel a encadré ce sublime mouvement central du concerto en sol entre les deux autres, il savait mieux que toi ce qu'il faisait et pourquoi il le faisait!...) Et je pense que tu finiras par aimer les oeuvres qui t'ont rebuté où que tu n'as pas comprises en première écoute.

L'alborada del gracioso par exemple, où on entend dans la partie centrale battre de façon poignante le coeur douloureux du polichinelle amoureux, sur le rythme même de la danse grotesque du début donnant subitement un éclairage passionné, pathétique et tragique à cette sérénade grinçante et cruelle d'un prétendant bossu, repoussant et ridicule. Ecoute donc la version orchestrale, plus explicite que la version piano. Avec ce petit chef d'oeuvre, bouleversant aussi, on est proche de "L'anniversaire de l'infante" de Zemlinsky et de certains tableaux de Goya ou Velasquez. Et on découvre, bien caché, pour que le profane superficiel ne le comprenne pas tout de suite, un des aveux les plus intimes, les plus personnels et les plus secrets de Ravel.

https://www.youtube.com/watch?v=5-WS7YhsiFM

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 2776244664_7125c881e1

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Gros-plan-sur-Diego-Velasquez-1599-1660
Revenir en haut Aller en bas
Cello
Chtchello
Cello


Nombre de messages : 5728
Date d'inscription : 03/01/2007

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptyMar 19 Oct 2010 - 12:45

Dave a écrit:
Percy Bysshe a écrit:
Christophe a écrit:
Le 2ème mouvement me fait l'effet d'un coup de poing dans l'estomac. Je ne m'y attendais vraiment pas. Une longue intro au piano seul, sur un rythme lent, sobre et sombre. Superbe ! Puis l'orchestre entre en lice, doucement, instruments par instruments, avec de la harpe, notamment, sauf erreur de ma part. J'ai dû rester quelques minutes avec ma fourchette entre mon assiette et ma bouche, cette dernière grande ouverte !!! Mr. Green Bref, conquis !

Celui-là, j'étais sûr qu'il te plairait! Very Happy
Je crois qu'il plairait à tout le monde Very Happy
C'est tellement beau Crying or Very sad

Percy Bysshe a écrit:
J'en connais qui en sont réticents, trouvant que ça dégouline un peu trop... Confused
Folie! colors

PrinceIgor a écrit:
Le second mouvement du 1er concerto est un des miracles de la musique : simplicité de la construction, subtilité du rythme (j'ai longtemps qu'il était écrit à 6 temps!), raffinement harmonique et mélodique, pouvoir évocateur extrêmement puissant... Il faut l'écouter dans la version de Marguerite Long... une pure merveille!

Moi aussi et pourtant, je ne suis pas super fan de Ravel mais là... I love you . Pour ma part, c'est l'entrée de la flûte qui me cueille à chaque fois. Et puis un peu après, la montée qui débouche sur ces arpèges "nuit étoilée"...

@Cornélius Merci pour tes commentaires, tu me donnes envie de me remettre à ces oeuvres et de les écouter avec les éclairages que tu apportes.
Revenir en haut Aller en bas
Ophanin
Fer galant
Ophanin


Nombre de messages : 4576
Age : 36
Date d'inscription : 13/12/2008

Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 EmptySam 6 Nov 2010 - 14:14

Quelques témoignages de proches de Ravel, Gaby Casadesus :

A propos de leur amitié.
Citation :
« A cette époque (vers 1924), nous avions souvent la visite de Ravel, Caplet et Szymanowski avec lesquels nous passions de longues soirées à bavarder ou à faire de la musique, juste pour notre plaisir. En fait, nous travaillions beaucoup. »

A propos des interprétations de son mari, Robert Casadesus.
Citation :
« Robert commença aussi à participer aux concerts du théâtre du Vieux Colombier, qui étaient surtout axés sur les premières auditions d'œuvres contemporaines. C'est là que Robert a donné les premières œuvres de Caplet et de Ravel... Ravel assistait souvent à ces soirées et avait été enthousiasmé par l'interprétation que Robert donna de Gaspard de la nuit. Il vint le féliciter à l'entracte et lui dit : « Enfin, vous jouez Le Gibet avec la sonorité et surtout le tempo que je désire, alors que tous les autres veulent absolument le jouer plus vite. C'est une œuvre hallucinante avec cette même note qui se répète comme un glas. » Et il avait ajouté : « vous devez composer pour si bien comprendre la musique des autres... » Ce qui avait fait un immense plaisir à mon mari. Et puis, il lui a demandé : « Accepteriez-vous d'enregistrer certaines pièces trop difficiles pour moi, à ma place ? J'ai signé un contrat avec Éolian, à Londres, pour réaliser des rouleaux de certaines de mes œuvres pour piano mais je ne crois pas être capable de tout assumer moi-même. Certes, votre nom n'apparaitra pas, mais je vous dédommagerai pour ce travail. » Et, en effet, il s'est montré très généreux. Je dois avouer que mon mari a accepté ce « marché » pour le cachet car s'il avait plaisir à jouer Ravel, la parution en rouleaux de son interprétation ne l'intéressait guère. Les enregistrements en étaient à leurs balbutiements et on ne pouvait imaginer l'importance que cette invention prendrait plus tard pour la carrière d'un musicien. »
« [...]En ce qui concerne les enregistrements sur rouleaux, on ne sait pas très bien, encore aujourd'hui, qui joue quoi. Est-ce Ravel ? Est-ce Robert ? Personnellement je suis persuadée que Robert est l'interprète de la Toccata. Il est indéniable que Ravel avait une appréhension quand il s'approchait d'un piano. Bien que très bon pianiste ce n'était pas un virtuose on sentait qu'il n'était pas vraiment à l'aise. Il n'avait pas cette souplesse du poignet absolument nécessaire au jeu. D'ailleurs il le savait. On voyait qu'il s'appliquait... »

A propos de la création de la Sonate pour violon et violoncelle et de Tzigane.
Citation :
« C'est ce même soir que nous avons entendu la première audition du Duo pour violon et violoncelle, qui nous a bouleversés par sa beauté. La violoniste Jelly d'Aranyi, tout juste âgée de dix-huit ans, en était l'interprète avec un merveilleux violoncelliste, superbe garçon, qui s'appelait Kindler. Plus tard, nous l'avons retrouvé aux États-Unis, à Washington, où il était devenu chef d'orchestre... d'Aranyi était vêtue d'un simple châle drapé autour d'elle « à l'espagnole ». Elle avait une allure folle. Ils ont joué cette sonate avec une telle jeunesse, une telle fougue... C'est une œuvre extraordinaire, une des plus belles que Ravel ait écrites, très mal connues, peut être parce qu'elle est à la fois difficile pour les interprètes et pour les auditeurs... Nous l'avons entendue, d'autres fois, interprétée par des musiciens très connus mais qui la jouaient malheureusement fort mal... Ravel avait été enchanté par cette audition. Plus tard, dans al soirée, il nous a entraînés avec les interprètes dans le bureau et a demandé à d'Aranyi de lui jouer de la musique du folklore tzigane.
D'Aranyi, qui était hongroise, ne se fit pas prier et joua avec passion pendant au moins deux heures, sas interruption. Elle fut éblouissante et Ravel, fou de joie. Quand nous sommes, fort tard dans la nuit, rentrés à nos hôtels, Ravel nous a confié, tout excité, qu'il allait se précipiter, dès son retour, à Montfort-l'Amaury, pour travailler au calme. Et très peu de temps après, naissait Tzigane qu'il dédia à Jelly d'Aranyi. Cette soirée londonienne a été à l'origine de cette œuvre extraordinaire qu'est Tzigane. »

A propos du concerto en sol.
Citation :
« Quelques années plus tard, en 1932, j'étais assise à côté de lui dans une soirée, il m'a confié : « Je suis en train de composer un concerto pour les deux mains -il venait de terminer son concerto pour la main gauche – facile car les Américains demandent que j'en sois l'interprète. Il va falloir que je travaille mon piano car même si l'écriture ne présente pas de grosses difficultés, je n'arrive jamais à bien jouer ce que j'écris... Je vais demander à Marguerite (Long) de me faire travailler mes cinq doigts... » En fait, il bien écrit ce concerto pour lui-même, même si Marguerite Long, qui savait toujours très bien faire tourner les évènements en sa faveur, l'a persuadé qu'elle en serait l'interprète aux États-Unis. Mais le projet n'a pas abouti car les Américains voulaient Ravel au piano et personne d'autre. Finalement Ravel est tombé malade et il n'a plus été question de ce voyage. Et c'est bien Marguerite Long qui a créé le Concerto en sol, à Paris, avec Ravel au pupitre. »

Ces témoignages sont à prendre avec des pincettes, les musiciens de cette période aiment à enjoliver les choses. (Poulenc est pas mal dans le genre non-plus Smile ) Apparemment elle ne portait pas Long dans son cœur, elle en fut d'ailleurs l'élève pendant 14-18.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.dailymotion.com/video/x2l4jo_lucky-channel-01_fun
Contenu sponsorisé





Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Maurice Ravel (1875-1937)   Maurice Ravel (1875-1937) - Page 7 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Maurice Ravel (1875-1937)
Revenir en haut 
Page 7 sur 15Aller à la page : Précédent  1 ... 6, 7, 8 ... 11 ... 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» Louise Farrenc (1804-1875)
» Georges Bizet (1838–1875)
» Ravel - Shéhérazade, 3 mélodies
» Max d'Ollone (1875-1959)
» Franco ALFANO – (1875-1954)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: