Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment :
Display Star Wars Unlimited Ombres de la Galaxie : ...
Voir le deal

 

 Prokofiev

Aller en bas 
+54
Glocktahr
MaximeR
Blestheme
aurele
808
Philippe VLB
Mariefran
Lysandre
Yohan Nicolas
Fiordiligi
Bertram
Resigned
Parsifal
benvenuto
Rav–phaël
Horatio
epinal88
Renard
TragicSymph
Pelléas
Анастасия231
Cololi
Polyeucte
kegue
Utnapištim
OYO TOHO
guimix
nihiliste521
Percy Bysshe
Christophe
Lidelse
Octavian
Jaky
jerome
PJF
antrav
Morloch
Passage
WoO
vincent.1976
Toxic
felyrops
Pousskine
Cello
Lohengrin
Crapio
Tus
hammerklavier
DavidLeMarrec
Kurwenal
sofro
Liana
Xavier
enie
58 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Crapio
Mélomane chevronné
Crapio


Nombre de messages : 7577
Age : 35
Localisation : Lille
Date d'inscription : 29/04/2007

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyLun 27 Juil 2009 - 1:33

WoO a écrit:
Pour le concerto pour violon de Szymanowski je te rassure Crapio je n'ai pas l'intention de le réécouter avant longtemps : j'ai rarement entendu quelque chose d'aussi étouffant Laughing

Je voulais dire réécouter Prokofiev ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 97639
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyLun 27 Juil 2009 - 12:04

Xavier a écrit:
Prokofiev: Symphonie n°7 / Ozawa

Very Happy Very Happy Smile

Le 2è mouvement lorgne vers Tchaïkovsky, mais le début du 3è mouvement, c'est vraiment du Brahms!

Crapio a écrit:
'dingue le 2ème vraiment pas ce que j'entends... même si je m'efforce.
Le 3ème OK. Smile

Xavier a écrit:
Ben l'orchestration, le ton, même les mélodies... ça me fait vraiment penser aux ballets de Tchaï.
Je suis assez de l'avis de Crapio, on entend très vite les mélodies 'déceptives', ces accidents qui font un espèce de lyrisme bancal. Même si on peut établir des ponts, c'est d'un esprit totalement différent amha.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 97639
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyLun 27 Juil 2009 - 12:08

Xavier a écrit:
Je suis d'accord avec toi Crapio: ces messieurs font des généralités et ne connaissent pas bien leur 2è concerto. (dont le 1er mouvement est effectivement une merveille, notamment harmonique!)
Ca, c'est un peu facile, comme argument. Mr. Green Les trois premiers, je les ai écoutés il n'y a pas très longtemps, et même s'il y a du lyrisme, il y a beaucoup de tricot continu dans l'ensemble.

jerome a écrit:
Ouais bon, Prokofiev égal à Bartok, plus intéressant que Bach... c'est pas en accumulant les horreurs que vous allez me motiver Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Faches%20(18)
Sergueï égal à Béla ? On a pas dit plutôt supérieur ? fleurs
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Jaky
Mélomane chevronné
Jaky


Nombre de messages : 9425
Age : 63
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyLun 27 Juil 2009 - 12:37

DavidLeMarrec a écrit:

Sergueï égal à Béla ? On a pas dit plutôt supérieur ? fleurs
Qu'on le banisse!!! carton rouge
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
WoO


Nombre de messages : 14334
Date d'inscription : 14/04/2007

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyLun 27 Juil 2009 - 13:48

Petit classement (provisoire) après réécoute des 5 concertos pour piano : 1 - 2 - 5 - [4 / 3]

J'aime bien le premier concerto : beau thème introductif puis coulée continue de 15 minutes avec une pulsation rythmique intéressante, oeuvre de jeunesse mais déjà moderne. On comprend que les contemporains aient été divisés. La forme en un mouvement convient bien à son écriture je trouve. Le premier mouvement du 2ème concerto est effectivement très lyrique mais la cadence finale dure un peu trop longtemps à mon goût ; le retour de l'orchestre est néanmoins saisissant. Le quatrième et dernier mouvement, très contrasté, est mon préféré. Le cinquième concerto, très virtuose, a parfois un petit côté joueur qui ne me déplaît pas complètement. Les mouvements du 4ème se ressemblent quand même beaucoup entre eux si on excepte l'Andante. Idem pour le 3ème où j'ai l'impression d'entendre toujours la même chose.

Pour l'appréciation globale voir plus haut hehe

Citation :
Xavier a écrit:
l'orchestration, le ton, même les mélodies... ça me fait vraiment penser aux ballets de Tchaï.
DavidLeMarrec a écrit:

Je suis assez de l'avis de Crapio, on entend très vite les mélodies 'déceptives', ces accidents qui font un espèce de lyrisme bancal. Même si on peut établir des ponts, c'est d'un esprit totalement différent amha.

Le deuxième mouvement peut faire penser à de la musique de ballet mais on pense plus à Prokofiev qu'à Tchaïkovsky je trouve.


Dernière édition par WoO le Lun 27 Juil 2009 - 14:18, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Crapio
Mélomane chevronné
Crapio


Nombre de messages : 7577
Age : 35
Localisation : Lille
Date d'inscription : 29/04/2007

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyLun 27 Juil 2009 - 14:14

Le 4ème concerto pour piano me convainc beaucoup moins que les autres, que j'aime beaucoup.
Pour moi le classement serait : 2-3-[5/1]-4
A noter que le 4ème est un de ces concertos pour la main gauche commandés par Paul Wittgenstein (comme celui de Ravel).

Enfin le 3ème concerto ne m'a pas convaincu lors des premières écoutes, j'ai du le voir en concert pour l'apprivoiser... mais de toute manière tu as le droit de ne pas aimer. Smile
C'est vrai qu'il peut paraître fort fragmenté, avec des mélodies très courtes celui-ci.

La grande cadence du 2ème concerto, j'aime beaucoup, comme une longue expansion romantique traitée de manière moderne ; et après ce long solo, l'arrivée de l'Orchestre en est encore plus fulgurant oui. Very Happy
J'ai réécouté Kun Woo Paik et décidément, c'est très bon, mais je préfère Ashkenazy. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Octavian
Glasse les fraises
Octavian


Nombre de messages : 7333
Age : 40
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 06/05/2008

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyLun 27 Juil 2009 - 14:15

WoO a écrit:
on pense plus à Prokofiev qu'à Tchaïkovsky je trouve.
Encore heureux. hehe
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
WoO


Nombre de messages : 14334
Date d'inscription : 14/04/2007

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyLun 27 Juil 2009 - 14:20

Octavian a écrit:
WoO a écrit:
on pense plus à Prokofiev qu'à Tchaïkovsky je trouve.
Encore heureux. hehe

Je me comprends c'est l'essentiel zen
Revenir en haut Aller en bas
Crapio
Mélomane chevronné
Crapio


Nombre de messages : 7577
Age : 35
Localisation : Lille
Date d'inscription : 29/04/2007

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyLun 27 Juil 2009 - 14:22

Xavier a écrit:
Ben l'orchestration [de la 7ème], le ton, même les mélodies... ça me fait vraiment penser aux ballets de Tchaï.

"Les petites noirceurs dès les 10 secondes [Version Ozawa], les cordes vers 18 sec avec le tuba (?) qui apparaît ensuite, le thème à partir 28 secondes c'est de la taquinerie à la Prokofiev. Le thème des 28 secondes repris à partir de 50 secondes sûrement non ? plus lisse, sonne comme un valse de Tchai à la limite d'accord. Mais toujours les rappels de Proko (les haletements/balbutiemes à partir d'1min40sec, les cuivres bouchés dans les graves, les pizzicati), j'aurais jamais imaginé du Tchai ! Very Happy

Et surtout la tournure que prend le mouvement... cette mini apothéose féérique au final. bounce bounce"
Revenir en haut Aller en bas
Crapio
Mélomane chevronné
Crapio


Nombre de messages : 7577
Age : 35
Localisation : Lille
Date d'inscription : 29/04/2007

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyLun 27 Juil 2009 - 14:22

Xavier a écrit:
J'ai dit que ça lorgnait vers Tchaïkovsky, mais ça sonne bien comme du Prokofiev, on est d'accord. Smile

Oui d'accord pour la mélodie principale, et le ton. L'orchestration je ne sais pas en juger ici.
Enfin ça ne m'avait jamais évoqué Tchaikovsky en tout cas, maintenant que tu le dis pourquoi pas. L'instrumentation, et les petits tourbillons que je viens d'entendre vers 4min45 même. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
WoO


Nombre de messages : 14334
Date d'inscription : 14/04/2007

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyLun 27 Juil 2009 - 14:23

Vous ne pensez pas plutôt aux ballets de Prokofiev ?
désolé d'insister
Revenir en haut Aller en bas
Crapio
Mélomane chevronné
Crapio


Nombre de messages : 7577
Age : 35
Localisation : Lille
Date d'inscription : 29/04/2007

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyLun 27 Juil 2009 - 14:40

Si si, je suis vraiment d'accord, plus ça que du Tchaikovsky. On entend comme des passages de Roméo et Juliette.
Quelque chose proche du post-romantisme, très lyrique, mais avec les tics de Prokofiev qui viennent noircir ou rendre cynique le paysage de temps à autre. Comme David a dit au dessus. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste



Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyDim 2 Aoû 2009 - 15:14

j'aime énormément la Septième, c'est l'une des seules oeuvres de Prokofiev qui me touche authentiquement, peut-être même la seule: je trouve le thème du premier mouvement hyper émouvant, c'est surtout les deux volets centraux qui font penser à Tchaikovski, l'allégresse un peu plus creuse du finale aussi. Mais le début! ça me renverse à chaque fois.
Revenir en haut Aller en bas
Lidelse
Mélomane du dimanche
Lidelse


Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 01/09/2009

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Information -Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptySam 10 Oct 2009 - 2:47

J'aimerais avoir des renseignements sur une des pièces de Prokofieff. Il s'agit du Conte de Grand-Mère no.3 op.31 (Grandmother's tale). Ce n'est pas une de ses pièces majeures. Je l'étudie depuis peu de temps et j'ai eu beau chercher partout, je n'ai pas trouvé d'informations sur cette suite de pièces, sauf la date où elle a été écrite. J'ai seulement pu me rendre compte que la grand-mère dont Prokofiev "parle" n'a pas l'air très commode!
Revenir en haut Aller en bas
Christophe
Mélomaniaque
Christophe


Nombre de messages : 1597
Age : 57
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyJeu 22 Oct 2009 - 18:43

Bonsoir à tous,

Comme je l'avais dit récemment, me voilà parti pour l'écoute des concertos pour piano de Prokofiev.

Premier disque :

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 4600317002030

http://musique.fnac.com/a1607050/Serge-Prokofiev-Concertos-pour-piano-N-1-N-4-et-N-5-CD-album?Mn=-1&Mu=-13&Ra=-29&To=0&Nu=1&Fr=0

Une première écoute de ce disque, pas très approfondie, m'a donné envie d'y revenir plus en détail. C'est maintenant chose faite :

Enregistrement et interprétation : Les 2 me paraissent de haut niveau. Sonorité plutôt sèche qui semble parfaitement convenir à ces oeuvres. Le piano me parait par contre un peu trop noyé dans l'orchestre.

Concerto n° 1 : Très court, 16 minutes. Probablement un bon aperçu de l'oeuvre orchestrale de Prokofiev. La durée fait qu'on ne s'y ennuie pas, mais rien non plus de très original. Du coup, c'est peut-être, dans mon cas, une bonne entrée en matière dans l'oeuvre de Prokofiev.

Concerto n° 4 : Dès le premier mouvement, il est évident que quelques années séparent ces 2 concertos, ce qui ne présage rien de très attirant pour moi Neutral . Erreur ! Le deuxième mouvement est là pour remettre les choses à leur place. Superbe de lenteur, de dépouillement et pourtant de puissance et de profondeur. L'émotion est inversement proportionnelle à la vitesse d'exécution et à la participation de l'orchestre ... j'aime énormeément. On retrouve un peu ces caractéristiques dans le 3ème mouvement, mais avec un charge émotionnel moins présente. Le dernier mouvement, anecdotique par sa durée (et par sa teneur) fait que ce concerto se termine un peu en queue de poisson. Dommage Crying or Very sad

Concerto n° 5 : Tout comme le concerto n° 4, il est plus "moderne" que le n° 1, et là encore, ce n'est que le mouvement lent (4ème mouvement, Larghetto) qui va me toucher assez profondément. Le reste me fait davantage penser à une comédie musicale Idea, ce qui n'est de loin pas mon genre musical favori.

Conclusions : un premier concerto correct mais pas bouleversant et 3 mouvements très intenses sur l'ensemble des concertos 4 et 5, avec un gros plus pour l'Andante du 4ème concerto. Mitigé, donc, mais plutôt agréablement surpris quand même.

A suivre, les concertos 2 et 3, que j'écoute en ce moment, tout en écrivant ces quelques lignes.

A tout de suite, donc,
Christophe coucou
Revenir en haut Aller en bas
Percy Bysshe
Mélomane chevronné
Percy Bysshe


Nombre de messages : 9940
Date d'inscription : 06/04/2009

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyJeu 22 Oct 2009 - 19:01

Le No.2 est formidable! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Christophe
Mélomaniaque
Christophe


Nombre de messages : 1597
Age : 57
Localisation : Haute savoie
Date d'inscription : 29/06/2007

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyJeu 22 Oct 2009 - 19:33

Re-

Même compositeur, mêmes interprètes et éditeur, et toujours les concertos :

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 4600317002047

http://musique.fnac.com/a1607051/Concertos-pour-piano-N-2-et-N-3-CD-album?PID=2&Mn=-1&Mu=-13&Ra=-29&To=0&Nu=2&Fr=0


Enregistrement et interprétation : Toujours difficile de juger une interprétation d'une oeuvre qu'on découvre pour la première fois, mais vu ce qui va suivre dans mon "analyse", je trouve que cette interprétation répond tout à fait à, que dis-je, surpasse mes attentes. Un jeu pianistique tout en nuances et subtilités, allaint force, puissance et douceur, servi par un orchestre bien à sa place, ce qui donne lieu à de beaux échanges. La qualité de l'enregistrement ne souffre d'aucun reproche, d'aucune critique. Bref, du tout bon, à mon avis.

Concerto n° 2 : LA révélation des concertos de Prokofiev. C'est du "moderne" comme je l'aime. Jamais dissonnant, même si parfois "border line" selon mes critères, mais sans jamais franchir la limite. En aveugle, qui aurait pu croire que ce concerto suit le premier, et donc est antérieur aux 4 et 5 écoutés juste avant ? Sûrement pas moi, en tout cas. Tout y est, tout ce que j'aime dans un concerto pour piano. Une très belle place pour l'instrument solo sans reléguer pour autant l'orchestre au second plan. Pas de surcharges inutiles ... on va droit à l'essentiel sans fioritures et du coup, chez moi, en tout cas, cela me touche beaucoup. C'est très générateur d'émotions, Ce concerto est sombre, profond, puissant, surtout dans ses 2 premiers mouvements, mais le reste ne dénote pas ... peut-être à mes oreilles, une petite faiblesse dans le 3ème mouvement, mais rien de bien grave. L'ensemble reste donc très homogène et cohérent.

Bref, un concerto qui repassera souvent sur ma platine.


Concerto n° 3 : J'y reviendrai car je suis en train de l'écouter "en direct". Je termine seulement le premier mouvement, qui me parait aussi puissant que le concerto n° 2 mais avec moins de profondeur, de noirceur. C'est plus léger et aérien, ce qui ne me déplait pas, mais ne me touche pas autant que son "prédécesseur". L'orchestre est plus présent et peut-être aussi plus chargé.

Le temps d'écrire ces quelques lignes et nous voilà déjà au deuxième mouvement. Ca démarre de façon limpide (instruments à vent), toujours cette légèreté, mais associée à la lenteur du mouvement, à la présence plus marquée du piano, cela redonne de la profondeur qui manquait un peu dans le premier mouvement. Cela se confirme au fur et à mesure que les minutes s'égrènent (et oui, je suis lent à taper sur mon clavier !). C'est assez surprenant comme je suis beaucoup plus sensible à ces mouvements lents et dépouillés, qui donnent probablement un degré de liberté supplémentaire à ma propre interprétation de l'oeuvre et donc à l'émotion qu'elle suscite. Le mouvement se termine par un crescendo dans les graves et un côté mystérieux des plus agréables.

Bon, bin, puisqu'on en est là, autant attendre la fin du concerto ... analyse du dernier mouvement en "direct-live". Quelques petites dysharmonies, le rythme s'accélère, présence accrue des instruments à vent (flûtes ?). Montée en puissance de l'orchestre qui vient épauler à jeu égal le piano. C'est donc un peu plus confus à mes oreilles. Ah, retour au calme, vers 3 minutes avec une ligne de basse qui redonne à nouveau un côté mystérieux à l'ensemble, suivie d'un dialogue piano/flûte, sorte de ping-pong laissant ensuite place à un très beau passage piano/violons, très lent, doux, magnifique de poésie, de mélancolie. Les notes de piano sont bien appuyées sans jamais être martelées et l'orchestre sait se faire discret. Ce mouvement clôt le concerto par une montée progressive de l'orchestre, pour finir en une apothéose relative et modérée, donnant à l'ensemble un côté entièrement abouti.

Voilà, c'est terminé, et j'en reste assez secoué. Très belle découverte que ce second disque.

Si je devais, à chaud, faire un classement de ces 5 concertos, ce serait :

2 et 3 ex-aequo (le 2 est plus sombre mais le 3 est plus abouti), 4, 1 et 5.

Ce sont à chaque fois les mouvements lents qui m'ont le plus émus, vraiment dommage pour les concertos 4 et 5 que les autres mouvements ne soient pas "à la hauteur" ... c'est mon avis. Je n'ose imaginer sortir ces mouvements pour les intégrer aux concertos 2 et 3 Shocked Laughing

Terminé pour ce soir. Vos commentaires sont les bienvenus Cool rambo

A plus,
Christophe Wink
Revenir en haut Aller en bas
Cello
Chtchello
Cello


Nombre de messages : 5728
Date d'inscription : 03/01/2007

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMar 13 Avr 2010 - 7:55

Cello a écrit:
Le quatrième est peut-être le plus marquant des trois. J'ai particulièrement aimé l'air raréfié et le côté "en apesanteur" des deux mouvements intérieurs. Les mouvements extérieurs sont nettement plus démonstratifs. Et c'est écrit pour une seule main, ça laisse songeur.

Je relis ce que j'ai écrit il y a quelques mois et je suis sidéré Shocked . Je viens de le réécouter et il m'a royalement ennuyé. Mon impression se rapproche maintenant de ce que disent WoO et Crapio:

WoO a écrit:

... Les mouvements du 4ème se ressemblent quand même beaucoup entre eux si on excepte l'Andante.

Crapio a écrit:
Le 4ème concerto pour piano me convainc beaucoup moins que les autres, que j'aime beaucoup.
Pour moi le classement serait : 2-3-[5/1]-4.

Pour ma part, je trouve qu'il part dans tous les sens sans donner un sentiment de tout cohérent et surtout sans laisser le moindre souvenir. Un patchwork grisaille mal raccordé.

WoO a écrit:
J'aime bien le premier concerto : beau thème introductif puis coulée continue de 15 minutes avec une pulsation rythmique intéressante, oeuvre de jeunesse mais déjà moderne. On comprend que les contemporains aient été divisés. La forme en un mouvement convient bien à son écriture je trouve.

Petit classement (provisoire) après réécoute des 5 concertos pour piano : 1 - 2 - 5 - [4 / 3]


Je suis tout à fait d'accord pour le concerto n°1. Il a une fougue un peu naïve, une exaltation juvénile que je trouve vraiment touchante sunny .

Pour moi, ce sera donc: 2 - 1 - 3 - 5 - 4
Revenir en haut Aller en bas
Toxic
Mélomaniaque
Toxic


Nombre de messages : 821
Date d'inscription : 18/03/2008

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMar 27 Avr 2010 - 12:50

Vu hier soir sur Arte l'émission sur le Journal Inachevé de Prokofiev.
Extraordinaire destin que celui de cet homme qui fuit la Russie de 1918 pour retourner se jeter dans la nasse en 1936, à l'acmé des purges staliniennes, fasciné sans doute par la popularité dont il jouit alors en URSS, mais se doutant probablement de ce qu'il va endurer (la preuve, il n'avait pas emporté son journal, d'où le titre). Il entraîne sa famille dans la tourmente, une épouse espagnole, deux jeunes garçons ne parlant pas ou mal le russe. Protégé pendant la guerre et mis à l'abri par le pouvoir, il laisse femme et enfants crever la faim à Moscou et s'offre une idylle avec sa jeune librettiste.
Après la guerre, il épouse sa nouvelle compagne tandis que son ex est déportée pendant 8 ans... Elle finira ses jours paisiblement en Angleterre auprès de son second fils.
Affecté d'une mauvaise santé, il subit à son tour la disgrâce de Staline, malgré une grande servilité (que je ne me permets pas de juger...) face au pouvoir. Pied de nez de l'histoire ou coup de pied de l'âne, Staline meurt le même jour que lui. Du coup, la mort de Prokofiev passe totalement inaperçue !
J'te jure, y'en a qu'on le don d'aller chercher les emmerdes !
L'émission comportait d'émouvants témoignages de son fils ainé Sviatoslav et de son petit-fils Serguei.

Lire le passionant interview de Sviatoslav Prokofiev (très antérieur à l'émission d'hier) à l'adresse suivante:
http://www.prokofiev.org/interviews/svprkf.html
Revenir en haut Aller en bas
nihiliste521
Néophyte
nihiliste521


Nombre de messages : 4
Age : 52
Date d'inscription : 02/05/2010

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyDim 2 Mai 2010 - 10:36

Suite scythe op 20 ainsi que the chout trés belle performance .

Il est vrai que proko a été une grande majeure partie de sa vie opressé , l exhortant , ou plutot le contraignant a deployer ses forces musicales pour une propagande staliniene ,... sa musique a été pris en otage n est ce pas malheureux ! ..

Totalitarisme quand tu nous tiens ........... Sad
Revenir en haut Aller en bas
guimix
Mélomane averti
guimix


Nombre de messages : 309
Age : 33
Date d'inscription : 12/04/2010

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptySam 3 Juil 2010 - 23:38

Prokofiev est vraiment un de mes compositeurs préférés, et pour dire ça je me base sur 3 œuvres : à savoir les 2 concertos pour violons et le 5eme concerto pour piano : c'est pour dire s'il m'a scotché!
J'ai vraiment un coup de cœur incroyable pour le 1er mouvement du 1er concerto pour violon, il me provoque tout plein de sensations, le début, qui fait rentrer dans une atmosphère hyper automnale, mélancolique et sensuelle à la fois, la fin superbe qui reprend cette ambiance, et mon moment favori c'est vers 2min30 quand il y a le motif répété plein de fois en fond par les cordes (la, la, lalala la, je sens que vous situez parfaitement après cette indication fort précise,non?)
D'ailleurs c'est vraiment méga méga méga romantique comme musique vous trouvez pas? Je sais pas si c'est sur ce fil que j'ai lu que Prokofiev était un néo-romantique, mais je suis à 100% d'accord. Il y a une cassure au niveau du langage, mais dans l'esprit, l'émotion recherchée, les effets, les atmosphères, c'est du romantisme à mon humble avis. Vous en pensez quoi?


Dernière édition par guimix le Mar 1 Mar 2011 - 21:33, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
OYO TOHO
Des chiffres et des Lettres
OYO TOHO


Nombre de messages : 6996
Localisation : LH
Date d'inscription : 05/06/2007

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptySam 3 Juil 2010 - 23:53

oui, je vois bien de quel moment tu parles... sauf que moi, à ce moment-là, j'écoute plus le solo de violon que les cordes qui jouent derrière ! Mais effectivement, c'est une oeuvre magnifique, et c'est peut-être aussi mon oeuvre préférée de Prokofiev... avec son deuxième concerto pour piano. D'ailleurs je trouve qu'il sonne plus moderne que le 2ème concerto pour piano alors qu'il date exactement de la même période.
En tout cas, il s'agit là de deux oeuvres pour virtuoses accomplis et je ressens une certaine frustration quand j'écoute cette musique de me dire que je ne saurai jamais jouer ça !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/decapitum
guimix
Mélomane averti
guimix


Nombre de messages : 309
Age : 33
Date d'inscription : 12/04/2010

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMer 28 Juil 2010 - 18:56

Je crois qu'on en n'a pas parlé, alors je me lance : La symphonie concertante pour violoncelle op125!

C'est une très belle œuvre, au même titre que ses cousins les concertos pour violons, d'ailleurs on pourrait penser à un 3eme concerto du genre en l'écoutant. L'écriture est vraiment similaire, on alterne passage lyrique, morceaux de bravoure technique, atmosphères, tension, comme dans ceux pour violons.

Le premier mouvement, andante se targue d'un très beau thème en deux phrases exposées par le violoncelle -qu'on perçoit presque comme un violon, thème grandiose et sobre. Bon un peu moins magique que le celui du premier mouvement du 1er concerto pour violon, en même temps ce n'est pas tous les jours qu'on pond le thème du premier concerto pour violon hein, mais la force expressive de ce thème au violoncelle n'en est pas moins grande. Il faut dire aussi qu'à la différence des concertos pour violon et des deux mouvements qui suivent, le jeu orchestre-violoncelle est plus distinct ici, on a des parties d'orchestre seul et le violoncelle joue parfois seulement "accompagné" par celui-ci. Mais la musique est touffue et chaque phrase du violoncelle fait merveille : Prokofiev met l'instrument magnifiquement en valeur. Tout s'emballe vers la fin, jusqu'à un magnifique tutti de l'orchestre qui reprend le premier thème, c'est très intense et bref, et beau^^(ça fait très musique italienne de film d'ailleurs). On fini tout en douceur avec un superbe utilisation des bois. A noter un motif de quatre notes parcourant tout le mouvement (c'est même la premier chose qu'on entend à l'orchestre) qui ressemble à s'y méprendre à celui du philtre dans Roméo et Juliette.

Le deuxième mouvement allegro giusto est plus long, et plus riche encore, les talents du violoncelliste sont mis à rude épreuve (Rostropovitch a lui même conseillé le maitre pour la partie soliste lors de la réécriture du concerto cinq ans après sa création).
C'est dans ce mouvement qu'on goute le plus au Prokofiev qu'on aime, il y a plein d'atmosphères, de moment de grand lyrisme, de rythmes entêtants...etc. Le jeu orchestre-violoncelle est plus mise en commun au service de ces atmosphères prokofievennes, surtout après la partie soliste démonstrative du milieu, qui est suivit d'une partie dansante(orchestre) et chantante (violoncelle) superbe qui nous surprend en sortant de nul part comme ça, j'adore! Et un nouveau changement brutal, d'un ton plus précipité, presque affolé, surgit soudain pour se prolonger jusqu'à la fin en apothéose avec la dernière note dans les graves. C'est vraiment un super mouvement, qu'on écoute et réécoute avec plaisir quand on aime Prokofiev. C'est le meilleur des trois, celui qui nous offre la plus grande diversité de musiques et surtout celui qui nous provoque le plus d'émotions. Il y a même certains passages -trop courts- assez fou à l'orchestre pour nous rappeler le Prokofiev des débuts!

Le troisième et dernier mouvement, andante con moto, commence lui aussi avec l'exposition d'un grand et beau thème au violoncelle, apaisant, très chantant. Le mouvement est un thème et variation mais aussi un thème et orchestration si je puis dire. Le thème (un des meilleurs de Proko quand même) est varié bien sûr mais c'est combiné avec toute l'imagination orchestrale que Prokofiev peut avoir! Il y a des variations qui sont vraiment sublimes -en particulier une des premières, entre 3min/3min25 dans ma version, celle avec un bois, la flute je crois, elle me donne des frissons! C'est frais, excitant parfois : on attend la prochaine variation avec impatience tellement celle qu'on est en train d'entendre est prenante! Malgré quelques variations légèrement moins prenantes (très peu), on passe un merveilleux moment. La fin est superbe aussi, saisissante, mais comme toujours chez Prokofiev, vous remarquerez qu'il apporte un grand soin à bien finir ses mouvements à chaque fois.

Alors vraiment je comprend pas pourquoi cette œuvre n'est pas plus connu ou plus joué parce qu'elle vaut le détour, et c'est du Prokofiev au sommet de son art, et inspiré qui plus est! C'est son dernier chef-d'œuvre avec la 7eme symphonie.

Moi j'ai la version du coffret complete concertos, avec Lynn HARRELL au violoncelle et ASHKENAZY. J'ai pas de comparatif mais c'est sans reproche possible je dirait.


Dernière édition par guimix le Dim 13 Mar 2011 - 23:09, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
WoO


Nombre de messages : 14334
Date d'inscription : 14/04/2007

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMer 28 Juil 2010 - 20:15

Ton enthousiasme m'a donné envie de découvrir cette oeuvre. Je suis en train d'écouter la version Kuchar/Rudin et pour le moment j'aime beaucoup Smile
Revenir en haut Aller en bas
Utnapištim
Mélomane chevronné
Utnapištim


Nombre de messages : 3330
Age : 60
Localisation : Le vendredi soir à Pleyel.
Date d'inscription : 13/09/2009

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMer 28 Juil 2010 - 21:42

guimix a écrit:
Prokofiev est vraiment un de mes compositeurs préférés, et pour dire ça je me base sur 3 œuvres : à savoir les 2 concertos pour violons et le 5eme concerto pour piano^^c'est pour dire si il m'a scotché!
J'ai vraiment un coup de cœur incroyable pour le 1er mouvement du 1er concerto pour violon, il me provoque tout plein de sensations, le début, qui fait rentrer dans une atmosphère hyper automnale, mélancolique et sensuelle à la fois, la fin superbe qui reprend cette ambiance, et mon moment favori c'est vers 2min30 quand il y a le motif répété plein de fois en fond par les cordes (la, la, lalala la, je sens que vous situez parfaitement après cette indication fort précise,non?) D'ailleurs c'est vraiment méga méga méga romantique comme musique vous trouvez pas? Je sais pas si c'est sur ce fil que j'ai lu que Prokofiev était un néo-romantique, mais je suis à 100% d'accord. Il y a une cassure au niveau du langage, mais dans l'esprit, l'émotion recherchée, les effets, les atmosphères, c'est du romantisme à mon humble avis. Vous en pensez quoi?

Je vois très bien où c'est : Jadoooooooooooore également ce passage ! mains

Revenir en haut Aller en bas
kegue
Mélomane chevronné
kegue


Nombre de messages : 4917
Age : 53
Localisation : Là où repose Cocteau
Date d'inscription : 27/10/2008

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMer 28 Juil 2010 - 21:47

Je me suis pris une baffe récement avec le troisième concerto pour piano.
Du coup, je redécouvre ce compositeur avec ses symphonies. C'est vraiment très bien écrit, ça bouge démoniaquement, le pied quoi !
Revenir en haut Aller en bas
guimix
Mélomane averti
guimix


Nombre de messages : 309
Age : 33
Date d'inscription : 12/04/2010

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMar 14 Sep 2010 - 7:11

Quelqu'un s'y connait un peu en musique de scène écrite par Proko? Je parle des Nuits égyptiennes, de Hamlet, Eugène Onéguine. Ca vaut le coup? Sur amazon j'ai trouvé ça :
Prokofiev - Prokofiev - Page 3 61qJuMM-RjL._SL500_AA300_
j'ai écouté les extrait c'est pas du plus belle orchestre qui soit mais ça passe.
et ça :
Prokofiev - Prokofiev - Page 3 418DTGBH3RL._SL500_AA300_
Et les ouvertures et poèmes symphoniques, des œuvres/versions à conseiller?
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20753
Age : 41
Date d'inscription : 03/07/2009

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMar 14 Sep 2010 - 7:26

Je connais Eugen Onegin, La Dame de Pique, Boris Godounov et Hamlet de Prokofiev, dirigé le tout par Jurowski et c'est très intéressant. On retrouve la force qu'il a donné à la partition d'Ivan le Terrible par exemple, sachant se démarquer des compositeurs ayant déjà traité avec brio ces histoires.

Très intéressant je trouve, surtout quand on connait pas mal les autres adaptations.

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
guimix
Mélomane averti
guimix


Nombre de messages : 309
Age : 33
Date d'inscription : 12/04/2010

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMar 14 Sep 2010 - 7:43

super! encore merci pour tes conseils Polyeucte tu as l'air d'avoir une immense culture Prokofiev Cool
Et ce sont des œuvres intéressantes en soi ou c'est l'interprétation qu'en fait Jurowski qui est intéressante par rapport aux autres versions?
Je crois que je vais prendre
ça :
Prokofiev - Prokofiev - Page 3 51IBmcd4FmL._SL500_AA300_
d'après tes conseils^^
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20753
Age : 41
Date d'inscription : 03/07/2009

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMar 14 Sep 2010 - 8:54

guimix a écrit:
super! encore merci pour tes conseils Polyeucte tu as l'air d'avoir une immense culture Prokofiev Cool

Houla non! hehe Mais ces pièces, je les aime bien. Après, je suis inculte dans son domaine symphonique par exemple!!

Citation :
Et ce sont des œuvres intéressantes en soi ou c'est l'interprétation qu'en fait Jurowski qui est intéressante par rapport aux autres versions?

Je les trouve très intéressantes en soi. Après, n'ayant pas écouté d'autres version, difficile de pouvoir avoir un avis sur la direction de Jurowski. je la trouve assez vivante et descriptive. Et les solistes sont très bons globalement.
Après, on peut peut-être trouver mieux ailleurs... je ne peux pas te renseigner là dessus...


_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Cololi
chaste Col
Cololi


Nombre de messages : 33046
Age : 43
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMar 14 Sep 2010 - 9:04

Polyeucte a écrit:
guimix a écrit:
super! encore merci pour tes conseils Polyeucte tu as l'air d'avoir une immense culture Prokofiev Cool

Houla non! hehe Mais ces pièces, je les aime bien. Après, je suis inculte dans son domaine symphonique par exemple!!

Tu connais au moins la 5° quand même ?

Sinon je vais entendre Roméo (et la 5° aussi) cette année : quelle suite, car il y en a plusieurs me conseillez vous (avant d'attaquer plus tard la version complète) ?

_________________
Car l'impuissance aime refléter son néant dans la souffrance d'autrui - Georges Bernanos (Sous le Soleil de Satan)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20753
Age : 41
Date d'inscription : 03/07/2009

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMar 14 Sep 2010 - 9:27

Cololi a écrit:
Tu connais au moins la 5° quand même ?

Hum??? Peut-être inconsciemment... Mais j'ai jamais cherché particulièrement.
Je suis plutôt musique vocale chez Prokofiev, que ce soit opéras, cycles de mélodies, musiques de scène ou des choses comme Ivan le Terrible...

Citation :
Sinon je vais entendre Roméo (et la 5° aussi) cette année : quelle suite, car il y en a plusieurs me conseillez vous (avant d'attaquer plus tard la version complète) ?

Quelle version complète?

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
Cololi
chaste Col
Cololi


Nombre de messages : 33046
Age : 43
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMar 14 Sep 2010 - 9:31

Polyeucte a écrit:
Cololi a écrit:
Tu connais au moins la 5° quand même ?

Hum??? Peut-être inconsciemment... Mais j'ai jamais cherché particulièrement.
Je suis plutôt musique vocale chez Prokofiev, que ce soit opéras, cycles de mélodies, musiques de scène ou des choses comme Ivan le Terrible...

Et bien tu rates qq ch. C'est un grand classique, et totalement génial.

Citation :
Citation :
Sinon je vais entendre Roméo (et la 5° aussi) cette année : quelle suite, car il y en a plusieurs me conseillez vous (avant d'attaquer plus tard la version complète) ?

Quelle version complète?

Il y a plusieurs versions intégrale ? Surprised

J'ai Gergiev dans ma discothèque. Mais j'aimerai d'abord aborder via une suite. Et il y a plusieurs suites issue de l'oeuvre non ?

_________________
Car l'impuissance aime refléter son néant dans la souffrance d'autrui - Georges Bernanos (Sous le Soleil de Satan)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
guimix
Mélomane averti
guimix


Nombre de messages : 309
Age : 33
Date d'inscription : 12/04/2010

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMar 14 Sep 2010 - 9:31

J'ai écouté que le suite pour piano en dehors de la version complète, elle est bien franchement mais c'est rien comparé au ballet, il faut absolument que tu l'écoutes en entier!!! C'est LE chef d'œuvre de Prokofiev! Ne perd pas de temps avec les suites fonce sur une version intégrale. Edit : oui il y a 4 suites, dont 3 pour orchestres.

Polyeucte, pour les symphonies j'ai l'intégrale Ozawa avec le philharmonique de Berlin que je te conseille vivement. Et précipite toi sur la 3eme symphonie tirée de L'Ange de Feu qui est loin au dessus des autres. Après écoute la 5 effectivement, avec un 2eme mouvement allegro marcarto géniale, puis la 7, la 1 et les autres, évite la 4 elle ne sert à rien, sauf peut-être la version non révisée que je n'ai pas entendue.
Edit : tu ne connait pas les concertos pour piano/violon?????? ou les sonates pour même instruments???? Faute grave pour un amateur de Proko!!!! Fonce sur les concertos pour piano c'est le sommet, avec notamment les 2eme et 3eme(moi j'adore aussi le 1er mais il fait moins l'unanimité), les 2 concertos pour violons sont un must aussi, et parmis les 9 sonates pour pianos tu vas trouver à manger crois moi! Les 2 sonates pour violons/flute sont assez exceptionnelles aussi.
Par contre si tu peux conseiller des disques pour les œuvres vocales de Proko en dehors opéras et films je suis partant^^


Dernière édition par guimix le Mer 17 Nov 2010 - 11:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20753
Age : 41
Date d'inscription : 03/07/2009

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMar 14 Sep 2010 - 9:43

guimix a écrit:

Polyeucte, pour les symphonies j'ai l'intégrale Ozawa avec le philharmonique de Berlin que je te conseille vivement. Et précipite toi sur la 3eme symphonie tirée de L'Ange de Feu qui est loin au dessus des autres. Après écoute la 5 effectivement, avec un 2eme mouvement allegro marcarto géniale, puis la 7, la 1 et les autres, évite la 4 elle ne sert à rien, sauf peut-être la version non révisée que je n'ai pas entendue.

JE compte bien m'y mettre... un jour...

Citation :
Edit : tu ne connait pas les concertos pour piano/violon?????? ou les sonates pour même instruments???? Faute graves pour un amateur de Proko!!!! Fonce sur les concertos pour piano c'est le sommet, avec notamment les 2eme et 3eme(moi j'adore aussi le 1er mais il fait moins l'unanimité), les 2 concertos pour violons sont un must aussi, et parmis les 9 sonates pour pianos tu vas trouver à manger crois moi! Les 2 sonates pour violons/flute sont assez exceptionnelles aussi.

Ah mais si en fait, le 3ème concerto bien sûr... et le premier aussi il me semble. J'avais bien aimé... (mais mon souvenir est lointain...)

Citation :
Par contre si tu peux conseiller des disques pour les œuvres vocales de Proko en dehors opéras et films je suis partant^^

Alors dans ce cas, Alexandre Nevsky pour un oratorio... et puis les "Cinq mélodies sur des poésies d'Anna Akhmatova"... comme ça c'est ce qui me vient le plus vite à l'esprit...

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
guimix
Mélomane averti
guimix


Nombre de messages : 309
Age : 33
Date d'inscription : 12/04/2010

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMar 14 Sep 2010 - 9:49

Alexandre Nevsky je connaissait quand même^^c'est noté pour les mélodies, t'aurais une version à me conseiller?
Écoute le 2eme concertos pour pianos, tu m'en diras des nouvelles! J'ai la version Ashkenazy/Prévin que je trouve excellente pour ce concerto.
Revenir en haut Aller en bas
Polyeucte
Mélomane chevronné
Polyeucte


Nombre de messages : 20753
Age : 41
Date d'inscription : 03/07/2009

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMar 14 Sep 2010 - 9:54

guimix a écrit:
Alexandre Nevsky je connaissait quand même^^c'est noté pour les mélodies, t'aurais une version à me conseiller?

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Melo53237
Premier enregistrement... avec en plus des choses autres magnifiques...

_________________
Les Carnets d'Erik, le retour!
Revenir en haut Aller en bas
WoO
Surintendant
WoO


Nombre de messages : 14334
Date d'inscription : 14/04/2007

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMar 14 Sep 2010 - 11:02

Jurowski père est toujours très recommandable et dans Prokofiev en particulier. Il a enregistré tous les ballets chez CPO et c'est impeccable.
Par contre le coffret 3CD de Capriccio ne contient pas la musique de la Dame de Pique, ce qui est complètement stupide, vu que cet éditeur l'avait publié dans un premier temps couplée avec Eugène Onéguine. On trouve encore ce double disque sur Amazon. Donc si on est intéressé par ce coffret et par la Dame de Pique, il faudra ou doublonner ou se tourner vers Neeme Järvi chez Chandos (la Dame de Pique est couplée avec "En garde pour la paix").
Je ne connais pas Ozawa mais pour les symphonies Walter Weller est vraiment très bien. On trouve cette intégrale pour une bouchée de pain (Brilliant Classics).
Revenir en haut Aller en bas
guimix
Mélomane averti
guimix


Nombre de messages : 309
Age : 33
Date d'inscription : 12/04/2010

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyVen 11 Mar 2011 - 15:32

Suite à une discussion sur la musique de chambre russe dans le topic de la musique du même nom, j'avais commencé à réécouter celle de Prokofiev et avais donné mes premières impressions. Après de nombreuses écoutes, je poste maintenant des commentaires plus construits sur ce corpus méconnu de Prokofiev :

Les Contes de la vieille grand-mère op.31 :

C'est en réponse aux offres émanant des maisons d'éditions new-yorkaises que Prokofiev composa cette suite de pièces pour piano en 1918. Deux de ses quatre mouvements furent arrangés pour violon et piano par Nathan Milstein (ce dernier fut un défenseur précoce de l'œuvre de Prokofiev, notamment en créant à Moscou le Premier concerto pour violon en 1923), ce sont ces deux mouvements que j'ai et dont je vais parler.

J'aime beaucoup les deux. Le premier, andantino, qui est en fait le 2eme mouvement des quatre contes de la vieille grand-mère, est dans une veine mélodique très prokofévienne : c'est beau parce que c'est triste et nostalgique. Plein de retenu, on se retrouve un peu dans le premier concerto pour violon. La première phrase est d'un renoncement...le violon se résigne à l'idée d'un amour perdu. En tout cas c'est très efficace et du coup trop court : 1min30 seulement!
Le second, andante assai, le 3eme mouvement des quatre contes de la vielles grand-mère, est très différent. La thématique est beaucoup moins marquée Prokofiev, on est plus du côté de Prague que de Moscou -avec une pointe de Ravel-. Mais hormis ce thème dansant du début, je n'aime pas trop le développement joué fore qui sit, du blabla sans grand intérêt.
Des choses intéressantes dans les deux, avec leurs thèmes très faciles à retenir. Mais en terme d'atmosphère et d'effets sur ma petite personne, ma préférence va largement au premier mouvement.

Ouverture sur des thèmes hébraïques op34 :

Un groupe de musiciens composé d'émigrés juifs russes appelé Zimro demanda en 1919 à Prokofiev de lui écrire une ouverture basée sur d'authentiques thèmes juifs. Prokofiev refusa d'abord, arguant qu'il ne pouvait composer qu'à partir de ses propres thèmes. Mais il finit par accepter, séduit en particulier par deux thèmes à partir desquels il composa en moins de quinze jours son Ouverture. Celle-ci montre une intelligence (notamment en se plaisant à égarer l'auditeur sur la tonalité exacte du début) et un charme remarquables dans le traitement des deux thèmes. L'un enjoué et très "oriental", confié à la clarinette, l'autre, une mélodie émouvante écrite pour la section des cordes. Prokofiev orchestra l'Ouverture bien plus tard, dans les années 30.

On peut dire que Prokofiev a bien choisi ses thèmes, ils sont effectivement superbes! Comme il est difficile de savoir où commence et où s'arrête Prokofiev dans ce cas, je n'en dirai guère plus : c'est beau, très varié en textures, rythme et combinaisons, un très bon moment. Et le thème de la clarinette va vous rester dans la tête assez longtemps! Ah si, je rajouterai que vers la fin de la première partie sur ce thème (un peu avant 1min), il y a une effet joué aux cordes deux fois de suite dérivant de ce même thème qui je suis est du pur Proko -on reconnaît la tournure dans la répétition typique- et que j'adore! C'est mon moment préféré de l'Ouverture.

Je crois que tout le monde aimerait ce morceau s'il entendait, alors peut-être qu'on peut commencer par là lorsqu'on attaque le corpus musique de chambre de Prokofiev pour appréhender son "son" dans ce contexte.

Cinq mélodies pour violon et piano op35bis :

Si c'est Milstein qui créa le premier concerto pour violon, celui-ci avait été initialement destiné à un autre grand violoniste : le polonais Paul Kochanski. C'est aux États-Unis que ce dernier et Prokofiev réalisèrent un arrangement appelé à devenir célèbre: les Cinq mélodies pour violon et piano. Il s'agit d'une adaptation des Cinq romances sans paroles, recueil de vocalises que Prokofiev avait écrites au début de l'année 1921, lors d'une tournée en Californie.

Sur les cinq mélodies, trois valent le coup, je ne parlerai pas des deux autres car il ne s'y passe tout simplement rien! La première, andante, avec un motif qui revient sans cesse, fait son petit effet avec le crescendo. Mais finalement c'est tellement court qu'il faut le réécouter deux ou trois fois d'affilé pour saisir quelque chose, sinon la musique passe sans qu'on s'en soit vraiment aperçu. Au final c'est très bien fait, il y a des belles phrases et une ambiance certaine, mais on y reviendra pas souvent car ce n'est pas très marquant.
La deuxième, lento ma non troppo, est superbe. Tout en douceur, avec encore une fois un thème clair et facile à retenir (ce qui est normal puisque c'était censé être chanté à l'origine). Le court épisode plus sombre et chargé étoffe un peu le mouvement, mais on retiendra surtout cette musique très pure du début. Il y a quelque chose qui sonne chinois dans ce morceau, un je ne sais quoi que j'aime bien.
La cinquième mélodie est la plus belle et la plus riche et surtout d'une autre prétention. Le début est un peu dans la même tranquillité que la deuxième, mais le violon tient un discours bien plus triste. Tout ceci change brusquement lorsqu'un nouveau rythme très prokofievien est entonné au piano avec un crescendo sinueux qui abouti à un magnifique climax. Chaque fois que j'entends ce climax j'ai une chaleur au cœur (ce qui ne veut rien dire, mais c'est ce qui m'arrive physiquement^^). Le mouvement se termine en rappelant le thème dans l'hyperaigu du violon, c'est beau. On peut se l'écouter en boucle.
Vous l'aurez compris, je pense que ce corpus vaut le coup ne serait-ce que pour sa dernière mélodie. D'ailleurs je crois que le violon est bien plus efficace qu'une voix dans ces mélodies, l'adaptation est une très bonne idée (hormis pour la dernière mélodie, la version vocalise apporte quelque chose d'intéressant aussi).
Pour ceux qui ne sont habitués qu'aux gros tubes de Prokofiev, vous aurez peut-être l'impression de ne pas trop le reconnaître dans ces opus 31 et 35, ce qui n'est pas totalement faux, même si ceux qui le connaissent mieux peuvent retrouver des tournures.

Quintette op39 :

Au début des années 20 un groupe d'artistes itinérants commanda un ballet à Prokofiev dans le ton tragi-comiqe : le Trapèze. Écrit pour un quintette comprenant hautbois, clarinette, violon, alto et contrebasse (l'ombre de L'histoire du soldat de Stravinsky, faisant appel à une formation assez similaire se profile dans les variations introductives), l'œuvre fut composée de manière à pouvoir mener une existence autonome comme pièce de concert. Le souhait du chorégraphe Boris Romanov, était que la musique accompagne les gambades d'acrobates, de bouffons et d'une ballerine. Le résultat présente une évidente parenté avec le précédent ballet de Prokofiev Chout, parenté tout à fait justifié dans la mesure où le scénario de Romanov y mettait déjà en scène acrobaties et autres clowneries grotesques.

Le premier mouvement, thème et variations, se voulait au départ un portrait de la ballerine.
Le thème est typiquement Prokofiev, entêtant. Par contre il ne doit pas être fait pour être varié, parce qu'aucune variation n'est intéressante. On se fait plutôt chier! Et surtout je n'aime pas le son de cette quintette, la combinaison des timbres est assez désagréable je trouve.
Le grondant solo de contrebasse qui ouvre le second mouvement annonce l'entrée des rustres qui se mettent à danser avec elle.
Même sensation que pour le mouvement précédent. Je ne comprend pas ce qu'il se passe musicalement. Il y a bien un accord joué aux cordes qui passe bien, mais sinon c'est beaucoup de bruit pour pas grand chose.Si, il y a quand même la fin qui est pas mal, on entend enfin de la musique : ça dure 1 minute.
Soudain, alors que débute le troisième mouvement, de lestes acrobates surgissent, entamant une danse légère sur un délicat rythme à cinq temps.
Il n'y a rien à dire de spécial, c'est dans la continuité des mouvements précédents, ce n'est pas plus réussi parce que c'est une danse, même si ça s'écoute plus facilement. Vers la fin on entend une combinaison sympa qui dure 10 secondes, géniale^^.
Tendu et dense de texture, l'adagio pesante avec solo de hautbois dépeint l'affrontement entre les acrobates et les rustres qui s'achève sur un désastre et la mort de la ballerine.
Ce mouvement sauve un peu l'œuvre du complet fiasco qu'elle était jusqu'à présent. C'est un bon crescendo, efficace pour nous dépeindre une ambiance mortifère (pas celle d'un combat par contre). Et même si on se le réécoutera pas 8 fois de suite, ça reste un mouvement vraiment réussi.
Le 5eme mouvement Allegro precipitato ma non troppo presto est presque aussi "bon" que le précédant. Dans une ambiance bien tendue aussi mais plus précipitée. Les pizzicati de la contrebasse sont très agréables, quelques bonnes combinaisons de timbres, ce n'est plus du tout du bruit, on arrive enfin à de la musique!
Le dernier mouvement Andantino est intriguant, entre deux. Il y a plus de musique à se mettre sous la dent que dans les mouvements précédents. Le thème est pas mal, dans le même ton que celui du premier mouvement et la fin est vraiment bien avec son rythme très efficace. On en voudrait plus! Les instruments sont mieux utilisés aussi. Attention je ne dis pas que les trois derniers mouvements sont mieux parce que j'ai fini par m'habituer au son de ce quintette, j'ai écouté cette œuvre au moins 5 fois avant d'écrire le commentaire (en plus des écoutes pendant que j'écris).

Ce quintette fut fraîchement accueilli en Occident, y compris par des partisans de Prokofiev tels que Serge Koussevitski. Suite à cet accueil mitigé, Prokofiev mit un frein à sa recherche de densité harmonique, tempérant quelque peu son style pour atteindre ce qu'il nommait une "nouvelle simplicité". Je ne pense pas que ce soit vraiment cette œuvre qui ait fait changer le style de Prokofiev à elle toute seule -d'autant plus qu'il composa juste après sa 2eme symphonie, dont l'échec bien plus retentissant fut sans doute une meilleure raison pour changer de style-, mais c'est clair qu'on s'en dispense très bien! Parce que même les trois derniers mouvements révolutionne pas le genre (ni le ballet, ni le quintette) et ne nous laisserons pas un souvenir impérissable, malgré leurs bons moments respectifs.

Quatuor à cordes no1 op50
:

Ce quatuor a été composé sur une commande de la Librairie du Congrès à Washington en 1930. Cette immense librairie, toujours à la recherche de plus de prestige, avait passé plusieurs commandes à cette époque pour agrandir sa collection clairsemée de manuscrit. La création eu lieu l'année d'après et fut un grand succès. Des archives sur la composition du quatuor nous informent des difficultés qu'avaient Prokofiev avec la principes de forme du genre : avant de commencer le travail, il étudia les quatuors à cordes de Beethoven, non sans que ceux-ci laisse une trace.

Le premier mouvement allegro est servi par deux excellents thèmes : le thème principal vif et enjoué fait la meilleur entrée en matière qui soit, il nous prend immédiatement dans le son entrain. Le deuxième thème est bien moins gai et plus sinueux, moins marquant aussi, mais il subit de très belle transformations au cours du mouvement. Un peu à l'image du mouvement entier justement : il n'est pas forcément marquant (en dehors du premier thème), il ne nous tient pas en halène de bout en bout, mais il est éclairé par des moments d'une grande beauté et d'une grande force expressive. On y reviendra avec un plaisir certain.
Le deuxième mouvement andante molto commence de manière moins franche et nous laisse perplexe devant ce thème assez beau qui s'échappe aussi vite pour nous laisser avec quasiment rien pendant un certain temps, en dehors des rappels de ce même thème. Jusqu'au moment extrêmement puissant et tripant du centre du mouvement que rien ne laissait présager : sorti de nul part un rythme fou et entêtant se met en place avec les violons pour soutenir un beau chant à l'alto, les rôles s'inversant ensuite. On ne pourra pas dire que les possibilités du quatuor ne sont pas exploitées. A partir de là l'intérêt est maintenu jusqu'à' au bout grâce à de superbes phrases très mélodiques qui vont parcourir tout le discours, avant le rappel final des thèmes principaux. On y reviendra avec un plaisir plus que certain!
Et enfin le troisième et dernier mouvement andante : mon préféré. Dès les premières mesures on est plongé dans une atmosphère mélancolique, voire funèbre. C'est sublime, je fond littéralement pour ce Prokofiev. La tension monte au fur et à mesure, c'est de plus en plus chargé et beau à la fois. Le mouvement est un rondo dont le refrain revient chaque fois légèrement varié, et quel thème poignant! Il n'y a pas de contraste dans le mouvement, on reste plongé dans la peine et l'amertume tout le long, j'adore. Une grande réussite de la part de notre ami Proko!
Au final une certaine maîtrise de la forme il me semble, les difficultés techniques qui pouvaient apparaître au début de la composition ont été largement surmontées. De plus, l'intérêt de l'œuvre allant croissant à chaque mouvement, elle est très accrocheuse. C'est le genre de pièce que l'on va avoir tendance à sous-estimer ou simplement à oublier dans l'œuvre globale d'un compositeur comme Prokofiev, que l'on connait surtout pour ses chef-d'œuvres de plus grandes ampleurs, et bien c'est à tord! Et ceux qui aiment déjà Prokofiev devraient adorer le troisième mouvement (garanti guimix Wink).

Sonate pour deux violons op56 :

C'est en 1932, durant une période de transition stylistique, que Prokofiev composa cette Sonate pour deux violons op56. Son traitement inventif des deux instruments et ses harmonies parfois astringentes rappellent la magistrale Sonate pour violon et violoncelle de Ravel, antérieure d'une dizaine d'année.

Œuvre de transition stylistique ou pas, on ne peut que reconnaître Prokofiev dans thème principal du premier mouvement andante cantabile. Même s'il est vrai que le "développement" n'est pas tellement typique du compositeur. Sans d'ailleurs être la partie la moins intéressante de ce cours mouvement : au contraire la mélodie s'élève dans l'espace sonore de manière saisissante -si ce n'est angoissante-, ça fait beaucoup d'effet. Très intéressant cette forme, elle nous apporte quelque chose de différent de ce qu'on a l'habitude d'entendre chez Prokofiev, et ça se ressent bien dès ce premier mouvement. J'aime beaucoup.
Le deuxième mouvement allegro démarre sur les chapeau de roues avec 4 fois le même accord scandé par les deux violons à l'unisson. S'ensuit un thème très rythmé et agréable, avec une belle mélodie.Tout le mouvement est un peu fou, le thème principal revient encore plus beau par la suite, et on enchaîne à grande vitesse les pianissimo et les fortissimo. Très jouissif. Je ne parle même pas de la fin qui est hallucinante (ils sont vraiment que deux violons?). Mouvement complet : puissante rythmique et beauté mélodique, que demander de plus?
Le troisième mouvement quais allegretto fait évidemment grand contraste. C'est une petite berceuse au chant autant hypnotisant que beau -avec une certaine nostalgie douloureuse par endroit-. Il nous fait passer un instant merveilleux, en dehors du temps. Il n'y a pas grand chose de plus à dire, il suffit d'écouter. (non mais c'est vraiment trop beau!)
Et on finit avec un quatrième mouvement allegro surprenant : le premier thème est très très classique. Mais il ne va pas le rester longtemps : en effet Prokofiev va lui faire subir une série de variations de la plus simple à la plus dissonante, de la plus bruyante à la plus recueillie, qui vont révéler des facettes très contrastées à ce thème fort simple d'apparence, et lui donner un intérêt qui n'est pas évident lors de la première exposition. La richesse des différentes variations, dont certaines sont magnifiques, nous garde concentré tout le long de ce mouvement, qui est le plus long des quatre, et peut-être aussi le moins intense.
Vous l'aurez compris, suite à des écoutes bien plus attentives que les premières, j'ai fini par beaucoup apprécier cette pièce un peu à part stylistiquement dans l'œuvre de Prokofiev (mais n'est-ce pas le cas de toute sa musique de chambre?). Une belle découverte.

La suite ce weekend!


Dernière édition par guimix le Mer 16 Mar 2011 - 13:06, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
guimix
Mélomane averti
guimix


Nombre de messages : 309
Age : 33
Date d'inscription : 12/04/2010

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptySam 12 Mar 2011 - 22:34

Sonate pour violon no1 op80 :

En 1938 Prokofiev démarra la composition de ce qui demeure peut-être sa plus grande œuvre pour violon, la Sonate no1. Il s'interrompit cependant pour travailler à son premier opéra soviétique, Semyon Kokto. Il ne reprit la composition qu'après la guerre, pour la terminer en 1946. Ébauchée immédiatement après l'arrestation de son ami Piotrovsky-qui avait écrit le synopsis de Roméo et Juliette-, elle fut vraisemblablement pensée comme un hommage In memorian. Prokofiev déclara que l'œuvre lui avait été inspirée par l'écoute d'une sonate en trio d'Haendel. Il est possible que le piano à découvert et les trilles sur lesquels le violon fait son entrée proviennent effectivement de ce qu'il avait entendu, mais leur intention et l'effet qu'ils produisent sont bien différents de tout ce que Haendel avait pu concevoir.

Le premier mouvement andante assai est exceptionnel de lugubrité. Il est envoutant, addictif. Je sais pas, il y a quelque chose de très fort avec si peu de moyen, sans artifice, ça donne un mouvement subtil et direct en même temps. Les deux instruments sont mis à contribution pour créer cette atmosphère, ce n'est pas le piano qui accompagne le violon ou inversement. J'arriverai pas trop à décrire la musique du mouvement, parce que c'est plus que de la musique, c'est plus qu'un thème et son développement, c'est un bloc de mort qui vous tombe dans l'oreille. J'adore les premières notes qui sortes du violons, Elle nous fait signe de sa présence. On pourrait penser que les meilleurs moments sont ceux où les instruments jouent fort avec intensité, mais c'est tout le contraire : on frissonne presque du silence -sauf au milieu du mouvement quand l'accord au piano vient brusquement déchirer l'air. La fin est un de ces grand moments de frissons avec le violon qui exécute de fougueuses gammes marquées "pianissimo freddo" (froid). Prokofiev disait qu'elles devaient sonner "comme le vent dans un cimetière". C'est exactement ça. Je peux m'écouter ce mouvement à l'infini.
Cette atmosphère est brisée par le brutal deuxième mouvement allegro brusco à propos duquel, il faut bien l'avouer, on se demande un peu ce qu'il fait dans cette sonate. Ce n'est pas que c'est un mauvais mouvement, au contraire, mais il dénote franchement par rapport aux trois autres en terme d'atmosphère, hormis un épisode plus sombre un peu avant le milieu, après l'exposé du deuxième thème. Ce qui n'empêche d'ailleurs pas que ce deuxième thème au violon soit magnifique, plein de noblesse. Violon qui ici est un peu mis à mal par le piano, ce qui en fait le mouvement le plus proche des sonates de guerres. Donc j'aime beaucoup quand même, c'est très efficace ce premier thème qui est répété tout le long, il fini par rentrer dans la tête et on "kiff". Et puis ça monte en intensité tout le long, comme dans les sonates de guerres (je crois d'ailleurs qu'on peut appeler cet op80 la sonate pour violon de guerre), toute la deuxième partie étant particulièrement déjantée. Dommage que ce soit pas vraiment raccord avec les autres mouvement. Et puis suite au premier et son atmosphère de dingue, on est choqué par ce changement de ton malvenu, aux premières écoutes en tout cas, après on apprécie le mouvement en soi.
Le troisième mouvement andante est, par opposition, d'une texture très fine, je l'adore! Là c'est bien la suite du premier mouvement, mais moins lugubre. On est dans une de ces fameuses ambiances lunaires à la Prokofiev : en même temps reposant et rêveur, en même temps obsessionnel et intriguant. Le piano joue moins en accord, mais en arpèges qui glissent et résonnent au loin pendant que le violon (constamment en sourdine) expose sa plainte en continu. Dans ce mouvement c'est le piano qui fait le plus d'effet, toutes les notes qui sont frappées, tapotées tendrement ou effleurées sont magnifiques, le violon étant là pour nous hypnotiser.
Le finale allegrissimo s'élance sur une belle danse vigoureuse alternant, de manière pas toujours prévisible, mesure à 5, 7 et 8 temps. Au début l'on songe enfin à faire le deuil de notre perte et à retourner vers les futiles distractions de la vie, mais au fur et à mesure qu'on progresse le mouvement subit de plus en plus les assauts féroces des octaves de basses, lesquelles adoptent un motif de trois noires lourd de menaces annonçant finalement le retour des gammes au violon censées évoquer "le vent dans le cimetière". Sauf que cette fois-ci le ton est amer, les accords frappés au piano nous laissent un arrière goût désagréable, c'est encore plus beau que dans le premier mouvement!(oui c'est du désagréable beau^^) En fait les gammes du vent dans le cimetière sont mêlées avec un motif andalou du plus belle effet, je sais pas d'où ça sort mais c'est trop bon. La fin toute en douceur permet d'effectivement tourner la page.
Vous l'aurez compris, c'est un chef-d'œuvre, une des plus belles réussite de Prokofiev, à écouter absolument! (ceci est un ordre) Je promouvrai jamais assez ce chef-d'œuvre, je commence à faire des plans dans ma tête pour envahir le forum de messages subliminaux, alors si vous ne voulez pas en arriver là, écoutez moi cette sonate pour violon de guerre!

Quatuor à cordes no2 op92
:

Ce quatuor, composé en 1941 suite à l'exile de Prokofiev dans la Kabardino-Balkarie (Caucase nord), est très orienté musique folklorique, le compositeur ayant eu le temps de se familiariser avec les harmonies et les rythmes de la région qui l'ont fortement inspiré.

Le premier mouvement allegro sostenuto attaque très fort avec un thème qui nous attrape en plein vol, comme si on arrivait au milieu d'une phrase commencée sans nous. Tout le mouvement est très rythmé et varié, c'est super agréable du début à la fin. Et ce souffle -sans compter le deuxième thème très folklorique qui est trop beau! Des pointes d'acidités parcourent le centre du mouvement, les alliages de timbres et la répartition du discours musicales font d'ailleurs très "quatuor à cordes". La fin est aussi excellente avec ce motif répété plein de fois, on termine en apothéose. C'est un mouvement très divertissant dans la plus grande lignée des plus beaux quatuors (je pense entre autre à Borodin, mais aussi à Mozart donc certaines pièces du genre avaient aussi ce côté acidulé).
Le 2eme mouvement adagio est magnifique! La mélodie est typique de Prokofiev, avec ces effets hyper efficaces qui provoquent toujours quelques chose et c'est très idiosyncrasique (comme le lied de Xenia dans Boris Godounov par exemple). Ça fait musique pure, inconstruite, qui existe en elle-même et par elle-même. En plus des thèmes, le contrepoint et l'harmonie sont merveilleux et jouent beaucoup dans cet effet. Toute ces merveilles sont interrompues par une petite danse fort sympathique tout aussi riche sur le plan harmonique que celui de la combinaison des instruments. Mais bien vite la musique enchanteresse revient, encore mieux mise en valeur par la nouvelle répartition du discours entre les instruments. Chose rare dans une œuvre de Prokofiev : on ne saurait définir l'atmosphère, où même dire s'il y en a vraiment une, on est juste en train d'écouter de la "musique".
Et le dernier mouvement allegro vient finir les chose en beauté. Le premier thème dansant et plein d'entrain laisse vite place à un rythme plus effréné encore qui vient soutenir les phrases sinueuses du violon (avec des notes arrachées dans les graves en fond du plus bel effet). Puis des motifs et des phrases plus mélodiques s'enchaînent avec une grande diversité de combinaisons instrumentales. Puis un superbe solo de violoncelle : mouvement très riche. Et soudain, à la fin de ce solo, la plus belle partie de ce mouvement (si ce n'est du quatuor) : une effusion de sons dans le registre aigu, de véritables fusées de musique qui décollent les unes après les autres, soutenu par une rythmique de dingue. C'est encore une fois jouissif. D'autant plus que lorsque ça se calme en descendant vers le grave, ça reste superbe. La fin voit de nouvelles combinaisons apparaître sur les thèmes du début, avec pas mal de pizzicati entre autres. Ça va crescendo jusqu'aux deux accords finaux : un mouvement physique.
C'est un chef-d'œuvre au même titre que la première sonate pour violon, même si je préfère celle-ci (j'ai un grand faible pour les atmosphères lugubres^^).


Dernière édition par guimix le Dim 20 Mar 2011 - 23:46, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
guimix
Mélomane averti
guimix


Nombre de messages : 309
Age : 33
Date d'inscription : 12/04/2010

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyDim 13 Mar 2011 - 15:27

Deuxième sonate pour violon/flute op94 :

Si l'on en croit Nesteiev, son biographe soviétique, Prokofiev avait envisagé d'écrire une telle sonate dans les années trente, alors qu'il vivait en France et avait évoqué avec un grand respect la "sonorité céleste" du flûtiste français Barrière. L'œuvre, d'une veine légère, fait juste entendre une pointe d'humour dans le finale où le piano parodie les exercices purement mécaniques de Hanon (le fameux auteur de Le pianiste virtuose en 60 exercices calculés pour acquérir l'agilité, l'indépendance, la force et la plus parfaite égalité des doigts ainsi que la souplesse des poignets).

Le premier mouvement moderato de cette sonate me provoque des sensations contradictoires : le premier thème est très bon ( magnifique à la flûte) et ça reste bon tant qu'il est le matériau principal ; malheureusement ce qui se passe ailleurs est ma foi fort ennuyeux, voire scolaire. Même les moments climaxiques où le piano nous sort le grand jeu me laissent plutôt de marbre, malgré une efficacité certaine. Cependant toute la fin est vraiment bien, mais bien trop courte. Bilan très mitigé quoi.
Le deuxième mouvement presto est un scherzo qui me laisse pareillement indécis : des choses intéressantes et prenantes, un thème principal très agréable, mais cette musique me glisse un peu dessus sans laisser de trace. Les moments de lyrisme plus reposés sont les bienvenus car ce sont les plus beaux. Au final je préfère au mouvement précédent, même si tout ceci me laisse une impression de tiède.
Le troisième mouvement andante reste dans la même lancée que ceux qui précèdent, il aurait pu être réussi, Prokofiev sachant très bien faire des mouvements lents aux ambiances lunaires, mais ce n'est qu'en partie le cas. On y est parfois, mais jamais totalement, jamais très longtemps. Mais à la limite c'est le mouvement le plus réussi jusqu'à présent, ce genre d'ambiance chez Prokofiev ayant toujours un effet sur moi.
Le dernier mouvement allegro con brio est assez néo-classique dans ses effets. La musique est effectivement très tonale et on a une impression de déjà-entendu dans beaucoup de phrases, exercice de style ou pas. Il n'empêche que par endroits c'est super bien fait, vraiment beau, notamment le thème principal qui revient tout le long. Mouvement agréable sans être révolutionnaire.
Cette seconde sonate n'est définitivement pas un coup de cœur, même si elle peut faire passer un bon moment, elle ne laissera pas un grand souvenir, malgré les petits instants plus lumineux qui l'éclairent. Ce n'est pas que ça manque d'inspiration, mais la sauce ne prend pas, pas avec moi en tout cas.

Sonate pour violoncelle op119 :

L'ultime sonate pour instrument à cordes de Prokofiev fut écrite pour le jeune violoncelliste Rostropovitch, lequel devint un ami proche du compositeur à présent malade. Lorsqu'en 1948 Andreï Jdanov, dignitaire proche de Staline, l'accusa ainsi que plusieurs autres compositeurs soviétiques de "crimes formalistes" contre le peuple soviétique, Prokofiev connut de graves ennuis de santé et vit sa carrière sérieusement entravée. Pendant plusieurs années, les œuvres de Prokofiev furent tout simplement mises à l'index et seul le soutien indéfectible de Mstislav Rostropovitch et du pianiste Sviatoslav Richter permirent que sa santé et sa créativité ne l'abandonnent pas totalement. Ce furent eux qui créèrent la Sonate pour violoncelle et piano en privé le 18 décembre 1949, en public le 1er Mars 1950. Compte tenu des contraintes imposées aux artistes à cette époque, l'œuvre ne pouvait que suivre la voie de l'orthodoxie et présenter un ton d'apparence optimiste, encore qu'une pointe d'ironie soit audible dans l'introduction désinvolte du deuxième mouvement.

Le premier mouvement andante grave et moderato est d'une autre intensité et d'une autre profondeur que ce que pouvait bien nous offrir la sonate précédente. D'une toute autre beauté aussi, car si cette sonate pour violoncelle peut elle aussi se présenter comme néo-classique, c'est avec une force expressive rare, le violoncelle étant magnifiquement desservi par une musique d'une grande noblesse. On entend vraiment de la grande musique dans ce mouvement, un souffle, j'aime beaucoup.
Dans la suite du premier, le deuxième mouvement moderato commence avec un thème de facture classique, de nouveau, mais qui s'intensifie par la suite pour notre plus grand plaisir. L'andante dolce qui entrecoupe le mouvement est superbe, on retrouve cette sobre beauté du premier. Un peu plus léger, ce mouvement est un parfait intermède.
Le troisième et dernier mouvement allegro non troppo apporte joie et bonne humeur avec son rythme et son thème toujours aussi classique. L'andantino joué jamais plus fort que piano enrichi le morceau d'une ambiance plus sombre, avec une légère pointe de recueillement, avant que cela reparte de plus belle. En effet j'aime encore plus la fin quand tout s'emballe avec les montées de gammes au piano, c'est beau et puissant.
C'est une grande œuvre, franche et direct, la tonalité d'ut majeur y étant sans doute pour quelque chose. Comme quoi on peut écrire en ut majeur en 1949 et faire quelque chose d'assez exceptionnel. L'œuvre témoigne d'un grand savoir faire, avec un équilibre entre les mouvements aussi bien qu'à l'intérieur de chacun, le tout servi par une grande inspiration, pour un résultat d'une noblesse... I love you


Dernière édition par guimix le Ven 21 Oct 2011 - 13:38, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Octavian
Glasse les fraises
Octavian


Nombre de messages : 7333
Age : 40
Localisation : Près du Vieux Port
Date d'inscription : 06/05/2008

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyDim 13 Mar 2011 - 15:31

Eh bien ! quel travail de présentation ! Et quel enthousiasme communicatif. mains
Revenir en haut Aller en bas
guimix
Mélomane averti
guimix


Nombre de messages : 309
Age : 33
Date d'inscription : 12/04/2010

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyDim 13 Mar 2011 - 18:57

Merci beaucoup! J'espère que ça va donner envie de les écouter. Et surtout, venez partager aussi vos ressentis sur ces œuvres méconnues de Prokofiev, c'est le plus intéressant!
Revenir en haut Aller en bas
Анастасия231
Mélomane chevronné
Анастасия231


Nombre de messages : 14207
Age : 30
Localisation : Karl Marx est un ailurophile ukraïnien d'obédience léniniste
Date d'inscription : 05/01/2011

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyLun 14 Mar 2011 - 20:01

Pfffffiiiioooouuuuuhhh... Qu'est ce que c'est long à tout lire... Crying or Very sad
ça montre bien ton enthousiasme pour la musique de Sergueï en tout cas Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
https://soundcloud.com/anastasia_vinogradova94
guimix
Mélomane averti
guimix


Nombre de messages : 309
Age : 33
Date d'inscription : 12/04/2010

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMer 16 Mar 2011 - 16:59

Allez, je passe aux œuvres vocales qui sont quasiment toutes, pour ne pas dire absolument toutes, inconnues! Il est temps de corriger ça :

Je vais diviser ces chansons et romances en trois groupes : d'abord, les premières chansons lyriques écrites entre 1910 et 1921 : op9,18,23,27,35,36. Ensuite les romances patriotiques écrites en URSS pour des enfants ainsi que les romances Poushkiniennes des années 30 et début 40 : op66,68,73,76,79,89. Enfin, les arrangements de chansons russes traditionnelles écrites pour la plupart dans les années 40 : op104,106,121.

Deux mélodies pour chant et piano Opus 9 :

Les premières chansons publiées de Prokofiev furent écrites en 1910/11 alors qu'il était encore étudiant au conservatoire de Saint-Pétersbourg : les romance "There are Other Planets" et "The Boat Pushed off" basées respectivement sur des poèmes des auteurs symbolistes russes Konstantine Balmont et Aleksei Apukhtin. Dans "Planets", le lyrisme de Prokofiev et les tendances impressionnistes du "nebbioso" (brumeux) et "misterio", ajoutés au vague symbolisme du poète, créent une douce atmosphère fort éloignée de l'agressivité et de la fougue pour lesquelles les premiers ouvrages de Prokofiev étaient connus. Dans son autobiographie, le compositeur se rappelle de ses essais de conservatoire avec une "tendresse paternelle".

"There are Other Planets"
il est vrai est une musique "impressionniste", beaucoup d'arpèges, de surplace harmonique. C'est assez efficace, de bons moments, surtout quand ça monte en intensité et que de grands accords résonnent bien fort. Mais au final on ne retiendra pas grand chose, malgré une bonne atmosphère rêveuse, déjà.
"The boat pushed off" étonne par la profondeur de la musique et la beauté des thèmes joués au piano. S'il est vrai que la voix n'est pas encore bien exploitée, cette romance vaut la peine ne serait-ce que pour l'incroyable maturité du matériau musicale. Le jeune Prokofiev n'a pas voulu se lancer pour la première fois dans ce genre sans avoir été très inspiré, ça se sent. Vraiment la musique annonce les plus belle choses pour le répertoire piano à venir (on peut même entendre un peu du deuxième concerto si on est bienveillant avec le jeune compositeur^^, sérieusement!). Là je viens de me l'écouter 8 fois de suite pendant que j'écrivais et je suis toujours autant surpris à chaque écoute!



Le vilain petit canard Opus 18 :

L'écriture vocale mature de Prokofiev est pour la première fois entendu dans "Le vilain petit canard" datant de 1914, basé sur le fameux conte de Hans Christian Andersen's. En plus de tournures typiques du compositeur, beaucoup y voient une touche autobiographique dans ce conte choisi délibérément qui raconte l'histoire d'un vilain petit canard qui se transforme en magnifique cygne. Entendant la chanson pour la première fois, l'écrivain Maxim Gorky s'exclama : "Il a écrit ça à propose de lui-même ; oui, de lui-même".

Le morceau est à peu près quatre fois plus long que les deux pièces précédentes, c'est donc un travail d'assez grande envergure pour son deuxième essai seulement dans le genre. Et c'est franchement une grande réussite. On entend déjà le Prokofiev qu'on connaît du début à la fin, ce n'est que du Prokofiev typique (vous aurez forcément l'impression d'avoir déjà entendu le premier thème), donc c'est un régal pour nous les amateurs invétérés du compositeur. Mais pas seulement, la pièce est extrêmement riche et variée en rythmes, mélodies, atmosphères, effets, thèmes...etc. Il n'y a quasiment aucun rapport entre le début de la chanson et la fin! D'ailleurs sur les 12 minutes que dure la pièce, chaque fois qu'on croit commencer à s'ennuyer, boom ça change d'ambiance et l'intérêt est ainsi maintenu au sommet. Il y a des moments réellement superbes. L'écriture pianistique est pleinement maîtrisée et quelques exercices de style sont du plus bel effet, mais contrairement au travaux précédent, un véritable effort a été fait pour que la voix ne fasse pas qu'accompagner le piano. Je préfère la deuxième moitié de la chanson, qui correspond à la partie plus joyeuse du conte, celle du cygne, la musique y est la plus
belle (les arpèges Shocked ), tout simplement. Bref, un petit bijoux qui vaut le détour, je pense que vous serez surpris par cette deuxième partie.



Cinq mélodies pour chant et piano Opus 23 :

L'année suivante Prokofiev composa le cycle de"Five Poems",basés sur les textes de cinq auteurs différents : Valentin Gorryansky, Zinaida, Gippius, Boris Verin, Nikolai Agnivtsev et, une nouvelle fois Balmont. Hormis Balmont et Giuppus qui étaient de fameux dissident, les auteurs ont très peu en commun et les thèmes des poèmes vont du commentaire morose sur la pauvre des villes à la simple célébration de l'amour. En dépit de moments de lyrisme, les chansons sont rappellent fortement les Sarcams op17.

"A Day Grass" se laisse écouter, avec quelques effets sympa au piano, mais on repassera pour la belle musique, rien de marquant.
"From Under the Roof" c'est carrément autre chose! Le morceau est presque aussi long que "The Ugly Duckling" et, sans être aussi varié, nous propose de la grande musique. Déjà le premier thème, qui est en fait un motif de 6 notes (tous les motifs de 6 notes chez Proko sont géniaux) obsédant et revient tout le long du morceau, parfois varié, parfois mêlé à d'autres motifs, parfois tronqué, parfois on ne le reconnaît qu'en coin, parfois pur, mais toujours bon! Le morceau est assez riche tout de même, on a une sorte de danse juste avant et juste après le milieu par exemple. Faut dire que le meilleur c'est vraiment de deviner les petits bouts du motif qui surgit sans prévenir, il est montré sous des aspects très différent, c'est un réel plaisir. A la fin, ça s'emballe à mort, le piano se déchaîne carrément, on est à fond et là : le motif revient, haaa que c'est bon^^ Les accords dans l'extrême grave qui l'accompagnent font frissonner. Comme "The Ugly Duckling" , et comme souvent chez Prokofiev, le meilleur est réservé pour la fin.
"In My Garden" est de taille plus traditionnel mais est presque aussi bon. Le chanteur rempli l'espace sonore dès le départ cette fois. La musique est angoissante, c'est sombre, intense. La première fois que la voix fait jeu égal avec le piano, voire qu'elle est plus importante pour l'effet angoisse. On a parfois le souffle coupé tellement le chant est puissant. C'est très beau.
"The Sorcerer" musique typiquement Prokofiev, peut-être un peu trop, déjà entendu sans être original à mort. Le jeu brutal du piano sauve quand même la pièce de l'oublie, ça fait son effet quand les accords déboulent sauvagement dans nos oreilles! Mais sans plus musicalement, malgré de bon rythmes.
"Trust Me" porte mal son titre! On est effrayé des les premières notes dans l'extrême grave que vient rapidement contredire le chant suraigu de la soprano. On a un aperçu des musiques les plus angoissantes que Prokofiev écrira pour l'Ange de Feu ou Semyon Kokto, j'adore! Aussi intense que bref, s'écoute également en boucle.

Une telle noirceurs dans ces atmosphères, pour un jeune opus 23 c'est très fort. C'est la où se trouve véritablement l'essence de Prokofiev je crois, ce qui en fait mon cycle préféré de cette première période.



Cinq mélodies sur des poésies d'Anna Akhmatova Opus 27 :

Moins de trois mois plus tard, la première des "Five Poems by Anna Akhmatova"avait lieu, proposant une musique remarquable autant pour le sérieux de son intention que pour la rapidité avec laquelle Prokofiev la écrite, la finissant en seulement quatre jours.

"The Gray-Eyed King" me fait un peu penser à du Satie, sauf que le charme n'opère pas. C'est dommage, il y a des passages qui nous donnent envie de croire qu'il va se passer quelque chose, puis rien. Trop décevant!
"Hello!" Commence très bien, mais c'est trop court pour qu'est lieu quoi que ce soit d'intéressant, hormis un rythme typique Prokofiev sans plus et le même arpège qui accompagne le motif de six notes de "From Under The Roof" du cycle précédent. Encore plus dommage que le précédent, ça partait vraiment bien.
"Memory of The Sun" par contre j'adore, c'est une très belle écriture qui mêle à merveille voie et piano. Une mélodie bien signée Prokofiev une fois de plus, mais cette fois-ci c'est une réussite. On l'écoute une fois on a forcément le thème principal dans la tête pour toujours, c'est très simple et très efficace. Je l'écoute très souvent, annonce le meilleur du genre ("The Chatterbox", op68).
"Real Tenderness" prolonge parfaitement ce plaisir. Les mêmes qualités, la même clarté de discours, ces accords chantés par la soprano qui flottent dans l'air quelques secondes vous provoquent toujours un truc.
"The Sun Has Failed the Room" est plus agitée, peut-être un peu plus tourmentée aussi, mais globalement dans la même veine que les précédent. Par contre c'est très court, d'un seul trait.

Ce cycle est moins intense que le précédent, les chansons sont beaucoup plus courtes et les atmosphères bien moins angoissées, mais on est vraiment dans un format chanson maintenant. Prokofiev commence à réellement maîtriser le phrasé et mêle de plus en plus piano et voix, au profit de la voie le plus souvent d'ailleurs. Ce qui donne ici un nouveau petit bijoux : "Memory of The Sun".



J'ai déjà parlé de l'opus 35 sous sa forme de mélodie pour piano et violon plus haut, je ne reviendrai donc pas dessus.



Cinq mélodies sur des poésies de Balmont Opus 36 :

Au printemps 1921, Prokofiev fut inspiré par sa bref amitié avec le dissident Balmont alors que les deux vivaient en Bretagne pour retourner à l'écriture de chansons. Dans son autobiographie il raconte : "Balmon vivait quelques kilomètres plus loin, près de l'océan lui aussi, ce qui conduit à l'élaboration de cinq romances sur ses paroles, certaines étaient ancienne et d'autres, comme "The Butterfly", furent écrites sur place. Pendant que je lui jouais mes ébauches du concerto no3, il écrivait, à une vitesse impressionnante, une sonnet dédié à ce concerto." Le cycle qui en résulte est "Five Poems by Balmont" qui est rempli par le symbolisme de la nature, mais dont les humeurs varient de la morose introspection à l'optimisme réservé.

"Incantation of Water and Fire"
est sans intérêt particulier pour moi, rien de nouveau à l'horizon, malgré une belle intensité par endroit, mais un peu vide.
"The Voice of Birds" est plus intéressant déjà, la voie du ténor nous fait son petit effet, parfois même son grand effet (c'est pas vraiment des oiseaux qui chantent pour le coup^^). Malheureusement, musicalement on atteint pas des sommets non plus. On ne retiendra rien, la partie piano étant morte.
"The Butterfly" a les mêmes défauts, sauf qu'en plus la soprano ne procure aucune sensation. La partie piano est plus mitigée : au début ça jacasse c'est moche mais après ça s'intensifie c'est pas mal. Toujours sans grande musique toutefois.
"Remember Me!" sauve le cycle. Déjà on commence avec un motif répété indéfiniment, motif de 5 notes, chose rare chez Prokofiev, assez efficace (mais moins que le 6 notes de "Under The Roof"). Mais là il se passe enfin quelque chose autant sur le plan vocal que musicale! Très intense tout le long, un bon crescendo. Comme tous le cycle, atmosphère plutôt sombre, voire dépressive, on sent la solitude qui commençait à ronger Prokofiev lors de sa composition.
"The Columns" commence par un accord qu'on a déjà entendu dans "Under the Roof" (celui qui soutient la dernière note du motif de 6 notes -j'ai l'impression que cette musique obsédait Prokofiev lui-même), donc pour l'originalité on repassera^^. Mais c'est pardonnable car la suite est pas mal. Une atmosphère certaine, toujours morose et angoissée, comme dans quasiment tout le cycle, et une intensité qui va crescendo. Bizarrement (enfin pas si bizarrement que ça) on s'imagine un l'orchestre une scène de Semyon Kokto quand le village brûle et que tout est fou. Pas mal, efficace sur le long terme.

De la première période c'est le cycle que j'aime le moins, deux chansons qui tiennent la route seulement, et c'est pas les plus belles qui soient non plus. Il était temps de passer à une autre période esthétique, au moins pour les chansons (oui parce qu'en même temps il composait l'Ange de Feu donc...)


Dernière édition par guimix le Dim 27 Mar 2011 - 16:32, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pelléas
Mélomaniaque



Nombre de messages : 1875
Date d'inscription : 02/08/2009

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMer 16 Mar 2011 - 17:21


Merci Guimix pour tous ces messages sur les œuvres de Prokofiev qui sont très intéressant mais pourquoi tu mets les titres en anglais dans ce dernier?

Wink
Revenir en haut Aller en bas
guimix
Mélomane averti
guimix


Nombre de messages : 309
Age : 33
Date d'inscription : 12/04/2010

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMer 16 Mar 2011 - 17:27

Parce que c'est comme ça qu'ils sont écrits dans mon coffret, je peux faire une traduction mais je ne suis pas sûr qu'elle sera toujours exacte, je vais sur internet si je trouve une source sûre.


Dernière édition par guimix le Mer 16 Mar 2011 - 23:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pelléas
Mélomaniaque



Nombre de messages : 1875
Date d'inscription : 02/08/2009

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyMer 16 Mar 2011 - 17:30


Si ça peut t'aider:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_%C5%93uvres_de_Sergue%C3%AF_Prokofiev

Wink
Revenir en haut Aller en bas
guimix
Mélomane averti
guimix


Nombre de messages : 309
Age : 33
Date d'inscription : 12/04/2010

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyJeu 17 Mar 2011 - 1:55

Allez c'est parti pour la deuxième période :

Six chants pour voix et piano Opus 66 :

Les chansons de la période soviétique de Prokofiev furent écrites principalement pendant les années 30 et 40. L'opus 66 est le premier cycle de chanson de propagande. De même que les opus 76, 79, 89, "To my homeland" et "Soldier's Marching Song". Contrairement à ses chansons à visée uniquement artistique, ces compositions furent écrites dans un but spécifique, celui de trouver une "nouvelle simplicité" dans le langage musicale pour atteindre les masses de travailleurs et paysans russes, un objectif que Prokofiev défendit publiquement en interview à la radio et dans les journaux.

"Zheliznyak the Guerilla Chief" commence sur un rythme de marche à la Danse des Chevaliers pour nous entrainer tout le long dans cet vraie chanson populaire. Si le but est effectivement de plaire au plus grand nombre, et ce par un rythme entêtant et une mélodie répétitive, c'est réussi! Ce qui fait que ce n'est pas désagréable, au contraire, mais pour ce qui est de l'intérêt musicale et de l'émotion provoquée, on repassera!
"Anyutka" même chose, encore plus futile si possible.
"The Country Grows" ah là par contre c'est bien mieux. On est toujours dans cette facilité, des lignes mélodiques très claires, le piano accompagnant note à note la voix, sauf que là les deux thèmes sont plus beaux et surtout moins gentils. Mais tout ça fait vraiment très chanson pour enfant (dans le mauvais sens du terme), facile à retenir. Mais enfin dans le stye celle-ci sort du lot.
"Through Snow and Fog" encore mieux que la précédente (décidément les chansons vont par deux). Plus nostalgique tout le long. Sentiments très franc forcément, très fier aussi. J'aime bien.
"Behind the Hill" est une belle petite chansonnette dans le style habituelle de Prokofiev dans les chansons pour soprano. The Chatterbox pointe le bout de son nez avec cette mélodie qu'on retient facilement.
"Song to Voroshilov" commence très fort avec une série de riches accords dans les graves, c'est assez intense. Malheureusement on retombe assez vite dans la chanson patriotique de base, avec quelque belles tournures en plus (belle fin de refrain). Je suis assez mitigé dessus, c'est très tonal la plupart du temps puis d'un coup un accord plus intéressant vient réveiller mon oreille. Pourrait être la meilleure du cycle.

Embêtant cet opus 66, je ne sais pas quoi en faire. Tout s'écoute très bien, elle sont toutes belles, on ne peut pas dire que ce n'est pas une réussite. Certaines même provoquent des émotions, mais on est quand même dans du tonal un peu chiant trop souvent. Les deux premières sont à oublier rapidement.


Trois Chansons Enfantines Opus 68 :

De toute cette période, c'est certainement l'œuvre la plus significative. Le thème de l'enfance tenait une place non négligeable dans l'œuvre de Prokofiev , comme le rappelle des pièces majeures comme Pierre et le Loup op67, la suite le Bûcher d'Hiver op122 et l'oratorio La Garde de la Paix op124, entre autres.
The Chatterbox est l'une des chansons les plus connues pour et à propos des enfants en Russie. Écrite par le populaire poète pour enfant Agnia Barto, la chanson devint un tube chez les auditeurs de tout âge. Les autres chansons sont aussi pleines d'humour et d'artifices musicaux variés.


"The Chatterbox"
enfin! Oui c'est ma chanson préférée. Pourquoi? Parce qu'elle est universelle. Comme la berceuse de Brahms, on ne peut qu'aimer et être admiratif devant le coup de génie. Le thème est simple mais ultra ultra efficace et les rythmes à l'esprit joueurs sont là pour divertir. On ne peut pas faire plus musique pour enfant (dans le bon sens du terme cette fois-ci). Une très grande réussite.
"A Sweet Song" est évidemment exactement dans le même esprit. Et j'adore aussi. C'est très simple, mais là on fait appel à mon enfance je n'arrive pas à être objectif!
"Piglets" encore mieux que la précédente, plus sombre aussi. J'adore les deux thèmes, celui très rythmé hyper efficace et celui plus recueillit qui finit par un accord très ambiguë, superbe. Toute la fin est magnifique, d'un coup c'est très sobre, pure. Je l'aime presque autant que "The Chatterbox", manque juste le coup de génie qui fait passer le truc dans l'universel. Mais on est pas loin.

Vous l'aurez compris, mon corpus de chanson préféré entre tous : Appel à mon enfance+Prokofiev= I love you Et décidément Prokofiev réussi tout ce qu'il entreprend pour les enfants, c'est un public qui l'inspire au plus haut point.


Trois mélodies sur des poésies de Pouchkine Opus 73
:

L'autre corpus important de cette période, ce sont les "Trois mélodies sur des poésies de Pouchkine", composés en 1936 pour commémorer le centième anniversaire de la mort du poète. Au même moment, Prokofiev travaillait sur la musique du film La Dame de Piques et des adaptations théâtrales de Boris Godunov et Eugen Onegin. Aucune d'entre elles ne devint réalité, ainsi les romances sont les seules témoignages de l'héritage de Pouchkine dans la musique de Prokofiev.

"The Pines" est un rare exemple dans la musique de Prokofiev de description d'un sentiment de rumination, de réflexion et d'une immersion dans le monde des pensées cachées -une île lyrique dans un torrent d'image. Très belle musique, très sobre et noble où les sentiments sont forts mais exposés avec une grande pudeur. On est loin des deux opus précédents (ça fait du bien d'entendre de nouveau un jeu décalé entre le piano et la voie). Harmoniquement c'est riche et très expressif. Grande musique.
"The Rosy Dawn is Coloring the East" est un pastiche stylisé de la musique russe du XIX° siècle, dont Glinka est le meilleur exemple. C'est très beau, d'un caractère plus léger que la chanson précédente. Ce qui fait que l'attention n'est pas maximale tout le long, mais il y a de superbe moments, moitié dansant, moitié lyrique, moitié nostalgique (oui, une troisième moitié^^). La fin est particulièrement réussie (mais ai-je encore besoin de le préciser?, c'est une habitude chez Prokofiev).
"To Your Room" est superbe, le thème principal est d'une très grande beauté. A chaque note de ce thème, l'émotion grandit, c'est vraiment bon. Et quand la voix se pose pour la première fois sur le piano c'est encore mieux. Pourtant il n'y a pas plus simple comme musique!

Encore un très grand opus, Pouchkine étant la deuxième source d'inspiration garantie pour Prokofiev (je vous parlerez de ses valses pouchkiniennes un jour)!


Sept Chanson d'Aujourd'hui Opus 76 :

Nous revoilà dans les œuvres de propagande. Originalement, ce cycle, composé en 1937, fut conçut pour soprano, baryton et orchestre mais Prokofiev en a fait lui-même une transcription pour piano et voie.


"Accros the Bridge" commence le cycle de la pire des manière qui soit : c'est juste gentil, rien de spécial, on passe vite.
Ça s'annonce mal ces chansons de masses!
"Be Happy" pourtant est tout autre chose. Bien plus profond (ce n'était pas difficile en même temps), la musique exprime tour à tour la mélancolie, la résignation et l'optimisme. Ça en fait une chanson très intéressante sur le plan des atmosphères, malgré la simplicité (mais ici ça peut aussi s'appeler pureté) du matériau musicale. J'aime bien.
"Golden Ukraine" est une belle chanson au ton patriotique, très premier degré. S'écoute très bien, mais pas 8 fois de suite! Ce n'est ni magnifique, ni original, ni rien du tout, on passe aussi!
"Brother's Revenge" est une petite musique qui part tout tranquillement mais qui finit assez violemment pour en faire un morceau très efficace. La musique est simple, mais on est prit dans les accords tapés de plus en plus fort. Mais la pauvreté du matériau musicale réduira le plaisir d'écoute à long terme.
"Girls" n'a pas ce défaut : même si c'est très simple, pas très original et archi tonal, on a une belle mélodie, ce qui lui permet d'être réécoutable plus de trois fois.
"A Twenty-Year-Old" commence par exactement le même accord scandé 3 fois au lieu de 4 que dans Roméo et Juliette acte II tableau 1 "Danse des gens", bon le rapport s'arrête là.^^ C'est une chanson variée, qui a ses très bons moments : de belles phrases, de beaux accords et un thème très touchant. Même s'il y a des creux, c'est vraiment pas mal.
"Lullaby" Malgré un début prométeur (la douceur du thème est berçante), j'ai commencé à sérieusement me faire chier avec celle-là. Car en dehors de ce thème, rien à se mettre sous la dent.
"From Land to Land" est encore plus vide que la précédente. Même la fin est prévisible.

Bon on en a enfin fini avec ce cycle moisi! 3 chansons sur 8 qui tiennent la route, c'est vraiment pas un bon score. C'est aussi un cycle dans lequel on ne reconnaît quasiment pas Prokofiev, c'est pas que les belles chansons ne sont pas bien, mais du coup on s'attache moins car c'est très neutre comme musique, n'importe qui (en exagérant un peu) aurait pu écrire ça.


Sept chants pour voix et piano Opus 79
:

Allez on prend son courage à deux mains et on y retourne pour un autre cycle de chanson de masse : les Sept Chansons opus 79, composées en 1939 (juste après Alexandre Nevsky, un espoir?)

"Song of My Homeland" anéantit immédiatement le peu d'espoir que nous avions de trouver ici un peu plus de musique. C'est de la même veine que From Land to Land, chiant (ce qui ne veut pas dire moche, ou sans jolie choses par-ci par-là, mais c'est bon, overdose là).
"Stakhanovka" ( un modèle de femme ouvrière) propose enfin un peu de musique. Un bon petit thème hoquetant, variété des rythmes, reste en tête. Ben voilà, on en demandait pas plus! Salvateur à ce stade de l'écoute. Mais vraiment, même en écoute seul direct, c'est bon.
"Over the Polar Sea" est bien aussi, ouf. Beaucoup plus mélancolique. Une certaine profondeur même, inattendu dans cet opus il faut bien l'avouer. La musique qui se répète donne un caractère désespéré que j'aime bien.
"Seeing Off" répète aussi un matériau très simple pour laisser le maximum de place à la voie, mais malheureusement, sauf les dernières secondes de la fin, il se passe strictement rien : c'est la même chose tout le long.
"Bravely Forward!" comme le titre le laisse deviner, du bon gros lourd qui attaque franchement sans finesse aucune. Encore une fois on passe. C'est sur des paroles de M.Mendelson-Prokofieva, la deuxième épouse de Prokofiev et ça ne rate jamais : tout ce qu'il a fait en collaboration avec elle pu sévère du luc!
"A Cossak was Strolling the Town" est trop courte. C'est dommage parce qu'il y avait un début de musique intéressante, dans les fins de phrases, le petit rythme et les derniers accords...bon c'est pas mal au final.
"Hey, Down the Road" me fait rire, c'est tellement gentillé comme musique, ça peut pas nous faire de mal^^ Mais on s'en dispensera.

Une cycle du même niveau que le précédent, avec un taux de réussite aussi pauvre et dans lequel on reconnaît guère plus Prokofiev.

Et on fini (enfin) avec les Sept Chants de Masse opus 89 composés en 1941/42 : et c'est l'erreur fatal de casting! Et oui, c'est M.Mendelson-Prokofieva qui est aux paroles, pour le meilleur et surtout (uniquement) pour le pire^^ C'est simple, sur les 5 chansons qu'on a (2 ont été perdu), 4 sont écrites par elle, et les quatre sont d'un ennui inimaginable. Il ne se passe rien mais rien de rien. La 5eme écrite par A.Surkov ne vaut guère mieux malheureusement (mais bizarrement c'est déjà mieux). Ou c'est inexistant ou c'est moche ou c'est vulgaire. C'est le pire cycle de chanson de Prokofiev, un échec total, ça ne vaut même pas la peine que je commente les chansons une à une.

Et pour vraiment finir avec les chansons patriotique, il y a aussi "To My Homeland" qui est très bien par contre. C'est écrit par mon amie M.Mendelson-Prokofiev, j'ai été mauvaise langue alors^^ On dira que c'est l'exception qui confirme la règle! La chanson a deux bon thèmes, entraînant, qui provoquent beaucoup d'émotion, et la fin est superbe. C'est vraiment une belle chanson (on fini sur une note positive quand même Very Happy ).


Dernière édition par guimix le Dim 27 Mar 2011 - 16:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
guimix
Mélomane averti
guimix


Nombre de messages : 309
Age : 33
Date d'inscription : 12/04/2010

Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 EmptyJeu 17 Mar 2011 - 23:06

Nous voilà arrivés à la dernière catégorie de chansons : les arrangements de chansons russes traditionnelles, la plupart composées dans les années 1940.

"White Snow" et "Elderberry Upon the Hill", ses deux premiers arrangements, furent publiés en 1929 à Paris, avant des les regrouper avec dix autres arrangements dans l'opus 104, publié lui en 1944 en Russie. Les biographes pensent que cet intérêt nouveau pour la musique folklorique que manifeste Prokofiev à cette époque montre son désir profond de retourner en Russie, étant éloignée de sa contrée natale depuis neuf ans maintenant. Expliquant en quoi consistait son travail dans ce genre, Prokofiev dit à Kabalevsky en 1945 : " Je prend des airs folkloriques et je les développe comme si c'étaient mes propres musiques." Prokofiev favorisa les chansons qui n'étaient pas encore utilisées par d'autres, alors qu'il suivait la tradition du groupe des cinq (Balakirev, Borodin, Cui, Mussorsgsky et Rimsky-Korsakov) en sélection principalement les plus douces, les plus lyriques et les plus intimes. Ensuite il créait des œuvres complètement indépendantes, aussi russe qu'elles pouvaient l'être tout en étant typiquement prokofieviennes, la chanson folklorique originale étant rendue inséparable de son propre langage.

Arrangements de chants populaires russes Opus 104
:

"White Snow" est une belle chanson, digne, objectivement on passe un bon moment en l'écoutant, on ressent même quelque chose, c'est assez mélancolique, mais purement subjectivement j'accroche pas. Je peux l'écouter plusieurs fois de suite sans problème mais je ne vais pas y revenir au final, je le sais.
"The Monk" me laisse encore plus froid. C'est sympa mais il se passe rien de particulier, je passe.
"Green Grove" haa là c'est autre chose : quelle tristesse! Un petit côté fin du monde tragique avec des moments presque liturgiques. Un grand niveau d'expressivité, mais expressivité solennelle. C'est superbe.
"Summer Elderberries" m'ennuies, les grands cris de la mezzo soprano sont sans doute censés provoquer quelque émotion mais ils me crispent plus qu'autre chose. Me fait rien du tout.
"A dream" a un titre mensongé, ça ne fait pas vraiment rêver^^ par contre ça endort, c'est une première étape. La fin est plus intense sauf que c'est juste exactement la même musique mais en plus fort.
"Dunyushka" commence avec un motif rythmique de Prokofiev qu'on connaît déjà, ça nous met donc en appétit. Mais on reste sur notre faim. Car en dehors de ça il n'y a rien, et surtout il n'y a que ça tout le long, un motif répété et répété encore.
"I see my friends nowhere" par contre elle je l'adore. Un chant qui me touche beaucoup, aussi bien au piano qu'à la voix. Encore une fois c'est triste, mais je crois que dans ces chansons traditionnelles, si c'est pas triste c'est vite chiant. Par contre quand ça l'est, ouah! Là c'est vraiment sublime, petits frissons et tout.
"Behind the Forest" est bien aussi. Un peu moins belle que la précédente, plus courte de moitié aussi, mais on y revient avec bonheur. Pas mal.
"Sashinka" commence avec les mêmes notes le Fatum op77 de Tchaikovsky, c'est intéressant de le savoir hein? (peut-être que tchaikovsky s'est inspiré de cette chanson russe, enfin bref). Par contre je suis entre deux, je ne sais pas si j'aime vraiment, il y a tout pour que la sauce prenne, il y a une progression harmonique et mélodique très romantique, un peu frank même, mais ça le fait pas pour moi. Je ressent rien. Comme quoi t'as beau mettre Tchaikovsky, Frank et Proko ensemble, ben tu kiff pas forcément^^ Je réécouterai quand même.
"Elderberry Upon the Hill" est trop courte pour qu'il s'y passe quoi que ce soit.
"Brown Eyes" est un peu chiante, on met un moment à rentrer dedans, mais au final c'est du bon. Au plus on avance dans la chanson, au plus c'est riche et intense, il y a une atmosphère certaine, un petit truc caché qui fait tout l'intérêt. La toute fin est superbe.
"Katerina" est la plus Prokofiev d'entre toutes et pourtant elle se laisse encore moins facilement appréhender. Il faut encore plus insisté pour en saisir la beauté. En surface c'est assez "vulgaire"(pour employer un mot qui ne fait pas du tout débat) parfois, mais une fois qu'on s'est habitué, on y trouve de quoi se nourri l'oreille abondamment.



Deux duos Opus 106 :

Un an après l'opus 104, Prokofiev complète la série avec deux duos pour basse et ténor :

"Everybody Gets Married" propose quelques tournures sympa et l'alliage basse/ténor est intéressant. Mais bon, sans plus, malgré un rythme sympa au piano de temps en temps. Oui sympa je crois que c'est le mot qui définit cette chanson -même si c'est pas vraiment l'ambiance-. Par contre à la fin il y a un air d'une musique hyper connue du répertoire ténor qui sort de nul part, j'arrive pas à retrouver le nom ça m'énerve!
"The Glorious Moscow Road" marque bien plus. Ça début très fort avec des accords frappés qui claques bien. Il y a une fougue, une puissance, les chanteurs sont assez déchainés j'aime beaucoup.

Dans les arrangements de chansons traditionnelles russe il y a aussi "Green Jar", qui est superbe. Très belle mélodie romantique, italianisante avec une pointe de mélancolie (tout ça^^), j'aime beaucoup, même si on entend pas vraiment Prokofiev, ce qui est d'ailleurs le cas avec tous ces arrangements exception faite d'une ou deux.

Et on fini avec la chanson de propagande "Chant de soldats pour la marche" opus 121, composé en 1950. Elle suit les consignes artistiques du régime avec son caractère très premier degré, entraînant, qui donne du baume au cœur. Un refrain très efficace qui plus est. L'objectif est pleinement atteint et en dehors de ça c'est plutôt agréable, mais sans relief harmonique forcément.



Étant donné la quantité de chansons que je viens de présenter, je crois qu'un récapitulatif des œuvres les plus marquantes serait utile :

Dans la première période
: "The boat pushed off" op9, "Le vilain petit canard" op18, "From Under the Roof" et "Trust Me" op23, "Memory of The Sun" op27
et "Remember Me!" op36

Dans la deuxième période : "Through Snow and Fog" et "Behind the Hill" op66, les Trois Chansons Enfantines op68, les Trois mélodies sur des poésies de P ouchkine op73,
"Be Happy" et "A Twenty-Year-Old" op76, "Stakhanovka" et "Over the Polar Sea" op79 et "To my Homeland" sans numéro d'opus.

Dans la troisième période : "Green Grove", "I see my friends nowhere" et "Brown Eyes" op104 et "Green Jar" sans numéro d'opus.

Ce sont trois cycles fort différents, qui s'apprécient pour des raisons toutes aussi différentes. En même temps, Prokofiev a changé assez radicalement d'esthétique au cour de sa vie, malgré des constantes. Celles que j'ai mises en gras sont les indispensables(oui il y en a pas mal). Il y a un coffret qui comporte toutes ces chansons que j'ai et conseille vivement à tout amateur de Proko!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Prokofiev   Prokofiev - Prokofiev - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Prokofiev
Revenir en haut 
Page 3 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Prokofiev - Les symphonies
» Les symphonies de Prokofiev
» Les opéras de Prokofiev
» Prokofiev - Ballets
» Prokofiev - Opéras

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: