Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Le Deal du moment : -48%
Casque sans fil Bluetooth Bose QuietComfort 35 II
Voir le deal
197 €

 

 Arnold Bax (1883-1953)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89552
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 EmptyMar 17 Déc 2019 - 12:59

Lumineuse, vraiment ?

Je réécoute ce disque, et je trouve toujours l'ensemble aussi indifférencié… Le Lento central est superbe, oui, avec ses flux-reflux assez apaisés, mais de là à être marqué, je ne suis pas sûr. J'attends la fin de ma réécoute (bientôt le troisième mouvement).
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 11100
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 EmptyMar 17 Déc 2019 - 13:07

DavidLeMarrec a écrit:
Lumineuse, vraiment ?
Par rapport à la 5 et à la 6, oui, très sensiblement. En tout cas, l'orchestration a quelque chose de très diurne.

DavidLeMarrec a écrit:
Je réécoute ce disque, et je trouve toujours l'ensemble aussi indifférencié…
Tu veux dire: à l'intérieur même de la symphonie (dans ce cas, oui, je suis assez d'accord) ou par rapport au reste du corpus (cf. supra)?

DavidLeMarrec a écrit:
Le Lento central est superbe, oui, avec ses flux-reflux assez apaisés, mais de là à être marqué, je ne suis pas sûr.
Pour moi, si. (Mais après pas mal de réécoutes, c'est vrai.)
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89552
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 EmptyMar 17 Déc 2019 - 13:13

Benedictus a écrit:
Par rapport à la 5 et à la 6, oui, très sensiblement. En tout cas, l'orchestration a quelque chose de très diurne.

Moi ça m'évoque une nuit sur la mer. Un peu comme les symphonies 2,3,4,5 et 6, quoi.

(Même la lumière du début du Lento – après les vents deviennent beaucoup plus audibles et sinistres – m'évoque tout au plus un reflet lunaire.)

Le final, peut-être… je n'en suis qu'au début, et il est effectivement plus triomphal, quoique pour moi ce ne soit pas forcément la lumière aveuglante du jour façon Mahler 7, plutôt celle d'une fin de soirée ou d'un crépuscule du matin.


Citation :
Tu veux dire: à l'intérieur même de la symphonie (dans ce cas, oui, je suis assez d'accord) ou par rapport au reste du corpus (cf. supra)?

À l'intérieur de la symphonie, il y a quand même du (un peu) rapide et du (pas trop) lent, des contrastes (le Lento doux au début aux cordes, plus tourmenté à la fin avec harpe et vents à l'avant), mais c'est un peu la même histoire, oui, de grands aplats indiscernables.


Citation :
Pour moi, si. (Mais après pas mal de réécoutes, c'est vrai.)

Je l'ai beaucoup écoutée (il y a longtemps), pourtant.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5548
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 EmptyMar 17 Déc 2019 - 14:09

Benedictus a écrit:
DavidLeMarrec a écrit:
Lumineuse, vraiment ?

Par rapport à la 5 et à la 6, oui, très sensiblement. En tout cas, l'orchestration a quelque chose de très diurne.

Tiens, je ne trouve pas la 7 tellement plus lumineuse que la 5... Plus détachée, moins terrienne, en revanche oui.

DavidLeMarrec a écrit:
Je réécoute ce disque, et je trouve toujours l'ensemble aussi indifférencié…

As-tu déjà écouté successivement la 6 et la 7 (et seulement ces deux-là) ? Je t'assure qu'elles sont vraiment différentes (si l'on excepte les deux codas assez semblables, mais je trouve que ça souligne encore davantage le contraste entre le reste des deux œuvres)...

La 2 et la 3 aussi, d'ailleurs...
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89552
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 EmptyMar 17 Déc 2019 - 14:23

Golisande a écrit:
As-tu déjà écouté successivement la 6 et la 7 (et seulement ces deux-là) ? Je t'assure qu'elles sont vraiment différentes (si l'on excepte les deux codas assez semblables, mais je trouve que ça souligne encore davantage le contraste entre le reste des deux œuvres)...

J'ai fait ça des dizaines de fois (avec Handley et Thomson, certes, donc dans le brouillard). Je n'ai jamais pu entendre où terminait l'une et commençait l'autre. Laughing


Citation :
La 2 et la 3 aussi, d'ailleurs...

La 1 et la 2 sont assez (enfin, disons qu'à l'échelle de Bax c'est beaucoup) différentes du reste, oui. La 2 franchement éclatante par certains aspects.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5548
Age : 45
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 EmptyMar 17 Déc 2019 - 15:00

DavidLeMarrec a écrit:
Citation :
La 2 et la 3 aussi, d'ailleurs...

La 1 et la 2 sont assez (enfin, disons qu'à l'échelle de Bax c'est beaucoup) différentes du reste, oui. La 2 franchement éclatante par certains aspects.

Comme j'ai d'abord accroché aux deux premières, j'ai plutôt tendance à les considérer comme le "standard" baxien (je trouve d'ailleurs que la 7 les rejoint assez, mais comme vues à travers un filtre ou un prisme...). Pour moi ce sont les 3 et 6 qui se détachent le plus du reste (la 3 plus disparate avec son premier mouvement anguleux et son Lento féerique, la 6 plus uniformément ombrageuse malgré la coda); quant aux 4 et 5, on peut les voir comme une sorte de parenthèse plus nettement optimiste...

Cela dit, il s'agit clairement d'un des corpera les plus homogènes que je connaisse, sans grande différence de style entre le début et la fin ni beaucoup de contrastes entre les numéros : j'ai été moi-même surpris la dernière fois d'entendre une telle différence entre la 6 et la 7 (mais ayant écouté la 6 trois fois de suite plus ou moins distraitement, l'enchaînement avec la 7 a apporté un vrai changement d'éclairage)...
Revenir en haut Aller en bas
Mefistofele
Mélomaniaque
Mefistofele

Nombre de messages : 703
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 EmptyMer 13 Mai 2020 - 2:03

Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Mi000010

Aujourd'hui, un peu de Bax pour se changer les idées. Des poèmes symphoniques, dont l'inspiration est parfois courte, mais dans la version dirigée par Boult et distribuée par Lyrita. Et franchement, ce chef et cette qualité sonore, ça change la donne pour moi. Plus belle captation que Thomson, Lloyd-Jones et Handley, avec des tempi idéaux. Par exemple, dans November Woods (une révélation pour moi avec la forêt mystérieuse, l'un des poncifs thèmes chers à Bax), Handley s'étire trop et Lloyd-Jones expédie la partition : on a dit mystère, pas la Belle au Bois Dormant ou la campagne militaire en forêt !
De même pour Tintagel, très réputé et pourtant pas forcément passionnant si on me demande, Boult choisit une lecture virile et plus rapide que ses confrères, et on y gagne !

Aussi, une vraie rareté : la symphonie en fa.
Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Bax_ya10

Elle est l'œuvre d'un très jeune compositeur (24 ans à l'époque) qui se cherche et n'a certainement pas encore appris la concision — chacun des 4 mouvements fait pratiquement 20 minutes — ni la structure — le rapport entre les mouvements est ténu, on dirait vraiment une juxtaposition de (très belles) vignettes. On retrouve des tournures typiques du compositeur, mais on entend défiler beaucoup d'autres, qui auront fait du poème symphonique eux aussi (Dvořák, Elgar, Rimsky).
Le premier mouvement a des gestes cuivrés martiaux typiques qui alternent avec des épisodes plus doux. Dans le second, beaucoup de cordes, de la harpe, de beauté inquiète et d'éruptions furtives, de caractère aussi. Le troisième est une espagnolade avec échos ravéliens (La Valse !), c'est ce que j'ai préféré je crois. Le finale est pompier épique très pompier et invoque Elgar à plusieurs reprises, pas forcément ma tasse de thé, d'autant que c'est le mouvement le plus long (25 minutes !).

Pour finir, un peu de musique de chambre avec l'Elegiac Trio (harpe, alto, flûte) dans la version Talitman/Xuereb/Fregnani-Martins.
Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Britis10

Quel délice ! La combinaison est assez rare, le résultat évoque plus les mânes de Caplet et Debussy que les brumes britanniques, et cette version propose un surcroît d'atmosphère par rapport à celle de Naxos, ainsi qu'un son plus ample. On trouve aussi en complément de programme le fabuleux Zodiac Trio de Mathias qui emmène l'auditeur dans d'autres sphères...
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89552
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 EmptyMer 13 Mai 2020 - 14:21

Quels magiciens, chez Lyrita ! Tous ces chefs qui ne m'intéressaient pas, toutes ces œuvres que je trouvais visqueuses, et qui se sont littéralement révélés

(Merci pour la recommandation Mathias, c'est noté !)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Iskender
Mélomaniaque
Iskender

Nombre de messages : 1392
Age : 52
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 EmptyMer 20 Mai 2020 - 13:59

DavidLeMarrec a écrit:
Quels magiciens, chez Lyrita !  Tous ces chefs qui ne m'intéressaient pas, toutes ces œuvres que je trouvais visqueuses, et qui se sont littéralement révélés

(Merci pour la recommandation Mathias, c'est noté !)

J'ai écouté ce matin la 5ème, maintes fois tentée, cette fois par Raymond Leppard chez Lyrita donc. Et en effet j'ai eu l'impression qu'on ouvrait les fenêtres pour laisser entrer la lumière. Les choses me sont apparues avec plus d'évidence et j'ai eu pour la première fois un réel plaisir à écouter cette musique et à y trouver des émotions. Je n'ai pas ouvert toutes les portes (entre autres dans le développement du 1er mouvement) mais comprends les fans. Smile
Sinon je suis peut-être à côté de la plaque, mais à plusieurs moments, furtivement mais de façon répétée, c'est à Dukas que ça me fait penser; le Dukas de la symphonie et d'Ariane.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/etiennetabourier
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 11100
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 EmptyLun 22 Juin 2020 - 15:35

Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Bax_no10
The Garden of Fand. Tintagel¹. November Woods²
Sir Adrian Boult / London Philharmonic Orchestra
1968¹, 1972²
Lyrita


Mefistofele avait signalé ce disque un peu haut. Et en effet, si ce n’est pas la révélation de chefs-d’œuvres (ça reste les poèmes symphoniques atmosphériques-épiques qu’on connaît, avec leur défaut de prégnance mélodique et leur recherche d’effets, en-deçà des Symphonies), ces versions Boult permettent quand même de les réévaluer sensiblement: dirigés avec cet allant et cette vigueur, sans sophistication inutile, captés de manière frontale et nette, ces poèmes symphoniques gagnent une franchise de coloris et des élans un peu folklorisants, qui s’écoutent avec un réel plaisir - très loin des choses brumeuses et invertébrées (ou, pour Tintagel, du pompiérisme cuivré) qu’on a l’habitude d’y entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Prosopopus
Mélomane averti
Prosopopus

Nombre de messages : 441
Age : 36
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/11/2017

Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 EmptyLun 22 Juin 2020 - 23:45

Benedictus :
Citation :
• Symphonie nº7 (1938-39)
Raymond Leppard / London Philharmonic Orchestra
Londres, IV.1974
Lyrita

Quelle belle symphonie, décidément! Et, plus encore: quelle belle dernière symphonie! On dirait à la fois qu’elle prend en écharpe tout le corpus (conjoignant la veine épique des deux premières et l’écriture à la fois plus rogue et plus évasive des suivantes) tout en se construisant comme une sorte d’antithèse de la précédente (aussi élancée et lumineuse que la 6 semble prostrée et crépusculaire.)


Et quelle interprétation !

J'ai donc écouté la septième de Bax dans cette version par le LPO dirigé par Raymond Leppard.
Superbe captation, le discours est clarifié, détaillé mais tout en conservant le rythme et le souffle orchestral. Bien meilleure que la version Naxos de Lloyd Jones.

Rien à ajouter sur l'œuvre, toujours aussi belle, cette acmé dans le dernier mouvement, le lyrisme inquiétant du second mouvement, avec les bois qui finissent les plaintes des cordes, les mélodies qui affleurent sans jamais se répéter, puis ses cuivres triomphants qui rappellent la manière de Bax.

Dire qu'il est si peu connu...
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 11100
Age : 45
Localisation : De retour dans le neuf-quatre...
Date d'inscription : 02/03/2014

Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 EmptyMar 23 Juin 2020 - 0:01

Prosopopus a écrit:
Dire qu'il est si peu connu...
Tu veux dire: à part sur le forum? Parce qu'ici, Bax fait quand même plutôt partie des valeurs sûres...

Ce qui serait d'ailleurs intéressant de savoir, c'est si aujourd'hui il est souvent joué en Grande-Bretagne - ou si, là-bas aussi, c'est un peu un compositeur de niche pour geeks mélomanes.

Revenir en haut Aller en bas
Mefistofele
Mélomaniaque
Mefistofele

Nombre de messages : 703
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 EmptyMar 23 Juin 2020 - 0:25

Benedictus a écrit:
Prosopopus a écrit:
Dire qu'il est si peu connu...
Tu veux dire: à part sur le forum? Parce qu'ici, Bax fait quand même plutôt partie des valeurs sûres...

Ce qui serait d'ailleurs intéressant de savoir, c'est si aujourd'hui il est souvent joué en Grande-Bretagne - ou si, là-bas aussi, c'est un peu un compositeur de niche pour geeks mélomanes.


S'il est souvent cité dans la presse anglo-saxonne, c'est plutôt RWV, Holst et Elgar qu'on voit mis à toutes les sauces dans les concerts (The Planets doivent être jouées au moins 4 fois par an, et Pomps and Circumstance... drapeau ). Parfois, une pièce de musique de chambre, voire un poème symphonique si les programmations sont audacieuses...
Cf. un site dédié et son maigre recensement ici.
Revenir en haut Aller en bas
Prosopopus
Mélomane averti
Prosopopus

Nombre de messages : 441
Age : 36
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/11/2017

Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 EmptyMar 23 Juin 2020 - 1:01

Oui oui je voulais bien sûr dire hors forum.
Après, je sais qu'il y a plus ignoré encore mais en terme d'importance du corpus je trouve ça dommage, surtout que si le discours et le déroulé des symphonies sont un peu mystérieux il y a tout de même de quoi plaire aux fanatiques du romantisme autant qu'aux amateurs de modernise ou aux inconditionnels de l'épique mahlérien.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 89552
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 EmptyMar 23 Juin 2020 - 10:58

Benedictus a écrit:
Prosopopus a écrit:
Dire qu'il est si peu connu...
Tu veux dire: à part sur le forum? Parce qu'ici, Bax fait quand même plutôt partie des valeurs sûres...

Ce qui serait d'ailleurs intéressant de savoir, c'est si aujourd'hui il est souvent joué en Grande-Bretagne - ou si, là-bas aussi, c'est un peu un compositeur de niche pour geeks mélomanes.


Je ne crois pas, non, ou peut-être des ouvertures éparses, mais les symphonies ne sont vraiment pas au menu courant. (Je serais en peine de pouvoir dire si j'ai déjà vu passer ça dans un programme britannique – je ne surveille pas de près la programmation quotidienne, mais tout de même, on a de petits aperçus, des copains qui suivent tel ou tel orchestre, etc.)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Iskender
Mélomaniaque
Iskender

Nombre de messages : 1392
Age : 52
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 EmptyMer 24 Juin 2020 - 21:26

Benedictus a écrit:
The Garden of Fand. Tintagel¹. November Woods²
Sir Adrian Boult / London Philharmonic Orchestra
1968¹, 1972²
Lyrita


Mefistofele avait signalé ce disque un peu haut. Et en effet, si ce n’est pas la révélation de chefs-d’œuvres (ça reste les poèmes symphoniques atmosphériques-épiques qu’on connaît, avec leur défaut de prégnance mélodique et leur recherche d’effets, en-deçà des Symphonies), ces versions Boult permettent quand même de les réévaluer sensiblement: dirigés avec cet allant et cette vigueur, sans sophistication inutile, captés de manière frontale et nette, ces poèmes symphoniques gagnent une franchise de coloris et des élans un peu folklorisants, qui s’écoutent avec un réel plaisir - très loin des choses brumeuses et invertébrées (ou, pour Tintagel, du pompiérisme cuivré) qu’on a l’habitude d’y entendre.

Alors je rejoins l'enthousiasme unanime des forumistes Baxiens sur ces prises de son Lyrita, et ai d'ailleurs reçu il y a deux jours ma commande des symphonies 2 & 5 par Gould et Leppard. Cela étant sur ce disque-là, si je suis d'accord sur l'aération apportée par Lyrita et la finesse apportée par Boult, il y a quand même un souci d'éloignement et surtout d'équilibre entre les pupitres. Dans Tintagel justement, la petite harmonie est vraiment noyée. Les cuivres en effet ne sont pas tapageurs, mais la flûte est néanmoins gommée, ce qui n'est pas possible là-dedans (c'est justement les bois qui peuvent sortir l'œuvre des à-plats et du pompiérisme).

Prosopopus a écrit:
Benedictus a écrit:
Symphonie nº7 (1938-39)
Raymond Leppard / London Philharmonic Orchestra
Lyrita

Superbe captation, le discours est clarifié, détaillé mais tout en conservant le rythme et le souffle orchestral. Bien meilleure que la version Naxos de Lloyd Jones.

Pas encore écouté la 7 de chez Lyrita mais c'est vrai que les Bax de Lloyd-Jones ne m'ont jamais passionné. Il jouit de prises de son largement préférables à la grisaille servie par Chandos, mais passé cet aspect plus attractif au premier abord, je n'en retiens pas grand chose. Je ne suis d'ailleurs pas rentré dans ce corpus tant que je me suis limité à ces versions Lloyd-Jones.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/etiennetabourier
Prosopopus
Mélomane averti
Prosopopus

Nombre de messages : 441
Age : 36
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/11/2017

Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 EmptyMar 30 Juin 2020 - 22:35

Alors j'ai pourtant découvert et assez immédiatement adoré les symphonies grâce aux disques Naxos mais j'avoue que la découverte des versions Lyrita est un vrai plaisir.

Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 R-4663306-1371486193-4531.jpeg

Symphony no 5
London Philharmonic Orchestra - Raymond Leppard


Encore une version qui étend les couleurs de la symphonie, ça danse quand le rythme s'emballe, on entend des détails dans les percussions, notamment ces cloches un peu féeriques, et le son grave des cuivres a aussi une superbe présence.

Leppard dirige ça vraiment parfaitement, il respecte un climat très inquiétant dont émergent les envolées plus romantiques des cordes. Très belle réussite sur le moment suspendu du second mouvement avec la sonorité en écho de la flûte.

Et j'ai une anecdote assez étrange sur le disque. Je l'ai acheté via un vendeur Discogs chez qui j'ai acheté tout un lot de Bax qui devait appartenir à une même personne. A l'intérieur de la pochette du vinyle, j'ai trouvé une note, l'ancien propriétaire devait prendre le temps d'inscrire ses impressions sur ses écoutes. La note dit "a superlative recording" ce qui m'a fait sourire mais juste en dessous il y a inscrit "a week later, Gloria died". Alors c'est dérisoire mais ça m'a terrassé de tristesse. Une vie passée à s'ouvrir à la beauté du monde qui se résume à quelques notes dans des pochettes de vinyles revendus par un héritier distrait et poursuivant ou pas d'autres absolus (bon j'arrête on dirait du Marc Levy). Ça m'a rappelé une des phrases de fin du Château de ma mère de Pagnol, "Telle est la vie des hommes. Quelques joies, très vite effacées par d'inoubliables chagrins. Il n'est pas nécessaire de le dire aux enfants".
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Arnold Bax (1883-1953)   Arnold Bax (1883-1953) - Page 5 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Arnold Bax (1883-1953)
Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: