Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-13%
Le deal à ne pas rater :
Carte cadeau Cdiscount : payez 130€ et recevez 150€ pour les ...
130 € 150 €
Voir le deal

 

 Schoenberg - Oeuvres orchestrales

Aller en bas 
+43
Benedictus
bAlexb
gluckhand
Golisande
Bruno Luong
Brunail38
A
Rubato
Mélomaniac
Mariefran
Siegmund
Zwielicht
calbo
WoO
OYO TOHO
Pison Futé
Duck Feeling
Nounou
Hein ?
kegue
k-leb
arnaud bellemontagne
Rameau
Hippolyte
aurele
Richard
Utnapištim
Ophanin
Octavian
Passage
vonhirsch
Cololi
jerome
Tus
antrav
*Nico
adriaticoboy
Jaky
gurnemanz
DavidLeMarrec
Kia
Xavier
Cello
47 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 31902
Age : 40
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyVen 9 Aoû 2013 - 17:03

arnaud bellemontagne a écrit:
Schoenberg:Pelleas et Melisande (Karajan)

C'est quand même puissamment addictif. colors 
Tu as écouté la version Boulez de 2003 (je crois que c'est 2003) ?

_________________
Car l'impuissance aime refléter son néant dans la souffrance d'autrui - Georges Bernanos (Sous le Soleil de Satan)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 21916
Date d'inscription : 22/01/2010

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyVen 9 Aoû 2013 - 17:13

Non, je dois dire que je me mefie des lectures bouléziennes du Schoenberg postromantique.
(ses Gurrelieder shaking shaking shaking)

Mais peut être ai-je tort? bounce  
Revenir en haut Aller en bas
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 31902
Age : 40
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyVen 9 Aoû 2013 - 17:25

arnaud bellemontagne a écrit:
Non, je dois dire que je me mefie des lectures bouléziennes du Schoenberg postromantique.
(ses Gurrelieder  shaking shaking shaking)

Mais peut être ai-je tort? bounce  
J'avais trouvé ça très bien, mais ça fait un moment ...

_________________
Car l'impuissance aime refléter son néant dans la souffrance d'autrui - Georges Bernanos (Sous le Soleil de Satan)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 21916
Date d'inscription : 22/01/2010

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyVen 9 Aoû 2013 - 17:26

Mieux que Karajan ou Thielemann?
Revenir en haut Aller en bas
Cololi
chaste Col
Cololi

Nombre de messages : 31902
Age : 40
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 10/04/2009

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyVen 9 Aoû 2013 - 17:28

arnaud bellemontagne a écrit:
Mieux que Karajan ou Thielemann?
Je ne suis pas certains qu'il puisse détrôner Karajan dans ton coeur.

_________________
Car l'impuissance aime refléter son néant dans la souffrance d'autrui - Georges Bernanos (Sous le Soleil de Satan)
Revenir en haut Aller en bas
http://discopathe-anonyme.fr/
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 21916
Date d'inscription : 22/01/2010

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: schoenberg   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyVen 9 Aoû 2013 - 17:35

Sait-on jamais. Mr. Green 
Faut aussi que je réecoute Sinopoli. bounce 
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 87085
Age : 40
Date d'inscription : 08/06/2005

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyVen 9 Aoû 2013 - 19:31

Je me demande si ce que j'ai entendu de mieux n'est pas Ashkenazy.
Moins massif que Karajan, plus clair, mais en même temps pas froid du tout.

J'ai un assez bon souvenir du Boulez II sinon.
Revenir en haut Aller en bas
Brunail38
Mélomane averti
Brunail38

Nombre de messages : 142
Age : 42
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 18/04/2006

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyVen 9 Aoû 2013 - 20:43

Et le Pelléas de Abbado enregistré en avril 2006 au Musikverein de Vienne avec son orchestre des jeunes Gustav Mahler ? Couplé je crois avec la 4e de Mahler... Je ne l'ai pas écouté, je suis resté à Karajan... mais s'il y a des avis sur cette version, je suis preneur !
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 87085
Age : 40
Date d'inscription : 08/06/2005

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyVen 9 Aoû 2013 - 20:48

C'est en DVD, non?
J'en ai un bon souvenir, mais rien de plus précis.
Enfin, on se rend compte qu'il y a plein de bonnes versions quand même!
Revenir en haut Aller en bas
Brunail38
Mélomane averti
Brunail38

Nombre de messages : 142
Age : 42
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 18/04/2006

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyVen 9 Aoû 2013 - 20:49

Xavier a écrit:
C'est en DVD, non?
oui !
Revenir en haut Aller en bas
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1344
Date d'inscription : 07/08/2012

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptySam 10 Aoû 2013 - 9:20

Brunail38 a écrit:
Et le Pelléas de Abbado enregistré en avril 2006 au Musikverein de Vienne avec son orchestre des jeunes Gustav Mahler ? Couplé je crois avec la 4e de Mahler... Je ne l'ai pas écouté, je suis resté à Karajan... mais s'il y a des avis sur cette version, je suis preneur !
Je la trouve manquée de relief, peut être pu aidée par une prise de son moyen.

Bruno
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 21916
Date d'inscription : 22/01/2010

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyDim 11 Aoû 2013 - 15:31

Oui la prise de son n'était pas idéale et ça ne pardonne pas dans une oeuvre à la polyphonie aussi dense.
Réécouté Sinopoli.
Ca manque un peu d'élan et de clarté.
Je reste à la volupté de Karajan et à la lisibilité de Thielemann.
Barbirolli est à éviter absolument!
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 87085
Age : 40
Date d'inscription : 08/06/2005

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyDim 11 Aoû 2013 - 22:53

Ben non moi j'adore Barbirolli. Smile 

As-tu essayé Ashkenazy?
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 21916
Date d'inscription : 22/01/2010

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyDim 11 Aoû 2013 - 23:09

Non je ne connais pas Ashkenazy ,j'avais beaucoup aimé ses Scriabine ça peut donner quelque chose de bien.
Barbirolli, vraiment j'peux pas...Neutral 
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 87085
Age : 40
Date d'inscription : 08/06/2005

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyJeu 12 Sep 2013 - 17:45

Quelqu'un a écouté la version Saraste de Pelléas?

(c'est couplé avec un Erwartung chanté par Charbonnet... affraid )
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 21916
Date d'inscription : 22/01/2010

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyJeu 12 Sep 2013 - 17:55

Pas écouté, j'ai déjà askenazy à entendre.
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 21916
Date d'inscription : 22/01/2010

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyJeu 12 Sep 2013 - 21:42

Pas mal du tout cette version Ashkenazy.Smile 
Battue assez vive et belle poésie sonore dans les séquences les plus élégiaques.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 87085
Age : 40
Date d'inscription : 08/06/2005

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyJeu 12 Sep 2013 - 22:27

Oui, franchement je n'ai rien à redire à cette version, qui me semble vraiment sans défauts. (en plus d'être vraiment belle)

Je préfère ça au bruit de Karajan.

Mais en fait y a plein de belles versions. Smile 
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 21916
Date d'inscription : 22/01/2010

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyJeu 12 Sep 2013 - 22:57

Ben je préfère les couleurs, les tempis et la gestion des climaxes de Karajan... si tu me dis que ça n'est que du bruit moi je veux bien.Mr. Green 

Plein des belles versions?

Pour ma part c'est essentiellement Karajan, Thielemann, Abbado

Ashkenazy est parfois un peu fébrile.

Sinopoli sans plus.

Dans mon souvenir j'ai pas aimé Bohm et la version de Barbirolli est une atrocité.

C'est pas une oeuvre facile à réussir.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 87085
Age : 40
Date d'inscription : 08/06/2005

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyJeu 12 Sep 2013 - 23:08

arnaud bellemontagne a écrit:
Ben je préfère les couleurs, les tempis et la gestion des climaxes de Karajan... si tu me dis que ça n'est que du bruit moi je veux bien.Mr. Green 
Oui, je trouve les tutti trop fracassants.

Thielemann, Abbado, Ashkenazy, Sinopoli, Böhm, Barbirolli... tout ça ce sont de très belles versions pour moi. Smile (les deux dernières un peu en-dessous peut-être)
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5861
Age : 46
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyVen 21 Mar 2014 - 13:24

Je suis en train d'écouter Ashkenazy, après Thielemann : les deux m'ont beaucoup plus emballé que Karajan (qui m'a tenu longtemps éloigné de l'œuvre, même si je me doutais que c'était de sa faute), mais j'ai un faible pour Ashkenazy qui lorgne davantage vers l'impressionnisme (le passage entre 14'17 et 15' par exemple drunken ) alors que Thielemann la joue 100% postwagnérienne - mais avec une douceur et un moëlleux tout-à-fait jouissifs...
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 87085
Age : 40
Date d'inscription : 08/06/2005

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyVen 21 Mar 2014 - 13:30

Absolument d'accord: rien à redire à Ashkenazy qui me semble être une sorte d'idéal ici. (beaucoup plus que Karajan)
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5861
Age : 46
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyVen 21 Mar 2014 - 13:37

Au fait, entre 24' et 24'10 de la version Ashkenazy on entend quelque chose qui ressemble à des bribes de voix parlée - ou éventuellement à un gloussement de pigeon juste à côté du micro, mais la première hypothèse me paraît plus vraisemblable.
(Je me suis d'abord dit que ces drôles de sons étaient émis par le chef, comme cela arrive souvent dans les passages les plus exaltés, mais en réécoutant ça me semble de moins en moins probable... Enfin bon aucune importance de toute façon. hehe )


Dernière édition par Golisande le Ven 21 Mar 2014 - 14:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 87085
Age : 40
Date d'inscription : 08/06/2005

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyVen 21 Mar 2014 - 13:40

Ca ressemble assez à des gémissements de chef, oui... c'est quand même plus étonnant venant d'un enregistrement studio.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 87085
Age : 40
Date d'inscription : 08/06/2005

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyMer 14 Jan 2015 - 16:18

Solti dans les Variations opus 31, avec Chicago: j'ai adoré, c'est vif, moderne, mais aussi très coloré, assez idéal à mon sens.

Ca se trouvait apparemment avec la 5è de Bruckner, et aujourd'hui dans un gros coffret Decca sound vol.2, The Analogue years.
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand

Nombre de messages : 2441
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyLun 9 Fév 2015 - 15:55

J'ai une certaine tendresse, pour la symphonie de chambre N°2,opus 38 dont on parle très peu en général.Commencée en 1906, je crois, en même temps que la première, elle a été reprise, plusieurs fois, pour être completée et terminée en 1938 .Si Schoenberg l'a jugé bonne à être admise dans ses opus, c'est qu'il la croyait de taille à être jouée en public.Pour ma part, je lui trouve une certaine légèreté, beaucoup de mystère , et une maîtrise absolue, c'est un Schoenberg ,auquel on est ,peu habitué,léger parfois gracieux, avec surtout une valse assez ébouriffante dans le second mouvement /Con fueco, qui ne rougit pas devant la valse de Ravel, même si l'ensemble orchestral ,est éffectivement beaucoup plus restreint .une oeuvre qui je pense, si l'on ignorait qu'elle était de lui,aurait sûrement plus de succès.A signaler une version passionnante pour moi,chez PILZ, du fameux Henry Adolph, chef qui apparemment n'existe pas en réalité, mais qui a donné là, avec le Philarmonia Slavonica, une très belle version de cette oeuvre méconnue.
Revenir en haut Aller en bas
bAlexb
Mélomane chevronné
bAlexb

Nombre de messages : 8514
Age : 40
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyVen 19 Fév 2016 - 14:41

Issu de la Playlist :

arnaud bellemontagne a écrit:
Emeryck a écrit:
bAlexb a écrit:
Emeryck a écrit:
Arnold Schönberg : Variations pour orchestre 1926-28 / Karajan

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 173236763
En effet. Smile

Un peu mou du genou Karajan, là-dedans. Neutral

J'aurais dit : délicat, coloriste ; chambriste (et peut-être bien plus qu'on ne le répète, comme un mantra, de son Ring).
Oui, sans doute il est ici hors de sa "zone de confort", de son répertoire habituel et il n'aborde l'oeuvre que par cercles concentriques (il ne l'empoigne pas, ne l'affronte pas au sens propre du terme, c'est à dire de manière frontale), mais cette (relative : ça reste Karajan quand même Rolling Eyes ) discrétion de l'homme/chef face à la partition ne manque pas de charme, de séduction je trouve.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13059
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyMar 20 Sep 2016 - 17:47

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Berg_s10

Berg: Suite lyrique. Schoenberg: La Nuit transfigurée
Jean-Guihen Queyras / Ensemble Resonanz
Hambourg, VI & IX.2013
Harmonia Mundi


- C’est le premier disque en tant que chef du meilleur violoncelliste de ces dernières années.
- On y entend, en plus des Trois Mouvements bien connus (II à IV), une version pour orchestre à cordes des I, V et VI de la Suite lyrique (par Theo Verbey).

Sorti de cela, pas grand-chose à en dire. C’est du travail très soigné,  l’image sonore est très lisible, mais ça reste désespérement placide, voire carrément mou dans la Nuit transfigurée. Au regard d’une discographie assez fournie (du moins pour la Nuit et les Trois Mouvements), où l’on dispose de versions aussi diverses et esthétiquement marquées que Karajan / Berlin, Boulez / New York ou Sinopoli / Dresde (et Sinopoli / Philharmonia pour la seule Nuit), la pertinence de cette nouvelle gravure ne saute pas franchement aux yeux.

Même la version inédite des mouvements «manquants» de la Suite lyrique est d’un intérêt assez anecdotique: ce n’est jamais qu’une transcription de mouvements de quatuor pour orchestre à cordes (sans compter que si Berg avait choisi de ne transcrire que les II-IV, il avait sans doute ses raisons).

Bon, et puis l’originalité du visuel de couverture, hein...

Ah, si, tout de même: la notice de présentation est de Sylvain Fort, dont les lecteurs de Forum Opéra retrouveront le style concis et limpide et l’érudition sans cuistrerie.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 28731
Date d'inscription : 21/09/2012

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyMar 18 Sep 2018 - 1:54

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Arnold Schoenberg (1874-1951) :

Pelleas und Melisande, poème symphonique Op. 5

= Jac Van Steen, Orchestre philharmonique de Dortmund

(MDG, janvier 2013)

Smile Capté lors des concerts du 125° anniversaire de l'orchestre rhénan.
Tant par le son (SACD pourtant) que pour l'exécution velléitaire, je n'avais guère été emballé par la première partie du programme (l'opus 6 de Berg, enregistré en 2009).
Ici la physionomie apparaît plus dense, mieux construite.
Et l'interprétation plus satisfaisante, -certes ce poème post-romantique ne situe pas les mêmes enjeux que les redoutables Orchesterstücke.
Manifestement, le chef néerlandais opte moins pour l'opulence décadente-vénéneuse-fin-de-siècle (Karajan, comme prototype) que pour une approche plus abstraite
se délectant des jeux de timbres considérés comme matériau en soi. Sa lecture se distingue par une remarquable clarté des plans, des phrases bien droites et glabres.
Quitte hélas à trop négliger la suggestivité d'un contenu que le compositeur a pourtant précisément découpé sinon scénarisé.
Blâmons d'ailleurs que ces quarante minutes nous soient présentées d'un bloc, en une seule plage !!!
Je n'aime pas des approches trop richard-straussisées, mais là à mon goût on verse trop dans l'épure, qui toutefois trouvera certainement des oreilles admiratives.
Dans cette optique, alors que j'avais regretté un flagrant manque de conviction pour leur Berg, l'orchestre (mieux préparé ?) concilie ici la minutie avec l'engagement,
dans un convergent élan d'ensemble dont on saisit les vues.


Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Berg_s10
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13059
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyDim 25 Nov 2018 - 2:19

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Schoen10
Pelleas und Melisande, op. 5 (a). Concerto pour violon et orchestre, op. 36 (b)
Kolja Blacher (violon) (b), Markus Stenz / Gürzenich-Orchester Köln
Cologne, I(a) & IX(b).2013
Oehms


Un très, très grand disque Schoenberg!

C’est d’abord la direction de Stenz qu’il convient de saluer. Ce Pelleas réussit une sorte de quadrature du cercle: à la fois intense, cursif, porté par un élan qui ne retombe jamais et d’une précision de détail inouïe - alors que, dans mes versions préférées, jusqu’ici, c’était soit le postromantisme incandescent au détriment de la netteté du trait (Sinopoli / Philharmonia, DG), soit l’articulation du détail au prix d’une sorte de dissémination de l’œuvre (Boulez / Chicago, Erato.) Je crois que je n’ai jamais entendu une lecture aussi constamment exaltante de cette œuvre.

Même chose avec le Concerto pour violon (pourtant pas une œuvre que j’affectionne a priori): le spectre est détaillé comme rarement, avec une précision dans le rendu des textures qui donne une remarquable intelligibilité aux strates de l’orchestration, et le discours est accentué avec une tension et une intelligibilité extraordinaires (les articulations, les transitions, les ruptures) - là aussi, je crois bien n’avoir jamais entendu quelque chose d’aussi éloquent et habité à l’orchestre dans ce Concerto. Et le soliste, Kolja Blacher (qui avait déjà signé avec Abbado un des plus extraordinaires Concerto «à la mémoire d’un ange») est ici dans la même optique: sonorité riche mais très focalisée, jeu à la fois expressif et très articulé. Pour moi, une révélation.
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 21916
Date d'inscription : 22/01/2010

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyDim 25 Nov 2018 - 12:07

Impatient d'écouter ça! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec

Nombre de messages : 92231
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyDim 25 Nov 2018 - 13:02

Pour Pelléas, j'ai encore mieux celui de Debussy.

Il existe une version Duisbourg / Darlington, dans les Living Series d'Acousence. Non seulement c'est une superbe interprétation, mais le son y est extraordinaire : exactement celui qu'on entend en s'asseyant dans un théâtre, ainsi chaque détail est bien audible, et dans son volume naturel, on sent même le grain un peu plus sec de la salle…

Je ne sais pas si c'est la meilleure version, mais c'est incontestablement celle où l'on entend le mieux, et pour moi, ça a vraiment changé mon appréciation de l'œuvre – je suis carrément passé de bof bof à moui pourquoi pas ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 21916
Date d'inscription : 22/01/2010

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyVen 21 Fév 2020 - 13:40

Quelqu'un a écouté ce disque ?

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Schoenberg-Violin-Concerto-Verklarte-Nacht
Revenir en haut Aller en bas
Bruno Luong
Mélomaniaque


Nombre de messages : 1344
Date d'inscription : 07/08/2012

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyVen 21 Fév 2020 - 20:17

Ce disque sorte dans 7 jours. Il y a une autre nouveauté par Liebeck/Gourlay qui suivra.
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 21916
Date d'inscription : 22/01/2010

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyJeu 26 Mar 2020 - 22:56

Benedictus a écrit:
Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Schoen10
Pelleas und Melisande, op. 5 (a). Concerto pour violon et orchestre, op. 36 (b)
Kolja Blacher (violon) (b), Markus Stenz / Gürzenich-Orchester Köln
Cologne, I(a) & IX(b).2013
Oehms


Un très, très grand disque Schoenberg!

C’est d’abord la direction de Stenz qu’il convient de saluer. Ce Pelleas réussit une sorte de quadrature du cercle: à la fois intense, cursif, porté par un élan qui ne retombe jamais et d’une précision de détail inouïe - alors que, dans mes versions préférées, jusqu’ici, c’était soit le postromantisme incandescent au détriment de la netteté du trait (Sinopoli / Philharmonia, DG), soit l’articulation du détail au prix d’une sorte de dissémination de l’œuvre (Boulez / Chicago, Erato.) Je crois que je n’ai jamais entendu une lecture aussi constamment exaltante de cette œuvre.

Même chose avec le Concerto pour violon (pourtant pas une œuvre que j’affectionne a priori): le spectre est détaillé comme rarement, avec une précision dans le rendu des textures qui donne une remarquable intelligibilité aux strates de l’orchestration, et le discours est accentué avec une tension et une intelligibilité extraordinaires (les articulations, les transitions, les ruptures) - là aussi, je crois bien n’avoir jamais entendu quelque chose d’aussi éloquent et habité à l’orchestre dans ce Concerto. Et le soliste, Kolja Blacher (qui avait déjà signé avec Abbado un des plus extraordinaires Concerto «à la mémoire d’un ange») est ici dans la même optique: sonorité riche mais très focalisée, jeu à la fois expressif et très articulé. Pour moi, une révélation.

Pelleas : cursif est bien le mot, voilà une version d'une fluidité incroyable...ça avance en ne laissant aucun entrelac polyphonique dans l'ombre, peut être la version la plus "évidente" à écouter pour un premier contact (la splendeur sonore de Karajan se paie par une pesanteur un rien asphyxiante par endroits).

Concerto pour violon : Une version supérieurement articulée qui met bien en valeur la complexité de l'écriture de Schoenberg, c'est plus cru (notamment le jeu de Blacher) et un rien moins souple que la version Salonen mais aussi plus creusé.


Un excellent disque Schoenberg! thumleft

Faut que j'écoute ses Gurrelieder bounce
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13059
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyJeu 26 Mar 2020 - 23:25

arnaud bellemontagne a écrit:
Faut que j'écoute ses Gurrelieder bounce
Je ne les ai écoutés qu'une fois - c'est très bien (spectre très nette, avec une belle différenciation des strates, une lecture qui vise à souligner l'hétérogénéité du matériau mais en gardant la tension) mais ça m'a moins frappé; côté chanteurs, si je me souviens bien les hommes sont très, très bien, mais c'est moins agréable du côté des dames.
Revenir en haut Aller en bas
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
arnaud bellemontagne

Nombre de messages : 21916
Date d'inscription : 22/01/2010

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyJeu 26 Mar 2020 - 23:29

Merci, je vais écouter ça très bientôt. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 28731
Date d'inscription : 21/09/2012

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyDim 14 Juin 2020 - 22:18

Mélomaniac, in playlist, a écrit:

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Mzolom10
Catégorie orchestrale -rang 190°/250



Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Kubeli10
Rafael Kubelík (1914-1996)


Arnold Schoenberg (1874-1951) :

Fünf Orchesterstücke, Op. 16

= Rafael Kubelík, Orchestre symphonique de Chicago

(Mercury, avril 1953)

Smile En 1909, après trois ans où il n'avait rien écrit pour l'orchestre, Schoenberg consomme la rupture avec le romantisme dont on trouvait encore l'ardente manifestation dans les Gurrelieder ou Pelléas et Mélisande. « Bien qu'il emploie encore les accords traditionnels, il ne soumet plus leur enchaînement à la logique et aux habitudes des règles de l'harmonie. Au contraire, il évite tout ce qui pourrait les rappeler, première étape vers une musique totalement libérée de la tonalité » selon Jean-Jaques Velly.
La vaste nomenclature convoquée par cet opus permet certes des passages en force réclamés par les énormes fortissimos, mais surtout un travail sur le timbre qui requiert de savantes alliances, dans une veine à la fois impressionniste et pointilliste pour ce qui concerne les troisième et quatrième pièces. En revanche, dans les autres brûle une rage quasi-expressionniste.
Bref, un cahier emblématique de l'époque, précurseur dans ses audaces, dont la richesse m'avait captivé lorsqu'adolescent j'explorais le répertoire moderne. C'est le CD de James Levine avec le Berliner Philharmoniker (DG) qui m'avait initié, et que je considère toujours comme une référence pour tout son programme (complété par Berg et Webern) et par la droiture suprêmement cohérente de son interprétation, d'une évidente intelligence. Parmi les alternatives, le sommet repose sur Antal Dorati (Mercury, d'une implacable tension) et Günther Herbig (Eterna, dense et saturé jusqu'au fauvisme), dans la mesure où je privilégie l'éloquence. Pour cette même raison, me laissent plutôt froids les témoignages de Pierre Boulez (CBS, trop clinique), Simon Rattle (Emi, ardent mais un peu plat), Riccardo Chailly (Decca, malgré le charme du Concertgebouworkest). Et même Michael Gielen (Wergo) pourtant recommandé comme prioritaire par le Guide Fayard des Indispensables (« il lit ici le Schoenberg du sérialisme total et cette vision est singulièrement prophétique ») qui à mon goût manque de précision et d'épanouissement.
Reste la version que j'ai retenue, enregistrée alors que Kubelík tentait d'imposer au public de Chicago des œuvres que le conservatisme ambiant considérait encore comme excessivement d'avant-garde. Le moindre grognement de contrebasson, la moindre irisation (aussi ténue que l'effleurement des cymbales avec archet) : quoique réalisée avec un seul microphone (!), la captation des ingénieurs de Mercury ne laisse aucun détail dans l'ombre, dilate les volumes, affute les contours, et véhicule la conception puissamment incarnée par le maestro tchèque. Le tempo d'enfer imposé au Vorgefühle, impitoyablement assumé par l'orchestre américain, atteste d'une lecture sans concession, aussi adroite dans la délicatesse qu'investie dans la sauvagerie. Le chef porte aussi une minutieuse attention au matériau sonore, tant dans la douceur que la rugosité, tant dans le raffinement que dans les explosions intimement contrôlées et qui laissent abasourdi. De loin, voilà la version la plus impérieuse, virtuose et prégnante que compte la discographie.

Abruptement, les violoncelles élancent une courte phrase ascendante et interrogative, prolongée par un trémolo des flûtes et clarinettes, un staccato des cors, et une désinence des contrebasses. Relance par deux paires de pizzicati (0'12), réplique fuligineuse du trombone basse. Les violoncelles instiguent un retour (0'20) qui s'attire la répartie trillée des hautbois et clarinette (0'28). Après ce début perclus dans ses velléités, les violoncelles enclenchent un ostinato rageur (0'37) dont l'angoissante motricité contraste avec les hésitations qui prévalaient jusque là, et se propage à tous les pupitres. Les bois crient (0'45), violons et altos s'engrènent (0'59) à cette furieuse mécanique dont le crescendo achoppe sur un flatterzunge vociféré par trombones et tuba (1'13), avant de virer à l'orgie asilaire : les timbales matraquent, les violons scandent le thème du fugato en croches que le trombone solo s'arroge schématiquement, dans un contrepoint forcené. Un tel vertige d'intensité, qui déclenche des énergies incommensurables, ne saurait durer : deux trombones clament un motif de cinq notes (1'29) qui dérive de la phrase initiale, réitéré par les cordes à l'unisson. Des bribes s'évaporent, ruissellent comateusement, comme étourdies. Les trois bassons marmonnent vigoureusement (1'48), violoncelles et contrebasses tentent de remobiliser cet essai, mais un ultime flatterzunge des cuivres graves met un terme à cette échappée. En quelque deux minutes se condense là un des morceaux les plus imprédictibles et orageux de toute l'histoire de la musique.

Vergangenes se tourne vers un passé onirique, comme remémoré à travers la vitrophanie du songe. Un violoncelle solo déroule une mélodie hagarde, commenté par un rêveur choral des bois (0'15). Clarinettes et flûtes introduisent un passage (0'38) annoncé plus lent mais qui reste mobile du fait de sa mesure à 3/4, et des diaprures du célesta. Transition par une anacrouse (1'06) qui réinstaure la mélodie principale, avant un nouvel épisode en métrique ternaire, inauguré par l'alto (1'33), qui s'étire langoureusement, polarisant une certaine volupté. Le célesta initie un diaphane carillon (2'12) qu'il répète obstinément en s'agrégeant les miroitements des pupitres, comme démultiplié en écho. Clarinettes et bassons (2'45) instillent une figuration véloce où l'orchestre s'anime, s'échauffe, luit d'un éclat surnaturel, avant un retour des langueurs faunesques tissées par le hautbois (3'27), rétroéclairées par le célesta (3'39). Un tintement du triangle (4'15) dématérialise un accord illuminé vers les plus hautes tessitures.

Cette évanescente atmosphère se poursuit dans la troisième Pièce, Farben, mais par un procédé qu'on peut estimer inverse ! Alors que les réminiscences de Vorgangenheit semblaient diffracter les souvenirs, ici la palette recrée une lumière blanche par superposition des champs chromatiques. Le compositeur y illustre sa théorie de la mélodie de timbres : un accord se métamorphose perpétuellement en se déclinant à diverses combinaisons instrumentales. Une photoluminescence d'une rare subtilité, qui innove dans le maniement des textures, au point que la partition s'adjoint un commentaire à l'adresse du chef, en attirant son attention sur le respect des indications dynamiques, pour que les voix se fondent harmonieusement dans la couleur d'ensemble. Un tableau statique, figé dans l'immobilité de sa surface, seulement parcouru de micro-événements, relevant d'une complexe alchimie d'écriture. A l'écoute, l'interpénétration des teintes, le nuancier imperceptiblement remodelé s'avèrent fascinants, et ouvraient la voie à divers courants esthétiques qui seront exploités durant le siècle, tels que le spectralisme.

Peut-être un vestige des scherzos de la tradition austro-allemande, Peripetie s'ouvre par une fanfare cynégétique, vite mouchée par les bassons, d'où émerge la clarinette (0'16). Une phrase triturée aux violoncelles (0'30) annonce un épisode torturant, d'une élocution contrariée et hirsute, d'une extrême versatilité, qui se résilie dans les pâles ruminations des cors (1'06), du violoncelle solo. Fortissimo (1'36), les violons s'exclament, puis fomentent une frénésie (1'50) qui s'embrase crescendo jusqu'à un assourdissant tutti fortissimo (2'01), qui s'étiole enfin par un frétillement des contrebasses en sourdine et divisi. Toutes les tergiversations de cette quatrième Pièce semblaient tendre vers ce péremptoire coup de théâtre, asséné avec une incroyable fureur, -pareil dénouement justifiant le titre.

Das obligate Rezitativ achève ces cinq Stücke par une construction rhétorique qui utilise encore la Klangfarbenmelodie, mais à des fins plus dramatiques que la poésie vitrifiée de Farben. Un récitatif va se profiler sous diverses apparences qui en modulent le timbre, par un discours assertif, protéiforme, et volontiers pompeux. L'emphase se décante furtivement dans l'épisode qui suit le flatterzunge/tremolo (1'39) mais se reconstitue progressivement, enflant jusqu'à un fortissimo général, qui libère une autoritaire péroraison des cuivres (2'51). Cet acmé se dissout ensuite par un processus régressif qui éteint cette formaliste dissertation (3'40) dont les artifices de persuasion peinent à convaincre : l'intérêt se dialectise entre la forme et le fond, s'écartèle entre une structure amorphe et un langage véhément qui veut en sauvegarder la validité d'argumentation.


Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Bartok18
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13059
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyDim 14 Juin 2020 - 23:05

Merci à la fois pour le guide d'écoute et pour la recommandation (j'aime en général beaucoup Kubelik, mais je ne connais pas ses enregistrements nord-américains.)
Revenir en haut Aller en bas
Mélomaniac
Mélomane chevronné
Mélomaniac

Nombre de messages : 28731
Date d'inscription : 21/09/2012

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyLun 15 Juin 2020 - 0:25

Benedictus a écrit:

j'aime en général beaucoup Kubelik, mais je ne connais pas ses enregistrements nord-américains.


bounce Fichtre c'est pourtant peut-être sa meilleure période !
Tous les enregistrements sont des trésors : Tableaux d'une Exposition, Dvorak 9, Tchaikovsky 6, Mozart 34 38,
Métamorphoses symphoniques d'Hindemith, Musique pour cordes de Bartok...
Et même Má Vlast (sa toute première gravure, une légende du disque) fleurs
Revenir en haut Aller en bas
Mefistofele
Mélomaniaque
Mefistofele

Nombre de messages : 1116
Localisation : Under a grey, rifted sky
Date d'inscription : 17/11/2019

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyLun 15 Juin 2020 - 0:36

Mélomaniac a écrit:
Benedictus a écrit:

j'aime en général beaucoup Kubelik, mais je ne connais pas ses enregistrements nord-américains.


bounce Fichtre c'est pourtant peut-être sa meilleure période !
Tous les enregistrements sont des trésors : Tableaux d'une Exposition, Dvorak 9, Tchaikovsky 6, Mozart 34 38,
Métamorphoses symphoniques d'Hindemith, Musique pour cordes de Bartok...
Et même Má Vlast (sa toute première gravure, une légende du disque) fleurs

Oui, MAIS ! Si Benedictus ne connaît pas, il y a une raison bien simple...
La réponse en image.

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Dorati10
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier

Nombre de messages : 87085
Age : 40
Date d'inscription : 08/06/2005

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptySam 16 Jan 2021 - 23:02

Mefistofele a écrit:
J'ai donc moi aussi écouté le disque Gardner.

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Gardne10

Magnifique programme, exécution terriblement frustrante. Le Schoenberg m'a mis très mal à l'aise : du très beau son, c'est élancé, les contrastes sont mis en valeur avec soin... mais c'est d'un vide émotionnel terrifiant. Tempi (trop) rapides, aucun frémissement, c'est une démonstration technique aseptisée. Portant cette œuvre aux nues et l'ayant écouté des dizaines et des dizaines de fois par le passé, je n'y ai absolument pas trouvé mon compte.

Assez d'accord, on est presque dans la fadeur, il y a des accents qui sont survolés, et le moment vraiment raté et trop rapide c'est le Pesante - Grave, à ce niveau-là c'est carrément du gâchis.

Après, je ne saurais citer un seul enregistrement de la version orchestre à cordes qui me convainque totalement... étant donné que c'est toujours la version pour sextuor qui me comble vraiment.
Mon dernier coup de coeur en fait ça serait le concert Jordan d'octobre dernier à la Philharmonie. (juste avant l'interminable fermeture des salles...)
Revenir en haut Aller en bas
Spleen l'Ancien
Mélomane du dimanche
Spleen l'Ancien

Nombre de messages : 77
Age : 48
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 16/01/2021

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyLun 18 Jan 2021 - 1:21

Alors pour le coup je ne suis vraiment pas un spécialiste de Schoenberg – et à vrai dire je suis spécialiste en rien du tout –, mais je trouve que sa Nuit transfigurée par le LaSalle Quartet très réussie, un album avec des cordes assez « nerveuses » et pas mal de relief, ce qui convient bien à cette oeuvre je crois, ceci dit il est possible que vous soyez déjà nombreux à connaître cette version...


Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 11815111


Dernière édition par Spleen l'Ancien le Lun 18 Jan 2021 - 3:43, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus

Nombre de messages : 13059
Age : 46
Date d'inscription : 02/03/2014

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyLun 18 Jan 2021 - 1:25

Non, ce n’est pas un «arrangement», c’est la version originale pour sextuor à cordes. Les LaSalle y sont rejoints par Donald McInnes (alto) et Jonathan Pegis (violoncelle.)
Revenir en haut Aller en bas
Spleen l'Ancien
Mélomane du dimanche
Spleen l'Ancien

Nombre de messages : 77
Age : 48
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 16/01/2021

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyLun 18 Jan 2021 - 1:27

Benedictus a écrit:
Non, ce n’est pas un «arrangement», c’est la version originale pour sextuor à cordes. Les LaSalle y sont rejoints par Donald McInnes (alto) et Jonathan Pegis (violoncelle.)

Ah d'accord, au temps pour moi, je rectifie de ce pas.
Revenir en haut Aller en bas
Golisande
Mélomane chevronné
Golisande

Nombre de messages : 5861
Age : 46
Localisation : jeudi
Date d'inscription : 03/03/2011

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyLun 18 Jan 2021 - 1:42

Tu ne peux pas effacer les messages qui ont eu des réponses, en revanche tu peux les éditer si tu veux...
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand

Nombre de messages : 2441
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyVen 5 Fév 2021 - 21:48

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Treas010


Avis de recherche sur ce disque, je suis vraiment curieux de savoir comment joue Tibor Varga, après avoir lu, ce que Schoenberg, lui a écrit après la création de son concerto en 1951. « Votre performance résonne comme si vous connaissiez l’œuvre depuis 25 ans. Toute votre interprétation est mature, expressive, merveilleuse. Je peux vous assurer que je n’ai jamais entendu une performance qui reflète si précisément mes intentions dans les moindres détails."
Là il joue avec un chef que j'admire aussi beaucoup,Hans Schmidt-Isserstedt et le concerto de Bartok, est sûrement la version Fricsay,déjà publiée chez DG.

PS/ Belle faute d'imprimerie sur la pochette, en plus.
Revenir en haut Aller en bas
Anaxagore
Mélomane chevronné
Anaxagore

Nombre de messages : 2662
Age : 56
Date d'inscription : 06/01/2012

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyDim 28 Mar 2021 - 9:46

Petite comparaison de quelques versions des Variations op. 31.

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 9k=

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 2Q==

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 9k=

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Z

Le live de Mitropoulos avec les Berliner est effectivement superbe. Il tire l’œuvre du côté de l’univers expressionniste du premier Schoenberg et lui donne une urgence fiévreuse que je ne lui connaissais pas, au point de déboucher sur une course à l’abîme assez vertigineuse. Face à une telle interprétation, la version Karajan ne peut en effet que paraître statique (est-ce cela , Arnaud, que tu veux signifier quand tu parles de mollesse ?). D’autant plus que cette dernière est le fruit d’un parti-pris qu’on peut discuter : Karajan a enregistré chaque variation séparément, en modifiant à chaque fois la disposition de l’orchestre, ce qui est évidemment irréalisable en concert. Et il s’ensuit un statisme et une discontinuité du discours qui s’opposent frontalement à la continuité dynamique que lui donne Mitroupoulos.

Pourtant, le contraste avec la vision de ce dernier m’aide à comprendre ce qui me fascine malgré tout dans la version du chef autrichien. Même s’il y a des contrastes chez Mitropoulos, Karajan singularise chaque variation avec davantage de force. Cette singularisation jointe à une mise en place d’un perfectionnisme maniaque donne à chaque épisode une verticalité hautaine et un impact sonore (huitième variation) que je trouve assez impressionnants.

Boulez pour sa part, dans ses deux versions (BBC et Chicago), atomise le discours et le désincarne. Non seulement, c’est statique mais cela devient totalement abstrait, ce qui rejoint évidemment les préoccupations du compositeur, en tout cas à l’époque de la version CBS.

Ce qui est fascinant chez Gielen, c’est qu’il parvient à marier la précision analytique de Boulez avec une continuité qui va à rebours de l’atomisation du discours chez ce dernier. On entend presque tout (mais pas le célesta à la quatrième variation, des mesures 130 à 177), en tout cas beaucoup plus de détails que chez Mitropoulos et Karajan et leur gros son berlinois. On n’a pas ici l’urgence expressionniste de Mitropoulos — comme Karajan, Gielen observe une pause entre chaque variation ce que ne fait aucunement le chef grec — mais un équilibre entre l’épure, une poésie sonore de chaque instant (très belle sixième variation) et une continuité « mélodique » agogiquement très souple. C’est une très, très grande version.


En conclusion, je refuse de choisir ! Ces versions m’apportent toutes quelque chose de différent et qui est précieux. Tout au plus, je laisse tomber les versions Boulez qui sont vraiment déshydratantes  Smile .

Je n'ai pas encore écouté Herbig.
Revenir en haut Aller en bas
gluckhand
Mélomane chevronné
gluckhand

Nombre de messages : 2441
Localisation : Amiens
Date d'inscription : 15/07/2013

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyDim 28 Mar 2021 - 10:26

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Strad510

Par contre, pour le disque ci-dessus, je ne peux que tarir d'éloges,pour ce concert de janvier 1964,ou Scherchen avec l'orchestre de la Radio-télévision française,donne une très vivante Pastorale de Beethoven et de superbes Variations pour orchestre de Schoenberg, pourtant un orchestre assez peu familer, avec cette oeuvre, et qui s'en sort, très bien ,vu les nombreux applaudissements qui suivent l'interprètation.Bon encore, une fois, ce sont des archives et on ne peut demander, à ce genre de documents, d'avoir la qualité studio.c'est une assez belle , et vivante Pastorale,avec les vents remarquables de l'orchestre. oui on retrouve Scherchen dans son élément,au meilleur de sa forme.Le miracle, si c'en est un,c'est plutôt les étonnantes Variations pour orchestre de Schoenberg, Scherchen,en fait ressortir toute la richesse et la complexité, mais facilement.J'ai un concert du même acabit, avec Rosbaud à la direction, c'est plus sage,intimidant,plus oeuvre complexe,qui se referme sur elle-même, là, on voit bien la différence de ces deux chefs,l'un va vers l'épanouissement et l'autre ,vers un conservatisme certain, bon ,il faudrait, que je vérifie quand même,c'est de mémoire, je dis peut être des conneries.Quoiqu'il en soit, c'est un pur plaisir , de découvrir cette version, live des Variations et comme je l'ai dit ,plus haut, le public ,vu les applaudissements, y a pris beaucoup de plaisir aussi.On peut aussi , y trouver quelques explications, l'oeuvre n'est pas longue, elle dure une vingtaine de minutes, et puis cette richesse de sons, qui arrivent de partout,ça peut intimider  et surprendre agréablement l'auditeur, même si au début, on y comprend sûrement  rien.Je le répète ,encore une fois, les gens vous font plus peur, en parlant négativement d'une certaine musique, qu'en la faisant écouter directement. Le discours brouille plus l'intellect, que l'écoute première et sans préjugé ,de la musique elle-même .
PS/ La version est sur YT.
Dommage,qu'on ait pas un enregistrement de Furtwangler qui les a crée en 1928.
Il y a d'autres versions, Rosbaud, Maderna,Max Deutsch,Craft,Nagano et bien d'autres.
Revenir en haut Aller en bas
Iskender
Mélomaniaque
Iskender

Nombre de messages : 1675
Age : 53
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 11/08/2009

Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 EmptyDim 28 Mar 2021 - 23:19

Merci pour les pistes sur ces Variations que je veux réécouter.

Je disais en Général que j'avais réécouté la Symphonie de Chambre op.9 et que l'œuvre me plaisait beaucoup. Comme je disais je n'en suis pas à pouvoir comparer les versions mais j'ai tout de même envie de dire un mot sur cette version des Dissonances et David Grimal que j'ai choisie pour cette réécoute sans en avoir rien lu au préalable. J'ai particulièrement apprécié cette lecture.
Cette formation sans chef en donne justement une version chambriste au sens où j'ai trouvé ça très dialogué, très clair et défini, investi dans toutes les parties. Après je ne sais pas si c'est bien ou à côté de la plaque pour les connaisseurs de Schoenberg, mais cette version fait avancer dans l'approche de l'œuvre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/etiennetabourier
Contenu sponsorisé




Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Schoenberg - Oeuvres orchestrales   Schoenberg - Oeuvres orchestrales - Page 5 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Schoenberg - Oeuvres orchestrales
Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: