Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mahler - 2è symphonie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Lun 28 Mar 2016 - 16:22



Une interprétation typiquement haitinkienne dans I-IV puis soudain dans V, le cataclysme orchestral qui ouvre le mouvement me cloue sur mon fauteuil. Le reste du mouvement est à l'avenant. Un des meilleurs finale de la Résurrection que j'aie entendus. Seul Kaplan à Londres m'a soulevé autant que ça. Et il faut dire que la prestation de l'orchestre est fabuleuse, ainsi que la prise de son (live !!!). Pour vraiment apprécier, faut mettre le volume à toute pompe. Sur 2 cd, offert au prix d'un seul.

Je n'ai pas entendu la version que Haitink a faite à Dresde pour comparer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Mer 8 Juin 2016 - 20:41



VS.



La version de Vienne est la plus récente (2003 vs. 1988). Malgré les années qui les séparent, je ne parviens pas à préférer la version DG. Toutes deux sont très bien enregistrées. Dans le cas de la plus ancienne il me semble y avoir un registre dynamique plus étendu. Au Musikverein (2003) la prise de son est plus fondue, avec une 'rumeur' enveloppante qui parcourt le spectre sonore. Chacun semble avoir une individualité propre correspondant à l'interprétation. Non que celle-ci soit fort différente, mais à Vienne on prend un peu plus son temps, et les phrasés semblent un rien plus chaleureux.

L'un dans l'autre j'ai une très légère préférence pour l'exécution du London Symphony, vibrante et juste assez 'sèche' pour lui procurer présence et tranchant. Quant à l'interprétation, Kaplan est en toute probabilité le plus près de la partition qu'il soit possible d'imaginer. Ce chef a dédié quarante ans de sa vie à apprendre, étudier, éditer et diriger cette seule oeuvre. Ce qu'il présente est donc probablement totalement objectif en ce qui a trait aux indications (innombrables) de Mahler. Il prend 83-85 minutes (Londres-Vienne) vs les 76 de Kubelik ou les 94 de Scherchen.

La Résurrection est un des canevas symphoniques les plus vastes qui soient, tant par ses dimensions que ses effectifs et son propos. Il y a donc peu de chances (heureusement) qu'une seule version arrive jamais à occuper tout le terrain. Mais celles-ci (et particulièrement celle de Londres sur Conifer-IMP) tiennent fermement le centre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82113
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Mer 8 Juin 2016 - 22:13

Pareil pour moi : deux bonnes versions, mais à chaque réécoute je trouve Londres supérieure, plus organique (effet glaçant viennois assez logique cela dit, ça le fait avec tous les chefs).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Hyacinthe
Mélomane averti
avatar

Nombre de messages : 145
Localisation : Moscou
Date d'inscription : 29/04/2016

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Lun 13 Juin 2016 - 23:46

arnaud bellemontagne a écrit:
Hyacinthe a écrit:







Sacré Jimmy ! fleurs

C'est une bonne version?  


Alors perso je trouve que Levine n'en fait pas trop, tout est savamment dosé et la "grandiloquence" arrive dans le dernier mouvement. La tension est bien maintenue.

Pour Kathleen Battle et Christa Ludwig : rien à redire même si l'on entend que Christa Ludwig fatigue un peu.

La qualité sonore est bonne Very Happy


I. Allegro maestoso - 23:26
II. Andante moderato - 11:52
III. Scherzo - 10:42
IV. Urlicht - 4:47
V. Im Tempo des Scherzos - 38:13
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
georges2
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 17/07/2016

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Dim 17 Juil 2016 - 9:21

Bonjour a toutes et a tous. Concernant cette 2eme, Walter/NY et haitink/concert me semblent essentiels. Cordialement. Georges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18962
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Jeu 28 Juil 2016 - 17:19

Nouvelle parution pour Septembre chez Warner :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/ En ligne
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82113
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Jeu 28 Juil 2016 - 21:11

Borodina a déjà chanté du lied ? Surprised

Sinon, Gergiev a donné des versions particulièrement voluptueuses de cette symphonie au début des années 2000, comme ses Parsifal de ces années-là, assez étonnantes. (Ce n'est pas autant ce qu'on entend dans les versions gravées ultérieurement, pour l'un comme pour l'autre.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Polyeucte
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 18962
Age : 34
Date d'inscription : 03/07/2009

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Jeu 28 Juil 2016 - 22:21

DavidLeMarrec a écrit:
Borodina a déjà chanté du lied ? Surprised  
De la mélodie russe oui! Very Happy Et c'est tellement plus beau et délicat que du Lied teuton...

Citation :
Sinon, Gergiev a donné des versions particulièrement voluptueuses de cette symphonie au début des années 2000, comme ses Parsifal de ces années-là, assez étonnantes. (Ce n'est pas autant ce qu'on entend dans les versions gravées ultérieurement, pour l'un comme pour l'autre.)  
Je pense que je tenterai cette version... j'aime bien cette symphonie de Mahler... faudrait que je continue mes découvertes d'ailleurs un de ces jours!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erikcarnets.fr/ En ligne
bAlexb
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 8281
Age : 36
Localisation : Rhône-Alpes
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Ven 29 Juil 2016 - 9:55

DavidLeMarrec a écrit:
Sinon, Gergiev a donné des versions particulièrement voluptueuses de cette symphonie au début des années 2000, comme ses Parsifal de ces années-là, assez étonnantes. (Ce n'est pas autant ce qu'on entend dans les versions gravées ultérieurement, pour l'un comme pour l'autre.)  

Vers une nouvelle intégrale Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnaud bellemontagne
Gourou-leader
avatar

Nombre de messages : 16462
Date d'inscription : 22/01/2010

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Mer 17 Aoû 2016 - 15:28

Benedictus a écrit:
arnaud bellemontagne a écrit:
Mahler:Symphonie n°2 (Haitink Berlin)
J'en attendais beaucoup.
Déçu.  Neutral
Ah non, LA grande version de Mahler 2 par Haitink, c'est le live de Dresde paru chez Hänssler - comme tous les témoignages tardifs de Haitink, c'est prodigieux de tension (alors que pendant près de 40 ans, Haitink a été terriblement plan-plan). À mon sens, la seule version susceptible de faire jeu égal avec Abbado/Lucerne.

@André:Sa version de Chicago est formidable. Haitink conçoit les premiers mouvements comme dans une symphonie classique. Puis dans le finale il nous convie au théâtre. Monumental et transcendant. Et quelle exécution phénoménale !


Pour tout dire, j'ai trouvé cette version Berlin étonnamment placide et indolente. Si je me rappelle bien elle était sortie vainqueur de l'écoute en aveugle (devant Gielen et Klemperer) de Classica (enfin bon c'est pas un critère  Mr. Green ). On est loin de la magnificence de la version Abbado/Lucerne que tu loues à juste titre. De même, je ne sens ni l'évidence de Metha, ni la noirceur de Klemperer, ni la flamboyance épique de Bernstein (DG).Je crois même que j'ai préféré sa version avec le Concertgebouw d'Amsterdam, certes plus verte, mais aussi plus probe. Avec Berlin c'est l'absence de caractérisation et d'engagement qui me navre. Pourtant y a de quoi faire dans cette partition. Mr.Red

Mais bon, en même temps je m'en fous. On a tellement de bonnes versions de cette œuvre splendide. cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82113
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Sam 20 Aoû 2016 - 23:58

Benedictus a écrit:
arnaud bellemontagne a écrit:
Mahler:Symphonie n°2 (Haitink Berlin)
J'en attendais beaucoup.
Déçu. Neutral
Ah non, LA grande version de Mahler 2 par Haitink, c'est le live de Dresde paru chez Hänssler - comme tous les témoignages tardifs de Haitink, c'est prodigieux de tension (alors que pendant près de 40 ans, Haitink a été terriblement plan-plan). À mon sens, la seule version susceptible de faire jeu égal avec Abbado/Lucerne.

Complètement d'accord : je trouve Haitink particulièrement ennuyeux dans Mahler (et pas mal d'autres répertoires), je ne vois même pas de distinction si radicale entre les périodes (sa Deuxième de Chicago est très peu intéressante aussi), mais celle-ci avec Dresde, c'est plastique et fulgurant de tout en bout.

Outre Abbado-Lucerne, qui paraît décidément intouchable, je lui vois tout de même quelques autres équivalents : Bernstein NYP 1987 (dans une optique plus sacrée), Litton Dallas (très analytique), Levi Atlanta (un peu le même genre, moins lyrique, plus poétique), Neuhold Bremen (orchestre plus commun, mais tout est concentré sur l'avancée du discours, irrésistible), et puis quelques autres très grandes versions peu ou prou aussi bonnes, Zander Philharmonia, Stenz Gürzenich (avec des épisodes très individualisés), Suitner Sk Berlin, Challender Sydney, Blomstedt (qui avait remporté ici l'écoute comparée), Zinman (malgré la prise de son un rien ouatée), P. Järvi Radio Francfort (Main)… Tout ça est sensiblement de même valeur, et très intense en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3926
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Dim 21 Aoû 2016 - 0:59

DavidLeMarrec a écrit:
Bernstein NYP 1987 (dans une optique plus sacrée)
En effet d'une ferveur, d'un souffle et d'une solennité susceptibles de soulever un enthousiasme légitime, mais quand même un cran en-dessous d'Abbado-Lucerne et Haitink-Dresde pour ce qui est de la virtuosité instrumentale et de la précision dans la mise en place.

DavidLeMarrec a écrit:
Zinman (malgré la prise de son un rien ouatée)
Doux euphémisme...

DavidLeMarrec a écrit:
Stenz Gürzenich (avec des épisodes très individualisés)
Ah oui, en effet, parmi tes recommandations mahlériennes, ça m'avait bien plus convaincu que Zinman - dans une optique très dégraissée, et dans une logique qui exalte plus les ruptures et la dissémination de l'écriture que la grande poussée organique (un peu comme Abbado dernière manière, mais sans l'hédonisme).

DavidLeMarrec a écrit:
P. Järvi Radio Francfort (Main)
Remarquable aussi, c'est vrai, pour la transparence de l'image orchestrale et chorale, et le soin porté à la construction (les transitions, les tuilages!)

Je ne connais pas les autres, mais Neuhold à Brême me fait assez envie. Et puis, malgré tout ce qu'on a pu en dire, je persiste à beaucoup aimer Boulez-Vienne (une peu comme sa 6, elle aussi tellement vilipendée...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaky
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 9402
Age : 57
Localisation : Ch'tite ville
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Dim 21 Aoû 2016 - 2:29

J'ai écouté la version G. Kaplan avec Vienne et après-midi, outre une prise de son étouffée je n'ai jamais entendu version plus ennuyeuse : Il n'y avait personne pour botter les fesses des musiciens et du chef? Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82113
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Dim 21 Aoû 2016 - 20:18

[Bernstein NYP 87]
Benedictus a écrit:
En effet d'une ferveur, d'un souffle et d'une solennité susceptibles de soulever un enthousiasme légitime, mais quand même un cran en-dessous d'Abbado-Lucerne et Haitink-Dresde pour ce qui est de la virtuosité instrumentale et de la précision dans la mise en place.


Vraisemblablement, oui… mais ça a une importance ?

Citation :
DavidLeMarrec a écrit:
Zinman (malgré la prise de son un rien ouatée)
Doux euphémisme...

Tu exagères.


Citation :
DavidLeMarrec a écrit:
Stenz Gürzenich (avec des épisodes très individualisés)
Ah oui, en effet, parmi tes recommandations mahlériennes, ça m'avait bien plus convaincu que Zinman - dans une optique très dégraissée, et dans une logique qui exalte plus les ruptures et la dissémination de l'écriture que la grande poussée organique (un peu comme Abbado dernière manière, mais sans l'hédonisme).

Oui, pareil pour la 3. Dans la 7, c'est même une grande claque.


Citation :
DavidLeMarrec a écrit:
P. Järvi Radio Francfort (Main)
Remarquable aussi, c'est vrai, pour la transparence de l'image orchestrale et chorale, et le soin porté à la construction (les transitions, les tuilages!)

Moins personnel, mais ça fonctionne très bien.


Citation :
Je ne connais pas les autres, mais Neuhold à Brême me fait assez envie.

Ah, ne viens pas te plaindre sur le luxe de l'orchestre après, mais sinon, c'est assez sidérant de « directionnalité », tout file droit jusqu'à la fin, sans repos, sans relâchement, comme son Crépuscule.


Citation :
Et puis, malgré tout ce qu'on a pu en dire, je persiste à beaucoup aimer Boulez-Vienne (une peu comme sa 6, elle aussi tellement vilipendée...)

Oui, Boulez est très bien, on sent simplement qu'il se retient un peu à la fin pour ne pas trop verser dans l'émotion (c'est romantique / petit-bourgeois / vieilles lunes), et c'est un peu plus raide que les copains. Mais oui, version magnifique. À l'opposé, dans l'hédonisme le plus éhonté, Jansons-Concertgebouworkest est superbe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82113
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Dim 21 Aoû 2016 - 20:20

Jaky a écrit:
J'ai écouté la version G. Kaplan avec Vienne et après-midi, outre une prise de son étouffée je n'ai jamais entendu version plus ennuyeuse : Il n'y avait personne pour botter les fesses des musiciens et du chef? Shocked

C'est beaucoup mieux avec le LSO. (Il y a pire quand même dans le genre mou, à commencer par Haitink-Philips…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3926
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Sam 1 Oct 2016 - 13:16

DavidLeMarrec a écrit:
quelques autres très grandes versions peu ou prou aussi bonnes, Zander Philharmonia
Ça y est, écouté:
Benedictus, en Playlist, a écrit:
● Mahler: Symphonie nº2 «Résurrection»:
 
Miah Persson (soprano), Sarah Connolly (mezzo-soprano), Benjamin Zander / Philharmonia Orchestra & Chorus
Londres, 6-8.I.2012
Linn

Sonorité orchestrale plutôt épaisse, mais beaucoup d’intensité, des phrasés habités et une belle énergie. Lecture très cursive, prestations vocales superbes.
En fait, on dirait qu’il y a une sorte de tradition londonienne dans Mahler: pâte orchestrale épaisse mais lecture habitée (Klemperer, Tennstedt). Cela dit, il y a des différences: Klemperer exalte plutôt la verticalité de l’écriture, Tennstedt sculpte la matière sonore - alors que Zander est vraiment dans quelque chose de très cursif, qui insiste beaucoup sur la progression du discours.
(Ce qui est étonnant, d’ailleurs, c’est que David aime ces trois-là.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
georges2
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 17/07/2016

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Mar 18 Avr 2017 - 10:39

Orchestre superlatif, solistes et musiciens inspirés, chef d'une énergie sobre et efficace, prise de son d'une justesse naturelle, cette interprétation visionnaire écrase tous ses concurrents et reste la digne héritière de WALTER 58.
HAITINK Concertgebouw 5/1968.

P. S. La plupart des versions citées sont d'une mièvrerie indécente.

Georges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3926
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Mar 18 Avr 2017 - 13:29

georges2 a écrit:
Orchestre superlatif, solistes et musiciens inspirés, chef d'une énergie sobre et efficace, prise de son d'une justesse naturelle, cette interprétation visionnaire écrase tous ses concurrents et reste la digne héritière de WALTER 58.
HAITINK Concertgebouw 5/1968.
P. S.  La plupart des versions citées sont d'une mièvrerie indécente.
Difficile de ne pas souscrire à un jugement aussi nuancé et documenté.

C’est vrai: toutes les autres versions paraissent mièvres à côté d’Haitink / Amsterdam 68 - version justement réputée pour la véhémence, tantôt cinglante tantôt grinçante, de ses phrasés, la violence abrupte de ses attaques, sa tension rythmique qui ne relâche jamais, la brutalité de ses effets de dynamique, son orchestre d’une absolue noirceur, aux textures rugueuses, tournant résolument le dos au beau son, la sécheresse d’intonation du chœur, sans aucun fondu, le chant précis et objectif d’Heynis et Forrester, sans aucune concession à la sentimentalité romantique. En effet la digne héritière de Walter 58, qui s’en distingue cependant par ses vigoureux contrastes et sa richesse de coloris.

Klemperer et Boulez, en particulier, avec leur tropisme bien connu pour la sensiblerie, sont désespérément sirupeux à côté de la hargne mordante de cette première version Haitink.


Dernière édition par Benedictus le Mar 18 Avr 2017 - 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roderick
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 2945
Age : 42
Date d'inscription : 10/06/2013

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Mar 18 Avr 2017 - 13:40

Benedictus a écrit:
georges2 a écrit:
Orchestre superlatif, solistes et musiciens inspirés, chef d'une énergie sobre et efficace, prise de son d'une justesse naturelle, cette interprétation visionnaire écrase tous ses concurrents et reste la digne héritière de WALTER 58.
HAITINK Concertgebouw 5/1968.
P. S.  La plupart des versions citées sont d'une mièvrerie indécente.
Difficile de ne pas souscrire à un jugement aussi nuancé et documenté.

C’est vrai: toutes les autres versions paraissent mièvres à côté d’Haitink / Amsterdam 68 - version justement réputée pour la véhémence, tantôt cinglante tantôt grinçante, de ses phrasés, la violence abrupte de ses attaques, la brutalité de ses effets de dynamique, son orchestre d’une absolue noirceur, aux textures rugueuses, tournant résolument le dos au beau son, la sécheresse d’intonation du chœur, sans aucun fondu, le chant précis et objectif d’Heynis et Forrester, sans aucune concession à la sentimentalité romantique. En effet héritière de Walter 58, qui s’en distingue cependant par ses vigoureux contrastes et sa richesse de coloris.

Klemperer et Boulez, en particulier, avec leur tropisme bien connu pour la sensiblerie, sont désespérément sirupeux à côté de la hargne mordante de cette première version Haitink.
oui et pourtant sans jamais renoncer à une puissance évocatrice qui réussit même parfois à approcher le mystère de l'oeuvre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A
Mélomane chevronné


Nombre de messages : 5473
Date d'inscription : 04/02/2013

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Mar 18 Avr 2017 - 19:54

Vous êtes bien méchants... hehe

Il doit y avoir une bonne explication.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3926
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Mar 18 Avr 2017 - 21:30

Ah, Haitink / Concertgebouw est une belle version - c'est d'ailleurs avec elle que j'ai découvert l'œuvre. Et on pourrait développer toutes sortes d'arguments en sa faveur: une image orchestrale profonde avec de beaux timbres chauds et soyeux, une lecture très équilibrée et sans excès interprétatifs, des solistes vocaux aux timbres magnifiques...

Ce qui me paraît en revanche un peu fort de café, c'est d'affirmer ainsi sans autre forme de procès que toutes les autres versions sont «d'une mièvrerie indécente» à côté de cette lecture très sagement romantique. Surtout que, justement, la discographie n'est pas chiche en lectures «méchantes» (à commencer par celle du même Haitink, mais à Dresde).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
georges2
Mélomane du dimanche


Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 17/07/2016

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Mer 19 Avr 2017 - 9:53

Je signale aux plus jeunes d'entre nous ,la sortie d'une vision d'un autre temps : en solistes Gertrude BINDENAGEL et Emmi LEISNER sous la baguette d'Oskar FRIED, enregistrée récemment à Berlin.

N'oublions pas Otto KLEMPERER qui semble préparer une nouvelle version à Amsterdam avec cette fois Élisabeth SCHWARZKOPF et Maureen FORRESTER.

Bonne journée.

Georges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3926
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Mer 19 Avr 2017 - 10:20

Laughing thumright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3926
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Lun 11 Sep 2017 - 16:36

Je viens de reparcourir le fil: on parle beaucoup de Rattle / Brimingham (et pas en bien, ce qui correspond assez à mes impressions d'écoute - quoique je ne l'aie écoutée qu'une fois, il y a longtemps), mais je n'ai pas vu pas d'avis très détaillé sur la version berlinoise. Quelqu'un connaît? (Vu la qualité époustouflante de ses Sibelius berlinois par rapport aux birminghamois, je me dis que ça pourrait être vraiment bien...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82113
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Lun 11 Sep 2017 - 21:39

Je n'ai écouté que le concert de 2012 (alors que, vérification faite, c'est un de 2010), mais oui, c'est assez ultime côté intensité, et en prime le Rundfunkchor Berlin à son meilleur… On y entend très bien la métamorphose vers la transparence impulsée par Rattle – probablement le plus spectaculaire retournement de son d'orchestre de toute l'ère de l'enregistrement !

Ce doit être très, très bien si la prise de son est à la hauteur – mais elle est en général honnête dans cette collection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3926
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Lun 11 Sep 2017 - 21:58

Oui, les Rattle berlinois d'EMI/Warner  sont incomparablement mieux captés que ceux de Birmingham (sans atteindre toutefois la transparence et le grain des disques autoproduits par les Berliner.)
Mais je n'ai écouté aucun des Mahler de Rattle / Berlin, un peu échaudé par ses enregistrements antérieurs (en particulier la 2ᵉ de Brimingham).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
avatar

Nombre de messages : 82113
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Lun 11 Sep 2017 - 22:50

Pareil, j'ai peu essayé (alors que j'aime tout le reste qu'ils ont fait, même dans les répertoires rebattus comme Brahms…), aussi parce que c'est peu disponible en flux (et qu'acheter une millième symphonie de Mahler sans avoir écouté…). Leurs Bruckner étaient très bien mais un peu confortables, en revanche les concerts Mahler ont l'air impressionnants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://operacritiques.free.fr/css/
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3926
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Sam 16 Sep 2017 - 21:54


I, II et III
Kate Royal (soprano), Magdalena Kožená (mezzo-soprano), Sir Simon Rattle / Berliner Philharmoniker, Rundfunkchor Berlin / Simon Halsey

En public, Berlin, X.2010
Warner


Je n’ai donc encore écouté que les trois mouvements purement orchestraux et, contre toute attente, ça ne m’a pas plu.

En fait, je ne rentre pas du tout dans l’approche qui semble être celle de Rattle dans Mahler, à savoir, comme je l’avais déjà noté à propos de la 5ᵉ, beaucoup de rubato (avec des passages vraiment très ralentis) mais quelque chose de très distancié dans l’expression.

Sur le second point, je vois mieux où Rattle veut en venir à présent qu’il a entre les mains un Berlin  dont il a largement remodelé l’image sonore: cette façon d’accentuer a minima les lignes expressives et les appuis, de ne jamais privilégier d’instruments dans les équilibres instrumentaux et de rester dans des dynamiques globalement très retenues... tout ce qui fait cette impression de «distance» me semble finalement relever d’une volonté d’exalter pour lui-même le tissu orchestral mahlérien, d’en faire percevoir les logiques internes (les tuilages, les miroitements et les circulations entre les pupitres, les contrechants et la polyphonie des lignes médianes, les effets de textures...)  Bref de faire du Boulez (ce que Boulez ne faisait d’ailleurs pas toujours - cf. sa 9ᵉ de Chicago...) et il faut admettre que le «nouveau Berlin», transparent, coloré, finement grenu et qui claque, se prête idéalement à l’exercice.

Le problème, c’est que j’ai du mal à raccorder cela avec cet usage particulièrement généreux du rubato. Il faut dire que cet usage s’est encore aggravé depuis la 5ᵉ de 2002: s’il tend globalement vers plus de lenteur, il est devenu aussi plus intense (certaines accélérations confinent à la bousculade; les ralentissements, vraiment fréquents, donnent l’impression pénible de se trainer ou de faire du sur-place) et plus fréquent, voire systématique; en outre, les silences sont eux aussi très curieusement prolongés: les pauses deviennent des points d’orgue et les points d’orgue s’éternisent (à deux reprises dans le I, j’ai quand même cru avoir mis par mégarde mon lecteur en pause...) Dieu sait que j’aime bien être pris à rebrousse-poil dans mes habitudes d’écoute, mais là ça finit par devenir déplaisant. Le I et le II m’ont fait penser à ce qu’on appelle une «circulation en accordéon» (pardon pour la trivialité de l’image); le III se sort un peu mieux de ce traitement.

Je vais encore tâcher d’écouter les deux mouvements avec voix, dans l’espoir d’en tirer quelque révélation rétrospective. (Parce que j’ai tellement aimé les Rattle / Berlin les plus récents que...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benedictus
Mélomane chevronné
avatar

Nombre de messages : 3926
Age : 42
Localisation : De retour entre deux ou trois poudrières...
Date d'inscription : 02/03/2014

MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   Dim 17 Sep 2017 - 17:15

Suite et fin:

Ça y est, fini d’écouter. C’était mieux, mais je ne suis toujours pas plus convaincu par ce que Rattle propose ici.

Rien à dire sur Urlicht, si ce n’est que Magdalena Kožená semble bizarrement désavantagée par la prise de son (quand on pense à leurs Rückert-Lieder de la même année chez DG!); dommage, parce que ce qu’on entend a (prévisiblement) beaucoup de fermeté vocale et des mots (à l’opposé de ce qu’on entend souvent ici).

Pour le Finale, Rattle retombe dans son espèce de gimmick du rubato. Cela dit, ça fonctionne mieux dans le V, même dans les parties purement orchestrales, que dans le I. Ou, pour être plus précis: ça ne dérange jamais; ça réserve parfois des choses assez inouïes (par exemple les deux déflagrations juste avant l’entrée du chœur, soudain ralenties et comme «décomposées», avec une espèce d’effet cinétique que j’ai trouvé très beau); au pire, avec le texte, ça fait facilement effet-stabilo (gros ralenti sur «Was entstanden ist, das muß vergehen!» et puis on s’embale sur «Was vergangen, auferstehen!» - OK, on avait compris.)

Sinon, le Rundfunkchor est dans ses standards (c’est-à-dire excellent), mais peut-être capté de façon totalement optimale, les deux solistes très bien (mais comme dans le IV, la première intervention de Kate Royal semble un peu lointaine - ça s’arrange lors du passage en duo.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mahler - 2è symphonie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mahler - 2è symphonie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 Sujets similaires
-
» Mahler- 7ème symphonie
» Mahler- 8ème symphonie
» Mahler- 4ème symphonie
» Écoute comparée: Mahler, 2e symphonie ÉCOUTE ANNULÉE
» Mahler- 10ème symphonie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Discographie :: Oeuvres (discographie)-
Sauter vers: