Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 La musique de chambre de BRAHMS

Aller en bas 
+83
LeKap
greg skywalker
Bruno Luong
mabuse
Iskender
Mélomaniac
xoph
yannig
Anaxagore
khool63
Benedictus
Eusèbe
Montfort
nugava
Rilke
silkkuuikku
j.p.
bregegrahf
Vivien64
MIMI21
Philippe VLB
Percy Bysshe
Golisande
Opus100
Mandryka
benvenuto
Fiordiligi
Horatio
Cololi
Walther
Utnapištim
epinal88
vieille cire
Oudread
keane
Zeno
arnaud bellemontagne
Kilban
Ophanin
aurele
Richard
*Nico
Mariefran
poisson
Schwark
Dr. Strangelove
KID A
jerome
Passage
Wolferl
miralf
TuC
Zeugma
Acco
Rubato
atomlegend
Tus
WoO
mari
OYO TOHO
Pierrot Lunaire
Fanfaron
bouddha
Bertrand
manontroppo
felyrops
Morloch
Cello
nonopoly
enie
Stadler
Kia
Tutur
antrav
Poulet
DavidLeMarrec
quintette op.57
adriaticoboy
Julien
Jaky
Swarm
Xavier
sofro
87 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
AuteurMessage
Anaxagore
Mélomane chevronné
Anaxagore


Nombre de messages : 3094
Age : 57
Date d'inscription : 06/01/2012

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: La musique de chambre de BRAHMS   La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 EmptySam 15 Jan 2022 - 15:53

J'irai écouter à l'occasion les Vertavo et Manderling (mais pas tout de suite, ... et on verra pour Herzogenberg cool-blue ). Merci pour le conseil Smile .

Pour les Berg, il faut malgré tout reconnaître qu'en leur temps, fin des années 70, ils ont beaucoup impressionné par leur technicité. Aujourd'hui bien sûr, ce niveau technique est devenu la norme et l'emballage brillant des Berg apparaît parfois creux. Mais ils ont eu, je pense, un rôle de pionnier.

Pour les Budapest, tu ferais un excellent avocat de la défense Very Happy . Mais, non, vraiment, je ne peux pas. Je suis habituellement plutôt bon public et j'essaye toujours de sauver quelque chose dans ce que j'entends. Mais là, non vraiment, je ne comprends pas ... Mais j'ai sans doute tort vu leur réputation.

Pour les Bartók, comme tu le dis, c'est une question de ressenti. C'est donc très subjectif et impondérable. Mon impression est sans doute tributaire de l'écoute comparative. Il est très possible que je réagisse différemment en les écoutant isolément. Mais en tout cas — et c'est le principal — j'ai beaucoup aimé.

Sorry pour les Belcea. Il s'agit évidemment des Belcea II.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94075
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: La musique de chambre de BRAHMS   La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 EmptySam 15 Jan 2022 - 18:08

Nul désir de te reprendre pour les Belcea, de toute façon il y avait la pochette ! Mais je mentionnais pour les distraits l'existence de la première version, qui doit être (si j'en juge par leurs autres versions EMI) extrêmement différente, beaucoup plus lisse (et anonyme).

Herzogenberg, pas besoin de réfléchir : tu prends l'intégrale de chambre de CPO, et ça roule ! (Le reste de son catalogue est peu intéressant côté symphonique, mais pour les chœurs, en particulier a cappella, et surtout sacrés, il y a des merveilles absolues !

Oui, c'est vrai que les Berg avaient un côté sans doute plus impressionnant à leurs débuts, mais enfin, à l'heure actuelle, ça fait trente ans qu'on a aussi bien (voire mieux).

Je me suis permis de témoigner pour les Budapest parce qu'en principe, ce genre de vieil ensemble de chambre vanté par les connaisseurs, je trouve que ce n'est pas très impressionnant si on enlève la nostalgie et le dépaysement de l'équation (les quatuors du type Capet, Calvet, Pascal… l'offre d'aujourd'hui n'a vraiment rien à voir en termes de finition !). Mais en l'occurrence, je leur ai même trouvé une plus-value certaine par rapport à toutes les versions formelles et ternes entendues dans ces quatuors difficiles. (Un peu comme les Italiano dans Beethoven : il y a peut-être mieux, mais c'est franchement passionnant malgré tout !)
Donc si moi qui ne suis a priori pas le public cible y suis sensible, je me dis qu'en effet tu risques de rencontrer d'autres plus enthousiastes, et je plaide pour eux : ils ne sont pas nécessairement des snobs, j'entends vraiment quelque chose de valeureux dans ce disque.

Tu as évidemment raison pour les Bartók : l'écoute comparée a sa part, et sans doute aussi nos polarités d'écoute. Les quatuors de Bartók ne sont pas mon univers de prédilection, j'écoute beaucoup de quatuors post-classiques, premiers-romantiques et postromantiques… alors cette vision vive et rugueuse m'est apparue comme farouche, là où toi, après avoir écouté d'autres répertoires, tu as peut-être trouvé ça beaucoup plus aimable et avenant ?
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Anaxagore
Mélomane chevronné
Anaxagore


Nombre de messages : 3094
Age : 57
Date d'inscription : 06/01/2012

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: La musique de chambre de BRAHMS   La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 EmptyMer 2 Fév 2022 - 17:39

Quatuor à cordes n° 3 en si bémol majeur op. 67

Le troisième quatuor, avec ses deux mouvements centraux typiquement brahmsiens — un andante lyrique et un agitato fiévreux et mystérieux — encadrés par deux mouvements néo-classiques en forme de clin d’oeil à Haydn — un allegro de forme sonate et un thème à variations — n’est pas le plus simple à réussir. Il s’agit d’habiter des mouvements aux climats opposés qui se succèdent de manière assez surprenante.


Berg

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 512KHFAdkVL

Les Berg, faisant preuve, une fois n’est pas coutume, d’une certaine retenue dans l’extraversion rutilante, abordent l’œuvre avec une bonhommie un peu prosaïque. Avec des sonorités pleines et denses, ils articulent fermement le premier mouvement qui se trouve ainsi solidement structuré : une sorte de Haydn bien terrien. Le second mouvement est par contre déclamé de manière fort extravertie par un premier violon très vibré qui fait des effets charmeurs d’un goût parfois douteux. Le troisième mouvement est ennuyeux et manque complètement de mystère et de poésie. Les variations du final sont quant à elles insuffisamment singularisées et l’ensemble souffre d’une homogénéité excessive. Une version qui s’avère au total assez terne, manquant de fantaisie, de poésie et d’alacrité.


Emerson

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 51ZsdD7iduL

Les musiciens américains adoptent dans ce quatuor des tempi nettement plus alertes que ceux des Berg, tout en faisant la reprise de l’exposition dans le premier mouvement, omise par les autrichiens. Et c’est heureux, vu la brièveté de ladite exposition ! Leurs sonorités sont mates, leurs archets légers et bondissants. Le premier mouvement y gagne une vitalité des mieux venues. L’andante, opportunément allant, est hélas une nouvelle fois déclamé par un premier violon très vibré et un peu superficiellement charmeur. L’agitato par contre, rapide, fuyant et insinuant, est beaucoup mieux réussi qu’avec les Berg. Le final lui aussi, plus rapide et mieux différencié, échappe au prosaïsme qui l’accablait dans l’interprétation des autrichiens. Ce n’est pourtant au total qu’une demi réussite, notamment à cause de cette prise de son de cathédrale qui, dans ce quatuor intimiste, est vraiment rédhibitoire. Hélas !


Smetana

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 51pYL1D7dQL

Un miracle ! Les Smetana ont l’art d’être géniaux sans même s’en rendre compte, avec un naturel et une spontanéité tels que, je l’avoue, ils m’ont mis la larme à l’oeil. Captés en 1966 avec de la réverbération, mais sans excès, et avec beaucoup de présence, ils déploient des sonorités mates, très modérément vibrées et, avec des archets légers, ils équilibrent parfaitement leurs quatre voix. Dans des tempi incroyablement mobiles, ils donnent du quatuor une interprétation qui semble improvisée et qui, d’un bout à l’autre, coule de source avec une évidence telle qu’elle vous frappe comme la foudre. J’y perds toute mon objectivité et je peine à trouver les mots aptes à décrire une expérience tellement personnelle qu’elle est incommunicable. Les Smetana ont l’art de varier les climats, les tempi, les phrasés, de soigner les transitions que j’en perds mon latin et qu’il me faudrait des pages pour tout décrire dans le détail. Écoutez l’attaque joviale et rebondissante du premier mouvement, qui laisse soudainement la place plus loin à un mezza voce mystérieux. Écoutez cette manière profondément émouvante de déployer le chant du thème principal dans le second mouvement, sans aucune afféterie ou effet de manche. Écoutez la variété des phrasés dans l’agitato ou la manière dont ils singularisent les variations du final joué tambour battant. C’est du tout tout grand art, et qui est d’autant plus grand qu’il est sans calcul et qu’il vient droit du cœur Je m’excuse pour la platitude niaise de ce que je dis, mais je ne peux pas le dire autrement.


Janáček

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 118398226-3

L’interprétation des Janáček (apparemment jamais rééditée en CD) est également magnifique, mais il est difficile de passer après les Smetana ! Assumant pleinement le côté néo-classique haydnien de l’œuvre, les musiciens en donnent une version rigoureuse, très mesurée, loin de l’incroyable liberté de ton de leurs collègues bohémiens. Captés en 1966 avec une réverbération modérée, ils affichent des tempi relativement lents, des sonorités superbes, légères, modérément vibrées et une parfaite indépendance des quatre voix. Le premier mouvement, fort lent mais à l’agogique très souple, déploie des phrasés très articulés et un développement particulièrement fouillé. L’andante très chantant n’est pas aussi miraculeux que chez les Smetana mais fort réussi malgré tout. L’agitato, très contrasté, révèle le moindre de ses contrechant et nous laisse entendre un timbre d’alto (Jiří Kratochvíl) particulièrement avenant. Les variations du final, assez lent, ne sont pas aussi fortement singularisées qu’avec les Smetana et elles ne s’enchaînent pas avec le même naturel, mais elles affichent suffisamment de contrastes malgré tout et une bonhommie parfaitement idoine. Une belle version mais peut-être pas au niveau de la réussite exemplaire des deux premiers quatuors.


Bartók

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 D5yekvalo0j4a_600

Encore une très belle version, très différente de la précédente. Les Bartók insufflent en effet à l’œuvre une fièvre et une urgence romantiques, très éloignées du classicisme des Janáček. Avec ces timbres très particuliers, très mats et peu vibrés, qui les caractérisent, et dans des tempi nettement plus rapides que la moyenne (33’ au total, mais avec la reprise de l’exposition du premier mouvement, rarement jouée), ils dramatisent le discours du premier mouvement, à rebours de la bonhommie haydnienne que d’autres y mettent souvent. L’andante, très lyrique, ne traîne pas, de même que l’agitato inhabituellement fiévreux. Le final, particulièrement rapide, enchaîne les variations sans répit et avec une certaine homogénéité qui évite néanmoins l’ennui par l’urgence dramatique qui la compense. Une belle version qui devrait plaire à tous ceux que le néoclassicisme de ce quatuor rebuterait.


Tokyo

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 41e58IQRzFL

Les Tokyo donnent du troisième quatuor une version classique plutôt objective. La prise de son lointaine est ouateuse, moelleuse et chaude ; elle privilégie le grave du violoncelle et arrondit excessivement les angles. Les japonais modèrent ici leur puissance, comme le propos l’exige — ce qui accuse d’autant plus l’éloignement des micros. Leur tempi sont modérés et exactement dans la moyenne (sans la reprise de l’exposition du premier mouvement), tandis que leur battue est très régulière. Dans le premier mouvement, très mesuré, ils jouent tout le développement mezza-voce et le nimbe d’un halo de mystère artificiellement gonflé par l’effet de « lointain » lié à la prise de son. L’andante est par contre assez banal avec le lyrisme extraverti d’un premier violon très vibré. L’agitato renoue avec le mystère et ménage de beaux moments. Le final par contre, excessivement sage, est un peu ennuyeux en ce qu’il déroule ses variations sur un ton assez uniforme et dépourvu de surprises. Une version solide mais qui ne se démarque pas particulièrement.


Takács I

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 71+FMmPILPL._SL1200_

Tournant le dos au classicisme de l’œuvre, les Takács en donnent une version d’une très grande urgence dramatique. Dans des tempi très rapides mais aussi très souples, ils pratiquent un legato assez systématiques et sont avant tout soucieux de relancer sans cesse le mouvement. Le premier mouvement, très rapide mais avec la reprise de l’exposition, s’écoule sans répit, affichant un développement particulièrement dramatisé. L’andante, lui aussi rapide, ne fait pas dans la subtilité avec son lyrisme très extraverti. L’agitato, inhabituellement urgent, montre une très grande souplesse rythmique, mais peu d’attention aux détails. Le final, assez allant lui aussi, singularise plutôt bien ses diverses variations et constitue peut-être le mouvement le mieux réussi. Au total, il s’agit d’une interprétation très au premier degré, très vive et spontanée, qui a le mérite de ne pas être ennuyeuse, mais qui demeure à la surface des choses et ne montre pas un degré très élevé de finition et de subtilité. Il y a quand même beaucoup mieux.


Takács II

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 71NpdEW85jL._SL1200_

Dans leur seconde mouture, les Takács donnent une version beaucoup plus subtile et réfléchie que la première et qui honore beaucoup mieux la diversité des climats de ce quatuor. Les tempi sont plutôt alertes et les sonorités tout à fait superbes : mates, charnues, légères avec un équilibre parfait des quatre voix. Le premier mouvement, assez vif et avec la reprise de l’exposition, adopte une optique classique, mesurée, mais idéalement bondissante et enjouée : en réalité un vrai régal ! Les deux mouvements centraux contrastent vivement en affichant un romantisme chaleureux. L’andante, avec son lyrisme extraverti et son premier violon très vibré, est un peu banal. Au moins ne traîne-t-il pas. L’agitato quant à lui opte pour un romantisme fiévreux et une grande souplesse agogique. J’y regrette hélas plusieurs petits portamenti et autres maniérismes (notamment à l’alto) que je ne trouve pas du meilleur goût. Le final, assez rapide, est une grande réussite, avec des variations parfaitement singularisées, une grande finesse et cette joie bondissante qui faisait tout le prix du premier mouvement. Une interprétation de très haut niveau, nettement supérieure à la première mouture, mais qui ne me satisfait hélas qu’à moitié dans les mouvements centraux.


New Zealand

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 81nBhncaT+L._SL1400_

Les New Zealand optent pour la veine néoclassique. Leurs sonorités sont mates, granuleuses et peu vibrées, dans une acoustique très réverbérée. Les tempi quant à eux sont particulièrement lents (avec 37’ au total, les plus lents de la confrontation) et la battue très régulière. Dans le premier mouvement, avec la reprise de l’exposition, les phrasés sont articulés de manière fort appuyée, avec des accents un peu lourds. À ce train, le second mouvement devient un adagio poussif et non plus un andante ; et c’est dommage car le premier violon, une fois n’est pas coutume, reste assez sobre. L’agitato, lui aussi plutôt lent, pâtit de la régularité de la battue, tandis que le final peine à singulariser les différentes variations, toutes jouées avec une lenteur assez pesante. Le train de sénateur, l’agogique trop régulière et la dynamique uniforme sont les causes d’une interprétation, certes bien en place, mais assez ennuyeuse par excès d’homogénéité. Très oubliable ! (À noter cependant sur le même CD, une version au contraire très réussie, douce et mélancolique, de l’op. 115)


Artemis

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 81-NhrTkdSL._SL1361_

Le quatuor Artemis conclut sa très belle intégrale avec une version, une nouvelle fois très particulière, du troisième quatuor. Dans les mouvements extrêmes, ils optent pour le classicisme qui sied, tandis qu’ils illustrent dans les mouvements médians un romantisme très retenu ; mais l’ensemble est surtout nimbé d’une pudeur, d’une délicatesse, d’une fragilité même, qui sont très prenant. La prise de son, très physique, est superbe, tandis que les sonorités magnifiques sont mates et très modérément vibrées. Les tempi sont plutôt lents mais heureusement fort souples et mobiles. Toute l’échelle dynamique est exploitée avec un privilège néanmoins pour le mezza-voce. Le premier mouvement, avec une grande souplesse agogique, alterne bonhommie bondissante et passages mystérieux. L’andante, assez allant, montre un lyrisme très pudique avec un premier violon heureusement très sobre. L’agitato, mobile à souhait, est très réussi tandis que les variations du finale, très individualisées, alternent avec grand bonheur les climats les plus divers. Une très belle version, très réfléchie et aboutie. J’aime vraiment beaucoup.


Hagen

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 71+94AlR+fL._SL1200_

Les Hagen donnent une interprétation très singulière de ce quatuor. À l’instar des Artemis, ils optent pour un classicisme bonhomme dans les deux mouvements extrêmes et pour une expression plus lyrique dans les mouvements médians. Mais ils adoptent des tempi sensiblement plus lents encore que leurs collègues et déploient surtout des sonorités très particulières : mates, très peu vibrées, mais aussi très charnues, terreuses, collantes même, avec un côté « crin-crin-baroqueux » très affirmé. Tout cela donne au quatuor un côté rustique assez pesant à l’opposé de l’alacrité et de la délicatesse des Artemis. Dans une très belle prise de son, ils donnent ainsi aux deux mouvements extrêmes un poids terrien qui semble contredire le caractère plutôt joyeux et bondissant de la musique. Si cela danse, c’est avec de très, très gros sabots ! Dans les mouvements centraux, ils n’échappent pas à un certain maniérisme, avec des phrasés collants, voire gluants. Les sonorités, les phrasés et la lenteur générale donnent l’impression à l’auditeur de marcher sur un chemin boueux avec des semelles qui collent et qui peinent à se décoller à chaque pas. C’est plutôt original comme vision mais j’avoue n’avoir pas été trop convaincu.


Ludwig

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 71YOwKFrMsL._SL1200_

Les Ludwig optent pour l’urgence dramatique plutôt que pour l’équilibre classique et, dans des tempi plutôt allants et assez uniformes, donnent une version assez immédiate et « premier degré » de ce troisième quatuor, dépourvue en outre de toute recherche d’une quelconque beauté plastique. Leurs sonorités sont mates, rêches, denses, peu vibrées, assez ternes et ingrates, tandis que l’échelle dynamique est peu exploitée, tout étant joué dans les nuances forte et mezzo forte. Cela nous vaut un premier mouvement assez rapide (avec la reprise) et bondissant, exécuté d’une traite : sans doute le mouvement le mieux réussi. L’andante renoue avec un lyrisme extraverti très immédiat, mais pas très subtil, tandis que l’agitato affiche un dramatisme assez fiévreux. Le final enchaîne rapidement les diverses variations, mais l’uniformité agogique et dynamique ne permet pas leur suffisante singularisation. Une version robuste, un peu trop homogène, mais qui évite l’ennui par son urgence. On pourrait cela dit espérer davantage de nuances et de subtilités. C’est très « gros bras » et très dispensable.


Borodin

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 719B2MEA7HL._SS500_

À l’invitation de Bruno Luong, j’ai écouté l’interprétation des Borodin et c’est une plutôt bonne surprise. Leur optique est ouvertement lyrique. Adoptant des tempi plutôt lents (35’ au total), ils les habitent néanmoins par un chant très naturel et souvent émouvant, usant de sonorités séduisantes, brillantes sans être clinquantes, légères et vibrées, mais sans excès. Le premier mouvement, pris assez lentement mais avec une grande souplesse, est très articulé et varie opportunément les climats, alternant bonhommie haydnienne, séquences mystérieuses jouées mezza voce et dramatisme (développement). L’andante, bien allant comme il se doit, déploie un beau chant, très naturel et émouvant, ce qui est finalement assez rare et donc précieux. On retrouve la même qualité de chant (bien bel alto !) dans l’agitato, fortement articulé, assez lent mais agogiquement très souple. C’est encore le chant qui domine dans le final, classique, et qui en fait le prix. Les variations n’y sont sans doute pas fort singularisées, mais le lyrisme simple, naturel et touchant des musiciens évite tout ennui. Une belle version.


Dans mon palmarès personnel, les Smetana domine sans surprise, et de très haut, la discographie, mais je reviendrai sans aucun doute aux Artemis, pour leur délicatesse et leur finesse, aux Borodin pour la beauté de leur chant, aux Bartók pour leur urgence romantique et aux Janáček pour leur classicisme de grand style. Je n’ai pas encore pu découvrir les Vertavo et les Manderling conseillés par David, mais j’avoue que je sature un peu. Cela sera pour plus tard …


Dernière édition par Anaxagore le Dim 27 Mar 2022 - 6:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 94075
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: La musique de chambre de BRAHMS   La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 EmptyMer 2 Fév 2022 - 18:06

Merci ! bounce
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Bruno Luong
Mélomaniaque



Nombre de messages : 1456
Date d'inscription : 07/08/2012

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: La musique de chambre de BRAHMS   La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 EmptyMer 2 Fév 2022 - 18:20

Very Happy Exercice d'Anaxagore des quatuors suit avec grand intérêt. C'est noté pour les Smetana et les Janacek.
Revenir en haut Aller en bas
Benedictus
Mélomane chevronné
Benedictus


Nombre de messages : 14355
Age : 47
Date d'inscription : 02/03/2014

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: La musique de chambre de BRAHMS   La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 EmptyMer 2 Fév 2022 - 18:36

Encore merci pour ce panorama!
Revenir en haut Aller en bas
Anaxagore
Mélomane chevronné
Anaxagore


Nombre de messages : 3094
Age : 57
Date d'inscription : 06/01/2012

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: La musique de chambre de BRAHMS   La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 EmptyMer 2 Fév 2022 - 21:06

Merci à vous La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 3641590030 .
Revenir en haut Aller en bas
Michel Croz
Mélomane averti
Michel Croz


Nombre de messages : 109
Age : 28
Date d'inscription : 29/10/2012

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: La musique de chambre de BRAHMS   La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 EmptyMer 13 Avr 2022 - 12:41

J'aimerais mettre en valeur une très belle version des Trio pour piano et cordes.

La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 61nGbbTkECL._SL1200_

Interprètes : Geoffroy Couteau, Amaury Coeytaux, Raphael Perraud
Album: Johannes Brahms : Trios / vol 2 (2019)
Label: LA DOLCE VOLTA (LDV645)

Difficile de ne pas aimer ce piano lumineux de Couteau, si simple et évident. Un piano très énergique qui anime et enflamme ce trio tout en restant assez humble pour ne pas effacer le superbe violon de Coeytaux et le subtil violoncelle de Perraud. L'alchimie entre les interprètes est palpable et on sent à l'écoute le plaisir qu'ont eu les artistes à jouer ces trios.  

Pour être honnête, j'ai quasiment toujours trouvé mieux que les oeuvres pour piano seul de Couteau. Je trouvais le ""naturel"" de son piano un peu maigre pour du piano solo. Il a joué une belle mais, à mon avis, assez anonyme intégrale. Mais dans sa musique de chambre, il est à chaque fois excellent et pour ces trios, je trouve même l'interprétation un peu plus qu'excellente. J'avais déjà adoré sans limite le quintette avec piano avec le quatuor Hermès et j'aime au moins autant les sonates pour violon et piano entre Couteau et Coeytaux. La prise de son Dolce Volta n'est pas extraordinaire en revanche, et c'est bien dommage. Mais ce sont des enregistrements qui feront date, j'en suis certain.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 Empty
MessageSujet: Re: La musique de chambre de BRAHMS   La musique de chambre de BRAHMS - Page 9 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La musique de chambre de BRAHMS
Revenir en haut 
Page 9 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
 Sujets similaires
-
» Brahms (sauf musique de chambre)
» Nigel Keay (né en 1955)
» Musique symphonique/musique de chambre
» Edvard Grieg
» Luc Brewaeys, une découverte pour la France

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: