Autour de la musique classique

Le but de ce forum est d'être un espace dédié principalement à la musique classique sous toutes ses périodes, mais aussi ouvert à d'autres genres.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-62%
Le deal à ne pas rater :
ABEIL – Lot de 2 Oreillers à mémoire de forme matelassés- 60×60 ...
14.54 € 37.99 €
Voir le deal

 

 Autour de Samuel Barber (1910-1981)

Aller en bas 
+45
A
Mélomaniac
Bertram
Анастасия231
Golisande
lulu
Rodolphe
arnaud bellemontagne
aurele
Glocktahr
Hippolyte
WoO
Wolferl
Octavian
Cello
benny
OYO TOHO
bouddha
jerome
christophe21
Pison Futé
Choralfiend
Booboup
ouannier
Tus
adriaticoboy
MickeyZeVrai
Rubato
Bertrand67
Picrotal
Jules Biron
Fuligo
frere elustaphe
Guillaume
Morloch
kougelhof 1er
Kia
antrav
felyrops
enie
Jaky
Guigui
entropie
DavidLeMarrec
Xavier
49 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 95302
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyLun 21 Avr 2008 - 10:33

Vous êtes pour la paix des ménages, vous deux. Laughing
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Tus
Gentil corniste



Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyJeu 24 Avr 2008 - 0:34

Superbe, ce concerto pour violon. Accessible et terriblement touchant...
J'en dirai plus demain, je dois filer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyJeu 24 Avr 2008 - 0:40

j'ai reçu il y a deux jours la biographie de Barbara Heyman "Barber, the composer and his music" que je me refusais à lire tant que je tentais d'écrire sur Barber et de faire mes propres recherches. Plus de 500 pages, et de très nombreuses illustrations, y compris diverses partitions inédites reproduites parfois in extenso: pour l'instant au bout d'une trentaine de pages, un modèle du genre. Elle parle dans la préface de son obsession durant les 10 ans de recherche et de rédaction de l'ouvrage. C'est merveilleusement documenté et, pour moi du moins extrêmement émouvant. Rien que l'analyse de The rose Tree (l'opéra que Barber écrivait à 10 ans, m'a plongé dans des abimes de nostalgie et de rêves).
Je pense que beaucoup de questions irrésolues vont finalement s'éclaircir à la lecture (c'est sa thèse de musicologie, elle y parle d'un catalogue raisonné de l'oeuvre qu'elle n'a aujourd'hui toujours pas fini apparemment, 15 ans après la publication de ce livre).

Voilà, ça ne fait pas avancer les choses; juste un petit bonheur de chaque jour pour les semaines à venir.
En même temps il m'arrive de nouveau enregistrements: celui de Leonid Kogan du concerto, live à Moscou en 1981 par exemple, la création russe peut-être de l'oeuvre? ça tousse beaucoup, l'orchestre a parfois du mal à suivre, mais c'est très intéressant quand même cette vision de l'Est, avec l'un des derniers très grands violonistes russes de l'ère soviétique. C'est republié dans le coffret Brillant qui ignore malheureusement les deux concertos russes du cd Répertoire d'origine (Bunin, et l'autre je ne sais plus).
Revenir en haut Aller en bas
ouannier
Mélomane chevronné



Nombre de messages : 5150
Date d'inscription : 21/07/2005

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: r   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyJeu 24 Avr 2008 - 1:16

Je suppose que ce n'e pas une traduction squi t'est parvenue. Et sinon, ça consiste en quoi un cataloge raisonné ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyJeu 24 Avr 2008 - 10:05

catalogue raisonné c'est la description d'absolument tout, divers états des oeuvres, localisation des manuscrits, informations sur ce qu'on sait des choses perdues.
Non en effet aucun éditeur français n'a eu l'idée de traduire, il n'y a pas de public pour ça. La dernière fois que je suis monté à Paris j'ai fait toutes les librairies anglaises sans succès, je n'ai même pas trouvé la bio de Tchaikovsky que je cherchais. Tout le monde veut bien commander mais plus personne n'a rien en stock. Et en matière de commande on fait ça mieux qu'eux maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
felyrops
Mélomaniaque



Nombre de messages : 1855
Date d'inscription : 20/12/2006

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyJeu 24 Avr 2008 - 16:09

Sud a déjà parlé (messages du 12.2.07 et 9.9.07) de la musique religieuse de Barber, et notamment de la transcription de 1967 de l'"Adagio for Strings" pour choeur mixte, c.à.d. l"Agnus Dei".
Sur YouTube Lien retiré par le Mormon Tabernacle Choir. {mes excuses}
L'Ensemble Vocal d'Aix-les-Bains le donnera le 31 mai prochain. Plus amples informations bientôt sur "Concerts".


Dernière édition par felyrops le Jeu 24 Avr 2008 - 19:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyJeu 24 Avr 2008 - 16:16

merci Felyrops, je ne suis pas très sûr qu'on puisse donner le lien, si tu pouvais éditer et juste dire de chercher Mormon tabernacle choir sur You tube, ainsi que le lieu du concert à venir en revanche
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 89480
Age : 41
Date d'inscription : 08/06/2005

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyJeu 24 Avr 2008 - 16:44

Felyrops, pas de mouvements intégraux si ce n'est pas libre de droits, je le disais encore tout à l'heure. Wink
Je retire le lien.
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste



Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyJeu 24 Avr 2008 - 21:06

Le concerto pour violon m'a vraiment séduit, même si la coda est un peu déroutante. Cette musique a tout: poésie, émotion, facilité mélodique, lisibilité, subtilité de l'écriture, économie de moyens, langage magnifique. On se situe à mon humble avis clairement dans une dominante post-romantique, n'en déplaise à personne je l'espère, avec une musique lyrique et "sentimentale" (si c'est moi qui le dit, c'est un compliment, n'est-ce-pas). 22 minutes de bonheur. L'orchestration est très bien fichue, colorée, suggestive et l'écriture pour le violon plutôt exigeante. Ici, pas trop d'analogie avec Walton (j'en reparlerai), on est plus proche de Vaughan Williams, si j'ose la comparaison, mais en plus concentré et dramatique. J'ai beaucoup aimé, autant au premier degré qu'en explorant "intellectuellement" la musique c'est très intéressant. thumright
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste



Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyJeu 24 Avr 2008 - 21:12

Son concerto pour violoncelle maintenant. Oeuvre plus ardue, moins immédiate et bouleversante que le concerto pour violon, mais chef d'oeuvre tout de même. Ecriture très intéressante, assez mélodique, avec des accents jazzy (finale) et une émotion toujours palpable, bien que moins percutante ici. Tout à fait passionnant, plus sombre, moins lyrique que le concerto pour violon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyJeu 24 Avr 2008 - 21:13

j'ai parlé au début de ce fil assez longuement de la rupture entre les deux premiers mouvements et le rondo du concerto pour violon, chose qui se reproduit assez souvent dans les oeuvres concertantes de Barber. La sauvagerie "moderniste" du dernier mouvement et sa virtuosité démoniaque lui a causé divers ennuis, entre autre avec le commanditaire et le dédicataire Ivo Briselli. C'est aussi ce petit tour de passe-passe qui lui a permis de récupérer les droits sur l'oeuvre que le mécène de Briselli cherchait à s'approprier, et d'en obtenir la création par un interprête beaucoup plus prestigieux (Spalding).
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste



Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyVen 25 Avr 2008 - 14:55

Géniale, la 1ère symphonie! sunny
Assez facile à écouter, malgré le ton très noir de l'affaire, et vraiment - c'est rare - aucune longueur. La concision de Barber, ainsi que son mélodisme naturel (je me répète, d'une critique à l'autre) rendent l'écoute aisée. Son utilisation de l'orchestre est tout aussi intéressante que dans le concerto pour violon, sauf qu'il n'y a pas le violon. Elle me semble être l'héritage des post-romantiques genre Rachmaninov, même si Barber se place à un autre angle d'inspiration. Pas beaucoup d'échos du folklore américain ici, contrairement à Ives: c'est une oeuvre qui a une véritable personnalité dépassant le "nationalisme" pour s'affirmer dans une dimension plus grande.
Les deux premiers mouvements sont déjà très beaux, animés et implacables, avec des figures de cordes perpétuelles à la façon de Walton, mais sans les cataclysmes cuivrés de ce dernier: ici, la sobriété des effets prime, et pour une fois, je trouve que c'est vraiment approprié au "sujet" (pas narratif, mais thématique, bien entendu).
Mais le meilleur est l'Andante final, très émouvant avec ses bois gémissants, sa mélancolie communicative, sa résignation conclusive bouleversante.
Une très belle expérience, une nouvelle fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyDim 4 Mai 2008 - 20:08

sud273 a écrit:

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 2008-011
complément d'enquête:
la thèse Rudolph Bing me parait insatisfaisante, je ne crois pas que Barber ait été suffisamment intime avec lui pour utiliser un diminutif familier ni se rappeler à son souvenir "affectueux". D'autre part je me demande ce que Bing aurait pu faire d'une partition de piano (pour 2 pianos qui plus est).
A la lecture de Barbara Heyman, je pense qu'il pourrait s'agir plutôt de Rudolf Schirmer, fils de Rudolf E. Schirmer, neveu de Gustav, fils de Gustav, fondateur des éditions du même nom.
Rudolf Schirmer et sa mère étaient présents dans le chalet de St Wolfgang où Barber et Menotti passèrent l'été 1936, qu'ils décrivent tous deux comme l'une des périodes de leur vie les plus heureuses. C'est là que Barber esquissa les deux premiers mouvement du quatuor (dont l'adagio). A l'époque la maison Schirmer n'est plus dirigée par la famille (qui en est encore propriétaire) mais par Carl Engel. Rudolf Schirmer, qui a l'âge de Barber, est lui-même compositeur, parmi ses oeuvres on trouve, publiées vers 1963-65 une Marche présidentielle, et sept mélodies avec piano. Je pense qu'il faudrait chercher quels ont pu être les rapports de ce Rudolf avec Barber, mais peut-être aussi avec John Browning. Peut-être la maison Schirmer est-elle en mesure de fournir des renseignement sur le compositeur Rudolf Schirmer dont le site ne donne ni les dates, ni la liste complète des partitions publiées, alors qu'on trouve les sept mélodies en partition séparées à la vente.
Revenir en haut Aller en bas
felyrops
Mélomaniaque



Nombre de messages : 1855
Date d'inscription : 20/12/2006

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyDim 4 Mai 2008 - 21:36

Très pertinent, Sud. Merci pour les recherches, je continuerai de mon côté. Je trouverai bien l'adresse e-mail qui donnera la réponse.
Amicalement,
Felyrops.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 89480
Age : 41
Date d'inscription : 08/06/2005

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMar 6 Mai 2008 - 1:04

vartan a écrit:
Je découvre le concerto pour piano. Shocked
C'est véritablement une grande oeuvre inspirée et passionnante.
Un premier mouvement qui ose flirter avec l'atonalité presque, sans bavardages inutiles. Un piano mordant et torturé. A plusieurs reprises je pense à Ravel, l'utilisation percussive du clavier qui rappelle ses propres concertos, les tournures mélodiques qui évoquent quelque comptine enfantine, une clarté et une élégance presque française. Le premier mouvement est impressionnant de par les moyens utilisés et l'inventivité que Barber mobilise, étourdissant.

Tous les développements autour du 1er thème me font un peu penser à Scriabine avec notamment du mode 2.
Quant au 2è thème, aux intervalles distendus un peu bergiens, il me fait penser à John Williams quand il est joué aux violons! (3'39 à 4'09 dans la version Szell)
En tout cas pour l'instant j'aime beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Xavier
Père fondateur
Xavier


Nombre de messages : 89480
Age : 41
Date d'inscription : 08/06/2005

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMar 6 Mai 2008 - 1:21

Le 2è mouvement est assez beau, le 3è très bartokien.
En fait c'est pas vraiment du Barber ce concerto (qui aurait reconnu en BT?) mais c'est vachement bien. Smile
Revenir en haut Aller en bas
antrav
Papa pingouin
antrav


Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMar 6 Mai 2008 - 1:24

C'est tout sauf américain, c'est déconcertant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMar 6 Mai 2008 - 13:00

Xavier a écrit:

En fait c'est pas vraiment du Barber ce concerto (qui aurait reconnu en BT?) mais c'est vachement bien. Smile
je suis content de constater que ça t'a plu... la remarque me fait penser à ce critique qui écrivait lors de la création de la sonate pour flute et piano de Poulenc: "c'est du meilleur Poulenc, et même un peu mieux que ça"

En fait c'est typiquement du Barber, proche de la sonate pour piano, du quatuor, de Médée ou des Adieux d'Andromaque. (Le thème du Rondo est apparenté à celui de sa deuxième symphonie, retirée à l'époque, et l'adagio développe une élégie pour flute et piano écrite deux ans plus tôt) L'usage d'échelles modales ou plutôt l'ambiguité mineur/majeur est présent chez Barber depuis ses premières compositions. Je pense que Barber était plus familier de la musique de Stravinsky et Rachmaninov que de celle de Scriabine, bien qu'il ait en effet assisté très jeune à la création américaine du Poème de l'Extase par Stokowski.

La polémique sur le côté "indigène" de la musique de Barber ne s'est jamais éteinte, elle a été relancée par Toscanini qui a choisi Barber pour ses premiers enregistrements de musique américaine. Les critiques n'ont jamais cessé de lui reprocher son absence de connotations nationales. Dans toute l'oeuvre de Barber il n'y a que les quatre "excursions" pour piano qui se réfèrent à la musique populaire américaine (encore Copland critiqua-t-il la démarche pour son manque de sérieux et le flou entretenu autour des sources d'inspiration), et c'était bien une volonté constante chez Barber de ne pas écrire de musique identifiable comme "américaine".
Revenir en haut Aller en bas
antrav
Papa pingouin
antrav


Nombre de messages : 37304
Date d'inscription : 08/12/2005

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMar 6 Mai 2008 - 13:03

Et je serais le dernier à lui en vouloir. Very Happy
Tout sauf Copland.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 95302
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyJeu 8 Mai 2008 - 19:54

Effectivement, une oeuvre du versant "moderne" de Barber, assez consistante. Mais pour ma part, je préfère les univers de la Sonate. Smile Le langage est comparable, sans doute, mais plus essentiel.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Invité
Invité




Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMer 9 Juil 2008 - 14:28

écouté ce matin la version Chandos/Slatkin de Vanessa

Je ne m'attendais pas à grand chose mais ça dépasse vraiment mes espérances! Slatkin, qu'on a connu excellent ailleurs (Copland, Corigliano, Mahler) montre ici une curieuse inadéquation avec une musique qu'il semble pourtant aimer. Il essaye de tirer la direction vers les aspects "modernes" de la partition, accentue outrancièrement les dissonnances, fait dans la musique de genre, la scène chorale vire à l'oratorio, la scène de bal à la musique kletzmer. Même si ça s'arrange au début du 2ème acte (enfin du troisième car c'est en plus la versio révisée de 65 qu'il a choisi d'enregistré).
On comprend qu'il ait choisi la version sans colorature car la distribution est faite en dépit du bon sens. Christine Brewer a une voix fatiguée, elle incarne une Vanessa poussive, engorgée, dont on ne comprend absolument pas quel charme elle peut exercer, sauf peut-être sur un Anatol aussi transparent que celui de William Burden (bien nommé le boulet) qui se paye le luxe de chanter faux dans tous les ensembles, et a à peu près autant de charisme qu'un plat d'écrevisses à la bordelaise.

Si Vanessa est à la porte de la maison de retraite (comme on peut craindre que ça devienne régulièrement le cas maintenant), la grand-mère et le docteur sont beaucoup trop jeunes et fringants pour leur rôle. Seule Susan Graham tire parfaitement son épingle du jeu, on pourrait même dire qu'elle tire la couverture à elle tant elle est au-dessus du lot, ce qui a pour effet de déplacer le centre d'intérêt: elle oublie tout de même de crier avant de tomber dans l'escalier...

Quitte à choisir une version médiocre, on aura moins à dépenser en se procurant la version Naxos, plus discrète mais plus cohérente.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 95302
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMer 9 Juil 2008 - 14:33

Brewer, dans un sondage britannique, arrivait dans les vingt plus grandes sopranes de tous les temps (derrière Emma Kirkby hehe ). La voix est lourde, oui, cassante dans l'aigu, pas juvénile j'en conviens tout à fait, mais pour l'avoir récemment entendu et dans des lieder et songs, j'ai du mal à le croire !

Quant à Burden, je suis certain que j'adorerais, je suis assez dingue de ce type (pour ceux qui ne connaissent pas, c'est une sorte de Workman en plus typé...). Il nous a tout de même donné un formidable Michel dans Juliette, ou encore un fort beau Pelléas avec Levine...

Les coupures sont un peu moins en dépit du bon sens que d'habitude ?

Ca, ça pourrait me décider à trouver une autre version que les Mitro.
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Invité
Invité




Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMer 9 Juil 2008 - 14:38

c'est la version de 65 à l'identique donc coupure de la skating aria et révision du rôle pour que ça ne soit pas inchantable... (version volontairement retaillée par Barber, mais ça n'est pas une raison suffisante, la même chose que Naxos et que la tournée d'adieu de Kanawa et Elias). Par rapport à la formidable direction de la version d'Amsterdam tu risques d'être très très déçu!
Burden dans le duo chante vraiment complètement faux à chaque changement de tonalité il est en-dessous, c'est affligeant. On a assez l'impression d'une idylle à l'hopital avec un jeune docteur très en verve qui semble observer le tout d'un air goguenard.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 95302
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMer 9 Juil 2008 - 14:45

Bon, tant pis alors, ils ne sont pas fichus de reproduire ça proprement, c'est la Meyerbeer attitude ou quoi ? carton rouge

(Concernant Burden, en fait je m'en fiche un peu de la justesse. Smile C'est assez inévitable de toute façon avec une voix qui mixe en permanence, Workman et Vačić rencontrent le même type de problème.)
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Tus
Gentil corniste



Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyVen 11 Juil 2008 - 14:11

ayant réécouté la première symphonie, je relis mon message d'il y a trois mois:

Spiritus a écrit:
Géniale, la 1ère symphonie! sunny
Assez facile à écouter, malgré le ton très noir de l'affaire, et vraiment - c'est rare - aucune longueur. La concision de Barber, ainsi que son mélodisme naturel (je me répète, d'une critique à l'autre) rendent l'écoute aisée. Son utilisation de l'orchestre est tout aussi intéressante que dans le concerto pour violon, sauf qu'il n'y a pas le violon. Elle me semble être l'héritage des post-romantiques genre Rachmaninov, même si Barber se place à un autre angle d'inspiration. Pas beaucoup d'échos du folklore américain ici, contrairement à Ives: c'est une oeuvre qui a une véritable personnalité dépassant le "nationalisme" pour s'affirmer dans une dimension plus grande.
Les deux premiers mouvements sont déjà très beaux, animés et implacables, avec des figures de cordes perpétuelles à la façon de Walton, mais sans les cataclysmes cuivrés de ce dernier: ici, la sobriété des effets prime, et pour une fois, je trouve que c'est vraiment approprié au "sujet" (pas narratif, mais thématique, bien entendu).
Mais le meilleur est l'Andante final, très émouvant avec ses bois gémissants, sa mélancolie communicative, sa résignation conclusive bouleversante.
Une très belle expérience, une nouvelle fois.

Curieusement, je trouve ça moins facile, moins accessible qu'il y a trois mois: le premier mouvement en particulier. C'est très chromatique, tourmenté, ça me rappelle toujours Walton, mais ce n'est pas simple. Oh, j'ai quand même beaucoup apprécié, le lyrisme me touche, la belle orchestration aussi, et le finale est toujours aussi bouleversant, avec cette superbe mélodie de hautbois et son climax douloureux et introverti, mais disons qu'il me faudra persévérer encore un peu. Le scherzo m'a curieusement évoqué Glazounov, avec ces bois sautillants de partout. Enfin, je ne détaille pas plus, je manque un peu d'inspiration aujourd'hui. Je vais réécouter ça bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste



Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyJeu 17 Juil 2008 - 12:58

Emotion forte ce matin avec la 1ère symphonie, j'ai bien fait de persister... Sad c'est un langage qui m'a beaucoup parlé, même le premier volet cette fois, je suis très content de l'écoute. Et vraiment, le finale... plus touchant, tu meurs Crying or Very sad

The school for Scandale overture m'a beaucoup beaucoup plu dès la première écoute: c'est vraiment sympathique, très bien orchestré, avec une animation remuante mais un peu mélancolique, comme équivoque. Une gaieté réelle ne s'en dégage pas: on a plutôt le sentiment de quelque chose d'un peu triste, introverti. J'aime beaucoup ces demi-teintes sans tapage. C'est beau et émouvant I love you l'Amérique comme je l'aime.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMar 22 Juil 2008 - 21:11

Hommage à David Measham

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 2005-m10

David Measham est né à Nottingham en 1937, une petite ville anglaise sinistre, champêtre avec son parc public où se délitent les ruines du château qui donna sa longeur au yard, et ses enfilades de contre allées de semi-detached à back-garden clôturés de hauts murs.
Dès l’âge de 13 ans sa vocation de chef d’orchestre se manifesta. Elève de Norman del Mar, il n’eut de cesse de monter des ensembles concertants de volontaires durant les académies d’été, passant lui-même de l’orchestre de première division à celui de troisième, en raison de son talent contesté d’instrumentiste.
Violoniste de rang du BBC symphonic orchestra, il suivit en 1962 le concertmaster Georgiadis à Brimingham, (où il créa une compagnie d’opéra) avant de devenir leader des seconds violons du London Symphonic quand Marriner le quitta pour prendre la direction de St Martin in the Fields.
C’est là que la chance lui sourit quand au début des années 70 Bernstein vint diriger un cycle Mahler. Durant une répétition, Bernstein demanda qui voulait prendre le pupitre afin qu’il puisse écouter le son que rendait l’orchestre du fond du Hall. Measham surgit, et dirigea avec plus d’intensité que le Maître qui l’écouta longtemps avant de regagner le podium. En 1971, il put prendre la baguette en remplacement de Schmidt-Isserstedt au Royal Festival Hall où il dirigea Don Quichotte de Strauss après deux heures de répétition.

A partir de 1972 Measham devint célèbre, pour son enregistrement de Tommy des Who avec le LSO, premier d’une série qui devait le conduire à devenir le chef favori des auteurs de Rock-opera, et de Neil Young et Rick Wakeman en particulier, dont il promena autour du monde en tournée le « Voyage au centre de la terre », puis les légendes arthuriennes.
Il collabora alors régulièrement avec Ornette Coleman et surtout James Galway dont il devint petit à petit le chef attitré.

En 1974 il prit la direction du WASO (West australian symphony orchestra) qu’il ne devait plus quitter. Il y donna un grand nombre de créations, emmenant l’orchestre dans une tournée intérieure qui le vit jouer aussi bien dans les centres commerciaux que dans les hameaux les plus reculés du désert australien, et réussisant à draîner les foules autant autour de la musique contemporaine locale que dans les œuvres du répertoire classique, jouant parfois lors de festivals à Sydney et Singapoure, devant des audiences de 100 000 personnes.

Measham est mort d’un cancer du pancreas en 2005, sa fille Guinevere a au moins connu les honneurs du disque grâce à l’enregistrement de son quatuor à cordes.

Si l’on cherche aujourd’hui à entendre les enregistrements de Measham, il reste fort peu de choses, en dehors de ce que les classiqueux regardent avec un certain mépris comme du « cross-over » : environ trois disques, dont The Transposed Heads de Peggy Glanville Hicks, la deuxième symphonie de Kabalevsky, la 21ème de Miaskovsky, un peu d’Ireland et de Vaughan-Williams.

En 1972, avec le London Symphony orchestra, David Measham a enregistré le disque de référence de la 1ère symphonie de Barber, et des deux premiers essays pour orchestre, accompagnés de Night-Flight (l’adagio de la 2ème symphonie, seul portion autorisée du vivant de Barber et qu’on enregistre plus séparément bien qu’il diffère sensiblement du deuxième mouvement de la symphonie aujourd’hui entrée au répertoire).
A l’époque il était très difficile de se procurer des enregistrements de ces œuvres, et la symphonie n’existait que dans la version historique de Walter.

Dans ces œuvres, Measham fait preuve d’une maîtrise étonnante, sa lecture est brillante, précise, elle met en relief toutes les caractéristiques de l’orchestration de Barber, avec une simplicité qu’on ne retrouve nulle part ailleurs, ni chez Jaarvi, ni chez Alsop. Measham se laisse aller au jeu du lyrisme et du romantisme le plus échevelé, dans des tempi justes, parfois assez lent comme pour le deuxième essay. On sent qu’il a écouté les versions historiques (Toscanini, Ormandy) mais il fait à chaque fois considérablement mieux.
Pour les amateurs de Barber, il fait partie de la famille, avec ces chefs qui ont donné à Barber le meilleur d’eux-même, quitte à ce que ne soit pas toujours très réussi, comme Andrew Schenk, Jorge Mester ou Christian Badea, tous dans la ligne du premier d’entre eux, Schippers.
Plus tard avec le WASO, Measham a complété le programme en incluant une version de « Music for a scene of Shelley » : il y a malheureusement beaucoup de souffle mais sa vision se révèle encore une fois unique, beaucoup moins impressionniste et debussyste que les stars de la baguette ne le font usuellement. Et, si la soprano qui chante Knoxville n’est pas inoubliable, la version originale pour grand orchestre de la pièce mérite une place parmi les meilleures de la discographie.

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Barber10
ce disque se trouve pour environ 6 euros sur Amazon, il est la base de toute discographie de Barber.
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste



Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMar 19 Aoû 2008 - 20:55

je n'ai pas pleuré à gros sanglots, je ne suis pas de cette veine-là malheureusement, mais j'ai eu les larmes aux yeux pendant le concerto pour violon tout à l'heure, j'ai vraiment bien fait de m'y replonger, c'est vraiment transcendent comme oeuvre, d'un lyrisme incroyable, et jamais vulgaire avec ça. Je suis totalement charmé, et même plus, du coup je vais me plonger dans Barber sérieusement les jours à venir!!
Revenir en haut Aller en bas
Booboup
Mélomaniaque
Booboup


Nombre de messages : 1036
Age : 32
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 09/05/2008

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMer 20 Aoû 2008 - 11:30

(aaaaaaaaaah je deteste ma souris, j'avais fini d'écrire mon message quand j'ai encore appuyé sur l'espèce de bouton sous le pouce qui fait "revenir à la page précédente" Mad )

Spiritus a écrit:
je n'ai pas pleuré à gros sanglots, je ne suis pas de cette veine-là malheureusement, mais j'ai eu les larmes aux yeux pendant le concerto pour violon tout à l'heure, j'ai vraiment bien fait de m'y replonger, c'est vraiment transcendent comme oeuvre, d'un lyrisme incroyable, et jamais vulgaire avec ça. Je suis totalement charmé, et même plus, du coup je vais me plonger dans Barber sérieusement les jours à venir!!


Tant que ça? même le troisième mouvement? albino

L'enthousiasme de Spiritus a voulu qu'il me le fasse écouter ce concerto pour violon Mr.Red
Mais bon je n'ai pas exactement le même avis...

Le premier mouvement est sans aucun doute celui que j'ai le moins aimé.
En fait ce que je ressens à propos de ce premier mouvement est très contradictoire, à certains moment de virtuosité du violon, mais aussi des moments d'orchestre, mais l'instant d'après, je trouve ça imbuvable, ce que je ne supporte pas, c'est le traitement du pupitre de violon, jamais divisé j'ai l'impression, une masse de violon qui fait un thème langoureux, c'est tout de suite trop dégoulinant pour moi.

La partie lente m'a plus convaincue, sans pour autant me transcender, c'était juste, agréable à écouter pour moi, j'aime surtout le hautbois du début, la mise en valeur d'instruments solistes.

Le troisième mouvement, il est juste totalement différent, j'ai presque eu l'impression que le compsiteur n'était pas le même, en tout cas, je me le suis réécouté plusieurs fois tellement j'ai été transportée, ah vraiment j'ai adoré, très rythmé, pour moi il exprime beaucoup plus de chose, le genre de chose qu'on ne met pas en simple fond musical, on arrête toute activité pour pouvoir l'écouter, Spiritus le trouve violent, je ne suis pas d'accord, et cette fois même les violons qui jouent tous ensemble me plaisent, vraiment un magnifique mouvement, en fait, j'ai l'impression de pas savoir quoi en dire, ça me laisse sans voix, il faut l'écouter c'est tout hehe

M'enfin tout ça pour dire que, Barber ce n'est pas la petite maison dans la prairie, et que ce final me pousse à m'interesser à ce compositeur Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMer 20 Aoû 2008 - 12:17

il faut peut-être changer de version alors pour bien apprécier les subtilités d'orchestration: beaucoup de versions prennent une option chambriste à petit orchestre (personnellement je trouve ça moins intéressant): la partie de violon solo ne comporte dans les 2 premiers mouvements aucune virtuosité (c'était même un des reproches du commanditaire).
Boobup si tu cherches du Barber violent et "moderne" essaye le concerto pour piano, et la deuxième symphonie.
Revenir en haut Aller en bas
Jules Biron
Noctambule
Jules Biron


Nombre de messages : 12381
Age : 31
Date d'inscription : 23/02/2007

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMer 20 Aoû 2008 - 12:19

Là pour le coup, le concerto pour piano c'est bien violent... j'en ai pas un très bon souvenir Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Booboup
Mélomaniaque
Booboup


Nombre de messages : 1036
Age : 32
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 09/05/2008

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMer 20 Aoû 2008 - 12:47

Je vais me jeter dans Barber alors Mr.Red
Justement c'est comme ça que j'aime le piano, dur et violent Smile

Je vais peut être revoir le concerto pour violon, d'ailelurs je ne sais même pas ce que c'est que cette version que j'ai, faut demander à Spiritus hehe
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste



Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMer 20 Aoû 2008 - 19:53

Bernstein au pupitre, me souviens plus du nom du violoniste, enfin c'est pas une version de merde, je vous prie, jeune fille. Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMer 20 Aoû 2008 - 20:49

c'est Isaac Stern alors le violoniste, cette version est ma préférée à cause précisément du gros orchestre
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste



Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMer 20 Aoû 2008 - 20:52

c'est ça Isaac Stern. J'adore cette version aussi, même si celle du disque Ehnes est admirable (et l'orchestre est très très romantique aussi). J'en ai une troisième sur le feu: Oliviera/Slatkin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMer 20 Aoû 2008 - 20:55

oui j'ai écouté Ehnes et je reconnais que son disque est excellent, infiniment meilleur que ce qu'il a fait aux Proms. En fait c'est peut-être la version que je place juste derrière Stern/bernstein.
Slatkin (que j'aime énormément dans beaucoup d'autres choses) n'a à mon avis aucun sens de la musique de Barber, il rend ça tout rond et coulant en masquant tous les angles et les dissonnances.
Revenir en haut Aller en bas
Booboup
Mélomaniaque
Booboup


Nombre de messages : 1036
Age : 32
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 09/05/2008

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMer 20 Aoû 2008 - 23:44

Spiritus a écrit:
Bernstein au pupitre, me souviens plus du nom du violoniste, enfin c'est pas une version de merde, je vous prie, jeune fille. Mr. Green

Je m'en fiche David est d'accord avec moi, et puis j'aime le troisième mouvement albino
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste



Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMer 20 Aoû 2008 - 23:46

David a très mauvais goût, tout le monde le sait Mr.Red , et quand tu écoutais le premier mouvement tu aimais bien aussi, souviens-toi. hehe
Revenir en haut Aller en bas
Booboup
Mélomaniaque
Booboup


Nombre de messages : 1036
Age : 32
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 09/05/2008

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMer 20 Aoû 2008 - 23:46

Spiritus a écrit:
David a très mauvais goût, tout le monde le sait Mr.Red , et quand tu écoutais le premier mouvement tu aimais bien aussi, souviens-toi. hehe

Oui oui j'aime bien à un moment et pis d'un coup j'aime plus, enfin c'est bizarre quoi...
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste



Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMer 20 Aoû 2008 - 23:48

je vois très bien ce que tu veux dire, c'est vrai que ce lyrisme est parfois à la limite du vulgaire, enfin disons que je conçois qu'on puisse le percevoir ainsi, même si ce n'est pas du tout mon cas. tongue

En fait, tu aimeras peut-être le concerto de Korngold...
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste



Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyJeu 21 Aoû 2008 - 17:29

Découverte du concerto pour piano. J'ai beaucoup beaucoup aimé, sauf le finale, qui contient ce que je reprochais à Prokofiev, à savoir une absence totale de lyrisme et de mélodisme: du bruit pour moi, j'ai vraiment du mal à tolérer ce genre de musique que je trouve très vaine, mais enfin, je changerai peut-être d'avis. Par contre, les deux premiers mouvements ont été une découverte radicale pour moi: le premier, violent mais aussi mystérieux, langoureux, avec ses formules limite atonales et ses phrases de flûte envoûtantes. Vraiment magique, sans agressivité excessive; le côté très sombre de la page dégage un lyrisme qui me plaît beaucoup. Le deuxième mouvement est plus romantique comme l'a souligné Vartan, mais tout de même assez moderne, très bien écrit et orchestré en tous cas, y a pas de doute! Alors bon, même si le finale condense assez tous les problèmes que je rencontre avec un certain genre de musique du XXè siècle, le reste rachète bien cet obstacle pour moi et c'est une découverte qui m'a enchanté.
Revenir en haut Aller en bas
DavidLeMarrec
Mélomane inépuisable
DavidLeMarrec


Nombre de messages : 95302
Localisation : tête de chiot
Date d'inscription : 30/12/2005

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyJeu 21 Aoû 2008 - 17:38

Tiens, moi je n'ai pas supporté, j'ai trouvé ça plus vulgaire que moderne...
Revenir en haut Aller en bas
http://operacritiques.free.fr/css/
Invité
Invité




Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyJeu 21 Aoû 2008 - 19:26

à mon avis ce n'est ni l'un ni l'autre, juste le meilleur concerto pour piano de la deuxième moitié du 20ème, avec le deuxième de Schedrin, et l'oeuvre concertante la plus réussie de Barber.
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste



Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyJeu 21 Aoû 2008 - 19:58

J'ai aussi réécouté le Cello concerto, c'est tout à fait génial, mais pour moi le concerto pour violon est au dessus de tout.. Sad
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste



Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyVen 22 Aoû 2008 - 22:16

Capricorn Concerto. Très amusant, j'adore: tout à fait original et bien écrit, dans un style rythmique détendu, stimulant mais accessible. Et très concis, avec ça. thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste



Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMar 26 Aoû 2008 - 19:06

First Essay for orchestra. Contrairement à ce que le titre suggère, ça n'a pas du tout le caractère d'une expérimentation: au contraire, c'est très lyrique et émouvant, avec cette phrase méditative des violoncelles qui se déploie à l'orchestre et aboutit à un climax cuivré très coplandien. La deuxième section est plus animée, superbement orchestrée, avec une animation mélancolique mais enthousiasmante, et quelle coda surprenante! J'aime beaucoup.

Deuxième Symphonie: c'est sombre, très sombre, mais vraiment beau, et si la tonalité s'éloigne dangereusement par moments, ça reste vraiment écoutable, ni trop torturée, ni trop opaque: on reconnaît bien le style de Barber, autant dans ses longs couplets lyriques aux cordes, que dans ses disonances aux cuivres ou dans le lyrisme triste et touchant de l'Andante. Malgré des passages assez difficiles, je me suis régalé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMar 26 Aoû 2008 - 21:42

la deuxième symphonie dans la version Alsop je présume? elle s'en sort plutôt bien. Une des oeuvres difficiles de Barber, qu'il a retirée pour ne garder que l'adagio "Night flight", mais qui a servi de réservoir pour d'autres oeuvres. Si tu écoutes Antony and Cleopatra tu reconnaîtras le premier mouvement qui caractérise les parties qui se déroulent au sénat romain. Je ne sais pas si la réminiscence est consciente mais le rondo du concerto pour piano sort de l'intro senza battuta du 3ème mouvement, très accéléré. Enfin j'ai déjà raconté ça ailleurs. Je cherche toujours l'enregistrement londonien sous la direction de Barber -à l'époque où il tentait de faire carrière en tant que chef d'orchestre.
Une des rares oeuvres dont on peut entendre la version avant révision, la création par Koussevitzky ayant connu des rééditions en CD (dans le couplage que j'ai avec la 6ème de Roy Harris et la merveilleuse ouverture d'Ernst Toch "Pinocchio")
Revenir en haut Aller en bas
Tus
Gentil corniste



Nombre de messages : 15293
Date d'inscription : 31/01/2007

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyMer 27 Aoû 2008 - 8:14

oui j'ai eu la version Aslop. Merci pour toutes ces précisions sud, j'ai effectivement lu tout ce que tu as écrit sur ce fil, et je crois que je n'en ai pas fini avec Sam.
Sinon j'ai commandé plein de symphonies américaines chez Naxos, je te dirai quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Choralfiend
Néophyte



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 31/08/2008

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Samuel Barber, op. 42   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyDim 31 Aoû 2008 - 16:49

Merci pour ces très belles pages sur la musique de Barber. Mais quel dommage que les traductions proposées pour les textes de l'opus 42 (Twelfth Night et To Be Sung on the Water) soient si fautives! Elles sont d'un esprit poétique, certes, mais trahissent assez systématiquement le sens de l'anglais...
Alors je vous propose:

Laurie Lee – Nuit de l’Epiphanie

Nulle nuit n’est plus sombre que cette nuit
nul froid si froid
quand le sang casse net comme un fil,
et le cœur de la sève se fige
et l’année semble vaincue.

Ô jamais, semble-t-il, plus rien ne reverdira,
ni aucun oiseau ne volera,
ni l’herbe n’exhalera son souffle chantant
parsemé de mouron rouge,
du fond de ce poumon noir de l’hiver.

Ce sont pourtant des leçons pour l’ultime lieue
que parcourent les rois mages ;
le chemin qui reste quand tout a atteint
le bout de son rouleau : cette lieue
où l’Enfant repose caché.

Car vois, là sous la main, déjà la terre
se réchauffe et irradie;
pour ceux qui ont les yeux des bergers il y a
des signes dans le noir, les étoiles qui déclinent,
l’heure du retour de l’agneau.

De cette mort absolue il renaît,
sa naissance est notre sauveur ;
Depuis la terreur de l’équinoxe il gravit et il croît,
passant son doigt de feu dans notre sang
le soleil du ciel, et le fils de Dieu.

(NB: il y a une faute dans l'original du texte pour le dernier vers, qui dit en fait: "the SUN of heaven, and the SON of God", avec un jeu de mots classique sur SUN/SON, prononcés à l'identique en anglais)


Louise Bogan - A Chanter au fil de l'eau

Tu es beau, mon délice
Passe, comme nous passons la vague
Passe, comme la nuit moirée
Laisse ce qu'elle ne peut sauver,
Et se diffuse sombre et claire.

Tu es beau, passe et sois
Moins que l'ombre innocente
A qui nos vœux furent faits;
Moins que le bruit de la rame
A qui nos vœux furent donnés,
Moins que le bruit de la pale
Qui plonge et replonge dans le fleuve
[i]
Revenir en haut Aller en bas
Pison Futé
patate power
Pison Futé


Nombre de messages : 27496
Age : 31
Localisation : CAEN, la meilleure ville de toute la Normandie.
Date d'inscription : 23/03/2008

Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 EmptyDim 31 Aoû 2008 - 16:52

Benvenuto ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty
MessageSujet: Re: Autour de Samuel Barber (1910-1981)   Autour de Samuel Barber (1910-1981) - Page 7 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Autour de Samuel Barber (1910-1981)
Revenir en haut 
Page 7 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Howard HANSON (1896-1981)
» Pauline Viardot (1821-1910)
» 1910-1913
» Sur la musique sérielle et le sprechgesang ...
» Ernst Lévy (1895-1981, pédagogue, interprète et compositeur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de la musique classique :: Musique classique :: Général-
Sauter vers: